AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.01/5 (sur 334 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Paris , le 06/09/1936
Mort(e) à : Suisse , le 11/02/2015
Biographie :

Anne Cuneo est une écrivaine, journaliste, metteuse en scène et réalisatrice suisse d'origine italienne. Elle est la sœur du chanteur et acteur Roger Cuneo.

Au début de la guerre, en 1939, Anne Elise Cuneo, rentre avec sa famille à Milan. Après la mort de son père, Alberto, en 1945, elle passe sa jeune enfance dans divers internats et orphelinats religieux en Italie, puis à Lausanne en Suisse en 1950.

Cette même année, elle fugue pour aller apprendre l'anglais en Angleterre, à Plymouth et Londres et découvrir la culture anglo-saxonne durant une année. De retour en Suisse, elle poursuit ses études secondaires et universitaires à Lausanne, où elle obtient, en 1964, une licence ès lettres. Elle parfait sa formation comme conseillère en publicité et comme journaliste. Elle devient suisse par mariage.

Anne Cuneo exerce successivement les métiers de serveuse, monitrice, téléphoniste, secrétaire, traductrice, enseignante, journaliste, scénariste et réalisatrice de cinéma.

En 1967, elle publie son premier roman "Gravé au diamant". Éclectique, Anne Cuneo partage son temps entre la création dans presque tous les domaines de la littérature et du journalisme.

Ses premiers romans traitent de l'immigration avec "Portrait de l'auteur en femme ordinaire" (en 2 tomes), la maladie, suite à son cancer du sein, avec "Une Cuillerée de bleu" ou encore la guerre, avec "Les Corbeaux sur nos plaines". Essayiste, elle dessine des portraits des milieux du spectacle comme "Le Piano du pauvre", "Le Monde des forains" ou "Benno Besson et Hamlet."

Dès 1987, elle collabore comme journaliste indépendante, au journal de la Télévision suisse romande.

En 1998, Anne Cuneo publie son premier roman dit "policier" (mais qu’elle qualifie de "roman social"), "Âme de bronze", suivi en 1999 par "D’or et d’oublis" puis en 2000 par "Le Sourire de Lisa", où l’on retrouve l’enquêteuse Marie Machiavelli.

Elle a également participé à des expériences cinématographiques, radiophoniques et théâtrales. De l’écriture, elle a passé à la mise en scène et à la réalisation.

Anne Cuneo collabore au Téléjournal à Genève et à Zurich, où elle demeure conjointement aujourd’hui. Ses ouvrages, constamment réédités et traduits en allemand, sont tous de grands succès de librairie en Suisse.

Anne Cuneo est décédée le 11 février 2015, laissant derrière elle une oeuvre magistrale.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Anne Cuneo   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Musique: "Taraf de Haïdouks", orchestre 100% Rom.


Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
«L’imprimeur est loué pour la précision, la propreté de l’impression, pour la pureté de la correction, et tout ce qui s’ensuit », disait Francesco d’une voix courroucée. « Faut-il encore qu’il s’approprie les louanges qui appartiennent à des hommes qu’on a laissés dans l’oubli, quoiqu’on leur ait l’obligation de ce que l’Imprimerie a de plus beau ? Aujourd’hui, tout le monde admire mon italique, mais moi, on ne sait plus que j’existe. Il y a même des gens pour penser qu’il a été gravé par Alde, comme si ce savant penseur savait faire cela. Je m’étonne que tous ceux qui s’extasient sur le mérite des imprimeurs ne disent mot des graveurs en caractères ; pourtant, l’imprimeur, ou plutôt le typographe, n’est au graveur que ce qu’un habile chanteur est à un bon compositeur de musique.»
Commenter  J’apprécie          130
"Les évangélistes intransigeants m'insupportent tout autant que les romains bigots. Pour les mêmes raisons: lorsqu'on se laisse aller aux extrêmes, ce qui est plus facile que de réfléchir, on devient idiot. Les idioties sont différentes, mais elles n'en sont pas moins des idioties. Toutes, et elles sont dangereuses. Il faut discuter, et non s'entre-tuer. Sinon l'Humanité ne s'élèvera jamais plus près du ciel."
Commenter  J’apprécie          120
Les fanatiques m’horripilent et, je ne sais pourquoi, le monde finit toujours par leur appartenir. Ce ne sont que quelques illuminés, des inconscients qui se sentent autorisés à agir en notre nom sans rien nous demander, et qui nous abandonnent ensuite avec le sang et les cendres qu’ils ont répandus dans leur sillage. La plupart de ceux qui paient ne sont pas responsables, ils ne savaient rien de ce qui se passait.
Commenter  J’apprécie          110
Sans l'espérance on n'atteint pas l'inespéré, qui est par définition inaccessible et introuvable, dit Héraclite. J'espérais, je ne sais trop quoi.
Commenter  J’apprécie          70
Par rapport à l’original, un texte traduit n’est rien sinon ce que le dessin est à la nature, le portrait à l’original, l’ombre à la substance
Commenter  J’apprécie          71
Et mon but, c'est la plénitude. Je n'ai plus le temps à perdre en malheurs.
Commenter  J’apprécie          61
Maître Beda n'y est pas allé de main morte : dans la préface déjà, il insulte les humanistes à grands coups de sabelliens, eunomiens, donatistes, hérétiques honteux, vaudois, hussites, wiklefistes déclarés, blasphémateurs, impies, immoraux. Qui plus est, il se vantait de ne pas avoir lu les livres qu'il condamnait. Douze ans après leur parution, il découvrait soudain cent quarante -trois propositions hérétiques, pas moins, dans les Commentaires sur les Epîtres de Paul, qu'il prétendait pourtant ne pas avoir lus !
Commenter  J’apprécie          40
“Je veux être écrivain. Mais je veux écrire sur tout, il faut que je fasse mes expériences.ˮ
“Alors, si tu écris sur les Chinois, il faut que tu deviennes chinoise ?ˮ
(p. 214)
Commenter  J’apprécie          50
Il fait parti des livres qui me restent en mémoire! J'ai voyagé ,j'ai eu peur ,j'ai appris ,j'ai rêvé et je n'aurais pas voulu que cela s'arrête !

Magnifique !
Commenter  J’apprécie          51
D’un crayon agile, il a tracé les lettres :

MISET…BALI…RIBITORIAD

« Celles-ci étaient sur une pierre brisée, le reste manquait. Elles me plaisaient tout particulièrement, à cause de leurs proportions. Je n’avais pourtant jamais entendu parler de calligraphie humaniste, à l’époque. Tout juste de typographie. »

Maître Lefèvre les a contemplées, d’abord de près, puis de loin.

« Et maintenant, on vous envoie à Venise ? Je trouve l’idée excellente. »

« C’est essentiellement pour trouver des textes à publier. »

« Profitez-en pour apprendre ce que Venise peut transmettre. Vous ramènerez n France ce que notre compatriote Nicolas Janson, qui a quitté Paris pour apprendre l’imprimerie et n’y est jamais revenu, a laissé là-bas. » Il s’est soudain ressouvenu de moi. « Toi aussi, tu pars pour Venise, à ce qu’il paraît. N’oubliez pas, mes enfants : la manière dont l’Écriture sera couchée sur le papier, le fait qu’elle soit ou non lisible, cela est aussi vital que la pureté même du texte. »

Il a fouillé dans ses papiers.

« Puisse le paysan au manche de sa charrue en chanter des passages, le tisserand en moduler des bribes dans le va-et-vient de ses navettes, le voyageur alléger la fatigue de sa route avec des histoires ; puissent celles-ci faire les conversations de tous les chrétiens ! C’est beau, n’est-ce pas ? C’est mon ami Didier Érasme qui m’écrit cela. C’est une leçon qu’il faut retenir jusque dans la forme des lettres. »

« Vous devriez dire cela à Maître Estienne », a fait observer Maître Antoine. « Je crois qu’il ne le sait qu’à moitié. »

« Le simple fait qu’il vous envoie à Venise prouve qu’il le sait suffisamment. »

Là-dessus, nous nous sommes remis aux corrections. J’avoue ne pas avoir été tout à mon affaire. Ce qui s’était dit, le rôle que Maître Lefèvre attribuait à la typographie, me troublaient. Le métier que j’étais sur le point d’embrasser m’apparaissait soudain, pour la première fois, non plus comme un travail artisanal, mais comme une aventure de l’esprit.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Anne Cuneo (357)Voir plus

Quiz Voir plus

Enfants

"Le frémissement nocturne de la forêt enveloppait Cosette tout entière...Ce n'était pas seulement de la terreur qui la gagnait, c'était quelque chose de plus terrible que la terreur..; Elle fit ainsi une douzaine de pas, mais le seau était plein, il était lourd... Elle sentit tout à coup que le seau ne pesait plus rien. Une main, qui lui parut énorme, venait de saisir l'anse et la soulevait vigoureusement." Qui a écrit "Les Misérables"?

Emile Zola
Victor Hugo

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..