AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.92 /5 (sur 417 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Livingston, New Jersey , le 10/09/1946
Mort(e) à : New York , le 24/01/2018
Biographie :

Jack Ketchum est un écrivain, ancien acteur et chanteur.

Sous son vrai nom, Dallas Mayr, il fut le secrétaire du romancier Henry Miller (1891-1980).

Sous son pseudonyme, inspiré du nom traditionnellement porté par les bourreaux britanniques (Jack Ketch), il a publié des ouvrages qu'on peut rattacher au mouvement splatterpunk, même s'ils contiennent très peu d'éléments fantastiques.

Son premier roman, "Morte saison" (Off Season, 1980), une histoire de cannibalisme, incita la revue Village Voice à réclamer publiquement la condamnation de son éditeur pour "violente pornographie". Un livre si dur, si extrême que sa version non expurgée n’arrivera en France qu’en 1999.

Depuis, Jack Ketchum a écrit une dizaine d’autres romans dont "Une fille comme les autres" (The Girl Next Door, 1989), l'histoire d'une adolescente torturée par sa famille, portée à l'écran en 2007.

In 2011, il a été élu Grand Master par the World Horror Convention.

En 2017, il co-écrit avec Lucky McKee, "Comme un chien".

son site : http://www.jackketchum.net/
Twitter : https://twitter.com/jackketchum

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
The Girl Next Door (2007) - Trailer

Citations et extraits (79) Voir plus Ajouter une citation
marina53   21 juillet 2014
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
La douleur ne se limite pas à la souffrance physique, à son propre corps – surpris – qui proteste contre une atteinte à sa chair.

La douleur peut venir de l'extérieur.

Quelquefois, ce que vous voyez peut faire mal. La forme de douleur la plus cruelle et la plus pure. Sans médicament ni sommeil pour l'atténuer, sans état de choc ni coma pour la fuir.

Vous la voyez et vous l'engrangez. Et ensuite elle vous possède.
Commenter  J’apprécie          440
marina53   13 novembre 2017
Comme un chien de Jack Ketchum
La vie vous joue de ces tours, parfois. Il a déjà eu l'occasion de le remarquer. Elle vous emmène très haut, puis vous fait retomber d'autant plus durement, et revient pour vous pisser sur les pompes, en plus.
Commenter  J’apprécie          290
marina53   13 novembre 2017
Comme un chien de Jack Ketchum
On ne se rencontre jamais soi-même, à moins de surprendre son propre reflet dans l'oeil d'un autre être humain.

Loren Eisley
Commenter  J’apprécie          290
marina53   21 juillet 2014
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
Ne comptez pas sur moi pour vous raconter.

Je m’y refuse.

Plutôt mourir que de décrire certaines choses. En avoir été le témoin peut vous amener à regretter de ne pas être mort avant.

J’ai regardé et j’ai vu.
Commenter  J’apprécie          280
Ziliz   22 septembre 2014
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
- Tu en as vraiment déjà vu ?

- Vu quoi ?

- Un nichon.

- Pour de vrai ?

- Ouais. (Donny rit.) Ceux de la soeur d'Eddie.

Il provoqua un nouvel éclat de rire collectif, parce que tout le monde les avait vus.

- Non, je veux dire sur une femme.

- Nan.

- Et vous autres ?

Il regarda autour de lui.

- Ma mère, dit Tony, visiblement mal à l'aise. Une fois. Je l'ai surprise dans la salle de bains pendant qu'elle enfilait son soutien-gorge. J'ai tout vu, l'espace d'une minute.

- Toute une minute ?

Kenny prenait vraiment ça très à coeur.

- Non, une seconde.

- Mince ! C'était comment ?

- Qu'est-ce que c'est que cette question ? « C'était comment ? » Je te parle de ma mère, bon sang ! Sainte Vierge ! Espèce de pervers !

- Hé ! Je n'avais pas l'intention de te vexer !

- C'est bon, il n'y a pas de mal.

Mais, à présent, nous pensions tous à Mme Morino, une Sicilienne courte sur pattes, à la taille épaisse et avec bien plus de moustache que Tony – mais elle avait de gros seins. Essayer de se la représenter ainsi constituait un exercice à la fois difficile et intéressant – et un rien répugnant.

(p. 93-94)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Ydamelc   22 septembre 2017
Comme un chien de Jack Ketchum
Après son départ, elle reste, assise, nue, sur le bord de son lit, pendant un temps qui lui paraît long. Puis, sous l'impulsion d'une sorte d'horloge interne, elle se lève et procède à des ablutions de péripatéticienne dans le bidet. L'entrejambe et les dessous de bras savonnés, rincés, séchés, elle enfile sa nuisette et retourne au lit s'allonger. Peu après, la voiture arrive, des portières claquent et le vide qui en résulte est le résumé de sa vie.
Commenter  J’apprécie          230
PiertyM   16 septembre 2014
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
La douleur ne se limite pas à la souffrance physique,...

La douleur peut venir de l'extérieur.
Commenter  J’apprécie          240
Ziliz   21 septembre 2014
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
Les manèges provenaient d'une troupe ambulante de forains professionnels. A nos yeux, les forains représentaient le comble de l'exotisme. Des hommes d'allure peu commode et des femmes qui travaillaient, une Camel coincée entre les dents, plissant les yeux contre la fumée qui s'élevait, arborant des tatouages, des cals et des cicatrices, sentant la graisse et la sueur. Ils juraient et buvaient de la Schlitz en travaillant. Comme nous, ils ne rechignaient pas à cracher de gros mollards dans la poussière.

Nous adorions la fête foraine et les forains. Comment aurait-il pu en être autrement ? En l'espace d'un après-midi d'été, ils transformaient notre cour de récréation - ses deux terrains de base-ball et celui de foot, ainsi que sa surface goudronnée - en une ville de toile et un tourbillon d'acier. Ils allaient si vite que nous pouvions à peine en croire nos yeux. C'était magique, et ces magiciens affichaient des sourires où brillaient des dents en or et ils arboraient des tatouages "J'aime Velma" sur leurs biceps. Irrésistible.

(p. 55-56)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   23 septembre 2014
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
Les enfants étaient impuissants. Presque par définition. On attendait d'eux qu'ils endurent les humiliations ou se sauvent en courant. Protester n'était envisageable qu'en louvoyant : se réfugier dans sa chambre en claquant la porte, crier et hurler, broyer du noir pendant le dîner, jouer la comédie, casser volontairement quelques chose "par accident". Ou encore adopter une attitude renfrognée, sombrer dans le silence, merder à l'école. Et c'était à peu près tout. Toutes les armes que contenait votre arsenal. Mais tenir tête à un adulte et carrément l'envoyer paître n'en faisait pas partie. Dire simplement "non" à un adulte était inacceptable. Nous étions trop jeunes pour ça. (p. 161)
Commenter  J’apprécie          180
diablotin0   21 octobre 2017
Une fille comme les autres de Jack Ketchum
Après chaque marche, je marquais une pause pour écouter. Je variais le délais entre chaque marche afin de ne pas suivre un rythme identifiable.

Mais chaque marche avait son mot à dire.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, le cauchemar de vos nuits !

A quelle série télévisée américaine, ai-je emprunté le titre de ce quiz ?

Moriarty, le cauchemar de vos nuits
Freddy, le cauchemar de vos nuits
Dorothy, le cauchemar de vos nuits
Albany, le cauchemar de vos nuits

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , horreur , films , cauchemarsCréer un quiz sur cet auteur