AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.17 /5 (sur 51 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Liege(Belgique) , le 22/12/1980
Biographie :

François Gemenne est chercheur et enseignant en sciences politiques à l'Université de Versailles et à l'Université de Liège, expert associé au CERI - Sciences Po, et spécialiste des migrations liées à l’environnement, et de géopolitique de l’environnement, ex-directeur exécutif du programme de recherches politiques de la terre.

Il a signé plusieurs essais, dont : Controverses climatiques, sciences et politique, avec Edwin Zaccaï et Jean-Michel Decroly (Presses de Sciences Po, 2012), et Géopolitique du changement climatique (Armand Colin, 2009).


Ajouter des informations
Bibliographie de François Gemenne   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les élections nationales ont mis à l'épreuve la stratégie d'autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune. Après les 4,6 % des suffrages réunis par Yannick Jadot à l'élection présidentielle de 2022, les orientations stratégiques des écologistes sont mises à l'épreuve. Certaines personnalités qui ont soutenu le candidat, comme le chercheur François Gemenne, en viennent à douter de la pertinence de la voie électorale pour enclencher la bifurcation écologique nécessaire. Mais cette dernière n'a-t-elle pas été également défendue, avec plus de succès, par l'Union populaire de Jean-Luc Mélenchon ? Depuis, dans la perspective des élections législatives des 12 et 19 juin prochains, Europe Écologie-Les Verts (EELV) a intégré une union des gauches – la Nupes – dominée par les mélenchonistes. S'agit-il d'une alliance circonstancielle, ou le parti doit-il abandonner de manière plus durable son exigence et ses prétentions à l'autonomie ? Les invités de notre émission « Les Voies du pouvoir » en débattent. David Cormand, eurodéputé et ancien secrétaire national d'EELV, voit la Nupes comme « une reconstitution de la ligue dissoute de la social-démocratie », dont il reconnaît cependant l'écologisation. Claire Lejeune, figure des marches climat passée par EELV, a fait le choix de rejoindre l'Union populaire pour sa clarté en termes de « rupture » avec le modèle actuel de société. Maxime Combes, économiste et activiste issu du mouvement altermondialiste, voit l'union d'un bon oeil, tout en mettant en garde contre le fait de ne parler qu'à celles et ceux qui soutiennent déjà la gauche et les écologistes. Notre émission « Les voies du pouvoir », en intégralité sur Mediapart https://www.mediapart.fr/journal/france/200522/ecologie-politique-ce-qui-change-en-2022#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart

+ Lire la suite

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
François Gemenne
BRAEM   31 août 2019
François Gemenne
Les réticences face aux contraintes ?

" On a une vision nette du monde qu'on veut éviter, celui qui dépeignent les scientifiques : cataclysmique, transformé complètement par les pertes de biodiversité, les pollutions et le changement climatique. Mais personne n'a de vision claire du monde vers lequel on voudrait tendre et qui nous ferait accepter les contraintes nécessaires pour y parvenir."

Les données et les évolutions le montrent : il y a urgence. "Mais la présentation binaire gagné/perdu n'a pas de sens. En réalité, on a déjà perdu. Pour les populations des pays en développement, c'est déjà perdu. Les migrations climatiques, la perte de territoire, les crises sanitaires sont déjà une réalité. La question n'est pas si on va gagner ou perdre, mais comment réussir à limiter les dommages. Si on était dans une voiture, il ne s'agirait pas d'éviter la sortie de route - elle a lieu - mais plutôt comment éviter le nombre de tonneaux et trop de monde se fassent éjecter du véhicule."
Commenter  J’apprécie          10
fathigay   16 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
les migrants sont devenus les principaux investisseurs dans leur propre pays, et des acteurs essentiels de leur développement. Une très grande majorité des migrants envoient de l’argent à leurs proches, souvent en petites transactions. Bien qu’elles baissent régulièrement, les commissions prélevées par les agences qui permettent ces transactions, comme Western Union ou Moneygram, restent considérables : environ 8 % du total. C’est l’Inde qui reçoit le plus de transferts (79 milliards de dollars en 2018), suivie de la Chine (67 milliards), du Mexique (36 milliards) et des Philippines (34 milliards)11. Dans le budget national de ces pays, les remises d’épargne constituent généralement une part assez marginale. Pour les familles qui les reçoivent, en revanche, ces envois réguliers d’argent représentent souvent l’aboutissement du projet migratoire, et parfois leur seul lien avec celui qui est parti.
Commenter  J’apprécie          10
fathigay   16 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. » On a beaucoup glosé sur la petite phrase de Michel Rocard, prononcée pour la première fois en 1989 et répétée plusieurs fois par la suite. Aucune parole, sans doute, n’aura autant structuré le débat sur les migrations en France que celle-là. Elle est particulièrement pratique, puisqu’elle est absolument creuse : elle convient d’abord à ceux qui veulent limiter l’immigration, tout heureux de trouver une figure historique de la gauche pour valider leurs propositions. Et elle convient aussi à ceux qui voudraient accueillir davantage, puisqu’ils affirment alors, généralement de bonne foi, que la citation est apocryphe. Rocard, clament-ils, avait ajouté : « … mais elle doit en prendre sa juste part » – sans préciser ce que cette part devrait être.
Commenter  J’apprécie          10
fathigay   16 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
Le principal effet de la fermeture des frontières, ce n’est pas d’arrêter les migrations : c’est de les rendre plus coûteuses, plus dangereuses et plus meurtrières. C’est la matrice du business des passeurs. C’est bien la fermeture des frontières qui rend les passeurs indispensables, puisque autant de réfugiés et de migrants ont absolument besoin de franchir ces frontières. Plus on ferme les frontières, plus l’activité des passeurs fleurit. Curieusement, alors que tous les gouvernements prétendent vouloir lutter contre les passeurs en fermant les frontières et les routes migratoires, on fait exactement l’inverse : plus on restreint les possibilités de franchir légalement les frontières, plus on alimente le commerce de ceux qui les font franchir illégalement. Le résultat est le chaos actuel, où ce sont désormais les passeurs qui déterminent qui arrive en Europe, à quel endroit et à quel prix. Plus nous avons essayé de lutter contre l’immigration irrégulière, plus nous avons développé le business des passeurs. L’introduction des passeports biométriques et de nouvelles technologies de contrôle des frontières dans les aéroports européens, dès le début des années 1990, ont favorisé le franchissement des frontières, pour ceux qui n’avaient pas de visa, par camions ou par bateaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fathigay   16 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
Les immigrés plus récents sont beaucoup plus diplômés que leurs aînés : 33 % des immigrés arrivés après 1998 sont diplômés de l’enseignement supérieur, alors qu’ils n’étaient que 21 % parmi ceux arrivés avant 1998. Et ceux qui sont arrivés dernièrement, notamment lors de la crise des réfugiés, sont encore plus diplômés : 42 % des immigrés arrivés en France en 2017 étaient diplômés de l’enseignement supérieur, dont 37 % avec un niveau bac+3 ou supérieur10. Les femmes sont plus diplômées que les hommes (45 % contre 39 %). Et contrairement à une idée reçue, les immigrés africains ne sont guère moins diplômés que les autres : 37 % d’entre eux sont diplômés de l’enseignement supérieur, dont 30 % de l’enseignement supérieur de type long (bac+3 ou plus). Cela veut dire que plus les immigrés sont arrivés récemment, plus ils sont diplômés : la figure de l’immigré arrivé sans diplôme appartient bien davantage à l’ancienne génération d’immigrés qu’à la nouvelle.

Les nouveaux immigrés sont non seulement beaucoup plus diplômés que la moyenne de la population dans leur pays de départ11, mais ils sont surtout beaucoup plus diplômés que nous : en France, 18,3 % de la population possède un diplôme supérieur à bac+2. C’est plus du double chez les immigrés africains arrivés depuis 2012.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fathigay   16 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
Les gains potentiels de la migration, en tant qu’investissement, sont donc substantiels pour les migrants. Mais, contrairement à une idée tenace et pas toujours explicite, ils ne viennent pas pour bénéficier d’allocations ou vivre aux crochets des organismes sociaux : beaucoup ne connaissent pas les aides auxquelles ils ont droit et n’y ont pas recours. Ils viennent avant tout pour développer un projet économique, qui permettra de faire mieux vivre leur famille ou, simplement, de lui permettre de survivre. La migration est avant tout le projet et la promesse d’une vie nouvelle et meilleure, non seulement pour les migrants, mais aussi pour leur famille. Cela explique que le taux d’entrepreneuriat, parmi les immigrés, soit supérieur en France à celui des nationaux : la dernière étude sur le sujet date d’il y a dix ans déjà, mais elle révélait qu’en 2007-2008 la part de travailleurs indépendants était de 10,6 % parmi les immigrés, contre 8 % parmi les nationaux14. L’entrepreneuriat des immigrés est encore plus marqué dans d’autres pays européens, notamment en Europe de l’Est. Si les immigrés ont davantage l’esprit d’entreprise que les nationaux, c’est avant tout parce qu’ils sont venus pour réaliser un projet migratoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fathigay   17 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
En France même, deux conceptions de la laïcité s’affrontent souvent. L’une, légaliste, et défendue notamment par l’Observatoire de la laïcité3, insiste avant tout sur la laïcité comme une liberté de conscience, de croire ou de ne pas croire, qui garantit l’égalité de chacun devant la loi, quelles que soient ses convictions. Mais une autre conception de la laïcité, parfois nommée « laïcité de combat », s’inquiète de la montée de courants islamistes et fondamentalistes, et s’attaque dès lors à toute présence de signes religieux dans l’espace public. En France, cette conception est portée en particulier par le Printemps républicain, un groupe de proches de Manuel Valls. Le problème, c’est que cette « laïcité de combat » ressemble parfois beaucoup à un combat contre l’islam et les musulmans, dont la présence est sans doute plus visible dans l’espace public que d’autres religions. On peut avoir l’impression que, sous des dehors de défense de la laïcité, c’est avant tout aux musulmans que l’on s’en prend, comme si la laïcité servait avant tout de prétexte et s’appliquait selon une géométrie variable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
de   31 mars 2015
Migrations Internationales, un Enjeu Nord-Sud de François Gemenne
parmi les migrants et les exilés, nombreux sont ceux qui possèdent des diplômes de niveau élevé, mais cette qualification n’est ni visible ni revendiquée parce que les gens ne parlent pas la langue ou parce qu’ils sont mis dans des situations de clandestinité. Ils sont d’emblée considérés comme non qualifiés
Commenter  J’apprécie          10
de   31 mars 2015
Migrations Internationales, un Enjeu Nord-Sud de François Gemenne
l’immigrant/l’immigré est celui qui se déplace d’une zone à une autre, non le fils de celui qui se déplace
Commenter  J’apprécie          20
fathigay   16 janvier 2022
On a tous un ami noir de François Gemenne
Les chiffres de l’immigration sont remarquablement stables, que le gouvernement soit de gauche, de droite ou soi-disant ni de gauche, ni de droite. Tous les gouvernements ont fait voter une ou plusieurs lois sur l’immigration ; aucune n’a véritablement modifié les chiffres.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les pays dans la littérature

L'intrigue du célèbre roman de E.M. Remarque, À l'Ouest rien de nouveau, se déroule pendant la Première Guerre Mondiale et est racontée par un soldat. Mais d'où vient-il et où se situe l'action ?

Un soldat français en France
Un soldat allemand en France
Un soldat allemand en Russie
Un soldat russe en Allemagne

10 questions
318 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , littérature , paysCréer un quiz sur cet auteur