AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.1/5 (sur 10951 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Spokane, Washington , le 07/07/1931
Mort(e) à : Carson City, Nevada , le 02/06/2009
Biographie :

David Eddings est un écrivain américain.

Il étudie au Everett Junior College de 1950 à 1952, puis au Reed College jusqu'en 1954 où il obtient une licence d'art. Il réussit à éviter de combattre durant la guerre de Corée pendant son service militaire qu'il effectue dans l'artillerie en Allemagne (1954-1956). Il obtient par la suite une maîtrise de littérature anglaise à l'Université de Washington puis il soutient son doctorat en 1961 à l'Université de Washington à Seattle.

Après avoir obtenu son doctorat, il trouve du travail chez Boeing, qui l'envoie dans le Dakota pour s'occuper de missiles, puis à La Nouvelle-Orléans pour s'occuper de la fusée Saturne. Mais sa femme Leigh, asthmatique, ne supporte pas le climat et David retourne dans le Dakota, où il devient professeur de collège.

David Eddings rencontre sa future femme, Judith Leigh Schall (1937-2007), après un été aventureux qu'il racontera dans "High Hunt" (1973), son premier roman. Ils se marient en 1962. Ils adoptèrent ensuite deux enfants. En 1970, le couple a perdu la garde des deux enfants et ils furent l'un et l'autre condamnés à un an de prison ferme pour maltraitance infantile.

C'est durant leur peine de prison que David Eddings écrivit le premier jet de son premier livre, "High Hunt". Après leur peine, en 1971, David et Leigh Eddings partirent pour Denver, où David est engagé par Safeway (une chaîne de supermarchés) tandis que Leigh trouve du travail dans un motel.

Le magasin, en 1974, est le théâtre d'un hold-up tragique; il en tire "Les laissés pour compte" ("The Losers", 1992), un thriller sur le mal et la violence, qui se passe à Spokane, lieu de sa naissance, où il s'est replié après la fusillade.

Déçu par le manque de succès de ses premiers romans, David Eddings, fasciné par Tolkien, décide de créer son propre univers de fantasy. Aidé par sa femme, il publie en 1982 "Le Pion blanc des présages" ("Pawn of Prophecy").
Il rencontre enfin le succès avec la série "La Belgariade" (1982-1984) et sa suite "La Mallorée" (1987-1991). En 2003, il se lance dans un nouveau cycle de fantasy, "Les Rêveurs" ("The Dreamers").

Il a écrit de nombreux romans célèbres de fantasy, dans le sous-genre de la High fantasy. Sa femme est considérée comme coauteur, non créditée, de nombre de ses romans, et est reconnue comme telle dans ses œuvres les plus récentes.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de David Eddings   (37)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le couple Eddings et les limites de la High Fantasy


Citations et extraits (317) Voir plus Ajouter une citation
Les gens qui pensent qu'ils vont perdre réussissent rarement.
Commenter  J’apprécie          260
La loi de la populace doit toujours être réprimée, (…). La foule est toujours l'ennemi des gouvernements.
Commenter  J’apprécie          242
Faran sortit en un petit trot orgueilleux, levant haut ses sabots ferrés pour les laisser retomber bruyamment sur le pavé mouillé. Le gros cheval avait un goût particulier pour le théâtre et il se pavanait toujours outrageusement quand Emouchet le montait en armure.
Commenter  J’apprécie          230
Mais l'apparition dans les rues, et à minuit, de quatre cents chevaliers de l'Eglise dut engendrer chez eux une humilité appropriée... du moins chez les simples soldats. Les officiers eurent un peu plus de mal à comprendre. Comme toujours, d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          230
(…) Je trouve votre religion répugnante. Elle est cruelle, laide, dépourvue de miséricorde et confortablement contente de soi. Elle manque totalement d'humanité et je la rejette.

(dixit Séphrénia à propos de la religion élène).
Commenter  J’apprécie          230
Ne prévois pas de fêter la victoire tant que tu n'as pas gagné la bataille (…).
Commenter  J’apprécie          240
L'espoir est une vertu cardinale (…) même quand il est mal placé.
Commenter  J’apprécie          230
- Un de ces jours, il faudra que tu m'expliques quelle est la morale d'un voleur.
- En fait, elle est très simple, Emouchet. La règle première est de ne payer pour rien.
Commenter  J’apprécie          220
"- Quelqu'un aurait-il eu l'idée d'emporter à boire ? s'informa-t-il (Silk)

- Vous n'en avez pas eu assez hier ? rétorqua Belgarath.

- C'était pour oublier. Là, c'est pour des raisons thérapeutiques.

- De l'eau ? suggéra Garion

- Garion, j'ai la gorge sèche, pas les pieds sales."
Commenter  J’apprécie          210
- (…) Mais pourquoi faut-il que ces Elènes soient aussi obtus ?
- Parce que leur Dieu ne veut rien leur expliquer, Aphraël, lui répondit Séphrénia.
- Quel vieux raseur ! Il crée des règles sans raison aucune. Voilà tout ce qu'il sait faire... des règles. Il est rudement ennuyeux.
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de David Eddings Voir plus

Quiz Voir plus

Le Tour du Monde en 16 livres

Le Spleen de Paris (1869, posth.)

Gérard de Nerval
Charles Baudelaire
Paul Verlaine
Arthur Rimbaud

16 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , géographie , roman , nouvelles , poésie , bande dessinée , récitsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..