AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.15 /5 (sur 435 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) : 1950
Biographie :

Charles PALLISER (né en 1950) Diplômé d'Oxford mais né aux États-Unis, cet universitaire sans histoires enseignait la littérature dans une université écossaise lorsque son nom parut à la une de toutes les gazettes littéraires des deux côtés de l'Atlantique. On était fin 1989 et il venait de publier, chez un petit éditeur d'Edimbourg dont il fit aussitôt la fortune, un premier roman du titre mystérieux : Le Quinconce - que chacun s'empressa de comparer au Nom de la Rose (ce qui se discute), et auquel firent également fête le grand public et les grosses têtes de l'intelligentsia.

Source : http://www.libella.fr/phebus/index.php?post/1970/01/01/Charles-PALLISER
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
oliviersavignat   10 juillet 2020
Le Quinconce, tome 5 : Le Secret des cinq roses de Charles Palliser
-- Je ne comprends pas, dis-je. Alors que vous vous êtes donné tant de peine pour capter l'héritage - je me retins de préciser qu'elle n'avait pas hésité à faire occire ceux qui faisaient obstacle à ses desseins -, pourquoi renoncez-vous tout à coup à l'occasion d'en venir à vos fins ?

-- Trop de morts... fit-elle en chuchotant.

-- Venez, dis-je, maintenant nous devons nous présenter à un magistrat et lui rapporter les événements de la nuit.

Elle ne fit pas un mouvement, et je la vis frissonner. Je tendis la main pour l'inviter à me suivre. Et, posture ô combien grotesque aux yeux de quiconque aurait su tout le mal que cette femme, à moi comme au miens, avait infligé, s'en allaient à pas lents, sous un ciel que l'aube au levant pâlissait, deux silhouettes se tenant par le bras.
Commenter  J’apprécie          70
latina   12 avril 2015
Le Quinconce, tome 1 : L'Héritage de John Huffman de Charles Palliser
Je contractai l'habitude - devrais-je dire : j'acquis la faculté? - de me perdre (ou de me trouver, qui sait?) dans un livre en me détachant totalement du monde.
Commenter  J’apprécie          206
NathalC   19 février 2016
Mère et fille de Charles Palliser
Puis Euphemia dit :"Les gens sont plus intéressants que les livres, Richard. Et quand vous en avez assez d'eux, vous ne pouvez pas les reposer sur une étagère."

J'ai dit : "Je ne trouve jamais les gens inintéressants. Au contraire je les trouve si fascinants et si hauts en couleur qu'après de petites portions je dois m'éloigner, les mâcher tranquillement, et en analyser le goût."
Commenter  J’apprécie          140
BVIALLET   17 août 2012
Le Quinconce, tome 1 : L'Héritage de John Huffman de Charles Palliser
 - Hors ça ! Et tout l'ouvrage que j'aurais à faire par après, à vendre les meubles et arranger vos affaires avec le marchand et sans compter d'autre monde dans le village ? Combien de temps que ça va me prendre, ça, c'est bien ce que je me demande.

- Cela ne devrait pas vous prendre plus de deux semaines.

Bissett émit un petit grognement.

- Et où c'est-ti que je vas envoyer l'argent qui reste, moi, quand tout sera vendu et que j'aurai payé leur dû aux fournisseurs ?

- Je ne le sais pas encore. Je n'ai pas retenu de logement à... là où nous allons.

Bissett hocha lentement la tête.

- Vous ne vous fiez point à moi, madame Mellamphy, pas vrai ? 
Commenter  J’apprécie          70
BVIALLET   17 août 2012
Le Quinconce, tome 1 : L'Héritage de John Huffman de Charles Palliser
C'était plus que je n'en espérais. En face de nous, il se leva de son siège, et au même instant la voiture, qui abordait le tournant, eut un violent cahot. Surpris, l'homme perdit l'équilibre et desserra un peu l'étreinte qu'il exerçait sur mon bras. M'étant préparé à ce brusque mouvement du carrosse, je fus en mesure de donner à l'individu, avec toute la force que je pus rassembler, un coup de pied sur le devant de la jambe. Poussant un juron, il me lâcha la main et, bousculant la jeune dame, je me jetais vers la poignée de la portière près de laquelle elle était assise. Echappant désormais à la prise de l'homme et avant même que sa compagne n'eût le temps de comprendre, je réussis à manoeuvrer la serrure. Mais la dame se reprit sur le champ et me saisit aux basques. Je voyais au-dessous de moi les eaux gonflées du ruisseau, qui me sembla fort distant, mais je sautai et, ce faisant, je sentis ma jaquette se déchirer ; l'instant d'après, dans une gerbe d'éclaboussures, j'atterrissais à quatre pattes au fond du ruisseau. La chute tout d'abord m'étourdit quelque peu, mais le lit n'avait là que quelques pouces de profondeur et, si j'étais meurtri, je ne m'étais du moins rien cassé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BVIALLET   25 août 2012
Le Quinconce, tome 4 : La Clé introuvable de Charles Palliser
A présent je dors très peu. A mon âge, on a besoin de moins de sommeil. Et puis, le peu de temps qu'il reste à vivre... Je vous vois sourire, mais je suis bien vieille, vous savez. Non, pas vieille, antique. Une relique d'un autre âge... Soit, mais cette nuit-là, je lisais, ici, lorsque j'ai entendu du bruit. Non, cela ne venait pas du dessous. Vous avez agi dans le plus grand silence et je n'ai rien entendu. Ce qui m'a fait tendre l'oreille venait de cet étage même. A la seule exception de Tom, la famille n'était pas ici, mais à Hougham. Il dort au premier... enfin, quand il lui arrive de rentrer ici pour la nuit. Mais je croyais savoir d'où provenait ce mystérieux bruit, car une ou deux fois je l'avais entendu au cours des précédentes semaines, et alors j'avais tout doucement ouvert ma porte et vu Mr Vamplew, qui a aussi ses appartements à cet étage, descendre l'escalier. La chose m'a semblé plutôt bizarre, et j'avais résolu de le suivre, autant que je le pourrais, s'il lui arrivait encore de quitter sa chambre la nuit. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BVIALLET   17 août 2012
Le Quinconce, tome 1 : L'Héritage de John Huffman de Charles Palliser
Voyez-vous la chose, Monsieur Sancious, c'est que mon éducation elle a été bien négligée, hélas, d'abord pour la raison que mon père y se boissonnait, et après à cause qu'on m'a envoyé à l'académie flottante de Chatham et ça malgré mon jeune âge, si bien qu'au vrai je suis plus versé dans comment fabriquer de l'étoupe à calfat et ramasser des avoinées que potasser dans les livres. Bref, tout ça pour dire que j'ai montré l'écriture à la fille de mon frère. Cette bouvisse-là, c'est une tête. Peut vous lire autant de mots que vous en voudrez, qu'ils soyent écrits ou imprimés, et encore plus vite qu'un chien parti à la courre. C'est comme ça que j'ai su qu'un certain Mr Sancious, bavard de son état, cherchait comme un éperdu l'adresse marquée sur la lettre. Ca m'a pris un bon bout de temps etje me suis donné bien de la misère pour vous dégauchir. Si bien que, voyez-vous, monsieur Sancious, ça m'affadit le coeur de vous entendre me parler d'une guinée. 
Commenter  J’apprécie          61
BVIALLET   26 août 2012
Le Quinconce, tome 5 : Le Secret des cinq roses de Charles Palliser
Comment aurais-je pu songer à l'épouser, alors que j'étais totalement démuni et que mon futur était si vacillant ? Et mes origines donc ! Et les circonstances de la mort de ma mère ! Et ma filiation ! Car (pour dire les choses clairement et sans détour), si je n'étais pas le fils d'homme qui avait commis un meurtre et connu ensuite l'enfer d'une semi-démence avant de périr d'une mort atroce dont j'étais en quelque sorte fautif, j'étais pour le moins le petit-fils d'un personnage du même acabit. De plus, ce que je ressentais, c'était de la pitié et non de l'amour. Tant de difficultés m'attendaient que je ne pouvais envisager de prendre en charge celle des autres.
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLET   22 août 2012
Le Quinconce, tome 3 : Le Destin de Mary de Charles Palliser
Les jours suivants, Emma était toujours présente à mon chevet chaque fois que je m'éveillais. Ce fut de ses blanches mains que je reçus la nourriture qui m'aida peu à peu à retrouver la santé : du pain trempé dans du lait et du miel, pour commencer. Sa mère la remplaçait parfois, mais il y avait constamment l'une ou l'autre dans la chambre. Quand je me réveillais la nuit, j'étais sûr d'apercevoir Emma au coin du feu, en train de lire ou de broder à la lueur dansante des flammes. J'étais très touché du soin que les deux femmes prenaient à me veiller elles-mêmes, au lieu de me confier à leurs bonnes. Du reste, à part Ellen, la servante âgée, qui apportait ou remportait les plats ou les affaires, je ne voyais même pas les domestiques.
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLET   20 août 2012
Le Quinconce, tome 2 : Les Faubourgs de l'enfer de Charles Palliser
 Je n'ai pas loisir de conter ici toutes les aventures que j'ai vécues, ni les étranges et multiples rencontres que je fis sur la grand-route : colporteurs et mendiants, besace à l'épaule, honnêtes travailleurs itinérants, soldats regagnant leurs foyers, marins mutilés, marchands forains en marche vers la foire annuelle de quelque grosse bourgade. Toute une demi-journée, je cheminai en compagnie d'un montreur d'ours.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur