AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.87 /5 (sur 27 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1965
Biographie :

Fabrice Lardreau est est l’auteur de neuf romans récits, dont Une fuite ordinaire (Denoël, 1997), remarqué par Michel Houellebecq, Contretemps (Flammarion, 2004), salué par la critique et traduit en plusieurs langues et Nord Absolu (Belfond, 2009).

Il est également membre du collectif "Les sept mains" et collabore régulièrement au magazine Transfuge.


Source : /livres.fluctuat.net
Ajouter des informations

Fabrice Lardreau et ses lectures :


Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire?

Voyage au bout de la nuit.


Quel est le livre qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire ?

Les auteurs que j`admire, qu`il s`agisse de Céline, Dickens, Philip K. Dick, Antonio Lobo Antunes ou Nabokov, ont toujours été des stimulants pour moi, jamais des freins. Ils me poussent à l`exigence, m`incitent à travailler ; leur lecture est un apprentissage permanent, inépuisable. Je ne me sens pas écrasé par ces génies, mais, avec mes moyens et mes limites, sollicité pour donner le meilleur de moi-même. Ecrire de la fiction est un mélange d`humilité, d`orgueil et d`inconscience : on se demande parfois ce que l`on peut ajouter à tous ces grands romans, mais l`envie d`écrire est la plus forte. le romancier est avant tout dans l`action.


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Soleil Vert, de Harry Harrison, un roman d`anticipation écologique que j`ai lu à 15 ans. Il traite notamment de la surpopulation, de la famine, et me semble toujours d`actualité. Plus tard, à dix-sept ans, j`ai découvert Le Père Goriot de Balzac, dont l`évocation de la ville m`a fasciné.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Les trois volumes de Littératures de Nabokov. C`est une mine épuisable pour moi, un feu d`artifice d`intelligence, de drôlerie, et, parfois aussi, de mauvaise foi ! Nabokov nous apprend véritablement à (re)lire, à se méfier des généralités. Grâce à lui, j`ai pu aborder Ulysse de Joyce et mieux saisir La Métamorphose de Kafka. Son souci du détail est parfois déterminant : le fait, par exemple, qu`il s`agisse dans l`histoire d`un scarabée bousier (et non d`un cafard comme les mauvaises traductions le colportent) est déterminant : ça démonte toute l`analyse freudienne du texte sur le rapport au père…


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

La Divine Comédie.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Lanark, de l`écossais Alasdair Gray. C`est un roman à deux pistes qui entrelace deux histoires : celle d`un peintre dans le Glasgow des années 1950 et celle d`un jeune homme, thérapeute de dragons, dans une ville intemporelle, Unthank, toujours entourée de brume. C`est un texte hybride, absolument génial, une sorte d`Ulysse contemporain agrégeant SF et littérature générale.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

La chartreuse de parme. Je ne suis jamais allé au bout d`un roman de Stendhal ! Sans doute parce que mon prénom, dirait un docteur viennois, vient d`un certain del Dongo. Tant pis. Ma passion pour Flaubert est aussi forte que mon indifférence pour Stendhal.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Non.Je me méfie des belles phrases, des maximes et du passage « très spirituel » qui résume tout – le monde, la vie, l`amour, la littérature. Les généralités me posent problème. Je suis plutôt un narratif qu`un conceptuel ; j`apprécie chaque phrase d`un texte, sur le plan du sens et de la musicalité, mais je la vois comme le point d`un tableau qui n`a de sens qu`agrégé aux autres éléments dont la structure d`ensemble se révèle à la fin.


En ce moment que lisez-vous ?

Limonov, d`Emmanuel Carrère (dont je suis un grand fan). C`est un roman picaresque autour de la vie de cet écrivain-aventurier russe. le parcours d`Edouard Limonov est celui d`un siècle, de ses douleurs, de ses excès et de ses paradoxes. C`est un vrai bonheur de lecture. Carrère arrive à chaque fois à me surprendre ! Depuis L`Adversaire, il a gagné en densité et en intensité. Avec Limonov, où l`Histoire fait son apparition, il devrait toucher pas mal de monde et intéresser les jurés du Goncourt…



L`entretien de Fabrice Lardreau avec Babelio : Un certain Petrovitch


Après Nord absolu, roman assez sombre, vous revenez avec un livre au ton burlesque. Était-ce une volonté de trancher avec votre roman précédent ?

Ce n`est pas calculé. L`idée m`est venue un soir, sur le périphérique, en apercevant sur le flanc d`un immeuble cette affiche de Spiderman III qui m`a amusée. Je me suis demandé ce qui se passerait pour la personne qui habitait à hauteur de l`épaule du super-héros. Ça a démarré comme ça. J`ai tout de suite eu la première phrase du livre. Les romans,pour moi, naissent souvent d`une image, d`une situation, pas d`une idée abstraite. Pour Un certain Petrovitch tout est parti de là : j`ai exploré mon personnage, son passé et son devenir. C`est parti d`un côté presque anecdotique pour aboutir, par strates successives,à travers le parcours du personnage et la revisitation du « Manteau » de Gogol, à quelque chose, je l`espère, de plus universel.


La nouvelle de Nicolas Gogol, le Manteau, occupe une place très importante dans ce roman. Comment l`avez-vous découverte ?

Mon narrateur a en effet perdu son manteau comme Akaki Akakievitch dans la nouvelle de Gogol. J`ai découvert cette nouvelle à 17 ans, dans les mêmes circonstances que mon personnage. Elle m`a tout de suite touché, sans que je puisse le formuler précisément – je n`étais pas très littéraire à cette époque. Ce n`est que plus tard, quand j`ai commencé à écrire et que j`ai relu plusieurs fois ce texte, que j`ai compris à quel point il était beau, fort, universel, et à quel point l`interprétation qu`en fait Nabokov était juste.


Nabokov est cité en exergue du roman, dans un passage où il évoque le Manteau. Est-ce lui qui en a le mieux parlé jusqu`à présent ?

La citation placée en début d`un livre est souvent sa clef de sol, elle donne le ton du roman. C`est aussi un hommage à un auteur qu`on admire. Nabokov a exprimé avec une clarté, une profondeur d`analyse et, en même temps, une extraordinaire simplicité, la portée de cette nouvelle, qui résume tout le pathétique de la condition humaine. Comment vit-on sans une passion, une obsession qui donne un sens à notre existence et, dans le même temps, en rappelle la futilité et la triste finitude ?


Vous livrez vous-même dans le roman une analyse de cette nouvelle…

Je ne voulais pas faire un essai sur Gogol ; j`ai essayé de donner ma vision, à la fois personnelle et littéraire, de cette nouvelle, et de voir comment critiques et écrivains l`avaient abordée : Henri Troyat (qui a consacrée une biographie à Gogol), Andreï Siniavski, Nabokov, etc.


Peut-on rapprocher ce roman de Contretemps, que vous avez publié en 2004 ?

Tout à fait. Ces deux ouvrages ont deux points communs : un ton burlesque, un peu débridé, et l`imbrication de ce que l`on appelle la « culture haute » – Joyce pour Contretemps, Gogol pour celui-ci –, à la culture « populaire » : Retour vers le futur pour Contretemps, les super-héros pour Pétrovitch. Je ne voulais pas que ces deux romans soient réservés à des spécialistes, ou de Joyce ou de Gogol, mais qu`au contraire le lecteur soit progressivement amené à cette littérature.


Avez-vous toujours été un grand lecteur de romans burlesques ?

Ma formation d`autodidacte m`a détourné pendant longtemps du genre. J`avais cette vision sérieuse, ce mépris aristocratique très français à l`égard du burlesque. Ce n`est plus du tout le cas, heureusement. Le rire, même dans un comique dit de « situation », est pour moi un grand bonheur en soi. Passé ce premier degré, je trouve que le burlesque a un aspect vengeur et dénonciateur tout fait salutaire, que ce soit dans un roman ou dans un film. J`ai autant appris de Pierre Desproges, Pierre Richard ou Woody Allen, que de Céline, Rabelais ou Boulgakov. Dans Criticon, une de ses « Chroniques de la haine ordinaire », Pierre Desproges s`en prenait à un critique de cinéma qui avait assassiné avec condescendance un film de Claude Zidi en disant : « ce film n`a d`autres ambitions que de faire rire ». Pierre Desproges rétorquait que l`ambition ou la prétention de faire rire était immense. Je le pense aussi.


Est-ce qu`on voit des auteurs émerger en France ?

J`aime beaucoup l`univers de Iegor Gran ou d`Eric Laurrent. Houellebecq, à mes yeux, est aussi un grand auteur comique. Plus récemment, j`ai lu avec beaucoup de plaisir le premier roman de Jean-Claude Lalumière, le front Russe. Les livres burlesques sont assez rares dans notre pays cartésien où la littérature est assimilée à une forme de sérieux qui, croit-on, est incompatible avec le comique. On pense que le rire est superficiel, qu`il ramène le lecteur à un état bestial, animal. On se méfie de ses moments d`absence où le sujet abandonne sa raison.


La musique occupe une place très importante dans ce roman. le personnage de Petrovitch était batteur dans un groupe de rock pendant son adolescence. Ces passages sont-ils autobiographiques ?

Comme mon personnage, j`ai été batteur dans des groupes de rock – mais j`ai arrêté la musique de manière beaucoup moins tragique ! La musique est très liée à mon adolescence, période toujours sensible ; c`était le langage commun d`une génération, au début des années 1980. Il n`y avait pas internet, pas de CD, peu de clips, le partage de la musique était différent. le disque était un objet en soi, il avait une valeur d`objet précieux, de trésor à la dimension affective. Mon roman parle aussi de ça, de l`importance que la musique peut avoir dans notre vie. Nick Hornby a très bien décrit cette imbrication entre la musique pop et l`intimité des individus dans High Fidelity ; son personnage retrace ses amours à travers ses goûts musicaux successifs. Beaucoup d`instants de ma vie sont étroitement associés à des chansons qui m`ont éveillé à la politique, à l`amour, voire à l`écriture : le désir d`écrire a été le prolongement de certains textes de chansons que j`écrivais à l`époque.


Le monde de l`entreprise est souvent dédaigné dans la littérature française. Dans ce roman, vous en faites un des cadres géographiques de l`histoire. Était-ce important que l`entreprise dans laquelle travaille Petrovitch ait une place dans l`histoire ?

L`entreprise est un cadre de départ assez banal, que beaucoup partagent, et dont je me sers pour basculer sur des éléments fantastiques ou loufoques. J`avais déjà exploré cet univers dans Une Fuite Ordinaire, paru en 1997, qui m`avait valu les suffrages de Houellebecq. Il a exploré ce monde avec beaucoup de talent dans Extension du domaine de la lutte. Il est l`un des premiers à avoir fait entrer le romancier dans l`entreprise. Il a su donner une expression littéraire à ce monde où des millions de gens en occident passent parfois une grande partie de leur vie. L`entreprise permet de comprendre beaucoup de choses sur l`homme et la société contemporaine : le romancier doit s`en emparer.


On retrouve dans ce nouveau roman l`idée du double, déjà présente dans Nord absolu. Est-ce un thème qui vous intéresse particulièrement ?

J`ai été très marqué par la lecture de Dr Jekyll et Mister Hyde de Stevenson, puis, plus tard, par un livre très étonnant de Luigi Pirandello : Un, personne et cent mille. Encore plus que celle du double, c`est l`idée de la multiplicité qui m`intéresse. J`aime cette idée que l`on est plein de gens à la fois et que selon les situations, les interlocuteurs qu`on a, une ou plusieurs de nos facettes s`expriment. Ce qui m`intéresse chez Stevenson Nabokov, encore une fois, en fait une très bonne analyse –, c`est qu`il ne s`agit pas de deux personnalités distinctes, moralement et psychiquement scindées, mais qu`elles sont imbriquées : il y a toujours un peu de Jekyll en Hyde, et vice-versa. Je voulais que ce phénomène intervienne dans mon roman. Il y a une porosité entre les deux récits, qui se répondent : on trouve un peu du super héros dans le comptable et des considérations de comptable dans le super-héros.


Le double, cette multiplicité, on la retrouve dans la très belle analyse que vous faites de New-York et de Saint-Pétersbourg. Vous en faites des villes jumelles remplies de symboles. Y a-t-il une part de fascination pour ces villes dans ces descriptions ?

Ces deux villes ont pas mal de points communs… Elles sont bâties sur l`eau, très emblématiques de leurs pays respectifs, et en même temps très à part. Souvent, on entend les américains dire que New York n`est pas vraiment une ville américaine : elle est d`ailleurs tournée symboliquement vers l`Europe, tout comme Pétersbourg qui est située très à l`ouest de la Russie. Ce sont par ailleurs deux villes très littéraires. J`utilise les icônes de ces deux villes dans mon roman, mais je voulais aussi les aborder d`une manière un peu comique, en mettant en présence le Spiderman de New-York City et le Nicolas Gogol de Saint-Pétersbourg. J`aime, dans la langue comme dans le récit, assembler des éléments assez disparates, éloignés, et voir ce qu`ils produisent. Je revendique ce télescopage entre culture « haute » et « populaire » dont on parlait tout à l`heure.


Découvrez le dernier roman de Fabrice Lardreau, Un certain Petrovitch (en vente dès le 31 août ! ) :

Merci à Fabrice pour sa disponibilité et merci également à Laurence Biava !

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Fabrice Lardreau - Le RER : nos lignes de vie : essai


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Bibalice   25 avril 2013
Cimes intérieures de Fabrice Lardreau
Portrait de Pascal Bruckner :



"J'adore les tempêtes de neige. J'éprouve dans ces circonstances une sensation euphorique - à condition évidemment que la vie ne soit pas mise en danger." Et de raconter ces nuits d'hiver, en Autriche, pendant lesquelles le vent soufflait des heures, le bonheur de se sentir isolé du monde, dans une ruche, puis la joie profonde, au petit matin, de se reveiller devant un paysage gris-blanc où tous les reliefs étaient estompés.

Commenter  J’apprécie          154
Bibalice   28 juin 2011
Un certain Petrovitch de Fabrice Lardreau
Ma seule bouffée révolutionnaire avait jailli lors d'un passage à la Fête de l'Humanité - concert calamiteux, soit dit en passant, sur une scène alternative, un jour de pluie, pendant lequel ma batterie s'était renversée. En brave judéo-chrétien, je pensais, que dis-je, j'étais certain qu'un travail acharné ouvrirait toutes les portes. Fatale erreur. Qu'as tu fait de ton talent, mon cher Petrovitch ? Et la chance, y as-tu pensé ? tu crois encore à la justice divine ? Aux récompenses de fin d'année ? Allons donc !
Commenter  J’apprécie          120
LiliGalipette   16 janvier 2012
Un certain Petrovitch de Fabrice Lardreau
« Comme quoi, des fantômes de Gogol aux épaules de Spiderman, de l’Empire russe à la Grosse Pomme, il n’y a qu’un pas. »
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipette   27 novembre 2011
Nord absolu de Fabrice Lardreau
« La guerre au métissage est la clé de voûte du système : c’est en se mélangeant que les êtres, les œuvres ou les sociétés déclinent. Ce qui vaut pour l’humain ou l’écosystème s’applique à la musique, à la peinture et à la littérature. Retrouver la pureté originelle, le monde d’avant, voici le problème et la solution, disent-ils. » (p. 62)
Commenter  J’apprécie          110
Bibalice   28 juin 2011
Un certain Petrovitch de Fabrice Lardreau
"Savez-vous pourquoi on vous a affectés dans la promotion Spiderman ?"

Notre formateur a entamé son cours, ce matin par cette question. Un grand silence. Même le fayot s'abstenait de répondre.
Commenter  J’apprécie          110
Bibalice   28 juin 2011
Un certain Petrovitch de Fabrice Lardreau
Je couche avec Spiderman, enfin, pour être un peu plus précis, et Dieu sait qu'il faut l'être en ce monde, la précision est une vertu, une bénédiction moderne, je dors, toujours sur le ventre, la tête tournée vers l'est, dans une position vaguement fœtale, à la perpendiculaire de son épaule gauche.
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipette   27 novembre 2011
Nord absolu de Fabrice Lardreau
« Le nouveau régime a-t-il aussi l’ambition de remodeler la Terre ? Le centre de plusieurs villes du pays, dont l’architecture était jugée d’influence norda, a été totalement rasée et reconstruit selon les normes : la cité est notre reflet. » (p. 113)
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipette   27 novembre 2011
Nord absolu de Fabrice Lardreau
« Les gouvernements qui s’en prennent aux immigrés et, peu à peu, dans l’hypocrisie la plus totale, sous prétexte de leur « couper l’herbe sous le pied » disent-ils, d’éviter l’avènement d’une dictature, imitent les extrémistes. » (p. 38)
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipette   27 novembre 2011
Nord absolu de Fabrice Lardreau
« L’immigration zéro, la lutte contre le terrorisme et la politique familiale sont devenus des modèles pour de nombreux pays. » (p. 25)
Commenter  J’apprécie          90
Bibalice   25 avril 2013
Cimes intérieures de Fabrice Lardreau
Une autre face de l'inhabitable... Comme la mer et le désert, explique Michel Serres, la haute montagne est une manière de découvrir le monde tel qu'il est, sans présence humaine, l'inhabité.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-38805

Plus haut sommet du monde, à quelle altitude culmine le Mont Everest?

8904 m
8848 m
8815 m

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : montagnes , Records , géographie physiqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..