AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.03/5 (sur 177 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Lausanne , le 11/08/1929
Mort(e) le : 31/05/2005
Biographie :

Grisélidis Réal (11 août 1929 - 31 mai 2005) était une écrivaine et une prostituée genevoise (Suisse).
Née à Lausanne en 1929, dans une famille d'enseignants, elle rejoint son père à l'âge de six ans à Alexandrie, puis à Athènes, où son père meurt alors qu'elle n'a que 9 ans. Revenue à Lausanne avec sa mère, Grisélidis en reçoit une éducation très rigide contre laquelle elle se révolte. Elle entreprend des études aux Arts Décoratifs à Zurich et est diplômée en 1949. Mariée à 20 ans, elle a un premier fils en 1952, puis se sépare de son mari, et a une fille en 1955 avec un autre homme. Dans une tentative de recoller son mariage elle a un second fils en 1956 mais tout finit quand même par un divorce. Elle aura un quatrième enfant en 1959, encore un fils. Ensuite elle part avec sa fille et son deuxième fils, et un nouveau compagnon, pour l'Allemagne. Elle se retrouve sans argent, sans papiers et sans le droit de travailler, si bien qu'en 1961 elle décide de se prostituer dans un bordel clandestin de Munich pour nourrir ses trois enfants. Elle est emprisonnée pour avoir vendu de la marijuana à des soldats américains, puis rapatriée en Suisse où elle continue à se prostituer quelque temps. Elle a commencé à écrire en prison, et à peindre. Elle tente de quitter la prostitution pour se consacrer à la création artistique.Son premier livre, Le Noir est une couleur (Balland, 1974), est un ouvrage autobiographique.
Au cours des années 1970, Grisélidis Réal devient une activiste, une des meneuses de la «Révolution des prostituées» à Paris : 500 femmes prostituées occupent la Chapelle Saint-Bernard, à Paris, en juin 1975 et réclament la reconnaissance de leurs droits. Rejetant l'argument selon lequel une femme ne se prostitue que si elle y est obligée par le souteneur, elle déclare que la prostitution peut aussi être un choix, une décision. Elle tient à ce que sur ses documents officiels figurent non seulement écrivain mais aussi « péripatéticienne » qu'elle considère comme une deuxième profession. Elle apparait, filmée chez elle en 1975 ou 1976, à la fin du documentaire Prostitution de Jean-François Davy.
Grisélidis amène sa « Révolution » à Genève en 1977 et reprend la prostitution, activité abandonnée sept ans auparavant. Elle est une des fondatrices en 1982 de l'association de défense des prostitués Aspasie. Elle a étendu son combat en participant à des conférences internationales, en venant parler de ce qu'elle considère comme son métier dans des universit
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Grisélidis Réal   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Par l'autrice & un musicien mystère Rim Battal propose une lecture performée de x et excès avec un grand musicien jazz et pop dont le nom sera révélé lors de la soirée. En ouverture Rim Battal invite cinq poétesses, Alix Baume, Camille Pimenta, Charlene Fontana, Esther Haberland, Virginie Sebeoun, qu'elle a accompagnées lors d'un programme de mentorat intitulé « Devenir poète.sse ». Cinq brèves lectures avant de plonger dans x et excès. Rim Battal y explore les zones d'ombre de l'ère numérique où l'industrie du sexe a une place prépondérante. Comment sculpte-t-elle nos corps et notre rapport à l'autre ? Dans une langue inventive, Rim Battal s'attaque au discours dominant sur la sexualité, le couple et l'amour pour mieux en révéler les failles. Ce faisant, elle ouvre un espace de réflexion sur l'art. de Cabanel à Mia Khalifa, de Samuel Beckett à Grisélidis Réal, elle tisse des liens entre poésie, pornographie et oeuvres plastiques. Et dévoile ce que notre époque a de singulier et d'universel. À lire – Rim Battal, x et excès, Castor Astral, 2024 – L'eau du bain, coll. « Poche poésie », Castor Astral, 2024.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
"Ma liberté m'éclate dans les doigts comme une lourde grenade pleine de fric."
Commenter  J’apprécie          230
Aujourd'hui (extrait)

(...)
Aujourd'hui
Je brule et je me love au cœur du jeu astral
Et je meurs et renais sans fin dans ton amour

Car demain,
Le silence aura pris ses quartiers dans nos corps
Demain on nous vendra demain on nous pendra
On écrasera nos enfants contre les murs

Et demain
Nous ne serons plus que poussière et détritus
Dans l'éclatement fulgurant de l'univers.

Genève, 1964
Commenter  J’apprécie          202
Le chant des prostituées

Je te donne mon corps
Pour ton sale argent
Je suis jeune comme un astre et je brille
Tu es vieux et ressemble à une bête.
(...)
tu pourris lentement dans la graisse
En ouvrant ta gueule avec peine
Comme un poisson asphyxié.
Comme un mollusque écrasé
Ton ventre suant dans ses replis
Et lorsque je ferme les yeux
Afin que je t'oublie
En cette heure si sombre
Je te souhaite la mort.
(...)
Commenter  J’apprécie          170
Extrait de la préface de Nancy Huston :

Selon les vœux qu’elle avait formulé à maintes reprises avant de mourir, sa pierre tombale porte l’inscription suivante :

GRISELIDIS RÉAL
ÉCRIVAIN - PEINTRE - PROSTITUÉE
1929 - 2005

À cette liste déjà peu banale, il était temps, plus que temps, d’ajouter la mention de son quatrième métier, celui qui la définit peut-être le mieux : Poète.
Commenter  J’apprécie          160
Le silence
est encore
la forme la plus noble
du désespoir.
Commenter  J’apprécie          160
A pas de louves, à pas de tigresses et d’oiseaux, nous marcherons sur la lune s’il le faut, nous gagnerons l’espace qui nous revient, à nous qui sommes le baume sur les blessures, et l’eau dans le désert, parfumées, étincelantes, offertes et blessées, douces et violentes, femmes et magiciennes, princesses de nos sens et du désir des hommes.
Commenter  J’apprécie          140
De Profondis

J’ai tant aimé ton corps
Qu’il sera comme un fleuve
Bruissant dans mes artères
J’ai tant aimé la source
Envoûtée de caresses
Brûlée de mes baisers
Faisant jaillir l’eau vive
De ton sexe
Dans ma bouche amoureuse
Que je n’aurai plus soif
D’un autre océan
Que ton sang
Et faim d’une autre chair
Que la tienne
Je ne serai brûlée
Par d’autre feu que tes mains
Qui m’ont laissée en cendres
Dans le désert
Des nuits inhabitées.

Genève, le 8 février 1989
Commenter  J’apprécie          130
Rodwell
Toujours absent toujours présent
Pareil à une éclipse de soleil
Dans l'ombre de mon cœur
Commenter  J’apprécie          120
A tant d’amies disparues, mortes de solitude, de trop d’amour donné, jamais reçu : à leur mémoire, il faudra que je dise comment le quotidien les a assassinées, et le mépris des gens. Et comme elles étaient belles, généreuses, pleines de talent et de mystère, entourées de tous ceux qui avaient tellement besoin d’elles, qui avaient faim de leurs caresses, de leur tendresse, de leur infinie patience, de leur savoir, de leur pouvoir.
Commenter  J’apprécie          100
Roger (8) - (de la part d'Odette) Libanais pas très grand, moustache et lunettes, belle voix basse qui roule les R - sucer, enculer artistement, prostate très vive et sociable, traiter avec modération sinon ça va trop vite. 100Frs (Baisser à 80.)
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Grisélidis Réal (236)Voir plus

Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
9617 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..