AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.32 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : Nicaragua
Né(e) à : Managua , le 09/12/1948
Biographie :

Gioconda Belli est romancière et poétesse nicaraguayenne.

Issue de la haute société nicaraguayenne, elle s’engage dès le début des années 70 dans le mouvement sandiniste FSLN (Front sandiniste de libération nationale).

Elle a reçu le prix de poésie Mariano Fiallos Gil en 1972 et le prestigieux Prix Casa de las Américas en 1975. Elle a participé activement à la lutte contre la dictature de Somoza, ce qui l’a contrainte à l’exil au Mexique en 1975.

Après la victoire sandiniste, elle revient en 1982 et est directrice des communications d’État en 1984.

En 1988, "La femme habitée", son roman semi autobiographique ne passe pas inaperçu. En 2000, elle publie son autobiographie, "Le Pays que j’ai dans la peau – Mémoires d’amour et de guerre".

En 2008, elle a reçu le prix Biblioteca Breve pour son livre "L'Infini dans la paume de la main". Ses livres ont été traduits en plusieurs langues.

Mariée à un Américain, elle vit à la fois à Managua et à Los Angeles depuis 1990. Elle a participé aux rencontres sur les littératures d’Amérique centrale en 1997.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Gioconda Belli en la Fundación Entredós de Madrid, presentando su novela El país de las mujeres y leyendo poemas de su antología Escándalo de miel.


Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWO   20 décembre 2014
La mujer habitada de Gioconda Belli
Una cosa es que yo, como mucha gente, les respete la valentía. Pero eso no quiere decir que esté de acuerdo. Pienso que están equivocados, que es un suicidio heroico. Te pido, por favor, que no me vuelvas a meter en nada de esto (p.68)

¡Ah! Cómo hubiera deseado sacudirla, hacerla comprender. Era como tantas otras . Tantas que conocí. Temerosas. Creyendo que así guardaban la vida. Tantas que terminaron tristes esqueletos, sirvientas en las cocinas, o decapitadas cuando se rendían de caminar, o en aquellos barcos que zarpaban a construir ciudades lejanas llevándose a nuestros hombres y a ellas para el descargue de los marineros (p. 70)

Siento la sangre de Lavinia y me invade una plenitud de sabia invernal, de lluvia reciente. De extraña manera, es mi creación. No soy yo. Ella no soy yo vuelta a la vida. No me he posesionado de ella como los espíritus que asustan a mis antepasados. No. Pero hemos convivido en la sangre y el lenguaje de mi historia, que es también la suya (p.132)
Commenter  J’apprécie          80
VanessaV   07 juin 2010
L'Atelier des papillons de Gioconda Belli
Il y a très longtemps, les papillons n’existaient pas. Comme nombre de plantes et d’animaux, ils attendaient d’être créés. C’était là le travail des Inventeurs de Toutes Choses. Mais le règlement de la Création était formel : ils devaient créer la végétation nouvelle et les bêtes encore inconnues sans jamais mêler la faune et la flore.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox