AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.98/5 (sur 223 notes)

Nationalité : Hongrie
Né(e) ŕ : Szabadka , le 29/03/1885
Mort(e) ŕ : Budapest , le 02/11/1936
Biographie :

Dezsö Kosztolányi est né dans une ancienne province de l’empire austro-hongrois.
Trčs tôt il se consacre au journalisme et devient l’un des principaux rédacteurs du Budapesti Napló. Il écrit des nouvelles, des essais, et connaît le succčs grâce ŕ un recueil de poésies en 1910.
Entre 1922 et 1926, il publie des livres importants : Néron, le počte sanglant – que préfacera Thomas Mann –, Alouette, Portraits, Le Cerf-volant d’or et Anna la douce, qui accroissent sa renommée puisqu’ils sont traduits dans de nombreux pays.
Travailleur infatigable, il collabore ŕ plusieurs journaux et revues, dont le prestigieux Nyugat, traduit les grands počtes étrangers, prend la présidence du Pen Club hongrois en 1930.
Dans les années 1930 paraissent plusieurs recueils de nouvelles et de poésies. En 1933, il tombe malade.. Malgré une intervention chirurgicale, il meurt d'un cancer des gencives ŕ l'hôpital Saint-Jean, ŕ Budapest.

+ Voir plus
Source : divers
Ajouter des informations
Bibliographie de Dezsö Kosztolányi   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dezso Kosztolanyi. Anna la douce.


Citations et extraits (124) Voir plus Ajouter une citation
Quel magnifique animal, quelle tigresse, en effet, sans pitié, sans foi ni loi. Et loin pourtant d'ętre une jeunesse. Elle avait dépassé les trente ans, les trente-cinq peut-ętre. Sa chair était d'une voluptueuse mollesse, d'une douceur patinée, on aurait dit que les nombreux lits, que les nombreux bras étrangers l'avaient comme attendrie, son visage était tendre aussi, comme la pulpe onctueuse d'une banane, et ses seins étaient comme deux menues grappes de raisins. Il y avait ce charme en elle, de la grâce tout prčs de se corrompre, cette poésie de la flétrissure imminente et de la mort. Elle aspirait l'air comme s'il lui brűlait la bouche, ou bien comme si, de sa petite bouche ardente de catin, elle léchait quelque friandise ou sirotait du champagne.
Commenter  J’apprécie          303
Le costume du pčre était gris souris comme ses cheveux, sa moustache était poivre et sel, sa peau fripée, usée, parcheminée, il avait sous les yeux de petite poches.
La mčre, comme toujours, portait sa robe noire. Ses cheveux ŕ elle, qu'elle se plaquait ŕ l'huile de noix, n'étaient pas encore blancs partout, elle n'avait pas non plus le visage trčs ridé, seuls deux plis un peu plus profonds traversaient son front.
A quel point pourtant ils se ressemblaient. Dans leurs yeux tremblait la męme lueur anxieuse, leur nez trčs mince avait la męme façon de pointer, et męme leurs oreilles avaient la męme rougeur.
Commenter  J’apprécie          306
Le coup de feu claqua.
Posté derričre le coureur au bout d'une ligne tracée ŕ la chaux, un lycéen tenait dressé le canon du pistolet et fixait les petits nuages de fumée qui tardaient ŕ se disperser dans le ciel matinal.
Dčs l'apparition de la flamme, un deuxičme garçon avait mis en route le chronomčtre. Il n'avait pu toutefois s'empęcher de crier :
– Vas-y !
Vili courait déjŕ.
Le départ avait été impeccable. D'un bond de panthčre, net et sans ŕ-coups, il s'était élevé au-dessus du sol, et quelques secondes plus tard il était déjŕ lancé ŕ toute vitesse vers la ligne d'arrivée.
(Incipit)
Commenter  J’apprécie          300
Toutes ces couleurs, toutes ces clameurs, toute cette chaleur poisseuse, c'était la foire.
En face des marchandes de paprika dont les sacs rougeoyaient, rougeoyaient également, dans l'entrée du magasin de peinture, les pots vermillon. Les choux étalaient leur volants de soie vert pâle, les raisins leurs grappes mauves, les citrouilles leur blancheur, les pastčques trop műres leur jaune ŕ l'odeur fade et nauséeuse, et plus loin, vers la rue Petofi, dans l'allée aux boucheries, les moitiés de cochons suspendus ŕ des crochets de fer déployaient la barbare somptuosité de leur viande crue, au-dessus des garçons bouchers, leur torse de champion couvert d'un débardeur, qui débitaient des os ŕ coups de hachoir. Plus loin encore, dans le camp des potiers, vers la rue Bolyai, résonnait le cliquetis des poteries. Des poulets piaillaient, des bonnes papotaient, des dames se lamentaient sur la cherté de la vie. Et flottant sur le tout, la poussičre étendait son voile d'argent gris, la poussičre de Sarszeg dont un enfant sur dix était victime et dont les adultes mouraient de mort précoce.
Commenter  J’apprécie          284
Tenir tęte ŕ la titanesque bętise des gens n’a jamais été dans mes habitudes. Je m’incline devant elle avec humilité, comme devant un formidable phénomčne naturel.
Commenter  J’apprécie          194
— Écoute, un počte riche, chez nous ? C'est une pure absurdité. Ŕ Budapest, quiconque aura un tant soit peu d'argent, on se le représentera toujours bęte comme une courge. S'il a de l'argent, qu'a-t-il ŕ faire de jugeote, de sentiment, d'imagination ? Telle est la sanction qu'on prend contre lui. Cette ville, elle est excessivement intelligente. Et par lŕ męme excessivement stupide. Elle refuse d'admettre que la nature est une paďenne, qui dispense ses faveurs sur un monde échappant ŕ tout calcul, et non pas par miséricorde. Ŕ Byron, qui était lord et plusieurs fois millionnaire, personne ici n'aurait reconnu la moindre bribe de talent. Ici, la dignité du génie est répartie en tant que dédommagement, en tant qu'aumône, ŕ ceux qui ne possčdent rien d'autre, aux crčve-la-faim, aux malades, aux persécutés, aux morts vivants ou aux morts véritables.
Commenter  J’apprécie          170
«  Ils sont sortis. Sur eux s’est abattue, étouffante, une sorte de chaleur dorée. De gracieux petits chats blancs se promenaient sur le gazon émeraude. Prčs du puits, il y avait un seau plein d’eau avec des verres dedans, et l’eau était toute irisée par les reflets du verre. Un tournesol , tige inclinée , levait son visage amoureux du soleil. Des châtaigniers , des acacias , des sumacs montaient droit et tout au fond, le long du mur, le phytolaque offrait ses baies műres de couleur presque noire » ...
Commenter  J’apprécie          170
Les frčres Goncourt, dans leur journal, parlent d'une femme qui, au cours d'un voyage en diligence, raconte ŕ l'une de ses amies, qu'elle n'a pas vue depuis longtemps, l'histoire poignante de sa famille. Son pčre avait été abattu ŕ coups de fusil, sa mčre s'était noyée, son mari était mort dans un incendie, il ne lui était resté qu'un enfant, qui vivait en Égypte, et derničrement, cet enfant se baignait dans le Nil, comme tant d'autres fois, tout enjoué et sans méfiance, quand un crocodile a nagé vers lui. Mais la femme n'a pas pu aller plus loin dans son récit. Les passagers, qui jusqu'alors l'avaient écoutée avec une profonde commisération, n'ont pas pu attendre la fin, pas pu attendre que le crocodile ouvre sa gueule horrible et happe l'enfant, et, bien qu'ils aient su, eux aussi, que mot pour mot ce qu'ils entendaient était vrai, ils ont d'un coup tous éclaté d'un rire tonitruant. Mais oui, mes amis. Il y a une limite ŕ tout. Et trop, c'est trop.
Commenter  J’apprécie          140
C'était enraciné en moi, c'était pour ainsi dire une idée fixe, la décision de le distribuer, cet argent, et qui plus est, non pas selon la justice humaine, aprčs réflexion, mais au gré des caprices, conformément ŕ la justice plus grande, plus mystérieuse, de la nature. Personnellement je ne considčre pas la vie comme fondée en raison. Mais l'absurdité me blessait pourtant, et męme ça me scandalisait, qu'une telle fortune pourrisse dans le tiroir de mon bureau, et que non seulement je ne puisse pas, moi, l'employer, mais que d'autres non plus n'en tirent aucun profit.
Commenter  J’apprécie          140
La politique de l'autruche

Spectacle pitoyable que celui de tous ces chômeurs !
Je suis entouré de personnes qualifiées, qui pourtant traînent toute la journée, désoeuvrées, et dorment ŕ la belle étoile, sur un banc. Aucune entreprise ne veut les embaucher. Jour aprčs jour, ces malheureux cumulent des certificats d'inutilité : ils sont comme de trop sur cette terre. Difficile, alors, de supporter une telle situation. (p. 167)
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Dezsö Kosztolányi (318)Voir plus

Quiz Voir plus

Regardez_moi, de Gudule

Combien de temps dure l'histoire ?

du samedi 15 avril au mardi 30 mai
du lundi 17 avril au mercredi 31 mai
du lundi 1 mai au mercredi 31 mai

10 questions
56 lecteurs ont répondu
Thčme : Regardez-moi de GuduleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}