AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.85 /5 (sur 3784 notes)

Nationalité : Chili
Né(e) à : Lima, Pérou , le 02/08/1942
Biographie :

Isabel Allende est une écrivaine chilienne.

Son père, Tomás Allende, cousin de Salvador Allende, était diplomate. En 1958, elle retourne au Chili, où elle achève ses études secondaires.

De 1959 à 1965, elle travaille pour la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations unies, à Santiago. En 1962, elle épouse Miguel Frías. L'année suivante naît sa fille Paula.

En 1973, sa pièce de théâtre "L'ambassadeur" est représentée à Santiago. Le coup d'État du 11 septembre de la même année, mené par le général Pinochet, cause la mort de son oncle Salvador Allende, président élu du Chili, ce qui rend la position d'Isabel Allende difficile.

C'est pour cette raison qu'elle s'installe avec sa famille, en 1975, au Venezuela où elle reste treize ans. Elle y travaille au journal El Nacional de Caracas, puis dans une école secondaire jusqu'en 1982. Elle écrit des chroniques journalistiques sur différents sujets, mais aussi des œuvres de théâtre et des contes pour enfants.

En 1981, apprenant que son grand-père, âgé de 99 ans, est en train de mourir, elle lui écrit une lettre qui devient le manuscrit de "La maison aux esprits". Premier roman qui connait un immense succès et est adapté au cinéma par Bille August en 1993. Il est suivi de "Fille du destin" (1999) et "Portrait sépia" (2000). Ils constituent sa "Trilogie involontaire".

Séparée de son mari, elle épouse en secondes noces Willie Gordon, le 7 juillet 1988, à San Francisco. Elle réside depuis cette date à San Rafael, en Californie. Sa fille Paula meurt le 6 décembre 1992, après avoir été dans le coma durant toute une année, des suites de la porphyrie.

Au cours des heures interminables passées dans les couloirs de Madrid puis à son chevet en Californie, cette douloureuse épreuve lui inspire "Paula", paru en 1994.

Ses livres sont traduits en une trentaine de langues et se vendent à des millions d'exemplaires. Quand Isabel Allende écrit, elle élabore un contexte en choisissant le lieu et l'époque, et à partir de là, les personnages et l'intrigue viennent d'eux-même. L'humour est partie intégrante de ses œuvres.

Ses droits d'auteurs lui ont servi à monter une fondation internationale pour venir en aide aux femmes en difficulté.

Isabel Allende est la cousine de la femme politique chilienne Isabel Allende Bussi (1945), fille de l'ancien président Salvador Allende et députée socialiste à Santiago.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La Maison aux esprits (The House of the Spirits), un film dramatique de Bille August réalisé en 1993, adapté du roman homonyme d'Isabel Allende, publié en 1982. Avec Meryl Streep, Glenn Close, Jeremy Irons. Bande-annonce.

Citations et extraits (547) Voir plus Ajouter une citation
KATE92   26 septembre 2012
La Maison aux esprits de Isabel Allende


C’était une longue semaine de pénitence et de jeûne, on ne jouait pas aux cartes, on ne faisait pas de musique, qui eût incité à la luxure et à l’oubli, et l’on observait dans les limites du possible les plus grandes tristesses et chasteté, quoiqu’en ces jours précis l’aiguillon du démon tentât avec plus d’insistance que jamais la faible chair catholique. Le jeûne consistait en de mœlleux feuilletés, de savoureuses ratatouilles de légumes, des omelettes bien baveuses et de larges fromages rapportés de la campagne, avec lesquels les familles commémoraient la Passion du Seigneur, se gardant de toucher le moindre morceau de viande ou de poisson gras, sous peine d’excommunication, ainsi que le proclamait instamment le père Restrepo. Nul ne se serait hasardé à lui désobéir. Le prêtre était pourvu d’un long doigt dénonciateur pour désigner publiquement les pécheurs et d’une langue bien entraînée à susciter les remords.

Commenter  J’apprécie          600
andman   04 mars 2014
D'amour et d'ombre de Isabel Allende
Il était capable de métamorphoser une femme d’aspect insignifiant en l’encadrant d’une coiffure vaporeuse et en recouvrant à l’artifice de cosmétiques savamment appliqués, mais, surtout, il était à même de pénétrer chacune de la certitude de son charme, car, en dernière instance, la beauté n’est rien d’autre qu’une façon d’être et de se tenir.
Commenter  J’apprécie          570
andman   07 mars 2014
D'amour et d'ombre de Isabel Allende
Vers qui le cœur incline, le pied chemine.
Commenter  J’apprécie          530
Isabel Allende
Fifrildi   05 décembre 2018
Isabel Allende
L'amour et l'amitié ne vieillissent pas.
Commenter  J’apprécie          511
KATE92   19 septembre 2012
La Maison aux esprits de Isabel Allende
"… c’est pourquoi je vous prie de faire quelque chose pour ma petite fille avant qu’il ne soit trop tard, car cela fait des semaines que je ne dors plus, j’ai couru tous les bureaux, tous les ministères, toutes mes anciennes relations sans que personne ait rien pu pour moi, à présent ils ne veulent plus me recevoir, ils m’obligent à faire le pied de grue pendant des heures, moi qui ai rendu tant de services à tous ces gens, par pitié, Transito, demandez-moi ce que vous voulez, je suis encore riche, même si les choses ont été plus difficiles pour moi du temps du communisme (…) je ne veux pas vous faire perdre votre temps, l’important est que ma situation est bonne, mes affaires ont le vent en poupe, aussi suis-je en mesure de vous donner ce que vous demanderez, n’importe quoi, pourvu que vous retrouviez ma petite-fille Alba avant qu’un fou furieux ne se remette à m’envoyer d’autres doigts coupés ou n’ait l’idée de m’expédier des oreilles et ne finisse par me rendre cinglé ou par me tuer d’un infarctus, excusez-moi de me mettre dans un état pareil, mes mains tremblent, je suis à bout de nerfs…"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
le_Bison   26 juillet 2016
La Maison aux esprits de Isabel Allende
Tránsito ouvrit les jambes, séparant les douces colonnes de ses cuisses d'un mouvement fortuit, comme pour changer de position. Mes lèvres se mirent à la parcourir, aspirant, titillant, pourléchant, tant et si bien que je finis par oublier le deuil et le poids des années, que le désir me revint avec sa fougue d'autrefois, et, sans relâcher caresses ni baisers, je me débarrassai en hâte de mes vêtements, tirant dessus comme un désespéré, constatant avec bonheur la vigueur de ma virilité dans l'instant même où je m'enfouissais au creux du tiède et miséricordieux animal qui s'offrait à moi, bercé par la voix d'oiseau enroué, enlacé par des bras de déesse, tangué et roulé par l'impulsion de ces hanches, jusqu'à perdre toute notion des choses et exploser de plaisir.
Commenter  J’apprécie          393
NathalC   17 novembre 2018
La Maison aux esprits de Isabel Allende
S'il a pu être ministre de l'Education sans son certificat d'études, il peut bien être ministre de l'Agriculture sans avoir jamais vu de sa vie une vache sur pied.
Commenter  J’apprécie          350
NathalC   16 novembre 2018
La Maison aux esprits de Isabel Allende
En mourant, tout comme à l'instant de venir au monde, nous avons peur de l'inconnu. Mais la peur est quelque chose d'intérieur à nous-mêmes, qui n'a rien à voir avec la réalité. Ainsi mourir est comme naître : un simple changement.
Commenter  J’apprécie          342
missmolko1   08 février 2016
La Maison aux esprits de Isabel Allende
Au début, elle pensait mourir chaque fois qu'il s’éloignait ainsi, mais elle eut tôt fait de se rendre compte que ses absences ne duraient que le temps d'un soupir et qu'invariablement, il s'en revenait plus amoureux, plus attentionné que jamais. Ces furtives retrouvailles avec son amant dans des hôtels de rendez-vous, Blanca les préférait à la routine d'une vie commune, à la lassitude du mariage et à l’amertume de vieillir ensemble en partageant les pénuries de fin de mois, l'haleine lourde du réveil, l'ennui des dimanches et les infirmités de l'âge. C’était une incurable romantique.
Commenter  J’apprécie          330
gouelan   26 janvier 2017
La Maison aux esprits de Isabel Allende
Un jour le vieux Pedro Garcia raconta à Blanca et Pedro III l'histoire des poules qui s'étaient mises d'accord pour faire face au vilain renard qui s'introduisait chaque nuit dans le poulailler en vue de chaparder les œufs et de dévorer les petts poussins.

Les poules décrétèrent qu'elles en avaient assez de supporter la loi du renard, elles s'organisèrent pour l'attendre, et, quand il pénétra dans le poulailler, elle lui barrèrent la route, l'encerclèrent et lui tombèrent dessus à becs raccourcis, jusqu'à le laisser plus mort que vif.

" Et on vit alors le renard s'enfuir la queue basse, poursuivi par toutes les poules", conclut le vieillard.

Blanca s'esclaffa à ce récit et déclara que c'était impossible, car les poules naissent stupides et sans défense, et les renards rusés et forts, mais Pedro III ne rit point. Il resta songeur tout l'après-midi, à ruminer la fable des poules et du renard, et peut-être fut-ce à cet instant que l'enfant se mit à devenir un homme.
Commenter  J’apprécie          310

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Luis Sepúlveda (1949-2020)

Luis Sepúlveda est né le 4 octobre 1949:

en Espagne
au Pérou
au Chili

8 questions
127 lecteurs ont répondu
Thèmes : chili , chilien , littérature , littérature hispanique , amérique du sud , hispanique , roman , romanciers , opposant politique , pinochet , dictature , exilCréer un quiz sur cet auteur

.. ..