AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.1 /5 (sur 91 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Lausanne , le 11/08/1929
Mort(e) le : 31/05/2005
Biographie :

Grisélidis Réal (11 août 1929 - 31 mai 2005) était une écrivaine et une prostituée genevoise (Suisse).
Née à Lausanne en 1929, dans une famille d'enseignants, elle rejoint son père à l'âge de six ans à Alexandrie, puis à Athènes, où son père meurt alors qu'elle n'a que 9 ans. Revenue à Lausanne avec sa mère, Grisélidis en reçoit une éducation très rigide contre laquelle elle se révolte. Elle entreprend des études aux Arts Décoratifs à Zurich et est diplômée en 1949. Mariée à 20 ans, elle a un premier fils en 1952, puis se sépare de son mari, et a une fille en 1955 avec un autre homme. Dans une tentative de recoller son mariage elle a un second fils en 1956 mais tout finit quand même par un divorce. Elle aura un quatrième enfant en 1959, encore un fils. Ensuite elle part avec sa fille et son deuxième fils, et un nouveau compagnon, pour l'Allemagne. Elle se retrouve sans argent, sans papiers et sans le droit de travailler, si bien qu'en 1961 elle décide de se prostituer dans un bordel clandestin de Munich pour nourrir ses trois enfants. Elle est emprisonnée pour avoir vendu de la marijuana à des soldats américains, puis rapatriée en Suisse où elle continue à se prostituer quelque temps. Elle a commencé à écrire en prison, et à peindre. Elle tente de quitter la prostitution pour se consacrer à la création artistique.Son premier livre, Le Noir est une couleur (Balland, 1974), est un ouvrage autobiographique.
Au cours des années 1970, Grisélidis Réal devient une activiste, une des meneuses de la «Révolution des prostituées» à Paris : 500 femmes prostituées occupent la Chapelle Saint-Bernard, à Paris, en juin 1975 et réclament la reconnaissance de leurs droits. Rejetant l'argument selon lequel une femme ne se prostitue que si elle y est obligée par le souteneur, elle déclare que la prostitution peut aussi être un choix, une décision. Elle tient à ce que sur ses documents officiels figurent non seulement écrivain mais aussi « péripatéticienne » qu'elle considère comme une deuxième profession. Elle apparait, filmée chez elle en 1975 ou 1976, à la fin du documentaire Prostitution de Jean-François Davy.
Grisélidis amène sa « Révolution » à Genève en 1977 et reprend la prostitution, activité abandonnée sept ans auparavant. Elle est une des fondatrices en 1982 de l'association de défense des prostitués Aspasie. Elle a étendu son combat en participant à des conférences internationales, en venant parler de ce qu'elle considère comme son métier dans des universit
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview Grisélidis Réal, radio suisse romande.

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Lisette2611   31 janvier 2013
Le noir est une couleur de Grisélidis Réal
A pas de louves, à pas de tigresses et d’oiseaux, nous marcherons sur la lune s’il le faut, nous gagnerons l’espace qui nous revient, à nous qui sommes le baume sur les blessures, et l’eau dans le désert, parfumées, étincelantes, offertes et blessées, douces et violentes, femmes et magiciennes, princesses de nos sens et du désir des hommes.
Commenter  J’apprécie          110
Lisette2611   31 janvier 2013
Le noir est une couleur de Grisélidis Réal
RONNIE. Dieu nègre à la peau braisée de calcinée, au parfum d’orchis et de gingembre, au sexe comme un grand lys noir.

Ronald Rodwell au visage de panthère, au front lisse, aux épaisses lèvres fendues comme une écorce. L’iris violacé de tes yeux est un puits profond, il est ma nuit, mon alcool, ma drogue.

J’ai bu à la pointe de ton sexe une liqueur au goût de soufre et d’ammoniaque, je me suis abreuvée aux sources salées de ton ventre, aux grains de raisin bleu de ta poitrine.

J’ai frémi sous tes cuisses dures, lentes à l’assaut, et déchaînées ensuite comme un océan furieux. J’ai crié, j’ai hurlé, j’ai agonisé sous la morsure de ta lame d’ébène, ses brulures, ses déchirures au plus profond de mon ventre.

Tu m’as tuée, tu m’as ressuscitée, et je n’en finis pas de revenir à la vie, dans le limon de nos jouissances mêlées, entre tes deux typhons noirs qui m’enserrent.
Commenter  J’apprécie          70
markko31   05 décembre 2014
Carnet de bal d'une courtisane suivi de petite chronique des courtisanes & autres textes de Grisélidis Réal
Roger (8) - (de la part d'Odette) Libanais pas très grand, moustache et lunettes, belle voix basse qui roule les R - sucer, enculer artistement, prostate très vive et sociable, traiter avec modération sinon ça va trop vite. 100Frs (Baisser à 80.)
Commenter  J’apprécie          70
markko31   05 décembre 2014
Carnet de bal d'une courtisane suivi de petite chronique des courtisanes & autres textes de Grisélidis Réal
A Pigalle , rue des Martyrs, dans un antre rouge plein de miroirs et de bougies, parmi les fleurs artificielles, les Princesses hermaphrodites scintillent comme des oiseaux exotiques.
Commenter  J’apprécie          70
Lisette2611   31 janvier 2013
Le noir est une couleur de Grisélidis Réal
A tant d’amies disparues, mortes de solitude, de trop d’amour donné, jamais reçu : à leur mémoire, il faudra que je dise comment le quotidien les a assassinées, et le mépris des gens. Et comme elles étaient belles, généreuses, pleines de talent et de mystère, entourées de tous ceux qui avaient tellement besoin d’elles, qui avaient faim de leurs caresses, de leur tendresse, de leur infinie patience, de leur savoir, de leur pouvoir.
Commenter  J’apprécie          60
Colchik   30 août 2020
La passe imaginaire de Grisélidis Réal
Et voilà qu’il m’avoue ensuite qu’il [un client] était venu, après avoir lu mon livre Le noir est une couleur dans la bibliothèque de ses parents, pour me connaître et discuter avec moi de littérature… Et qu’il s’était « laissé aller », ce dont encore il tenait à s’excuser ! (Pour un billet de 100 F suisses, pensez donc ! Ah ça, il était tout pardonné… Je n’allais surtout pas le lui rendre!)

La morale de cette histoire, c’est qu’il ne faut jamais venir discuter littérature chez une Pute, ça se fait pas ! Ici, l’on baise, en payant bien entendu… Et on repart content, sans honte et sans regrets… Il ne faut pas chercher midi à minuit !
Commenter  J’apprécie          40
lagni   20 septembre 2017
La passe imaginaire de Grisélidis Réal
La peau de l'âme est secrète. Qui l'aura jamais touchée? La parole, les gestes ne sont qu'alibi. Seul l'orgasme peut-être approche de l'authentique. Mail il est vécu seul. Impartagé malgré les apparences. Personne ne sent ce qu'a ressenti l'Autre. On peut communiquer après. Pendant, c'est impossible... Avant, le temps se dérobe... Nous sommes tous comme les feuilles d'un arbre. Quand une feuille tombe, l'arbre ne bouge pas, et le vent continue ses voyages. C'est comme s'il ne s'était rien passé. L'orgueil humain ne vaut même pas un grain de sable!
Commenter  J’apprécie          40
Hamisoitil   01 avril 2018
Le noir est une couleur de Grisélidis Réal
Tout le mal qu'on m'a fait, la faim, les coups, la tôle, tout ça, je m'en fous ! Je ne verserai pas de larme sur la merde passée ! Mais sur toi ce soir je verse des larmes d'amour, Noir qui m'as sauvée, qui m'as aimée, nourrie, caressée. Mes enfants aujourd'hui encore se souviennent de toi, et je pleure quand je pense à tes bras. Où que tu sois, sache que tu es toujours dans mon cœur, assis à la place royale, tu es intact sous l’écorchure du temps.
Commenter  J’apprécie          40
lagni   17 septembre 2017
La passe imaginaire de Grisélidis Réal
Moi je rêve d'un Amant, un Prince des Ténèbres, mystérieux et fatal, qui m'attend dans un univers interdit, immobile depuis des siècles, pétrifié et fossilisé dans un désir minéral. Et j'avance vers lui, millénaire par millénaire, et nous nous rejoignons dans l'espace, entre les étoiles. ( ... ) Le délire, oui, le délire ... c'est la seul vérité, tout le reste n'est qu'ombre consumée.
Commenter  J’apprécie          40
lagni   19 septembre 2017
La passe imaginaire de Grisélidis Réal
L' « Astrologue » est revenu me voir, tout exprès de Berne, avec dans sa serviette diplomatique, tout mon horoscope ( auquel je n'ai rien compris ! )

sur des feuilles et des feuilles recouvertes de chiffres, de cercles, de formules et de calculs cabalistiques . Il y a passé déjà des heures, et ce n'est pas fini. Il dit que ça l'intéresse parce que j'ai un Destin exceptionnel ( je m'en doutais un peu, d'ailleurs, on me l'avais déjà dit ... Le pire, c'est que ce Destin, il faut faut le vivre! C'est ça le plus dur ... si exaltant soit-il. )
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Vrai ou faux ? (littérature)

Le mariage est un thème omniprésent dans les romans de Jane Austen. Mais pour sa part, elle dut attendre d'avoir 27 ans avant de rencontrer et d'épouser l'âme soeur.

c'est vrai
c'est faux

11 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , Vie intellectuelle , écrivain femme , biographie , écrivain homme , culture littéraire , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur