AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.33 /5 (sur 117 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : High Falls, Comté d'Ulster, New York , le 22/06/1946
Biographie :

David McNeil est un auteur, compositeur, interprète de chansons, également auteur de romans.

Fils du peintre d'origine russe Marc Chagall (1887-1985) et de l’anglaise Virginia McNeil née Haggard, c'est le nom de son père légitime (un artiste écossais) - le mari de sa mère de l’époque - qui lui est donné.
Il arrive en France en 1948 avec ses parents et la famille s’installe sur les hauteurs de Vence où elle côtoie entre autres Picasso, Matisse et Cocteau.

Virginia McNeil, qui divorce de McNeil en 1951, quitte Chagall et épouse Charles Leirens, photographe et ancien directeur du Palais des Beaux Arts de Bruxelles. David passera une enfance de pensionnaire jusqu’à ce qu’il rejoigne sa mère en Belgique en 1962, puis émigre à Londres où vit déjà sa demi-sœur Jean.

Là, vers l’âge dix-sept ans, il s’initie au jazz, avant de revenir à Bruxelles y suivre des cours de théâtre chez Claude Étienne et d’apprendre la guitare, écrivant quelques chansons.

David fait partie du milieu du cinéma underground belge. Il compose pour La tête froide de Patrick Hella, est l'assistant de Henri Storck, le nouveau compagnon de sa mère, sur Les fêtes de Belgique et réalise plusieurs brûlots dont Week-end en 1968, What Happened to Eva Braun? en 1971 et Les aventures de Bernadette Soubirous en 1973.

Ses chansons ont, entre autre, été interprétées par Yves Montand (Hollywood, Couleurs, Nostalgie d'Angie…), Alain Souchon (Casablanca, J'veux du cuir, Normandie Lusitania), Julien Clerc (Mélissa, Hélène, Les Aventures à l'eau…) mais aussi Jacques Dutronc, Sacha Distel, Robert Charlebois, Renaud, Laurent Voulzy.

Après avoir décrit son enfance avec son père, dans son livre "Quelques pas dans les pas d'un ange" (2003), il a publié en 2006 "Tangage et roulis" (prix Le Vaudeville) aux éditions Gallimard.

Son livre "Angie ou Les douze mesures d'un blues" est sorti le 16 mai 2007, toujours chez Gallimard.
En 2012, il publie "28, boulevard des Capucines", un livre de souvenirs évoquant son enfance et les rencontres de sa vie d'artiste (Montand, Voulzy, Charlebois, etc.) et en 2013 "Quatre mots, trois dessins et quelques chansons".

David McNeil a par ailleurs publié une quinzaine de livres pour enfants chez Harlin Quist, ainsi que huit romans et récits dans la collection Blanche de Gallimard.

site officiel: http://davidmcneil.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
DAVID McNEIL - HOLLYWOOD (AVEC LES CHANTEURS MASQUES)
Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Mimimelie   09 avril 2014
Quelques pas dans les pas d'un ange de David McNeil
Si dans votre vie vous ne faites qu’un voyage, allez à Jérusalem voir cette synagogue, oubliez le béton, les mourants et le gros sous-rabbin et asseyez-vous là, quelqu’un a écrit quelque part que les vitraux sont des cloisons idéales entre Ciel et Terre, voilà donc les portes qui mènent au Paradis.
Commenter  J’apprécie          70
brigetoun   08 mai 2010
Quelques pas dans les pas d'un ange de David McNeil
Alors seulement attaqueraient de voraces écrevisses... attirées par l'huile dont Elle aimait enduire ses coupoles finement marmorées d'une imperceptible trace d'aquatinte parsemée de grains plus proches du sarrasin que du son, comme on dit banalement de ces confettis qui fleurissent la peau des vilaines irlandaises, mais notre Nageuse venait du Caucase, et au Caucase on ne donnait du son qu'aux ânes.
Commenter  J’apprécie          50
EffeLou   23 octobre 2014
Lettres à Mademoiselle Blumenfeld de David McNeil
Bucarest, 26 décembre



Chère Mademoiselle Sarah,

Les fêtes de Noël ont été bien tristes. Nous avons, mon oncle et moi, été au restaurant de l'Hôtel d'Etat "Saliouz et de Grande-Bretagne" grâce à nos cartes d'étrangers et j'ai beaucoup pensé à vous. Cette année j'ai proposé le mariage à quatre jeunes femmes et malgré tous mes efforts pour fonder une famille, me voici seule à nouveau dans cette petite chambre qui donne sur les toits, puisque mon oncle est reparti pour Cracovie dans un fourgon de police."



p 134
Commenter  J’apprécie          40
David McNeil
grandcaffe   06 janvier 2019
David McNeil
Mais il faudra dire aussi les angoisses, l'insomnie, les cauchemars pathétiques, les embrouilles, les mensonges, les flacons de secours cachés jusqu'au grenier, dans les bottes, les cartons et les boîtes à chaussures, dire que je n'invitais à passer me voir que ceux qui buvaient au moins autant que moi, que j'allais m'ennuyer dans les cocktails stupides pour piller les buffets avec d'autres vautours, que je rentrais chez moi par toutes les contre-allées, me perdant dans des quartiers sinistres et des trains de banlieue pour ne pas rester seul, il me faudra avouer mon délire pyromane, les voisins, les saucisses, le camouflage urbain, raconter les pompiers, l'ambulance, l'arrivée à l'asile et tant de choses encore...
Commenter  J’apprécie          30
Doubleplusgood   04 décembre 2019
Quelques pas dans les pas d'un ange de David McNeil
Vers les années soixante le ministre premier de la culture française demanda à mon père de faire un plafond pour l'Opéra Garnier, il avait accepté à la seule condition que ce soit démontable. alors il a fait le plafond en quartiers, un peu comme les découpes d'un immense brie de Meaux, réalisé sur chassis et monté sur place. Comparer ce célèbre plafond, le plus célèbre au monde après la Sixtine, à un, même immense, brie de Meaux, est bien sur osé, mais ayant assisté à la mise en place et à l'assemblage de l'ouvrage, c'est l'expression qui me semble être la plus proche de la réalité, avec la tarte aux pommes et la pizza en parts.
Commenter  J’apprécie          30
Anisette   05 avril 2017
Quelques pas dans les pas d'un ange de David McNeil
On n' ouvre que les portes qu'on a déjà en soi.
Commenter  J’apprécie          50
jovidalens   26 novembre 2011
Quelques pas dans les pas d'un ange de David McNeil
Grâce à ces pastels gras les galets s'ornaient vite de poissons et d'oiseaux, de mulets, de sirènes,...

Alors, pour ne pas qu'ils finissent presse-papiers au Salon du Livre on balançait les pierres à la mer, faisant des ricochets. J'ignore si le pastel gras tient longtemps quand il est dans l'eau mais chaque été des familles entières de méduses viennent du bout du monde, on croit qu'elles traînent par là pour gêner les touristes mais en fait elles se rendent au plus grand des musées de la Lithographie, le dessin sur pierre au vrai sens du mot, nous on va au Louvre, à la Tate Galery, chez les méduses on va au Musée des Méduses, c'est au milieu de ce qu'on appelle le Croc-de-Cagnes, entre le Neptune et le Mogador, et Papa doit penser que c'est très bien comme ça.
Commenter  J’apprécie          20
Corboland78   23 janvier 2014
28 boulevard des capucines : Un soir à l'Olympia de David McNeil
Arrivés à destination, deux Espaces vous emmènent au théâtre, la balance des micros a été équilibrée, tout est en place, les amplis, la batterie, les éclairages sont réglés, les loges sont accueillantes, une collation est prévue avant le spectacle : des produits du terroir, dressés sur un petit buffet, un vin de Cahors, tout simple mais bien sympathique, après le spectacle un restaurant a été réservé, un vrai restaurant, pas un döner-kebab ou une pizzeria derrière le Macumba vide, l’hôtel est élégant, au matin, pas trop tôt, les Espaces sont là pour vous amener jusqu’au concert suivant, arrêt pour déjeuner sous une véranda… Si j’avais su ça plus tôt, j’aurais fait vedette.
Commenter  J’apprécie          20
Corboland78   28 mars 2012
Angie ou les douze mesures d'un blues de David McNeil
Le deuxième vernissage où nous allons ce soir est tout à fait étrange, une jeune Japonaise est couchée dans un sac, comme ça, sur le sol de la galerie d’art. Et c’est ça toute l’exposition, à part trois photos, sans doute prises à Tokyo, où elle tient dans ses bras un bocal à poissons. Un photographe de presse fait un ou deux clichés de la fille dans son sac puis s’en va, évitant le buffet qui propose du thon cru et du thé au gingembre. On s’en va nous aussi, on monte Cadogan Street, laissant là miss Ono, Yoko de son prénom, dont personne dès demain n’entendra plus parler.
Commenter  J’apprécie          20
pikkupaa   03 août 2012
Si je ne suis pas revenu dans trente ans prévenez mon ambassade de David McNeil
[..] Une vie en jeu de l'oie, bien faire rouler les dés, c'est très simple : Case départ, un deux trois on s'en va, quatre cinq six on sait pas, sept huit neuf où on va, dix onze douze, on s'en fout. Les seules choses qu'il vous faut en ce cas éviter c'est deux cases, la première c'est "prison", pas marrante, mais il y a plus terrible, le "Retour case départ". Revenir case départ avant quinze ou vingt ans, mieux vaut s'embrigader chez les scientologistes, devenir capucin, se marier ou se pendre.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur
.. ..