AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070651436
Éditeur : Gallimard Jeunesse (31/01/2013)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 299 notes)
Résumé :
10 NOUVELLES FORTES ET CRUELLES

Lorsqu'elle découvre que son acteur préféré vient tourner près de chez elle, Pauline, une mère de famille discrète, répond à une annonce pour être "silhouette" sur le tournage...

Puisque ses jours sont comptés, M. Duc n'a qu'une idée en tête: retrouver les personnes auxquelles il a fait du mal autrefois et leur demander pardon...

Dans le car qui l'emmène en colo, Guillaume, 14 ans, s'aperço... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (121) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  13 octobre 2015
L'on fait ici connaissance de Pauline qui rêve de rencontrer son acteur préféré et, comble de chance, va être silhouette dans son prochain film, de Guillaume qui doit réparer une terrible bêtise: avoir oublié son chat dans sa chambre alors que ses parents sont partis en vacances pendant 15 jours, de Monsieur Duc qui, se croyant en fin de vie, décide de réparer ses erreurs de jeunesse ou encore de Maxime Dieuze qui en a ras le bol de ces fautes de français entendues à la radio et à la télé et qui décide de passer à l'action...
Dix personnages haut en couleurs dans ces dix nouvelles de Mourlevat qui se dégustent à l'envi. Dix nouvelles caustiques, drôles, émouvantes ou parfois cruelles dont la chute clôt brillamment ces petites histoires du quotidien. Avec une pirouette finale inattendue réjouissante et machiavélique. Jean-Claude Mourlevat traite de sujets aussi divers que la culpabilité, la honte, la vengeance ou l'admiration. le ton est enlevé et l'écriture savoureuse.
Silhouette et autres nouvelles toutes aussi surprenantes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
AudreyT
  30 juillet 2016
Les ouvrages de Jean-Claude Mourlevat sont souvent classés au rayon jeunesse mais ne vous y trompez pas !!! C'est un homme qui possède une écriture magnifique, des histoires et des personnages si bien dessinés qu'il nous entraîne avec une facilité déconcertante à leurs côtés...
Ce recueil de nouvelles n'y échappe pas. Elles sont cruelles mais elles sonnent vrai. Elles sont ancrées dans notre monde, ce qu'il peut avoir de plus absurde et de plus incompréhensible. Mais c'est aussi le destin inévitable tracé pour chacun d'entre nous...
Commenter  J’apprécie          334
canel
  18 mai 2013
Dix nouvelles sur des individus ordinaires, discrets, auxquels on s'identifie aisément.
Ils ont traversé jusqu'alors les années sur la pointe des pieds, sans se faire remarquer. Rien ne semble les destiner à vivre un événement insolite, spectaculaire, dramatique. Ils n'ont pas "mérité" de devenir à ce point victimes (enfin, pas tous...).
Jean-Claude Mourlevat a un talent extraordinaire pour captiver immédiatement son lecteur. le ton employé, la construction et le suspense instauré donnent la délicieuse impression de se plonger dans un conte. Dès les premières lignes, la tristesse et/ou l'émotion enveloppent comme un brouillard, l'intrigue et le dénouement peuvent nouer la gorge, faire verser quelques larmes.
Si le style et les idées sont parfois un brin naïves, les sujets abordés et les réflexions qu'ils suscitent sont riches, en revanche. Sentiment de culpabilité, cruauté, lâcheté, vengeance, manque de confiance en soi - voici quelques uns des thèmes présents. On peut les appréhender ici au premier degré et en rester là, ou alors les creuser après lecture, à chaud, lorsque l'émotion nous étreint encore. Je me suis particulièrement attardée sur "Ouessant", qui pose bien des questions sur la nature humaine.
A lire de préférence dans l'ordre pour la surprise finale, habile.
--- On retrouve le talent de conteur de Mourlevat dans 'L'homme à l'oreille coupée', et 'L'enfant océan' - je n'ai pas lu d'autres ouvrages, lacune à combler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
c.brijs
  10 février 2013
Dans Silhouette, l'auteur, Jean-Claude Mourlevat, nous propose neuf nouvelles à chute... La dixième constituant la chute des neuf autres !

Dans ce dixième texte intitulé "Un escroc", par une mise en abime habile et un sens aigu de l'autodérision, "l'auteur" nous les présente lui-même :
"Elles ont en commun d'être actuelles, réalistes et assez cruelles" car "elles se finissent ou mal ou très mal, au choix"...
Un registre qui va sans doute en surprendre plus d'un. L'auteur s'en explique sur son site :

"Cela m'a fait « des vacances » par rapport à cette littérature de « jeunesse » où il convient de ménager les lecteurs, avec ce que cela suppose de concessions."

Ici, c'est vrai, point d'édulcorant ! On plonge allègrement dans les faiblesses des hommes qui, tôt ou tard, ont le retour du bâton. Que ce soit cette femme qui est toute fière d'être "silhouette" dans le film de son acteur préféré à cet homme, grand lecteur, qui pense pouvoir devenir lui aussi écrivain en passant par cet autre homme qui ne supporte pas les fautes de syntaxe chez ses compatriotes (surtout ceux qui "se la pètent "!) et rêve de les punir...
"Aux dix commandements de Dieu, il en avait ajouté un, le onzième : "Tu accorderas correctement le participe employé avec être et avoir", qu'il situait, dans sa hiérarchie personnelle, tout juste après le "Tu ne tueras point"."
Nos dix "héros" subissent TOUS un revers du sort pour le moins inattendu, pour le moins cruel !

Impossible de vous parler de chacun d'eux. Autant les découvrir par vous-même. Toutefois, parmi tous ces portraits vitriolés, j'en épinglerais trois qui, pour une raison ou une autre, m'ont particulièrement secouée.

Le premier, "Case départ", est celui d'un ado à qui ses parents ont confié la fermeture de la maison avant les vacances et qui se rend compte dans le car qui l'emmène en colo qu'il a enfermé son chat. Si j'ai anticipé quelque peu les péripéties, la chute fatale m'a tiré un cri... d'horreur !

Le deuxième, "Les jolis nuages", est celui d'une prof de math à la retraite qui se retrouve veuve et doit combler ses journées de vide. Elle apprend alors des centaines de poèmes... Mais le temps assassin finit par effectuer son travail de sape. Un récit qui renvoie à nos propres angoisses concernant la vieillesse et sa déchéance intellectuelle. Une nouvelle qui m'a émue aux larmes !

Le troisième, enfin, est plus positif. Il s'agit de "Mon oncle Chris" où l'oncle en question est un peu le "canard boiteux" de la famille qui essaie de coller à l'image qu'on attend de lui, sans succès. L'amour que lui porte son filleul va lui permettre de se révéler tel qu'il est vraiment. Son destin est là aussi funeste mais subiste de lui un tout petit quelque chose qui illumine la fin...

Dans tous ces textes, l'auteur joue avec nos nerfs. A chaque fois, on se dit : "Allez, cette fois, je le sens bien, ça va bien finir !" Eh non ! La chute n'en est que plus dure ! Surtout que toutes ces histoires n'ont rien d'extraordinaire et pourraient arriver quasi à chacun d'entre nous.

En bref, un recueil qui ne vous laissera pas indifférent et qui parlera aux adultes et grands ados qui s'interrogent (parfois) sur la vacuité de nos existences.

Un dernier mort - euh! mot - sur la couverture, sublime. Ces petites silhouettes résument à merveille le propos de l'auteur illustrée par une phrase de Shakespeare : "Le monde est un théâtre"... En surimpression, des branchages dénudés... Tout cela m'évoque également les "Contes glacés" de Jacques Sternberg ou les "Contes à l'encre de la nuit " de Thomas Owen, le fantastique en moins !

Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Saiwhisper
  15 novembre 2016
De coutume, je fuis les recueils de nouvelles, car c'est un genre qui ne me convient vraiment pas... J'avais donc beaucoup d'appréhensions lorsque j'ai ouvert cet ouvrage que je devais lire dans le cadre de mon travail... Et bien, en deux nouvelles, mes aprioris ont fondu comme neige au soleil ! Je ne pensais pas que je prendrais autant de plaisir à découvrir ces récits à la fois cruels, abominables, cyniques, machiavéliques, émouvants et mélancoliques. Pourtant, je me suis réellement amusée à essayer de deviner la chute de chaque texte. Parfois, je visais juste, parfois, j'étais surprise... Mais à chaque fois, j'ai été admirative du style de l'auteur. Sa plume me plaît énormément : elle est incisive, précise, drôle et fluide. Ainsi, même si toutes les nouvelles ne m'ont pas plu, j'ai opté pour une très bonne note, car Jean-Claude Mourlevat a réussi à me surprendre, me distraire et à me faire apprécier un recueil de nouvelles. J'ai donc reçu ma petite claque littéraire du mois.
Certaines nouvelles sont terriblement émouvantes. C'est le cas de la nouvelle donnant le titre du livre : "Silhouette" qui met en scène Pauline, une trentenaire, qui avait l'espoir de tourner un film avec un acteur qu'elle admire depuis longtemps... J'ai eu beaucoup de peine pour cette femme. Un autre personnage féminin m'a terriblement touchée : Mme Maréchal dans "Les jolis nuages", une retraitée pour qui la poésie va être comme un échappatoire à la retraite ou au décès de son mari. Hélas, je ne m'attendais pas à une fin si dure... "Mon oncle Chris" m'a émue : c'est réellement un texte poétique qui aborde les sujets de la tolérance et de la famille. "Case départ" est l'un des textes qui m'a le plus marquée. Bon sang, quelle fin pour ce pauvre Guillaume ! J'en avais l'estomac tout retourné. Je pense que c'est l'un des récits les plus affreux de ce recueil... "L'accord du participe" est mon récit favori. J'ai ri à gorge déployée face au caractère de Dieuze, car il m'a fait songer à deux personnes de mon entourage qui reprennent sans arrêt autrui, moi y compris, sur la façon dont il faut prononcer ou accorder certaines phrases. J'ai donc trouvé Dieuze très crédible, car je subis ce genre de remarque au quotidien. Certes, je souhaite cette conclusion à ces connaissances, mais je souhaitais simplement souligner le réalisme du protagoniste...
"Pardon" comporte une fin assez attendue. Ainsi, j'avais vu la chute dès les premières pages. Cependant, le contenu est très bien écrit. J'ai donc passé un bon moment. Bien que "Love" aborde une thématique sinistre, cette nouvelle m'a beaucoup et se démarque assez des autres. J'ai apprécié le personnage de Miss Pamela Dykes ainsi que son coup de pelle... En revanche, "Ouessant" et "Dom Juan" ne m'ont pas tellement plu, toutefois les intrigues collent parfaitement aux thèmes de la cruauté, de l'humour noir et de l'injustice. La dernière nouvelle est un peu particulière. Je ne préfère pas trop en dire, car j'aurais peur de révéler des éléments importants. Sachez toutefois que c'est un récit bien trouvé qui conclut avec brio le recueil. Si les autres textes peuvent se lire selon nos envies, il vaut mieux lire en dernier à la fin. Jean-Claude Mourlevat est un auteur qui a su me conquérir avec des nouvelles où les personnages subissent tous un revirement de situation... J'ai bien envie de voir ce qu'il vaut avec un récit complet ! Il faudra que je mette la main sur l'un de ses nombreux romans que j'espère aussi bien écrits que cet ouvrage !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122

critiques presse (3)
LaPresse   12 avril 2013
Dix textes féroces et cruels, sans lien sinon les environs de Saint-Étienne, village où vit l'écrivain. Certains, les deux premiers en particulier, vous tordront le coeur. Presque tous vous surprendront dans leur chute.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Telerama   27 mars 2013
Echecs, fiascos, loupés, flops en tout genre font de ce recueil de contes cruels écrits au millimètre une sorte de bijou mélancolique et noir, un exercice de style aussi brillant qu'impitoyable : la vie souvent est d'une grande vacherie.
Lire la critique sur le site : Telerama
HistoiresSansFin   22 mars 2013
En quelques paragraphes seulement – chaque histoire fait une vingtaine de pages – l'auteur crée un univers riche et foisonnant dans lequel les personnages évoluent au gré des épreuves cruelles de la vie.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
JuinJuin   30 décembre 2014
Est-ce qu'on peut lire des centaines de romans sans succomber un jour à la tentation d'en écrire un soi-même ? Il semble que oui : des millions de gens s'en accommodent très bien. Moi non. Le lecteur ordinaire que j'étais s'est doublé peu à peu d'un jaloux. " Ce que je lis là; est-ce-que je serais capable de l'écrire ?" me demandais-je. Je me répondais en secret : "Oui ".
Commenter  J’apprécie          240
kanarmorkanarmor   06 avril 2014
[les jolis nuages]
Quand elle y arriva , moins de dix minutes plus tard, folle d'inquiétude, un pompier pratiquait un massage cardiaque énergique sur M. Maréchal, dont il avait dénudé la poitrine. Mais l'issue ne faisait guère de doute : l'homme allongé là, sur le dos, juste sous le poster d'un bœuf dont on avait dessiné les quartiers en pointillé, cet homme était mort. Les clients n'en avaient pas pour autant déserté la boutique. Ils étaient venus pour acheter et ils achèteraient. Ils s'efforçaient juste de communiquer à voix plus basse avec le boucher, par respect.
- Mettez-moi une petite barquette de museau de bœuf vinaigrette, s'il vous plaît.
- Ca ira comme ça ?
- Une cuillerée de plus, je vous prie. Voilà ! Stop ! C'est parfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper   15 novembre 2016
En revanche, l'absorption des mille six cent trente-deux pages le préoccupait davantage. Il ne fallait pas qu'il en meure, cet imbécile. Dieuze se creusa la tête : comment rendre Le Bon Usage comestible ? Il estima pour commencer que la séquestration ne devait pas se prolonger au-delà de deux mois. Il faudrait donc, calcula-t-il, que son pensionnaire consomme une trentaine de pages par jour (il lui ferait grâce de la reliure de cuir). Le ministre était un homme corpulent et, convenablement affamé, il devait en être capable, à condition tout de même qu'on les lui présente sous une forme attractive. Or, il existait mille façons d'accommoder les pages d'un livre : coupées en fines lamelles et servies en salade ; sautées à la poêle comme des crêpes ; brassées en bouillie (penser à faire tremper la veille) ; hachées menu et mélangées à une purée de pommes de terre ; ou même nature de temps en temps, pourquoi pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clgbalzac_albi33clgbalzac_albi33   12 janvier 2015
Hugo Khattou 3°3

Ce recueil de nouvelles m'a vraiment plu pour plusieurs raisons:

La première est que les nouvelles sont diverses et variés au niveau des situations, des personnages, des décors (description), on ne se lassait donc pas de toutes les nouvelles.

La deuxième est que toutes ces nouvelles sont des nouvelles à chutes: (certaines moins surprenantes que d'autres), mais ce recueil a une chose en commun avec toutes le nouvelles, elles portent toutes sur le sujet principal d'un défaut ou d'une situation choquante. Mais l'auteur a su varier les histoire afin de ne pas lasser le lecteur, ce pourquoi, j'ai apprécié le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
c.brijsc.brijs   10 février 2013
Elle était en CP peut-être, et un garçon lui avait fait passer, pliée en quatre dans une enveloppe, cette feuille avec un dessin de ciel et, écrit dessus, au crayon, en lettres de différentes couleurs, ce début de poésie : "Les jolis nuages/font de beaux voyages... Elle avait pris ceci pour une déclaration d'amour, la première qu'on lui faisait.
("Love")
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Jean-Claude Mourlevat (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Mourlevat
Dans ce nouvel Update Lecture, je vous parle de 8 romans : des suites de sagas de fantasy, de nouvelles sagas pour les adolescents, un titre historique et même un récit autobiographique ! Retrouvez toutes les autres vidéos ici : http://urlz.fr/2DGt
Merci aux visiteurs fidèles et aux nouveaux abonnés. Merci à ceux qui prennent le temps de commenter et à ceux qui laissent un petit pouce positif. Merci pour votre bienveillance, votre positivité, votre soutien, vos conseils... Merci, merci, merci !
♣ Les Livres cités : - NéaChronical, T. 2 de J. VIGNE (Editions du Chat Noir) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Occultes racines, T. 1 de SARIGAN (Editions mille cent quinze) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Les Filles de Brick Lane, T. 1 de S. CURHAM (Flammarion Jeunesse) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Le Suivant sur la liste, T. 1 de M. FARGETTON (Rageot Thriller) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - La Vie rêvée d'Henrietta de R. MACKENZIE (Denoël) : http://bazardelalitterature.com/2017/... - Le Puits des Mémoires, T. 2 de G. KATZ (Scrineo) - Le Chagrin du roi mort de J.-C. MOURLEVAT (Gallimard Jeunesse) - M Train de P. SMITH (Gallimard)
Pour me suivre dans mes aventures, c'est un peu partout : ♣ Le blog : http://bazardelalitterature.com ♣ La page Facebook : http://tinyurl.com/7dya3ko ♣ Twitter : https://twitter.com/DameMeli ♣ Instagram : https://instagram.com/bazardelalitter... ♣ Mon mail : melisende(at)hotmail.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Silhouette

Comment s'appelle l'écrivain ?

Jean-Claude Moulevét
Jean-Claude Mourlevat
John Green
Benoît Severac

5 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Silhouette de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur ce livre
. .