AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782849504505
Syllepse (19/03/2015)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Les migrations sont devenues une réalité structurelle dans un monde globalisé. Elles concernent aujourd’hui une personne sur sept sur terre et sont de plus en plus diversifiées, multiples et complexes, tant par leurs motifs et leurs origines que par leurs trajectoires. Elles restent pourtant mal comprises, volontiers caricaturées, et surtout souvent réprimées, tant au Nord qu’au Sud. Là sans doute se trouve un paradoxe singulièrement absurde et révoltant : alors que... >Voir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  31 mars 2015
Les pays de l'OCDE ne reçoivent pas « toute la misère du monde »
Dans son éditorial François Gemenne souligne l'écart, la distorsion, entre les réalités et les discours publics et rappelle que les migrations sont un « droit fondamental ». Il parle, entre autres, de l'immigration comme richesse, de la frontière « que nous traçons entre migrations internes et migrations internationales », des 230 millions de personnes vivant aujourd'hui dans un autre pays que celui où elles et ils sont né-e-s, des 740 millions de migrant-e-s « internes », de l'accélération des mouvements migratoires « leur diversification, leur mondialisation et leur féminisation », de l'investissement que nécessite une migration, de contrainte, des 17 millions réfugié-e-s, (« 86 % des réfugiés dans le monde sont accueillis dans les pays en développement »), des 33 millions de personnes déplacées… Il souligne que « un réfugié est un donc un demandeur d'asile dont la demande a abouti », que « l'immense majorité des migrations « illégales » sont le fait d'un séjour prolongé au-delà de la durée autorisée »
Les flux de migrant-e-s Sud-Nord sont légèrement inférieurs aux flux Sud-Sud, les migrant-e-s originaires d'Asie ou d'Amérique latine plus nombreux-es que celles et ceux originaires d'Afrique, les flux actuellement les plus importants étant entre l'Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient…
François Gemenne indique aussi que « les migrants internationaux ne proviennent pas des pays les plus pauvres, mais des économies en transition » et que la migration internationale est « un luxe accessible uniquement aux catégories les plus nanties et les plus éduquées des pays en développement ». Sans oublier que « Aucune politique migratoire, aucun mur, aucune barrière, ne pourra décourager un projet migratoire ».
Le numéro est divisé en quatre parties : « Analyses transversales », « Amérique Latine », « Asie » et « Afrique ». Je n'aborde que certains points et analyses présentées.
Alejandro Grimson, dans « Douze idées reçues sur les migrations », souligne des réalités occultées : la place des déplacements territoriaux « internes », la réduction des migrations internationales à celles du Sud vers le Nord, les importantes migrations du début du XXe siècle, le dynamisme des migrant-e-s, la confusion entre migration et pauvreté, l'essentialisation des « cultures » ou des « diasporas », le fantasme de l'immigration de deuxième génération, « l'immigrant/l'immigré est celui qui se déplace d'une zone à une autre, non le fils de celui qui se déplace » (cela est aussi valide pour les filles et les migrantes), les liens entre politiques publiques et « intégration » sociale, le fantasme de la « fusion » (assimilation), la citoyenneté des droits…
« Les sciences sociales ont constaté qu'il n'existe pas « d'immigrés illégaux », mais bien des personnes et des groupes sociaux placés dans l'illégalité par des Etats dans des conditions objectives qui échappent à leur volonté ». En effet, « les « sans papiers » renvoient à une catégorisation administrative des personnes »
Le titre de cette note est extraite de l'article de El Mouhoub Mouhoub « Migrations internationales : paradoxes et impasses des politiques ». L'auteur parle de la « libéralisation » des échanges, des possibilités de partir, des liens entre PIB et taux d'émigration, « on observe que plus le pays est pauvre, plus son taux d'expatriation est faible ; plus il approche d'un stade de développement relativement intermédiaire, plus son taux d'expatriation va atteindre un maximum », de la fuite des cerveaux, des diplômes des migrant-e-s, « parmi les migrants et les exilés, nombreux sont ceux qui possèdent des diplômes de niveau élevé, mais cette qualification n'est ni visible ni revendiquée parce que les gens ne parlent pas la langue ou parce qu'ils sont mis dans des situations de clandestinité. Ils sont d'emblée considérés comme non qualifiés », des coûts de la mobilité, des coûts d'insertion, de la féminisation des migrations, de liberté de circulation, de double nationalité…
Amérique Latine. Les auteur-e-s parlent des rapports de genre dans les migrations boliviennes, des flux migratoires historiques et actuels au Brésil, des conséquences de la migration sur l'éducation des enfants au Mexique…
Asie. J'ai notamment apprécié l'article sur la « Sous traitance et exploitation des travailleurs de la construction en Chine » de Pun Ngai et Lu Huilin. Les auteures parlent, entre autres, de « marchandisation de la main-d'oeuvre par le biais de rapports sociaux non industriels », du camouflage du rapport capital/travail.
Les autres articles analysent les changements démographiques et les migrations dans la métropole de Mumbai, l'environnement et le climat comme facteurs croissants de migration au Bangladesh,
Afrique. Les auteur-e-s parlent de la contribution des « diasporas » au développement de l'Afrique centrale, de l'impact des variations environnementales sur les mobilités et les migrations au Sénégal.
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
dede   31 mars 2015
parmi les migrants et les exilés, nombreux sont ceux qui possèdent des diplômes de niveau élevé, mais cette qualification n’est ni visible ni revendiquée parce que les gens ne parlent pas la langue ou parce qu’ils sont mis dans des situations de clandestinité. Ils sont d’emblée considérés comme non qualifiés
Commenter  J’apprécie          10
dede   31 mars 2015
Les sciences sociales ont constaté qu’il n’existe pas « d’immigrés illégaux », mais bien des personnes et des groupes sociaux placés dans l’illégalité par des Etats dans des conditions objectives qui échappent à leur volonté
Commenter  J’apprécie          10
dede   31 mars 2015
l’immigrant/l’immigré est celui qui se déplace d’une zone à une autre, non le fils de celui qui se déplace
Commenter  J’apprécie          20
dede   31 mars 2015
Aucune politique migratoire, aucun mur, aucune barrière, ne pourra décourager un projet migratoire
Commenter  J’apprécie          20
dede   31 mars 2015
l’immense majorité des migrations « illégales » sont le fait d’un séjour prolongé au-delà de la durée autorisée
Commenter  J’apprécie          10

Videos de François Gemenne (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Gemenne
Les élections nationales ont mis à l'épreuve la stratégie d'autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.
Après les 4,6 % des suffrages réunis par Yannick Jadot à l'élection présidentielle de 2022, les orientations stratégiques des écologistes sont mises à l'épreuve. Certaines personnalités qui ont soutenu le candidat, comme le chercheur François Gemenne, en viennent à douter de la pertinence de la voie électorale pour enclencher la bifurcation écologique nécessaire. Mais cette dernière n'a-t-elle pas été également défendue, avec plus de succès, par l'Union populaire de Jean-Luc Mélenchon ?
Depuis, dans la perspective des élections législatives des 12 et 19 juin prochains, Europe Écologie-Les Verts (EELV) a intégré une union des gauches – la Nupes – dominée par les mélenchonistes. S'agit-il d'une alliance circonstancielle, ou le parti doit-il abandonner de manière plus durable son exigence et ses prétentions à l'autonomie ? Les invités de notre émission « Les Voies du pouvoir » en débattent.
David Cormand, eurodéputé et ancien secrétaire national d'EELV, voit la Nupes comme « une reconstitution de la ligue dissoute de la social-démocratie », dont il reconnaît cependant l'écologisation. Claire Lejeune, figure des marches climat passée par EELV, a fait le choix de rejoindre l'Union populaire pour sa clarté en termes de « rupture » avec le modèle actuel de société. Maxime Combes, économiste et activiste issu du mouvement altermondialiste, voit l'union d'un bon oeil, tout en mettant en garde contre le fait de ne parler qu'à celles et ceux qui soutiennent déjà la gauche et les écologistes.
Notre émission « Les voies du pouvoir », en intégralité sur Mediapart https://www.mediapart.fr/journal/france/200522/ecologie-politique-ce-qui-change-en-2022#at_medium=custom7&at_campaign=1050
Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement#at_medium=custom7&at_campaign=1050 Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
autres livres classés : MigrationsVoir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ces noms communs sont-ils masculins, féminins... ou les deux ?

Pétale

masculin
féminin
les deux

10 questions
1721 lecteurs ont répondu
Thèmes : langue française , masculin , fémininCréer un quiz sur ce livre