AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Venise , le 01/8/1923
Mort(e) à : Milan , le 04/11/1983
Biographie :

Dino Battaglia est un auteur de bande dessinée italien.

Il débute sa carrière de dessinateur après la guerre avec Hugo Pratt dans la revue "l'Asso di Picche" ne s'attachant pas à un personnage fixe il réalise des histoires dans des registres très différents.

Ses premières publications (comme "Jungleman", qu'il crée en 1948 et que reprend ensuite son ami Hugo Pratt) sont très marquées par l'influence de Milton Caniff). Dans les années 1950, il travaille pour L'Intrepido ou Il Vittorisio, et commence à trouver un style plus personnel. De 1950 à 1955, il dessine "Pecos Bill" sur des scénarios de Guido Martina, puis crée en 1955 "El Kid", avec Giovanni Luigi Bonelli.

À partir de 1962, il travaille au "Corriere dei Piccoli", dont il devient un des principaux illustrateurs. Il y crée entre 1964 et 1967 de nombreuses histoires, comme "La Pista dei quattro", "Cinque su Marte" ou l'adaptation d’"Ivanhoé" de Walter Scott.

Son entrée dans Linus, en 1968, marque un tournant dans son travail : ayant la possibilité de s'adresser uniquement aux adultes, Battaglia initie une longue série d'adaptations en bande dessinée d'œuvres littéraires dans lesquelles il se livre à un travail en profondeur d'expérimentation graphique. Ses premiers albums sont alors édités, à partir de 1972. Au nombre de ces réalisations rappelons les adaptations de Melville, Poe, Stevenson, Lovecraft, Maupassant, Hoffman et Rabelais.

Parallèlement à cette veine d'inspiration littéraire, il écrit avec sa femme Laura des hagiographies catholiques publiées dans "Il messagero dei ragazzi" puis éditées en album par des éditeurs religieux Note, participe à des collections grands publics traduites dans plusieurs pays d'Europe, comme "Un Uomo et l'Avventura" (reprise par Dargaud et Mon journal).

A la fin de sa vie, il commence avec son épouse la série des enquêtes de l'inspecteur Coke dont le troisième épisode demeurera inachevé.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Les tueurs voient l?enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs? » Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d?un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages? et ses vêtements ensanglantés. Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s?en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut? Une auteure au talent magistral. Un thriller au rythme implacable. Une héroïne d?une extraordinaire humanité. « L?Italie tient enfin sa reine du thriller ! » Sandrone Dazieri. « Inoubliable ! » Donato Carrisi.

+ Lire la suite

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Alzie   19 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
Elle resta donc toute seule dans cette maison isolée si loin du village, sur la lisière du bois. Elle n'avait pas peur, du reste, étant de la même race que ses hommes, une rude vieille, haute et maigre, qui ne riait pas souvent et avec qui on ne plaisantait point. Les femmes des champs ne rient guère d'ailleurs. C'est l'affaire aux hommes, cela ! Elles ont l'âme triste et bornée, ayant une vie morne et sans éclaircie. Le paysan apprend un peu de gaieté bruyante au cabaret, mais sa compagne reste sérieuse avec une physionomie constamment sévère. Les muscles de leur face n'ont point appris les mouvements du rire.

La Mère Sauvage (p.1218)
Commenter  J’apprécie          70
Alzie   20 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
Alors, soit par une de ces ententes tacites, de ces complaisances voilées, où excelle quiconque porte un habit ecclésiastique, soit simplement par l'effet d'une inintelligence heureuse, d'une secourable bêtise, la vieille religieuse apporta à la conspiration un formidable appui. On la croyait timide, elle se montra hardie, verbeuse, violente. Celle - là n'était pas troublée par les tâtonnements de la casuistique ; sa doctrine semblait une barre de fer ; sa foi n'hésitait jamais ; sa conscience n'avait point de scrupules. Elle trouvait tout simple le sacrifice d'Abraham car elle aurait immédiatement tué père et mère sur un simple ordre venu d'en haut ; et rien à son avis, ne pouvait déplaire au Seigneur quand l'intention était louable.

Boule de suif (p.113).
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   20 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
Mais bientôt la conversation reprit entre les trois dames que la présence de cette fille avait rendues subitement amies, presque intimes. Elles devaient faire, leur semblait-il, comme un faisceau de leurs dignités d'épouses en face de cette vendue sans vergogne ; car l'amour légal le prend toujours de haut avec son libre confrère.

Boule de suif (p.91-92).
Commenter  J’apprécie          60
HORUSFONCK   01 octobre 2020
L'homme de la légion de Dino Battaglia
L'année 1921.

Un détachement de la Légion étrangère est en marche à travers les dunes qui dominent la piste pour Sidi Bel Abbès, dans le haut Sahara algérien.
Commenter  J’apprécie          60
Alzie   19 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
Et tranquillement ils se mirent à discuter, débrouillant les grands problèmes politiques avec une raison saine d'hommes doux et bornés, tombant d'accord sur ce point, qu'on ne serait jamais libres. Et le Mont-Valérien tonnait sans repos, démolissant à coups de boulets des maisons françaises, broyant des vies, écrasant des êtres, mettant fin à bien des rêves, à bien des joies attendues, à bien des bonheurs espérés, ouvrant en des coeurs de femmes, en des coeurs de filles, en des coeurs de mères, là-bas, en d'autres pays, des souffrances qui ne finiraient plus.

"C'est la vie", déclara M. Sauvage.

"Dites plutôt que c'est la mort", reprit en riant Morissot.

Deux amis (P. 736)
Commenter  J’apprécie          30
Alzie   20 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
A côté d'eux se tenait, plus digne, appartenant à une caste supérieure, M. Carré-Lamadon, homme considérable, posé dans les cotons, propriétaire de trois filatures, officier de la légion d'honneur et membre du Conseil général. Il était resté tout le temps de l'Empire chef de l'opposition bienveillante, uniquement pour se faire payer plus cher son ralliement à la cause qu'il combattait avec des armes courtoises, selon sa propre expression. Mme Carré-Lamadon, beaucoup plus jeune que son mari, demeurait la consolation des officiers de bonne famille envoyés à Rouen en garnison.

Boule de suif (p.89).
Commenter  J’apprécie          30
crapette   20 octobre 2019
Gargantua et Pantagruel (BD) de Dino Battaglia
Aux lecteurs

Amis lecteurs qui lisez ce livre,

Dépouillez-vous de toute passion,

Et, en le lisant, ne vous scandalisez pas :

Il ne contient ni mal ni infection.

il est vrai qu'ici vous n'apprendrez

Que peu de perfection, sinon pour le rire ;

Autre sujet mon coeur ne peut choisir,

En voyant le deuil qui vous mine et vous consume :

Il vaut mieux écrire du rire que des larmes,

Parce que rire est le propre de l'homme.

VIVEZ JOYEUX !
Commenter  J’apprécie          30
Alzie   19 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
La pluie tombait à flots, une pluie normande qu'on aurait dit jetée par une main furieuse, une pluie en biais, épaisse comme un rideau, formant une sorte de mur à raies obliques, une pluie cinglante, éclaboussante, noyant tout, une vraie pluie des environs de Rouen, ce pot de chambre de la France.

Mademoiselle Fifi ( p. 385).
Commenter  J’apprécie          30
Alzie   19 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
Depuis un mois l'avant-garde allemande restait en observation dans le village. Les Français demeuraient immobiles, à dix lieues de là ; et cependant, chaque nuit, des uhlans disparaissaient.

Tous les éclaireurs isolés, ceux qu'on envoyait faire des rondes, alors qu'ils partaient à deux ou trois seulement, ne rentraient jamais.

On les ramassait morts, au matin, dans un champ, au bord d'une cour, dans un fossé. Leurs chevaux eux-mêmes gisaient le long des routes, égorgés d'un coup de sabre.

Ces meurtres semblaient accomplis par les mêmes hommes, qu'on ne pouvait découvrir.

Le pays fut terrorisé. On fusilla des paysans sur une simple dénonciation, on emprisonna des femmes ; on voulut obtenir, par la peur, des révélations des enfants. On ne découvrit rien.

Le Père Milon (P. 824)
Commenter  J’apprécie          20
Alzie   19 janvier 2015
Contes et récits de guerre (BD) de Dino Battaglia
Paris venait d'apprendre le désastre de Sedan. La République était proclamée. La France entière haletait au début de cette démence qui dura jusqu'après la Commune. On jouait au soldat d'un bout à l'autre du pays.

Des bonnetiers étaient colonels faisant fonctions de généraux ; des révolvers et des poignards s' étalaient autour de gros ventres pacifiques enveloppés de ceintures rouges ; de petits bourgeois devenus guerriers d'occasion commandaient des bataillons de volontaires braillards et juraient comme des charretiers pour se donner de la prestance.

Un Coup d'état (p.1004).
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur