AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.38 /5 (sur 96 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Le Havre , le 16/01/1924
Mort(e) à : Paris , le 10/06/2016
Biographie :

Gilles-Maurice Dumoulin est un écrivain français de science-fiction et de romans policiers.

Connu sous nombre de pseudonymes dont G. Morris, il a également été un prolifique traducteur de l'anglais vers le français.

Lancé très tôt, par la mort de son père, sur le marché du travail, il exerce à 15 ans la profession de facturier et de secrétaire de direction chez un importateur de coton brut. Puis il "monte à Paris" où il chante ses propres chansons dans divers établissements et fonde une association de jeunes comédiens-amateurs baptisée "La route monte". À la fin de la guerre, il passe quelques mois en qualité d’interprète au camp Philip Morris, au Havre.

Durant sa longue et prolifique carrière de romancier, il créa plusieurs personnages de séries, espions ou aventuriers.
Le premier, à partir de 1952, fut le détective privé Peter Warren. Il est le héros de dix romans, signés G.Morris puis G.Morris-Dumoulin, dans les collections Un Mystère et Spécial-Police.

Sous le pseudonyme de Vic St Val, il a signé une série de romans publiés dans la collection "Infrarouge Espiomatic" à partir de 1971. Les 22 premiers titres sont dus à sa collaboration avec Patrice Dard (1944). Les suivants seront son l'œuvre exclusive.

Il a publié pas moins de deux cents romans policiers, d'espionnage, d'aventures et de science-fiction, auxquels il convient d'ajouter une centaine de traductions dont "Le bal des maudits", "Tant qu'il y aura des hommes" et, parmi d'autres romans noirs, les "Mike Hammer" de Mickey Spillane.

Sa vocation de traducteur, Gilles Morris-Dumoulin ne la doit pas à la lecture de telle ou telle œuvre, mais, plus prosaïquement, aux bombardements alliés sur Le Havre, durant l'Occupation, qui lui donnèrent le loisir d'apprendre par cœur les cinq méthodes Assimil alors disponibles.

Il décroche, en 1955, le grand prix de littérature policière, pour "Assassin, mon frère", un polar-document 100 % authentique sur ce que fut la vie au camp Philip-Morris et dans un Havre dévasté par la guerre.

Ce touche-à-tout littéraire a aussi été réparateur de scénarios pour Eddie Constantine, auteur de chansons, dialoguiste, scénariste, etc.

En 2013, G. Morris signe son grand retour en publiant "Le Bout de l'Horreur" chez Genèse Édition.

Il adoptera suivant les circonstances divers pseudonymes : G. Morris, Géo Moris, Géo Morris, Gilles Morris, G.M. Dumoulin, G. Morris Dumoulin et Vic St Val.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWO   16 juin 2017
Une odeur de sainteté de Gilles Morris-Dumoulin
C’est un cauchemar et je le sais. Plus exactement, je crois le savoir. Bref, je suis en train de vivre cette expérience absurde, paradoxale, du dormeur qui, sachant qu’il dort ou croyant le savoir, voudrait en persuader cette part inerte de lui-même encore immergée dans les affres abyssales... dans les profondeurs ténébreuses, hantées de présences reptiliennes, abominables... d’un sommeil sans repos... Nouvel effort titanesque... désespéré... coup de talon psychique au fond de l’eau noire... sensation physique... bienheureuse... d’un mouvement ascendant... irrésistible... je rejaillis, comme on plonge, hors de ce sommeil agité, infernal... comme on plonge ou comme on plongerait, à l’envers... si l’on pouvait plonger du fond de l’eau à l’air libre, ou comme fuse un dauphin, flèche vive décochée à la rencontre du ciel... vive décochée à la rencontre du ciel... Toujours est-il que je crève enfin. la surface... jouis — un quart de seconde — de cette impression merveilleuse d’apesanteur... et retombe, comme le dauphin... pas dans l’eau, bien sûr... dans mon lit, simplement... transformé en piscine, ou presque, par la sueur glacée de mes tourments nocturnes. Qui imbibe, généreusement, mes draps roulés en cordes ! C’était un cauchemar, je le sais. Plus exactement, je crois le savoir puisque, même éveillé, le cauchemar continue... Un de ces cauchemars tellement horribles qu’au sortir de leur enfer, l’esprit refuse, tout net, d’en restituer la moindre bribe... Tout ce que je puis m’en remémorer, c’est que dans mon rêve, Karen était en danger, que je tentais de la secourir et ne pouvais qu’assister, impuissant, à ses souffrances... Mais était-­ce bien un rêve puisque, tout sommeil balayé, toute lucidité retrouvée, je continue d’entendre Karen
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pictura   08 août 2014
Une secte comme beaucoup d'autres de Gilles Morris-Dumoulin
Je triomphai en reprenant la route pendant qu’elle repliait la carte :

— Tu y crois, maintenant, à ma théorie du « champ de force » b…

J’avais failli dire « bandogène ». Je ravalai le mot, juste à temps.

Puisqu’elle n’aimait pas ça, Karen, à quoi bon aggraver mon cas en lui infligeant, à tout bout de champ, mes néologismes et mes calembours à l’emporte-pièce !
Commenter  J’apprécie          50
moravia   15 mai 2020
Croyez-moi sur parole de Gilles Morris-Dumoulin
Lisa était dans l'eau bleuie par je ne sais quel produit de beauté à l'odeur entêtante. Lisa était dans l'eau, presque invisible et délivrée, enfin, du conflit opposant à son corps trop jeune les rides de son masque vieilli.

Car Lisa était entièrement immergée dans cette eau trop chaude et trop bleue, dont aucune bulle ne venait plus troubler la surface.
Commenter  J’apprécie          50
ArnoT   06 novembre 2015
Fallait il tuer Dieu ? de Gilles Morris-Dumoulin
Je rêve et, rêvant, sais que ce n’est pas un rêve. J’entends par là qu’il ne s’agit pas de ce flux plus ou moins cohérent d’images virtuelles, organisées en scénarios plus ou moins logiques, de phantasmes engendrés par l’esprit redescendant, en roue libre, vers le traumatisme quotidien du réveil. C’est tout à fait autre chose et je sais, par expérience renouvelée, que c’est tout à fait autre chose. Quoi ? Cela aussi, je le sais, mais l’esprit qui rêve, lui, l’ignore. Ou feint de l’ignorer. Fait comme si. Par une sorte d’écartèlement entre subconscient et raison provisoirement reléguée sur la touche…

Une fois de plus, selon un processus qui m’est désormais familier, l’univers chaotique de mon cerveau s’emplit d’une lumière aveuglante. Une fois de plus se matérialise, sur l’écran noir de mes paupières, cette étoile centrale qui n’est pas la nôtre, entourée de planètes dont le nombre et les positions sur orbites ne correspondent pas aux nôtres…

Commenter  J’apprécie          40
pictura   08 août 2014
Psychosphère de Gilles Morris-Dumoulin
Question typiquement humaine, homme-nommé-Hip, puisqu'elle donne à ce que tu appelles « l'individu » le pas sur la race, l'espèce prise comme un tout. Ici, tous sont un, un est tous. Tous peuvent communiquer avec un, un peut communiquer avec tous. Mais le fait même que notre unité soit divisée en millions de sous-unités ne te fournit-il pas ta réponse? Oui, nous sommes suffisamment distincts les uns des autres pour que chacun d'entre nous soit susceptible de se perfectionner, au bénéfice ultérieur de tous, dans un domaine ou dans un autre. Non, nous ne cessons jamais d'appartenir au grand tout et de communiquer les uns avec les autres.



Une définition en deux phrases qui pourrait être celle de l'humanité, si l'humanité n'avait oublié, depuis longtemps, qu'elle aussi forme un tout. Un tout puissant, coriace, globalement indestructible.
Commenter  J’apprécie          40
myrtille67   28 octobre 2013
La crème des hommes de Gilles Morris-Dumoulin
P.9 Je remonte l'escalier plus paisiblement que je ne l'ai descendu. Retrouve, là-haut, une Sophia très occupée à masser tendrement les diverses parties meurtries, ou supposées telles, d'une anatomie très pauvre en lignes droites.
Commenter  J’apprécie          50
ArnoT   30 août 2014
La barrière du crâne de Gilles Morris-Dumoulin
CHAPITRE PREMIER







Le funambule qui marche et danse, à plusieurs mètres du sol, sur un câble d'acier tendu entre les poutrelles du gymnase, possède ceci de particulier qu'il a déjà conquis et reperdu, perdu et reconquis la maîtrise de cet art difficile. Les figures qu'il exécute pour nous, sur son fil, avec une adresse, une légèreté prodigieuse, il savait les faire, l'année précédente. Puis il a cessé de savoir les faire. Et ce soir il fournit, devant un aréopage de spécialistes, la preuve qu'il peut, de nouveau, défier les lois de l'équilibre et de la pesanteur au risque de venir s'écraser, devant nous, sur le bétoplast du gymnase.



Naturellement, en ma qualité de directeur de l'Institut National de Recherches Fondamentales, c'est moi qui trône au centre de l'aréopage et moins par intérêt sincère que pour masquer l'angoisse qui me monte à la gorge, je murmure en posant sur le genou de mon voisin une main protectrice :



— Vous qui avez dirigé cette série d'expériences depuis A jusqu'à Z, mon cher, voulez-vous m'en refaire succinctement l'historique?



En dégageant les conclusions que nous pouvons en tirer?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ArnoT   18 août 2014
Psychosphère de Gilles Morris-Dumoulin
CHAPITRE 1



Et pourtant, ils tournent!

La phrase absurde tourne elle aussi, dans ma tête, alors que je contemple une fois de plus, non sans un obscur sentiment de honte, le spectacle désormais familier qui se déroule au-dessous de nous.

Et pourtant, ils tournent!

C'est un nommé Galilée qui en a fait un mot historique, vers notre XVIe ou XVIIe siècle. En parlant de la Terre : « Et pourtant, elle tourne! » A une époque où c'était dangereux, où c'était sacrilège d'affirmer que la Terre tournait sur elle-même et autour de cette chose lointaine appelée soleil.

Pourquoi me revient-elle, cette petite phrase, chaque fois que nous sommes en train de liquider, au canon-laser, à la bombe artisanale ou même, à présent, au lance-pierre, version géante, quelques mocs de plus qui, la tête écrasée, éclatée ou grillée, morts sur pied, n'en continuent pas moins à tourner sur place, durant un laps de temps variable selon la taille et la résistance des spécimens.
Commenter  J’apprécie          30
celine85   09 avril 2017
Chris-le-Prez, tome 2 : Intervention Flash de Gilles Morris-Dumoulin
Puis vous êtes arrivés... Vous avez envahi nos campagnes qui, du jour au lendemain, se sont appelées des "maquis" ... Ca n'a pas été sans heurts, sans souffrances et sans larmes, car beaucoup d'entre vous n'étaient pas des anges... Certains, même, s'approchaient de l'image des maquisards donnée par ce feuilleton...Mais peu à peu ...bon gré, mal gré.... s'est forgé une sorte d'équilibres... Votre jeunesse, même, apparait un sang neuf à notre population vieillissante... Nous avions, je le répète, au delà des chocs, au delà des deuils, trouvé une sorte d'équilibre... L'homme est ainsi fait qu'il finit, toujours, par s'adapter à tout!
Commenter  J’apprécie          30
moravia   15 mai 2020
Croyez-moi sur parole de Gilles Morris-Dumoulin
Je n'avais pas refermé la porte qu'elle se replongeait déjà dans son bouquin. J'en aperçus le titre, au vol. "Des femmes pour le vampire", collection "Angoisse".
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Gilles Morris-Dumoulin (112)Voir plus


Quiz Voir plus

Chronologie des événements dans Star Wars

La Bataille de Yavin 4 et la destruction de l'Etoile Noire ?

An - 4
An 1
An + 4

5 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : star warsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..