AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.48/5 (sur 13457 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Nice , le 29/07/1960
Biographie :

Didier van Cauwelaert est un écrivain français.

Riche d'une histoire familiale mouvementée, à huit ans, pour devenir indépendant et nourrir sa famille, il décide de publier des romans. Face aux refus des éditeurs (une demi-douzaine par mois) et aux menaces de ses parents, il est sur le point d'abandonner la littérature à dix ans et demi, lorsqu'il croise Greta Garbo dans un restaurant. Du hasard de cette rencontre naît l'idée d'un entretien imaginaire. De larges extraits paraîtront dans le courrier des lecteurs de "Télé 7 jours". Cette première publication inespérée sauve ses ambitions d'écrivain. Il reprend donc son stylo, ses enveloppes et le fichier des éditeurs parisiens.
Après quelques années consacrées au théâtre (il joue Sartre, met en scène Beckett, Anouilh, Ionesco) et une brève carrière de critique littéraire pour enfants à FR3 Côte-d'Azur, il finit par trouver un éditeur qui s'intéresse à lui, en 1981, après treize ans de traversée du désert.

En 1982, alors qu'il a vingt-deux ans, son premier roman "Vingt ans et des poussières" (prix Del Duca 1982) est publié aux Éditions du Seuil. S'ensuit la publication de romans avec lesquels il touche un public de plus en plus large: "Poisson d'amour" (prix Roger Nimier 1984), "Les Vacances du fantôme" (prix Gutenberg 1987), "Un objet en souffrance" (1991) qui marque son arrivée chez Albin Michel. En 1994, "Un aller simple" est couronné par le prix Goncourt.
Depuis lors, avec des romans tels que "La Vie interdite" (1997), Grand Prix des Lecteurs du Livre de Poche, "La Demi-pensionnaire" (1999), prix Fémina Hebdo, "L’Apparition" (2001), prix Science de la Vulgarisation Scientifique 2002, son succès ne se dément plus. En 2007, pour "Le père adopté" il reçoit le Prix Marcel Pagnol, récit dans lequel il rend hommage à son père. Les livres de Didier van Cauwelaert sont aujourd'hui traduits dans plus de vingt langues.
Au théâtre, il a reçu le Molière 97 du meilleur spectacle musical pour son adaptation du "Passe muraille", avec Michel Legrand. Ses pièces lui ont valu le Grand Prix du théâtre de l'Académie française en 1997.
Ses romans ont été l'objet d'adaptations cinématographiques notamment "Un aller simple", "Sans identité" (adapté du roman "Hors de moi"), "J'ai perdu Albert", écrit et réalisé par Didier van Cauwelaert lui même.
En 2023, il publie "La vie absolue".

son site :
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Didier Van Cauwelaert   (79)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les miracles que la science n'explique pas


Citations et extraits (1648) Voir plus Ajouter une citation
Si on se laisse aller au désespoir, on finit mangé par les rêves qu'on a vécus de travers.
Commenter  J’apprécie          1101
Le doute, c’est le point de départ de l’intelligence !

Commenter  J’apprécie          880
Et je lui souris. Pas le sourire standard de l'hypermarché ; le sourire que son fils m'a rendu, ce sourire qui chasse les peurs, les remords et les drames, qui réenchante le monde et détourne le malheur vers les méchants et les tristes. Mon sourire de fée.
Commenter  J’apprécie          800
La petite fille était maigre et voûtée, toute refermée sur elle-même comme un bourgeon qui a connu le gel.
Commenter  J’apprécie          710
Didier Van Cauwelaert
Nous avons peur de ce qui nous dépasse.
Commenter  J’apprécie          660
Sur BNS, dimanche, au nom des messianistes, le pasteur Hunley a appelé l’ensemble des brebis à s’unir derrière lui pour rejoindre le grand troupeau du Seigneur. Comme toutes les Eglises disent la même chose, on n’est pas sorti de l’étable. Je suis bien content de ne croire en rien : au moins je ne m’engueule avec personne.

Commenter  J’apprécie          580
Tant qu’il n’a pas reçu l’homologation du Vatican, votre Christ, il ne vaut pas un clou.

Commenter  J’apprécie          582
Je veux bien faire l’Agneau, mais je suis pas un mouton.

Commenter  J’apprécie          580
Seuls les vrais solitaires, quand ils se rencontrent, peuvent s'aimer sans s'abîmer parce qu'ils n'ont pas besoin de se fuir, d'exercer un pouvoir sur l'autre ou de considérer la durée comme une fin en soi.
Commenter  J’apprécie          520
Quand les pisciniers se mettent à connaître l’Evangile mieux que les évêques, l’Eglise a du souci à se faire.

Commenter  J’apprécie          500

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Didier Van Cauwelaert Voir plus

¤¤

{* *} .._..