AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246160332
Éditeur : Grasset (16/09/1998)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Par un beau jour printanier, rompant ses entraves et se grisant de liberté tel un jeune animal échappé du zoo, un adolescent nommé Christophe quitte sa banlieue et le Grand Ensemble familial pour aller vivre sa vie. Son élan l’emporte jusqu'au seuil d'une bibliothèque du Quartier latin juste à point pour surprendre la controverse de deux contempteurs de sociétés établies. L'un des deux, Thomas, surnommé par Christophe « merdier occidental », va jouer un rôle capital... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lecassin
  24 mars 2013
« Printemps au parking », un univers à vrai dire un peu restreint, a l'adolescence… C'est pourtant celui de Christophe. Il fugue après avoir constaté que « la seule façon de résumer la situation où je me retrouve dans a cour, tout seul, les mains vides, le passé mort et l'avenir pas encore né, c'est : ils me font tous chier […] Tout ce que j'ai envie si vous voulez savoir c'est de tourner le dos et m'en aller ».
Il fugue, donc jusqu'au Quartier Latin…Ce sera la rencontre avec Thomas. Une rencontre qui bouleversera la vie de notre jeune fugueur dans ces années pré-soixante-huitardes.
Un roman picaresque et initiatique, où Christophe découvrira autre chose que sa banlieue, et finira au terme de nombreuses péripéties par se découvrir lui-même.
Christiane Rochefort nous présente ici un témoignage fort dans cette description du quotidien d'un adolescent qui se cherche lui-même dans sa quête d'un sens à donner sa vie …
Un petit roman réussi, même si parfois on le sent un peu daté…
Commenter  J’apprécie          150
paulotlet
  14 avril 2011
Printemps au parking raconte l'histoire d'un adolescent à la recherche de lui-même et ses découvertes. Découverte du monde, de la politique à laquelle il n'entend pas grand chose et de son homosexualité. J'en garde un souvenir assez positif. Les sentiments sont décrits avec beaucoup de justesse et de générosité même si la problématique à évolué et que certaines des attitudes des personnages sont datées.
Commenter  J’apprécie          40
thitho7
  19 mai 2017
Une des oeuvres majeures de Christiane Rochefort, pourtant, de son aveu, parti d'une improvisation littéraire.
Comme souvent, l'auto-émancipation individuelle est le fil conducteur. Ici, la contagion s'étend à l'entourage...
Commenter  J’apprécie          10
Wyoming
  25 juillet 2018
La fugue d'un adolescent dans le Paris des années 60. Joli roman avec un petit voyage initiatique qui renferme quelques émotions ainsi qu'une sensualité plutôt discrète. Belle approche des sentiments par la une écrivaine talentueuse.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lecassinlecassin   24 mars 2013
La seule façon de résumer la situation où je me retrouve dans a cour, tout seul, les mains vides, le passé mort et l’avenir pas encore né, c’est : ils me font tous chier . Ca peut paraître brutal mais c’est comme ça. Tout ce que j’ai envie si vous voulez savoir c’est de tourner le dos et m’en aller.
Commenter  J’apprécie          80
JavascriptJavascript   23 novembre 2017
« Alors ? Alors rien. Ils me font chier.
Qu’est-ce qui est arrivé en fait – on pourrait aussi bien dire : rien. Je me suis assis à table. Le vieux a dit : pousse-toi un peu, tu me bouches l’écran. Il n’y avait rien sur l’écran.
- Mais il n’y a rien sur l’écran…
- Pousse-toi un peu tout de même.
- Mais.
Non, c’était trop bête, non ?
- Je me pousserai quand il y aura quelque chose. J’ai dit ça calmement, sur un ton raisonnable ; comme si c’était normal. Il est devenu comme pâle. Les yeux fixes. Un truc horrible, en une seconde. Non, pour une histoire de dix centimères même pas, et qui ne servaient à rien en plus… Elle, n’est pas intervenue. Elle nous regardait l’un après l’autre, sans savoir quoi.
- - Je t’ai dit pousse-toi.
Je me suis levé et je suis parti. Tel quel.Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. En fait je ne savais pas que je partais. Quand je me suis aperçu je me suis dit : j’aurais dû prendre une valise. Mais quoi une valise, ça pouvait me servir à quoi pour aller où j’allais : quelque chose comme à Tahiti. Ca pouvait juste servir à me donner une touche d’émigrant, et à m’encombrer. Tandis que les mains dans les poches, qui sait quoi ? C’est un type qui est là comme tous les autres types, peut-être qu’il va à son travail, ou à l’école, ou il se promène tout simplement, et d’ailleurs personne ne se le demande.

Je suis donc resté logiquement sur place, dans la cour, au milieu des maisons. J’ai regardé les fenêtres : derrière toutes les fenêtres, il se passait la même histoire d’un écran qu »on bouche, et le père dit au fils de se pousser, et le fils s’en va pour toujours nulle part. Obligé, puisque c’était la même heure.
Malheureusement il n’y avait personne dans la cour, que moi.
Normalement avec mon système on aurait dû être mille.
Si on avait été mille, on serait remontés tous ensemble et on aurait cassé toutes les télés. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sophiesophie   15 mars 2011
On ne peut pas tourner le dos à tout. C’est géométrique.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Christiane Rochefort (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christiane Rochefort
Le Repos du Guerrier Trailer
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2118 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre