AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.47 /5 (sur 38 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Vannes , 1943
Biographie :

Né à Vannes en 1943, Cédric Morgan est un passionné de lecture, d'écriture et de poésie: il fonde la revue "Incendits".

Après des études de lettres et de droit, puis Sciences Po - Paris, il devient journaliste et spécialiste en communication d'entreprise au sein de groupes industriels mondiaux, et publie entre autres: "L'enfant perdu", "Le Bleu de la mer" et "Oublier l'orage" (Phébus), une fable poétique qui se passe sur l'île de Groix.

Son dernier titre "Une femme simple" (mars 2014 aux éditions Grasset) ressuscite la figure d'une "passeuse (batelière) du golfe du Morbihan.

A paraître en avril 2021 : "Les sirènes du Pacifique" (éd. Mercure de France)

Il vit aujourd'hui entre Paris et la presqu'île de Rhuys.

Source : http://www.salonlivre-vernon.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Cédric Morgan   (11)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Bibalice   13 janvier 2017
Le goût du vent sur les lèvres de Cédric Morgan
Là où Louane se sentait exister au plus fort, c'était à courir les chemins, les grèves, à fréquenter les falaises. Elle était attendue, accueillie, reconnue par le paysage ; elle traversait une friche et les herbes hautes acquiesçaient à chacun de ses pas ; le staccato des sauterelles s'accordait pour accompagner son avancée ; elle apparaissait sur la côté et les oiseaux de mer saluaient de cris stridents son arrivée ; sous les ciels changeants, l'ombre et la lumière jouaient à poursuivre sa silhouette mouvante.

Le ciel, la terre, la mer ; dans cette immense famille elle possédait sa place.
Commenter  J’apprécie          170
Laloue   15 avril 2017
Le goût du vent sur les lèvres de Cédric Morgan
Elle aimait la fréquentation rugueuse du gros temps, la grêle, l’à-pic des falaises, les landiers griffant ses jambes nues ; elle s’offrait au vent dont la violence parfois oppressait sa poitrine, manquait l’étouffer.

Le soleil revenu, elle poursuivait le dialogue entamé depuis toujours avec les arbres, les buissons, les fleurs, les oiseaux, les cailloux de l’île. Dans le grouillement de ce qui souffle, bruit, grogne, murmure ou se tient coi elle était certaine que se niche le secret de l’existence.
Commenter  J’apprécie          120
sld09   05 janvier 2018
Le goût du vent sur les lèvres de Cédric Morgan
Sitôt qu'elle sut lire, ce fut comme aborder un nouveau continent et elle vécut une large part de ses journées dans les livres. Elle entra en lecture comme d'autres, autrefois, gagnaient le petit séminaire ou s'enfermaient au couvent.
Commenter  J’apprécie          100
myriampele   25 septembre 2014
Oublier l'orage de Cédric Morgan
On attend la clarté du grand jour, d'un soleil éclatant. Et en fait la vraie lumière, elle bat au fond de la maison, dans le vent d'une porte...- Elle sourit: Voilà une réflexion digne de Cauchois....
Commenter  J’apprécie          80
sld09   05 janvier 2018
Le goût du vent sur les lèvres de Cédric Morgan
Plutôt que Sarah Bernhardt, n'en déplaise à Me Gallais, elle aurait préféré que Colette eût habité le fort des Poulains. Elle aurait su décrire les plantes et les oiseaux, le goût du vent sur les lèvres des filles et les couleurs de l'océan, la dense immobile des galets, l'âne qui brait derrière la haie, l'enfant qui erre.
Commenter  J’apprécie          70
Anneli   18 mai 2013
Le bonheur en douce de Cédric Morgan
Trop longtemps - et de ceci elle demeure imprégnée, c'est l'axiome qui lui fut inculqué dès l'enfance - elle a considéré qu'elle ne vaut rien par elle-m'eme, il faut q'elle fasse plaisir pour qu'on l'aime....
Commenter  J’apprécie          70
Anneli   18 mai 2013
Le bonheur en douce de Cédric Morgan
Elle avait grandi comme en dehors du monde. Le monde n'étais pas à sa dimension, elle le savait, il était aussi trop étranger. Elle voyait autour d'elle, au collège, au lycée, des filles et des garçons qui ne connaissaient pas de difficulté à frétiller au milieu de leurs semblables dans le grand bassin d'eau froide des journées, à se frayer un chemin dans la foule; qui étaient à l'aise partout, trouvaient leur place dans l'existence, riaient, s'exaltaient, indifférents aux regards. Elle ne s'y attardait pas. Venant des autres, cette capacité tait manuelle. Pas chez elle. Elle n'osait s'avouer différente, c'eût été de l'orgueil. Elle se considérait plutôt en défaut, d'où son acceptation de ce qui lui arrivait, elle courbait la nuque sous les menus événements qui pénétraient l'aire longtemps protégée où elle s'ébattait. Ses parents la disaient naïve, presque une enfant. Il fallait la garder à l'abri.

De ses penseés, de ses rêves, il ens s'inquiétaient pas. Couvait-elle des souhaits, brodait-elle des élans, illustrait-elle des goûts,d es préférences ? Ce ne sont pas des questions qu'0on pose aux filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Anneli   18 mai 2013
Le bonheur en douce de Cédric Morgan
Elle a tendance à accepter le passé, puisqu'il n'est plus amendable, comme un fait acquis: le mieux est d'éviter de se retourner, faute d'avoir vécu ce que nous voulions, nous avons eu la vie à laquelle nous avons dit oui.
Commenter  J’apprécie          60
Fiorente   08 avril 2021
Les sirènes du Pacifique de Cédric Morgan
Les journées se suivaient comme des sœurs et Yumi, maintenant du haut de ses huit ans, observait l’existence. Le ciel avec ses nuages, la mer avec ses richesses, l’île avec les arbres, les herbes, les fleurs, les oiseaux, les insectes et même les pierres sur les chemins, partout où elle portait le regard elle lisait une invite à humer doucement chaque minute qui passe.

Elle aimait sentir sur sa peau le souffle du vent, il venait de l’océan, d’un lointain ailleurs et il murmurait à son oreille : Regarde, tu es au monde !
Commenter  J’apprécie          50
Anneli   18 mai 2013
Le bonheur en douce de Cédric Morgan
Et peut-être, si l'on avait gratté le vernis de l'opinion avouable, qui chez eux tenait lieu de pensée, aurait-on découvert qu'ils la jugeaient coupable d'être une jeune fille, cet être compliqué. Sans les connaître, ses rêveries, forcément insipides, et ses désirs, avec leur cortège d'inclinations, de velléités, leur carnaval de leurres, les inquiétaient. Ils ne percevaient pas qu'ils approfondissent, contribuent à l'éclosion d'un être.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les Reines du crime

Kay Scarpetta, femme médecin légiste est un personnage de

Elisabeth George
Patricia Cornwell
Agatha Christie
Sue Grafton

10 questions
175 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , Femmes écrivainsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..