AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.75/5 (sur 156 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 05/06/1947
Mort(e) à : Paris , le 17/07/2013
Biographie :

Jack-Alain Léger est un romancier et chanteur français. Jack-Alain Léger n'était que le plus célèbre et récurrent des pseudonymes derrière lesquels s'abritait, d'un livre à l'autre, celui qui est né Daniel Théron.

Amateur de musique rock, il écrit des critiques de disques, dont certaines seront publiées dans le mensuel Rock & Folk. Il se fait également connaître en traduisant en langue française le livre de Bob Dylan, Tarantula.

À la fin des années 1960, il s'essaie à une carrière d’auteur-compositeur-interprète sous le nom de Melmoth. Plus tard, sous le pseudonyme de Dashiell Hedayat (hommage discret à Dashiell Hammett et au grand écrivain iranien Sadegh Hedayat), il publie en 1971 un album, Obsolete, qu'il a enregistré avec le groupe Gong. Les ventes resteront confidentielles. Mais la chanson Chrysler rose, qui condense un certain dandysme joyeux typique des années 1970, connaît aujourd'hui, à près de quarante ans de distance, un regain de faveur auprès des jeunes lycéens.

Par la suite, il se consacre essentiellement à l'écriture et publie de nombreux livres. Il publiera notamment L'Heure du tigre aux éditions Robert Laffont en 1979. Il écrira aussi Mon premier amour, Un ciel si fragile, Monsignore, Capriccio. Monsignore a été l'un des grands succès de l'année 1976 ; trois cent mille exemplaires, traduction en vingt-trois langues, adaptation au cinéma.

Au début des années 2000, un mini-scandale se déclenche autour de lui dans les médias lorsqu'on apprend qu'il est l'auteur du best-seller Vivre me tue, «témoignage» d'un jeune Français, beur d'origine marocaine, qu'il avait écrit sous le nom de Paul Smaïl - cette identité n'était qu'une pure invention de son éditeur.

Il a publié en 2004 un pamphlet, Tartuffe fait ramadan, dénonçant ce qu'il perçoit comme une islamophilie excessive de la part de certains bien-pensants.

Il s'est donné la mort, le 17/07/2013, à 66 ans.
+ Voir plus
Source : Le monde
Ajouter des informations
Bibliographie de Jack-Alain Léger   (37)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Jack-Alain Léger

Podcasts (1)


Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
- fitzgeraldien, très fitzgeraldien, si tendre et déchirant, ce subtil sentiment que toujours l’échec est au bout, déjà là, à l’état de trace dans le bonheur présent..
Commenter  J’apprécie          170
Ce sentiment baroque de la vie, mouvement perpétuel, vis sans fin, spirales et torsades, vertige, élan, envol, envolée de marbre noir veiné d'or, (.....) Ce sentiment que rien n'épuise, que rien n'épuisera jamais. Tout n'était pas dit. La mort n'aura pas le dernier mot --- la hantise d'en finir. Pas encore ! Un instant, je vous prie. Fin du ressassement, fin du ressentiment.... Ce livre-ci.
Commenter  J’apprécie          160
Barry White ! Let the Music Play ! Le turgescent, l’érectile, l’éjaculatoire, l’orgastique quoique si velouté baryton de Barry White, sur fond de piaillis de pétasses surexcitées et un riff de basses saturées d’infrasons qui te titillent le clito si tu es une nana et te font bander dur si tu es un mec, sur un tempo implacable, un synthé à la métronomie prussienne qui te ferait marcher à la mort au pas cadencé s’il le fallait, la grisante voluptueuse vulgarité de Barry White...
Commenter  J’apprécie          150
Martha Argerich parle mieux que personne de Chopin. Martha Argerich nous restitue Chopin dans sa vérité : viril, dur, net, et d’autant plus profond : on abandonne les mièvreries, les effleurements maniérés du clavier, les effusions au miel, les tempi languides, les déhanchements outrés et autres chichis de chochottes aux pianistes pour coiffeurs sensibles, décorateurs de vitrines ou visagistes, on laisse les effets de rubato à la pédale aux pianistes pour pédales !
[...]
les qui veulent de la sucrerie et du larmoyant, du Chopin sanglotant et dégoulinant de mélasse, faites pas chier ! vous nous laissez entre mélomanes avertis, et vous, vous courez vous scotcher devant votre télé : chance ! c’est Jacques Chancel ! Vous avez remarqué qu’au Grand Echiquier, il y a toujours, toujours, toujours un pianiste virtuose ou prétendu tel, en smoking blanc, larges revers de satin blanc pailleté, pattes d’ef et nœud pap géant qui massacre allègrement un nocturne ou un prélude de Chopin, le noie sous le sirop d’orgeat, le sucre candi, la guimauve, la chantilly, l’interprète, ce nocturne ou ce prélude, comme s’il s’agissait de l’arrangement d’un tube balnéaire de l’été ? Tout ce que vous aimez !
Commenter  J’apprécie          121
Où suis-je ? Chez Sagan. A Equemauville [...] Un village non pas de la Manche, soit dit en passant, mais du Calvados. Bravo Bibi pour la bévue à forte saveur de gin, de scotch et de graves puis de calva (cela s’imposait ici) ! Ton gras et clownesque moi, mou, fou, flou, soufflé, essoufflé, trébuche comme s’il allait s’affaler, bien fait !
Commenter  J’apprécie          120
Derrida ! Derrida en personne. Derrida chez Sagan. Derrida, Sagan : la rencontre d’un parapluie et d’une machine à écrire sur une table de dissection. Rien, strictement rien à faire ensemble.
[...]
Derrida, pas 40 ans et, d’ores et d’déjà, un des plus grands imposteurs du XXe siècle, qui jusqu’ici n’a pas été chiche en penseurs bidons
Commenter  J’apprécie          120
- la devise de ma mère, anglaise par son père, son élégance : ne pas peser, ne pas s’imposer, ne pas s’appesantir, avoir le désespoir gai, se retirer juste avant le heurt, se souvenir que la gloire est le deuil éclatant du bonheur, en rire, en rire de peur d’en pleurer, glad to be unhappy ! Comme chante Billie Holiday.
Commenter  J’apprécie          120
« La devise de ma mère, anglaise par son père, son élégance : ne pas peser, ne pas s’imposer, ne pas s’appesantir, avoir le désespoir gai, se retirer juste avant le heurt, se souvenir que la gloire est le deuil éclatant du bonheur, en rire, en rire de peur, glad to be unhappy ! comme chante Billie Holiday. » (p. 24)
Commenter  J’apprécie          120
Champagne ! Christian Bourgois est un découvreur, et il offre facilement le champagne. Un élitiste, dit volontiers de lui le métier avec une pointe de mépris. Et lui, moqueur, qu’il est snob, oui, très snob. Mais que les snobs, il en faut. Car ce sont les snobs qui ont d’abord lu Proust, pas les profs.
Commenter  J’apprécie          120
Jack-Alain Léger
"Islamophobie" est la dernière tarte à la crème, la poignée de boue que les intégristes musulmans jettent au visage de ceux qui ont le courage de dénoncer leurs manigances et leur double langage.
Commenter  J’apprécie          122

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jack-Alain Léger (223)Voir plus

Quiz Voir plus

Femmes et Romans Noirs

L’Affaire du Dahlia noir fait référence au meurtre non élucidé d'Elizabeth Short, surnommée « Le Dahlia Noir ». Qui a signé l'excellent roman intitulé Le Dalhia noir en 1987?

Ed Mc Bain
James Ellroy
James Lee Burke

8 questions
116 lecteurs ont répondu
Thèmes : femmes , Héroïnes , personnages féminins , littérature , romans policiers et polars , roman noir , adapté au cinéma , adaptation , cinemaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..