AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.71 /5 (sur 255 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : San Francisco , 1973
Biographie :

Maggie Nelson est une romancière, poète, essayiste et universitaire américaine.

Elle traite notamment des thèmes comme le féminisme, la violence sexuelle, mais aussi de l'histoire de l'art et de la philosophie.

Elle a été profondément marquée par le décès de sa tante, Jane Mixer, assassinée à l'âge de 23 ans alors qu'elle était étudiante en droit.

En 2005, après une minutieuse enquête, elle publie "Jane : A Murder", un collage de textes inspirés par le destin tragique de cette femme victime d'un tueur en série.

Maggie Nelson a publié plusieurs livres, mais c'est avec "Bluets" (2009) et "Les argonautes" (The Argonauts, 2015), qu'elle a atteint une certaine notoriété. "Les argonautes" est le récit de sa rencontre et de son histoire d'amour avec Harry Dodge (1966), artiste multidisciplinaire. Ensemble, le couple aura un fils, Iggy.

Elle reçoit un coup de fil de sa mère : un enquêteur l'a contactée pour lui annoncer que le présumé meurtrier de sa tante allait avoir son procès. Maggie décide qu'elle racontera le procès auquel elle assiste en compagnie de sa mère et de son grand-père. Le résultat : "Une partie rouge" (The Red Parts, 2007), un récit à la fois documentaire et littéraire qui reçoit, en 2018, le Prix du réel.

Maggie Nelson est professeur d'Anglais à l'Université de Californie du Sud.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Maggie Nelson   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Maggie Nelson - De la Liberté

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
And that although I have tried to imagine her death, there’s really no way of knowing what she went through—not only because I don’t know what happened to her on the night of her murder, but because no one ever really knows what it’s like to be in anyone else’s skin. That no living person can tell another what it’s like to die. That we do that part alone.
( Bien que j’ai imaginé sa mort, il n’y a aucun moyen de savoir ce qu’elle a vécu- non seulement je ne sais pas ce qui lui est arrivé la nuit de son meurtre, mais personne ne peut vraiment savoir ce que d’être dans la peau d’un autre. Aucun vivant ne peut savoir ce que c’est de mourir. Cette épisode on le vit seul .)
Commenter  J’apprécie          260
Plus un problème devient difficile à résoudre, plus il est tentant de l’ignorer. Si on l’ignore suffisamment longtemps, il finira par devenir insoluble. Renoncer peut alors ressembler à un soulagement, dans la mesure où, ne serait-ce que l’espace d’un instant, on se sent libéré des affres d’un effort voué à l’échec. Mais ce soulagement ne saurait durer, car le problème irrésolu ne fait que générer d’autres problèmes, de causer d’autres souffrances.
Commenter  J’apprécie          140
Un des films que notre prof nous montra fut Sueurs froides, d'Alfred Hitchcock. Je me souviens de m'être sentie troublée par la façon dont le personnage de Kim Novak paraît égaré entre le fantôme et l'être de chair, tandis que Jimmy Stewart semble, lui, très "réel", incarné. Après le film, j'aurais voulu demander au prof si, d'une certaine façon, les femmes n'étaient pas toujours mortes, ou, à l'inverse, n'avaient pas commencé d'exister. Mais je n'arrivais pas à formuler la question de manière à n'avoir pas l'air, ou à ne pas me sentir, plus ou moins folle.
Commenter  J’apprécie          100
La liberté est un processus par lequel on développe une pratique afin de se rendre indisponible pour la servitude.
Commenter  J’apprécie          110
Voilà que tu parles de l'amour comme si c'était une consolation. Simone Weil nous a pourtant prévenus. "L'amour n'est pas une consolation, il est lumière."
Je vais tenter de le formuler autrement. Quand j'étais en vie, je n'aspirais pas à étudier la nostalgie mais la lumière.
Commenter  J’apprécie          103
Les bouddhistes tibétains parlent de la mort comme d'un moment de "grande opportunité "mais à laquelle il convient de se préparer pour savoir quoi en faire. Il faut s'entraîner de telle sorte que si vous étiez, par exemple, soudainement abattu d'une balle dans la tête tirée à bout portant, ou si, autre exemple, votre coeur explosait dans votre poitrine au beau milieu de la nuit, vous seriez instantanément prêt à partir, à accéder à l'état intermédiaire du bardo. Je sais que je ne suis pas prête et l'idée de ne pas apprendre à temps me terrifie. Mais comment apprendre si je n'essaie pas?
Commenter  J’apprécie          92
Je voudrais simplement que tu te sentes libre, ai-je dit par colère déguisée en compassion, par compassion déguisée en colère.
Tu ne comprends toujours pas ? as tu crié.
Je ne me sentirais jamais libre commet toi, je ne me sentirais jamais chez moi dans le monde, je ne me sentirais jamais chez moi dans ma peau.
C'est comme ça et ce sera toujours comme ça.
Commenter  J’apprécie          90
Si je devais mourir aujourd'hui, je dirais que mon amour du bleu et faire l'amour avec toi ont été les deux sensations les plus plaisantes que j'ai connues dans ma vie.
Commenter  J’apprécie          80
Je trouve ça irrésistiblement intéressant quand les gens assument la fétichisation de leur style moche au lieu d'oublier qu'ils en ont un.
Commenter  J’apprécie          80
Au fond de la piscine, j'ai regardé la lumière blanche hivernale pailleter le bleu nébuleux, et j'ai su qu'ensemble, ils formaient Dieu.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Maggie Nelson (329)Voir plus

Quiz Voir plus

La littérature du XIXe siècle (niveau débutant ou jeune public)

Lequel de ces écrivains n'est pas du XIXème siècle ?

Victor Hugo
Honoré de Balzac
Voltaire
Émile Zola

19 questions
266 lecteurs ont répondu
Thèmes : 19ème siècle , littérature , littérature françaiseCréer un quiz sur cet auteur

{* *} .._..