AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.22 /5 (sur 219 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sète (Hérault) , le 22 oct. 1921
Mort(e) à : Saint-Gély-du-Fesc , le 29 oct. 1981
Biographie :

Georges Brassens, est un auteur-compositeur-interprète français, il marqua de son empreinte la chanson française.

Ses parents férus de musique lui font découvrir ce plaisir de la vie. Au même moment, George découvre la poésie dans le cours d'Alphonse Bonnafé, son professeur de lettres au collège de Sète. Des auteurs comme Ray Ventura, Trénet, Django Reinhardt, Baudelaire, Villon, Verlaine, Mallarmé, Hugo, sont pour lui autant de sources d'inspiration.

A l'age de 20 ans, il décide de monter sur Paris mais en 1940, la guerre éclate. Et sous l'occupation, il est réquisitionné pour le STO (Service du travail obligatoire) et doit se rendre à Basdorf en Allemagne. Il y rencontre son assistant et ami de toujours Pierre Onténiente. A la fin de la guerre, il se cache chez Madame Jeanne au 9, impasse Florimont, sans gaz, sans eau ni électricité. Brassens y restera vingt-deux ans.

Le 8 mars 1952, il rencontre Patachou, qui tient un cabaret en vogue, sur la butte Montmartre. Depuis quelques temps, le jeune Brassens fait le tour des cabarets parisiens pour soumettre ses chansons à d'autres interprètes car il a un trac fou sur scène. Mais Patachou insiste. Et c'est en ce mois de mars 1952 que George Brassens fait ses vrais débuts, accompagné de son contrebassiste Pierre Nicolas dont il ne se séparera plus.

Jacques Cannetti, lui permet alors d'enregistrer quatre 78 tours chez Polydor. C'est la fin de la galère. Il multiplie les contrats et fait chaque soir le tour des cabarets. Les années 50 permettent à Brassens d'accéder au succès. Bon vivant, il aime réunir ces amis autour de grandes tablées. On pouvait notamment y croiser Lino Ventura, Jacques Brel, Boby Lapointe ou encore Raymond Devos. Il obtient le grand prix de poésie de l'Académie française en 1967.

Le 6 janvier 1969, à l'initiative du magazine Rock & Folk et de la radio RTL, Georges Brassens participe à un entretien historique avec Léo Ferré et Jacques Brel, deux géants de la chanson française.

De son vivant Brassens publie une douzaine d'albums : La Mauvaise Réputation (1953), Les Amoureux des bancs publics (1954), Chanson pour l'Auvergnat (1955), Je me suis fait tout petit (1957), Le Pornographe (1958), Le Mécréant (1960), Les Trompettes de la renommée (1961), Les Copains d'abord (1964), Supplique pour être enterré à la plage de Sète (1966), etc.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (122) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
EN BATEAU AVEC GEORGES BRASSENS THALASSA PLANETE Un film de Rémi Sautet 52' diffusé sur Planéte Thalassa en octobre et novembre 2011. Une version de ce film de 35' a été diffusée dans le magazine Thalassa sur France 3 en avril 2012
Citations et extraits (122) Voir plus Ajouter une citation
Georges Brassens
sabine59   17 décembre 2018
Georges Brassens
Qu'importe ma vie! Je veux seulement qu'elle reste jusqu'au bout fidèle à l'enfant que j'étais.
Commenter  J’apprécie          612
Georges Brassens
carre   17 août 2013
Georges Brassens
« Je ne pense pas être un poète… Un poète, ça vole quand même un peu plus haut que moi… Je ne suis pas poète. J’aurais aimé l’être comme Verlaine.".
Commenter  J’apprécie          510
Georges Brassens
Nastasia-B   10 janvier 2015
Georges Brassens
Mourir pour des idées, l'idée est excellente

Moi j'ai failli mourir de ne l'avoir pas eu

Car tous ceux qui l'avaient, multitude accablante

En hurlant à la mort me sont tombés dessus

Ils ont su me convaincre et ma muse insolente

Abjurant ses erreurs, se rallie à leur foi

Avec un soupçon de réserve toutefois

Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,

D'accord, mais de mort lente



Jugeant qu'il n'y a pas péril en la demeure

Allons vers l'autre monde en flânant en chemin

Car, à forcer l'allure, il arrive qu'on meure

Pour des idées n'ayant plus cours le lendemain

Or, s'il est une chose amère, désolante

En rendant l'âme à Dieu c'est bien de constater

Qu'on a fait fausse route, qu'on s'est trompé d'idée

Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente

D'accord, mais de mort lente



Les saint jean bouche d'or qui prêchent le martyre

Le plus souvent, d'ailleurs, s'attardent ici-bas

Mourir pour des idées, c'est le cas de le dire

C'est leur raison de vivre, ils ne s'en privent pas

Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent

Bientôt Mathusalem dans la longévité

J'en conclus qu'ils doivent se dire, en aparté

" Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente

D'accord, mais de mort lente. "



Des idées réclamant le fameux sacrifice,

Les sectes de tout poil en offrent des séquelles

Et la question se pose aux victimes novices :

Mourir pour des idées, c'est bien beau, mais lesquelles ?

Et comme toutes sont entre elles ressemblantes,

Quand il les voit venir avec leur gros drapeau,

Le sage en hésitant tourne autour du tombeau.

Mourons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,

D'accord, mais de mort lente.



Encore s'il suffisait de quelques hécatombes

Pour qu'enfin tout changeât, qu'enfin tout s'arrangeât !

Depuis tant de " grand soir " que tant de têtes tombent,

Au paradis sur terre on y serait déjà.

Mais l'âge d'or sans cesse est remis aux calendes

Les Dieux ont toujours soif, n'en ont jamais assez

Et c'est la mort, la mort toujours recommencée

Mourons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,

D'accord, mais de mort lente.



Ô vous les boutefeux, ô vous les bons apôtres

Mourez donc les premiers, nous vous cédons le pas

Mais, de grâce, morbleu ! Laissez vivre les autres !

La vie est à peu près leur seul luxe ici bas ;

Car enfin, la camarde est assez vigilante

Elle n'a pas besoin qu'on lui tienne la faux

Plus de danse macabre autour des échafauds !

Mourons pour des idées, d'accord, mais de mort lente,

D'accord, mais de mort lente.





MOURIR POUR DES IDÉES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
Georges Brassens
alberthenri   01 mars 2017
Georges Brassens
Tout est dit dans mes chansons. Seulement, ce n'est pas raconté de façon prosaïque , c'est enjolivé. L'essentiel est dedans...

Alors à quoi bon en parler ? Si je me mets à parler, ça perd de son intérêt. Moi, je suggère. C'est le public qui fait le reste. Tout est dans mes chansons, il ne faut pas chercher à en savoir plus.
Commenter  J’apprécie          380
Georges Brassens
pierre31   27 septembre 2019
Georges Brassens
Il est toujours joli, le temps passé

Un' fois qu'ils ont cassé leur pipe

On pardonne à tous ceux qui nous ont offensés

Les morts sont tous des braves types.



(Le temps passé)
Commenter  J’apprécie          3710
Georges Brassens
tamara29   01 janvier 2015
Georges Brassens
Non, ce n'était pas le radeau

De la Méduse, ce bateau,

Qu'on se le dis' au fond des ports,

Dis' au fond des ports,

Il naviguait en pèr' peinard

Sur la grand-mare des canards,

Et s'app'lait les Copains d'abord

Les Copains d'abord.



Ses fluctuat nec mergitur

C'était pas d'la litteratur',

N'en déplaise aux jeteurs de sort,

Aux jeteurs de sort,

Son capitaine et ses mat'lots

N'étaient pas des enfants d'salauds,

Mais des amis franco de port,

Des copains d'abord.



C'étaient pas des amis de lux',

Des petits Castor et Pollux,

Des gens de Sodome et Gomorrh',

Sodome et Gomorrh',

C'étaient pas des amis choisis

Par Montaigne et La Boeti',

Sur le ventre ils se tapaient fort,

Les copains d'abord.



C'étaient pas des anges non plus,

L'Evangile, ils l'avaient pas lu,

Mais ils s'aimaient tout's voil's dehors,

Tout's voil's dehors,



Jean, Pierre, Paul et compagnie,

C'était leur seule litanie

Leur Credo, leur Confitéor,

Aux copains d'abord.



Au moindre coup de Trafalgar,

C'est l'amitié qui prenait l'quart,

C'est elle qui leur montrait le nord,

Leur montrait le nord.

Et quand ils étaient en détresse,

Qu'leur bras lancaient des S.O.S.,

On aurait dit les sémaphores,

Les copains d'abord.



Au rendez-vous des bons copains,

Y'avait pas souvent de lapins,

Quand l'un d'entre eux manquait a bord,

C'est qu'il était mort.

Oui, mais jamais, au grand jamais,

Son trou dans l'eau n'se refermait,

Cent ans après, coquin de sort !

Il manquait encor.



Des bateaux j'en ai pris beaucoup,

Mais le seul qui'ait tenu le coup,

Qui n'ai jamais viré de bord,

Mais viré de bord,

Naviguait en père peinard

Sur la grand-mare des canards,

Et s'app'lait les Copains d'abord

Les Copains d'abord.





Je vous souhaite à tous une très belle année. Qu'elle vous apporte du bonheur, du plaisir, des sourires. Sans oublier, bien entendu, une multitude de lectures étonnantes, vivifiantes, passionnantes... (à nous faire partager) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Harioutz   02 mai 2019
Poèmes et chansons de Georges Brassens
Saturne



Il est morne, il est taciturne

Il préside aux choses du temps

Il porte un joli nom, Saturne

Mais c’est Dieu fort inquiétant

Il porte un joli nom, Saturne

Mais c’est Dieu fort inquiétant



En allant son chemin, morose

Pour se désennuyer un peu

Il joue à bousculer les roses

Le temps tue le temps comme il peut

Il joue à bousculer les roses

Le temps tue le temps comme il peut



Cette saison, c’est toi, ma belle

Qui a fait les frais de son jeu

Toi qui a payé la gabelle

Un grain de sel dans tes cheveux

Toi qui a payé la gabelle

Un grain de sel dans tes cheveux



C’est pas vilain, les fleurs d’automne

Et tous les poètes l’ont dit

Je te regarde et je te donne

Mon billet qu’ils n’ont pas menti

Je te regarde et je te donne

Mon billet qu’ils n’ont pas menti



Viens encore, viens ma favorite

Descendons ensemble au jardin

Viens effeuiller la marguerite

De l’été de la Saint-Martin

Viens effeuiller la marguerite

De l’été de la Saint-Martin



Je sais par cœur toutes tes grâces

Et pour me les faire oublier

Il faudra que Saturne en fasse

Des tours d’horloge, de sablier

Et la petite pisseuse d’en face

Peut bien aller se rhabiller…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3212
alberthenri   28 janvier 2016
Poèmes & Chansons de Georges Brassens
Je serai triste comme un saule

Quand le dieu qui partout me suit

Me dira, la main sur l'épaule

" Va t'en voir là-haut si j'y suis"

Alors du ciel et de la terre

Il me faudra faire mon deuil...

Est il encor' debout le chêne

Ou le sapin de mon cercueil ?



"Le testament"
Commenter  J’apprécie          311
Georges Brassens
Ziliz   03 février 2017
Georges Brassens
Toi l'épouse modèle

Le grillon du foyer

Toi qui n'a point d'accrocs

Dans ta robe de mariée

Toi l'intraitable Pénélope

En suivant ton petit

Bonhomme de bonheur

Ne berces-tu jamais

En tout bien tout honneur

De jolies pensées interlopes

De jolies pensées interlopes...



Derrière tes rideaux

Dans ton juste milieu

En attendant l'retour

D'un Ulysse de banlieue

Penchée sur tes travaux de toile

Les soirs de vague à l'âme

Et de mélancolie

N'as-tu jamais en rêve

Au ciel d'un autre lit

Compté de nouvelles étoiles

Compté de nouvelles étoiles...



N'as-tu jamais encore

Appelé de tes vœux

L'amourette qui passe

Qui vous prend aux cheveux

Qui vous conte des bagatelles

Qui met la marguerite

Au jardin potager

La pomme défendue

Aux branches du verger

Et le désordre à vos dentelles

Et le désordre à vos dentelles...



N'as-tu jamais souhaité

De revoir en chemin

Cet ange, ce démon

Qui son arc à la main

Décoche des flèches malignes

Qui rend leur chair de femme

Aux plus froides statues

Les bascul' de leur socle

Bouscule leur vertu

Arrache leur feuille de vigne

Arrache leur feuille de vigne...



N'aie crainte que le ciel

Ne t'en tienne rigueur

Il n'y a vraiment pas là

De quoi fouetter un cœur

Qui bat la campagne et galope

C'est la faute commune

Et le péché véniel

C'est la face cachée

De la lune de miel

Et la rançon de Pénélope

Et la rançon de Pénélope...



- Pénélope (in 'Les Funérailles d'antan', 1960)

♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=wSNt1tdiJOg
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          297
Georges Brassens
jvermeer   07 avril 2020
Georges Brassens
******



La tombe de Georges Brassens est proche de la plage de Sète. Un petit pin parasol lui fait de l’ombre.





Supplique pour être enterré à la plage de Sète





Est-ce trop demander… ! Sur mon petit lopin,

Plantez, je vous en prie, une espèce de pin,

Pin parasol, de préférence,

Qui saura prémunir contre l'insolation

Les bons amis venus fair’ sur ma concession

D'affectueuses révérences.



Tantôt venant d'Espagne et tantôt d'Italie,

Tout chargés de parfums, de musiques jolies,

Le mistral et la tramontane

Sur mon dernier sommeil verseront les échos,

De villanelle un jour, un jour de fandango,

De tarentelle, de sardane...



Et quand, prenant ma butte en guise d'oreiller,

Une ondine viendra gentiment sommeiller

Avec moins que rien de costume,

J'en demande pardon par avance à Jésus

Si l'ombre de ma croix s'y couche un peu dessus

Pour un petit bonheur posthume.



***
Commenter  J’apprécie          280
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Chansons de Brassens

Quel animal est mort sans avoir laissé de veuf?

le gorille
un chat
une cane
une hirondelle

10 questions
270 lecteurs ont répondu
Thème : Georges BrassensCréer un quiz sur cet auteur
.. ..