AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.54 /5 (sur 861 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Lausanne , le 11/02/1969
Biographie :

Joseph Incardona est un écrivain, scénariste et réalisateur suisse.

Né d'un père italien et d'une mère suisse, il a vécu notamment à Paris et Bordeaux avant de s'installer à Genève.

Riche de sa culture suisse et italienne, admirateur de la vitalité des écrivains de la péninsule, il puise ses références dans le roman noir - "roman social" par excellence - et la littérature américaine du XXe siècle (John Fante, Jack Kerouac, James Lee Burke, Charles Bukowsky.).

Auteur d’une dizaine de romans et de deux pièces de théâtre, il est également scénariste de bande dessinée et réalisateur d’un long métrage "Milky Way" (prix du public au festival international du film policier de Liège en 2014).

En 2008, il obtient le 2ème Prix de la Cinémathèque suisse pour son court métrage, "Annonciation".

"Lonely Betty" paru en 2010 chez Finitude, éditeur bordelais, a obtenu le Grand Prix du Roman Noir au Festival de Beaune en 2011.

En 2015, son roman "Derrière les panneaux il y a des hommes", publié aux Éditions Finitude, remporte le Grand prix de littérature policière du meilleur roman en français.

En 2018, "Permis C" (BSN Press, 2016) obtient le Prix du Roman des Romands.

site officiel : http://www.josephincardona.com
+ Voir plus
Source : http://www.culturactif.ch
Ajouter des informations
Bibliographie de Joseph Incardona   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Extrait de "La soustraction des possibles" de Joseph Incardona lu par Damien Witecka. Parution numérique le 12 août et CD le 16 septembre 2020. Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/la-soustraction-des-possibles

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (319) Voir plus Ajouter une citation
nameless   03 novembre 2016
Aller simple pour Nomad Island de Joseph Incardona
L'introversion amène à se couper des autres qui vous le rendent bien, ce qui renforce à son tour la construction d'un monde à soi.



Page 63
Commenter  J’apprécie          310
Verdorie   11 janvier 2015
Lonely Betty de Joseph Incardona
Lauren interrompit sa fellation, leva son visage vers James Sullivan :

-- Dis, mon chou, tu ne trouves pas que les chapitres de cette histoire deviennent de plus en plus courts ?

Le regard voilé par le plaisir, il soupira :

-- Je suppose que c'est une question de rythme...

-- Mais on est des personnages secondaires ? À quoi bon mentionner que je te taille une pipe ?

-- J'en sais rien, continue, poupée.
Commenter  J’apprécie          280
Yassleo   16 novembre 2016
220 volts de Joseph Incardona
Sauf cas tragiques, les étapes d’une vie sont plus ou moins les mêmes pour tous. Mais ce n’est pas parce que c’est banal que ça ne vaut pas la peine d’être vécu.
Commenter  J’apprécie          281
Pecosa   03 mars 2020
La soustraction des possibles de Joseph Incardona
Alfred Hitchcock nomme "McGuffin" ce qui, dans un film, est objet indéfini prétexte à l'action des protagonistes. Par exemple, dans Les Enchaînés, Ingrid Bergman et Cary Grant sont deux espions antagonistes dont la mission consiste à mettre la main sur des documents relatifs à un programme nucléaire. On ne sait rien de ce "programme", il serait notamment question d'une bombe, Hitchcock lui-même, lorsqu'il écrit le scénario, ignore tout du sujet et ne s'en inquiète guère -la première bombe à neutrons n'a d'ailleurs pas encore explosé sur Hiroshima lorsqu'il tourne le film en 44-, mais ce qui nous intéresse en tant que spectateurs, c'est que deux personnages sont mus par la nécessité de cette action. Tout découle du "McGuffin": c'est le moteur de la dramaturgie, mais il n'est pas indispensable de posséder un doctorat en physique nucléaire pour comprendre l'histoire qui nous est racontée.
Commenter  J’apprécie          260
Pecosa   01 mars 2020
La soustraction des possibles de Joseph Incardona
"Tu sais quoi, René? J'ai décidé que ma seule patrie, le seul drapeau auquel faire allégeance est le pognon. Et quand il y a le pognon, on est tous copains, on n'est pas raciste ni rien. Il n'y a jamais de problèmes dans les hôtels cinq étoiles, jamais. T'as remarqué?"
Commenter  J’apprécie          277
nameless   19 novembre 2016
220 volts de Joseph Incardona
Auparavant, j'avais choisi en fond d'écran la photo de mes enfants chevauchant un poney. Je l'ai effacée, tout comme j'ai supprimé l'image de ma femme et de mes gosses sur mon téléphone portable. Si l'on n'y fait pas gaffe, il y a un tas de choses qui contribuent à vider de leur sens les rapports humains. (...) Ma famille n'a pas à se rappeler à mon souvenir chaque fois que je réponds au téléphone.
Commenter  J’apprécie          250
Cannetille   14 juin 2020
La soustraction des possibles de Joseph Incardona
La lecture est un de ces plaisirs qui permettent de goûter à l’existence tout en restant en retrait de ses actes. Quand il n’y a plus que la catharsis pour atténuer ce qui est au-delà des joies et des peines.
Commenter  J’apprécie          250
nameless   14 mai 2020
La soustraction des possibles de Joseph Incardona
C’est beau une femme de cinquante ans. Elle a fini d’espérer au-delà de ses moyens, ses choix sont affirmés, elle a établi ses compromis, les enfants sont grands, la frustration s’apaise, les hormones sont moins virulentes, mais le corps est encore présent, au seuil de la vieillesse et dans sa maturité pleine et généreuse, prêt à jouir de ce qu’il a, à prendre sans exiger plus de ce qu’il peut espérer.
Commenter  J’apprécie          241
hcdahlem   19 mai 2020
La soustraction des possibles de Joseph Incardona
Tout ça, tu le sais, Odile. Je t’aime bien, je pense que tu es une femme intelligente. Que tu as juste commis cette erreur initiale du choix de la sécurité, qui te rend esclave et prisonnière d’un monde qui ne te satisfait plus. Ce monde que tu n’as jamais voulu peut-être, qui sait ? Ce que tu désires maintenant, c’est demander pardon, pardon, pardon à l’existence de l’avoir trahie pour gérer le calendrier des pousses d’un jardin, d’une soirée dans un bain à bulles, d’un mariage perpétuant le même désastre. De n’avoir pas su donner à ta fille une possibilité d’évasion d’elle-même, mais d’être complice de l’édification de sa cage dorée. A un moment, tu aurais pu élargir le champ des possibles, Odile. Entre nous, c’est cela que je te reproche. De ne pas avoir eu le courage au moins d’essayer. Tu as contribué à creuser une tanière profonde pour ta progéniture. Tes petites filles suivront le modèle. Il faut espérer dans le sursaut d’une âme vieille dans le corps d’une jeune fille, celui d’une femme qui aura le courage de se soustraire à l’emprise des hommes, de ne pas se laisser acheter ni corrompre au nom de la sécurité. Du confort. Le confort qui devient notre propre prison. Nous sécurise et nous enferme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
berni_29   17 juillet 2021
La soustraction des possibles de Joseph Incardona
Mimi ne lit que des écrivains morts. Parce que si elle rencontrait un auteur vivant écrivant d'une manière aussi essentielle ces phrases qu'elle est incapable d'exprimer, mais qui semblent sortir tout droit d'elle d'elle-même sans pouvoir se l'expliquer, comme s'il existait un autre être de chair capable d'être vous-même et de vous restituer en mots, alors, de deux choses l'une : soit elle le tuerait, soit elle en tomberait amoureuse.
Commenter  J’apprécie          232

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les personnages du livre

Comment s'appelle la fille de René Langlois ?

Odile
Mireille
Diane
Julia

9 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : La soustraction des possibles de Joseph IncardonaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..