AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.6 /5 (sur 486 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 17/07/1917
Mort(e) à : Le Pradet , le 24/04/1998
Biographie :

Christiane Rochefort était un écrivain français.

Très jeune, elle commence à écrire des poèmes. Puis elle s'intéresse à divers arts plastiques, tout en poursuivant des études de médecine et de psychiatrie.

Cependant, c'est l'écriture qui reste sa passion. Elle gagnera aussi sa vie avec divers boulots, notamment attachée de presse au festival de Cannes. En mai 68, elle est exclue du Festival de Cannes pour ses propos insolents.

Elle publie certains livres sous les pseudonymes de Benoît Becker et Dominique Féjos, avant le véritable début de sa carrière littéraire avec Le Repos du Guerrier, à 41 ans.

Le roman serait inspiré de la liaison de l'auteure avec le romancier Henri-François Rey. Roger Vadim en fait un film en 1962 avec Brigitte Bardot et Robert Hossein.

Artiste passionnée et aux talents variés, elle consacre une grande part de son temps à faire de la musique, au dessin, à la peinture et à la sculpture, ainsi qu'à l'écriture pour son plaisir.

Très engagée contre toutes les oppressions, elle participe activement au premier MLF et, en 1971, contribuera avec Simone de Beauvoir, Jean Rostand et quelques autres, à créer le mouvement féministe Choisir la cause des femmes.

Deux fois lauréate de prix littéraires prestigieux (Prix de la Nouvelle Vague en 1958, Prix Médicis en 1988), elle élabore un œuvre composite où les études psychologiques (Les Petits Enfants du siècle, 1961) côtoient les études de mœurs (Encore heureux qu'on va vers l'été, 1975) et des ouvrages parfois sidérant d'étrangeté créatrice et de génie pour le surnaturel et l'excessif baroques, tel Archaos ou le Jardin étincelant (1973), qui décrit, sous des allures de conte traditionnel sinon d'historiographie officielle imaginaire, et dans une langue aussi brillante que fleurie, la naissance et les aventures de celui qui deviendra, par succession héréditaire, le Roi du pays d'Archaos.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le Repos du Guerrier Trailer
Citations et extraits (144) Voir plus Ajouter une citation
Carosand   18 octobre 2012
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
"Si on a une âme on devient fou, et c'est ce qui m'arrive." C'est probablement ce qui m'arrivait je devenais folle, mais non je devenais morte, c'est ça devenir une grande personne cette fois j'y étais je commençais à piger, arriver dans un cul-de-sac et se prendre en gelée ; un tablier à repriser sur les genoux éternellement. L'homme est composé d'un corps et d'une âme, le corps est quadrillé dans les maisons, l'âme cavale sur les collines, où ? Quelque part il y avait quelque chose que je n'aurais pas parce que je ne savais pas ce que c'était. Il y avait une fois quelque chose qui n'existait pas.
Commenter  J’apprécie          190
blandine5674   08 mai 2020
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
On avait mis partout des pelouses régulières, entourées de grillages pour que les mômes n’y cavalent pas, on avait planté de jeunes arbres également dans des grilles pour que les mômes ne les massacrent pas ; comme ça ça leur faisait un Espace Vert, qu’ils le veuillent ou non. Ce que je me demande c’est pourquoi on ne fout pas plutôt les mômes dans les grillages et les arbres en liberté autour.
Commenter  J’apprécie          192
gavarneur   08 février 2019
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
D'ailleurs les autres bonhommes étaient également des puits de science, ils étaient intarissables sur n'importe quoi, traitant tous les sujets avec autorité, chacun tenant à montrer aux autres qu'il n'était pas un con et qu'il en connaissait un bout, surtout sur les bagnoles, où on arrivait toujours quand tout le reste avait été traité […]

(page 63)
Commenter  J’apprécie          190
lecassin   25 mars 2013
Les stances à Sophie de Christiane Rochefort
Mon cher Philippe,

Tu m’as invitée au Carmel. Je t’ai suivi. Je m’en suis remise à toi. C’était te faire une bien grande confiance. Et, de ma part, c’était très étourdi. Je crois, mon cher Philippe, que tu ne te sois un peu pris pour un autre. Abandonnée dans tes mains, je n’ai fait que descendre. Un homme ne fait pas un Carmel. Alors, un député !... Ainsi que je t’en ai averti à temps, je ne serai pas même une heure la femme d’un député de cette étiquette.

Tu es élu, je te félicite, et je te quitte.

Commenter  J’apprécie          150
ladesiderienne   26 mai 2013
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
- Si le bonheur consiste à accumuler des appareils ménagers et à se foutre pas mal du reste, ils sont heureux, oui ! éclata Frédéric. Et pendant ce temps-là les fabricants filent leur camelote à grands coups de publicité et de crédit, et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...

- Capitalistes, dit le père.

- Le confort c'est pas le bonheur ! dit Frédéric, lancé.

- Qu'est-ce que le bonheur ? dit Ethel.

- Je ne sais pas, grogna Frédéric.

- Mais dis-moi, qu'on arrive à se poser ce genre de question au lieu de comment bouffer, ça ne prouve pas qu'on a tout de même un peu avancé ? dit M. Lefranc.

- Peut-être, dit Frédéric. Peut-être bien, dans le fond.

- Pour découvrir que le confort ne fait pas le bonheur, il faut y avoir goûté, non ? C'est une question de temps.... Quand tout le monde l'aura, on finira bien par se poser la question. Ce qu'il faut c'est regarder un peu plus loin.
Commenter  J’apprécie          140
Carosand   18 octobre 2012
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
La maîtresse ouvrit le livre, et dit : "Qu'est-ce que Dieu ? Dieu est un pur esprit infiniment parfait."

Jamais de toute ma vie je n'avais entendu un truc aussi extraordinaire. Dieu est un pur esprit infiniment parfait. Qu'est-ce que ça pouvait être ? Je restais la bouche ouverte.

Je retournais la phrase dans tous les sens, cherchant par quel bout la prendre ; et je n'y arrivais pas. Blanc, lisse et fermé comme un oeuf, le Pur Esprit Infiniment Parfait restait là dans ma tête, je m'endormis avec sans avoir pu le casser.

Melle Garret ne pondait pas un oeuf toutes les semaines. En général c'étaient, sauf l'histoire sainte qui était plus jolie que l'histoire non sainte, et, d'abord, sans dates, des explications assommantes et compliquées, comme "s'il faut un ouvrier pour construire une maison, il a bien fallu un Dieu pour créer le ciel et la terre". Je ne voyais vraiment pas pourquoi par exemple, et j'eus une histoire avec Melle Garret, qui ne comprenait pas pourquoi je ne comprenais pas, et me dit que je "raisonnais". C'était bizzare comme discussion, ce n'était pas moi qui raisonnais, mais eux avec leur ouvrier. mais quand les gens se butent il n'y a rien à faire. Elle me dit que je n'avais pas à chercher à comprendre, mais à savoir par coeur, c'était tout ce qu'on me demandait. Mais moi je ne peux pas réciter par coeur un truc que je ne comprends pas, c'est comme si j'essayais d'avaler un tampon jex.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Christiane Rochefort
de   28 juin 2014
Christiane Rochefort
L'oppresseur n'entend pas ce que dit son opprimé comme un langage mais comme un bruit. C'est dans la définition de l'oppression
Commenter  J’apprécie          142
ladesiderienne   25 mai 2013
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
A la mi-juillet, mes parents se présentèrent à l'hôpital. Ma mère avait les douleurs. On l'examina, et on lui dit que ce n'était pas encore le moment. Ma mère insista qu'elle avait les douleurs. Il s'en fallait de quinze bons jours, dit l'infirmière ; qu'elle resserre sa gaine.

Mais est-ce qu'on ne pourrait pas déclarer tout de même la naissance maintenant ? demanda mon père. Et on déclarerait quoi ? dit l'infirmière : une fille, un garçon, ou un veau ? Nous fûmes renvoyés sèchement.

Zut dit mon père c'est pas de veine, à quinze jours on loupe la prime. Il regarda le ventre de sa femme avec rancœur. On n'y pouvait rien.
Commenter  J’apprécie          122
gavarneur   04 février 2019
Les Petits enfants du siècle de Christiane Rochefort
Il entra une autre enceinte qui se mit aussitôt au diapason. Je me reculai dans les cageots. Y avait plus où se mettre dans la boutique, en ce moment le matin la coopé c'était un vrai concours de ballons, cette Cité c'est pas de l'habitat c'est de l'élevage. Et sensibles avec ça, fallait pas les effleurer, avec leur précieux fardeau, elles auraient écrasé tout le monde, et surtout que moi à ce moment-là, je voyais plus que ça dans le paysage et je risquais à tout moment d'être aplatie entre deux cloques.

Page 85
Commenter  J’apprécie          110
ides60   11 août 2010
La porte du fond de Christiane Rochefort
Je ne voyais que son comportement : visées, préparatifs, manoeuvres d'approche et d'encerclement, menées souterraines, pose de pièges, toute la mécanique comment ça marchait. Tout ça j'observais superbement, et voyais venir de loin - ce qui m'a peut-être poussé des antennes pour l'avenir mais n'avançait pas mon présent car il n'y avait rien qui le pût, vu qu'il détenait la force et le droit et sans doute aussi ce foutu dieu que nous avons.
Commenter  J’apprécie          100
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..