AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1948
Biographie :

Florence Montreynaud est une écrivaine et militante féministe française.
Engagée dans le Mouvement des femmes depuis 1970, elle travaille à la réalisation d'un monde où femmes et hommes seront égaux en dignité et en droits.
Florence Montreynaud avait vingt ans en 1968, l'année du Women's Lib. Elle lance sa première campagne électorale sous l’égide du mouvement Choisir en 1978. Mais renonce définitivement à la politique en découvrant « PUTE » inscrit en travers des affiches de sa campagne.
Trente ans plus tard, c'est l'insulte « Tire ton slip, salope ! » qui accueille la ministre de l’Environnement Dominique Voynet au Salon international de l'agriculture de Paris, en mars 1999. Florence Montreynaud prend aussitôt l’initiative d’une pétition de femmes en faveur de la ministre et imagine dans la foulée un réseau de vigilance contre le machisme et les injures sexistes. Un fax, deux téléphones, Internet. Un carnet d’adresses gonflé au fil d’années de militantisme et de complicités intellectuelles. Et un crédit personnel important, servi par une allure, une courtoisie. En quelques jours, le Manifeste des Chiennes de garde, lancé le 8 mars 1999, reçoit plusieurs centaines de signatures. La croisade est lancée.L'association connaîtra un succès médiatique immédiat et durable. Dans Bienvenue dans la meute !, Florence Montreynaud a soigneusement consigné les objections adressées aux actions des Chiennes de garde, dans lequel elle répond avec humour à ses détracteurs. Florence Montreynaud est l'auteur du manifeste NON à la pub sexiste ! (28 septembre 2000) qui fonde La Meute, mouvement féministe, mixte et international contre la publicité sexiste. Elle fonde ensuite Encore féministes !, un réseau féministe, mixte et international qui groupe les signataires d’un manifeste lancé le 8 mars 2001, donnant la liste de vingt premières « bonnes raisons » d’être « encore féministes », et invitant chacun(e) à en ajouter d’autres.
Journaliste indépendante, elle a été présidente de l'Association des femmes journalistes. Elle a choisi comme devise « Et liberi et libri » (« Et des enfants et des livres ») parce qu'on enjoignait autrefois aux filles qui voulaient étudier de choisir entre les deux. Passionnée par l'histoire des femmes et par l'évolution de leurs liens avec les hommes, elle a participé à de nombreux débats, réflexions collectives et rencontres sur ces sujets. Elle est l'auteure de plusieurs livres.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Florence Montreynaud veut changer le monde, rien de moins ! Féministe, elle veut la fin du machisme, ce système d'injustices et de violences fondé sur la haine du féminin. Comme dit Benoîte Groult : « le féminisme n'a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours. » Intellectuelle passionnée, femme d'action aussi énergique que souriante, Florence Montreynaud raconte quarante ans d'une vie engagée pour l'égalité des femmes et des hommes. Dans ce récit alerte, elle nous entraîne, au fil des décennies, au c?ur des revendications et des actions du féminisme dont elle restitue des épisodes marquants. Depuis son "apprentissage", à partir de 1971 au MLF et au Planning familial, jusqu'à son engagement contre le système prostitueur, voici l'itinéraire d'une femme animée par des convictions humanistes et confiante dans la capacité d'un groupe à changer le monde. Ce livre de souvenirs, plein d'humour et fourmillant d'anecdotes, est aussi le roman d'une époque et de plusieurs générations de femmes. Témoignage sur l'histoire de notre temps, plaidoyer pour la cause toujours actuelle de l'égalité, il aide à comprendre le féminisme d'hier et d'aujourd'hui, tout en annonçant celui de demain. Florence Montreynaud veut changer le monde. Pour qu'il soit plus juste et plus doux.
+ Lire la suite

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
babounette   13 novembre 2012
Dictionnaire de citations du monde de Florence Montreynaud
J'écris pour tuer le temps qui me tue. Ahmed Rassim-Le Journal d'un pauvre fonctionnaire. Egypte 20ème siècle.
Commenter  J’apprécie          170
babounette   13 novembre 2012
Dictionnaire de citations du monde de Florence Montreynaud
La plume est la langue de l'âme. Miguel de Cervantès. Don Quichotte.
Commenter  J’apprécie          160
ElGatoMalo   30 août 2012
Dictionnaire de proverbes et dictons de Florence Montreynaud
à sot auteur, sot admirateur.

cf. Boileau : "un sot trouve toujours plus sot qui l'admire".
Commenter  J’apprécie          140
Florence Montreynaud
de   08 juillet 2014
Florence Montreynaud
Un mot inventé, pour un sentiment à imaginer, à rêver, à réaliser, peut-être, en ce XXI° siècle.

Un sentiment entre fraternité et sororité.

Le mot adelphité est formé sur la racine grecque adelph- qui a donné les mots grecs signifiant soeur et frère, tandis que dans d'autres langues (sauf en espagnol et en portugais, ainsi qu'en arabe), soeur et frère proviennent de deux mots différents. Englobant sororité (entre femmes) et fraternité (entre hommes), masculine et non machiste, l'adelphité désigne des relations solidaires et harmonieuses entre êtres humains, femmes et hommes.
Commenter  J’apprécie          100
lanard   06 juin 2016
Appeler une chatte... Mots et plaisirs du sexe de Florence Montreynaud
Dans le vocabulaire technique, lubrifier, c'est rendre glissant avec une matière onctueuse (grasse, le plus souvent) en vue de faciliter le fonctionnement. Parler d'un vagin bien ou mal lubrifié, comme on le fait depuis le XIXè siècle, c'est encor limiter à un rôle d'accueil de l'organe mâle, comme si le seul désir d'une femme qui mouille était d'être pénétrée à cet endroit par une verge. Pourtant, cela signifie seulement qu'elle est excitée sexuellement: le reste est affaire d'interprétation.
Commenter  J’apprécie          90
michel.carlier15   19 janvier 2012
Appeler une chatte... Mots et plaisirs du sexe de Florence Montreynaud
A propos du clitoris .

Alors que la culture occidentale valorise à outrance les organes sexuels masculins , on préfère passer sous silence un élément essentiel de l'identité

sexuelle féminine . La plupart des filles le découvrent par hasard dans leur enfance , en se lavant ou en faisant du sport , par exemple en grimpant à la corde ou en montant à cheval . Est-ce pour leur éviter cette révélation que jusqu'au XXème siècle il était interdit aux cavalières de monter autrement qu'en amazone , les jambes serrées sur le côté ? Est-ce pour cette raison supplémentaire que les conservateurs ont combattu la liberté féminine apportée au XIXème siècle par la bicyclette ?

Pour trop de femmes , cette découverte , faute d'informations , reste un secret , entaché de la culpabilité liée trop souvent au plaisir . Quelle révolution ce serait si les mères , au lieu d'être prisonnières du silence et d'une éducation répressive , transmettaient à leurs filles leur fierté de disposer d'un organe aussi riche , doté d'autant de terminaisons nerveuses !

Si chaque femme prenait conscience de sa chance d'être née fille , et donc dotée d'une telle source de plaisir ! D'où la plaisanterie féminine au sujet de la "petite différence" entre les hommes et les femmes . Réponse : le clitoris ,

qui manque aux hommes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
lanard   30 mai 2016
Appeler une chatte... Mots et plaisirs du sexe de Florence Montreynaud
C'est seulement en 1989 qu'a été publiée aux Payx-Bas une version du Journal d'Anne Frank comprenant des passages inédits depuis la première édition de 1947, car ils avaient semblé alors inconvenants parce que trop intimes. On apprit donc qu'une adolescente néerlandaise de la classe moyenne écrivant en 1942 connaissait le mot vagin, ce qui n'était certainement pas le cas dans des pays situés plus au sud. La nuit, pour utiliser le pot de chambre, et savoir précisément où le placer sous ses fesses, elle se repère, écrit-elle, sur son vagin, mot qu'elle met entre guillemets, ce qui indique qu'il ne lui est pas familier. Plus loin, elle se décrit s'observant dans un miroir, et elle détaille ce qu'elle voit de ses organes sexuels. (Les Journaux d'Anne Frank, trad. Noble, Calmann-Lévy, 1992)
Commenter  J’apprécie          70
babounette   13 novembre 2012
Dictionnaire de citations du monde de Florence Montreynaud
Lorsque tu écoutes mes paroles, elles me semblent tiennes et j'écoute mes paroles - Antonio Porchia. Voix. Argentine XXè siècle.
Commenter  J’apprécie          80
overlandtrack74   28 novembre 2014
Dictionnaire de citations du monde de Florence Montreynaud
Jamais tu ne feras qu'un crabe marche droit - Aristophane
Commenter  J’apprécie          70
de   27 août 2014
Chaque matin je me lève pour changer le monde : Du MLF aux Chiennes de garde, 40 ans de féminisme de Florence Montreynaud
Depuis près de deux siècles, les féministes ont donné des noms à des phénomènes, mais leur apport au langage et à la pensée a été encore plus important. Elles ont révélé des vérités cachées, analysé les liens entre des faits, décrit des processus, reconstitué le puzzle de ce qu’elles ont identifié comme un système d’oppression, fondé sur l’injustice et se maintenant par la violence
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Florence Montreynaud (94)Voir plus


Quiz Voir plus

Voyage d'hiver... Schubert et compagnie

Entrons dans la musique : En quelle année Franz Schubert a-t-il composé le Voyage d'hiver?

1797
1827
1857
1887

7 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : musique romantique , essai , romanCréer un quiz sur cet auteur

.. ..