AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.35 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Fribourg , 1970
Biographie :

Journaliste, critique littéraire et romancier.
Eric Bulliard a suivi des études de littérature française et histoire de l'art. Journaliste à «La Gruyère», il est responsable de la rubrique Culture.
En 2017, il a été lauréat du Prix Edouard-Rod pour son premier roman, "L'Adieu à Saint-Kilda".

Ajouter des informations
Bibliographie de Eric Bulliard   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
pgremaud   19 janvier 2019
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Après des millénaires où tous vivaient à la même enseigne, où tout se partageait, où personne ne dominait personne, où les anciens n'auraient pas imaginé se prévaloir d'un quelconque droit d'aînesse, Neil Ferguson avait fini par se croire le plus important, parce que plus riche. Plus puissant, parce que mieux habillé, de des étoffes qu'il achetait aux visiteurs d'un jour. Plus intelligent parce qu'il utilisait des mots que personne ne comprenait à Herta. Il avait fini par renoncer à la chasse, proposant plutôt d'acheter des vivres à ceux qui avaient risqué leurs os sur les falaises (...) Le vieux MacGillis a secoué la tête. Ce jour-là sans doute a-t-il compris que son monde commençait à disparaître. Le postier Ferguson s'était mué , le premier, en homme du XXe siècle.
Commenter  J’apprécie          30
pgremaud   17 octobre 2018
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Je commence à gamberger : qu'est-ce qu'on fait ici ? Qu'est-ce que deux Suisses dans aucun lien avec l'histoire de cette île peuvent bien venir chercher dans le froid, e brouillard, la pluie qui ne cessera jamais ? Dans la boue, dans les crottes de chèvres et de moutons... Pourquoi cette fascination pour ce peuple si éloigné de toute notre éducation, de toute notre civilisation ? Simplement parce que ces photos, au sous-sol du château de Dunvegan, t'ont frappé ? Parce que leurs regards, parce que leurs pieds nus, parce que leurs visages à la fois effarés et si sûrs d'eux-mêmes ?

Dis-moi : qu'es-tu venu chercher, ici, au bout du monde ? Qu'est-ce que tu espérais te prouver ?
Commenter  J’apprécie          30
pgremaud   18 janvier 2019
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Et puis, une dernière prière, un dernier souffle pour éteindre la lampe à huile. Tu entends ? Quoi donc ? La mer... On ne l'entend jamais quand elle murmure aussi doucement... D'habitude, c'est seulement ses hurlements. Pas de vent, ça doit être pour ça. Non, il y a autre chose... Plus un chien pour aboyer : les deux qu'ils ont accepté de sauver n'ont pas le cœur à ça.

Comment ont-ils pu dormir, ce dernier soir ? A quoi ont-ils bien pu rêver ?
Commenter  J’apprécie          30
pgremaud   24 janvier 2019
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Neil Ferguson finit par s'assurer que chaque porte est bien fermée. Il fait le tour des onze maisons encore habitées il y a quelques minutes, encore parfumées de présences séculaires, mais qui lui apparaissent déjà comme des tombeaux vides, racontera-t-il plus tard.

Dans chacune d'elles, ils ont laissé une Bible, ouverte aux pages de l'Exode, et une poignée d'avoine. Ils ont ranimé les foyers de tourbe. Ils brûleront quelques heures encore. Après, pour la première fois depuis des milliers d'années, le feu s'éteindra sur Saint-Kilda.
Commenter  J’apprécie          20
pgremaud   05 avril 2018
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
(Les Saint-Kildiens) n'affrontent pas les hivers, ils vivent avec. Ils font corps, se ferment et les laissant glisser, attendant que passent ces nuits où hurlent les tempêtes, en se réchauffant à la lourde fumée de tourbe. A peine quelques prières pour demander une protection qu'Il va de toute façon nous accorder ; Il a décidé que nous devions vivre ici, Il ne va pas nous laisser tomber maintenant, alors acceptons cette épreuve, nous l'avons méritée.
Commenter  J’apprécie          20
pgremaud   17 mars 2018
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Lui qui n'a jamais pleuré quand ses enfants ne passaient pas la première semaine. Combien en a-t-il perdu ainsi, après quelques jours de souffrance ? Mais c'était Son dessein, que voulez-vous. Le Seigneur décide de la vie, de la mort, de tout. Pleurer chaque fois qu'Il reprend un enfant, pour des raison que Lui seul connaît, mais qui Lui sont forcément légitimes, pleurer parce qu'il faut faire un nouveau trou et y placer ce petit corps que nous n'avons pas eu le temps de connaître, pleurer alors que ça arrive si souvent et que même les femmes ne versent plus de larmes pour cette douleur si banale, préférant attendre, pour lui confectionner des habits, que le petit ait passé la première semaine et évité la "maladie des huit jours"... C'est le temps qu'il faut au Seigneur pour décider si vraiment le gosse a sa place ici, sur cette île qu'Il semble parfois avoir oubliée, même si personne n'oserait le formuler ainsi. Pleurer un enfant mort reviendrait à contester Sa toute-puissance. Pas un, ici, ne songerait même à commencer de l'imaginer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pgremaud   22 août 2018
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Pourquoi, en ce lieu singulier, alors qu'ils menaient une vie simple, difficile, mais finalement en harmonie, avec les éléments, pourquoi ce besoin de religion ? Croire en quelque chose, à la limite, pourquoi pas. Je pourrais comprendre que, face aux duretés de la nature et à ses surprises, ils se soient réfugiés dans une pensée plus ou moins panthéiste, qu'ils aient vu des forces qui les dépassent dans ces manifestations si violentes, du style la peur que le ciel leur tombe sur la tête. Mais la religion... Surtout cette religion, avec son rigorisme médiéval ? A quoi pouvait-elle leur servir ? Comment ont-ils pu accepter qu'on interdise à leurs enfants de jouer, eux qui avaient la plus belle cour de récréation du monde ? Comment admettre qu'on oblige ces gamins qui ne savaient pas lire à toujours porter une Bible sur eux ? Qu'on les force à prier trois fois par jour, à ne rien faire le dimanche, même si le temps était idéal pour partir à la chasse ?
Commenter  J’apprécie          00
pgremaud   22 août 2018
L'adieu à Saint-Kilda de Eric Bulliard
Leurs regards d'enfants perdus cherchent une approbation, un réconfort, une assurance, mais ne croisent que des doutes et d'autres regards d'enfants perdus. Ils voient la fin du monde que leurs ancêtres leur avaient confié et se rendent compte, ce soir-là, qu'ils vivront désormais avec le sentiment d'avoir trahi une confiance millénaire et absolue. Ils resteront à jamais les derniers, ceux qui n'ont pas su transmettre à leurs enfants ce que leurs parents leur avaient donné. Ceux qui ont cassé le fil. Qui ont éteint le feu. Ou qui l'ont laissé s'éteindre.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura