AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.95 /5 (sur 62 notes)

Nationalité : Haïti
Né(e) à : Gonaïves , le 22/04/1922
Mort(e) à : Môle Saint-Nicolas, Haïti , le 04/1961
Biographie :

Jacques Stéphen Alexis est un médecin et un écrivain haïtien, connu pour ses prises de position politiques contre la dictature, ainsi que pour sa nouvelle définition d'un réalisme magique proprement créole.

Il est le fils du diplomate, journaliste et romancier Stéphen Alexis. Il a étudié la médecine à Paris, a voyagé en Europe, puis a vécu quelques années à Cuba.

À la fin de ses études, il se consacre plus activement à sa carrière littéraire. Il collabore à de nombreuses revues littéraires, avant de fonder La Ruche, un groupe qui se dédie au renouveau littéraire et politique à Haïti, dans les années 1940.

Son premier roman, très remarqué, est publié en 1955 chez Gallimard : il s'agit de Compère Général Soleil, qui reste aujourd'hui une œuvre littéraire importante, essentielle à toute approche de la littérature haïtienne.

En août 1961, il est à Moscou pour rencontrer les représentants de partis communistes de 81 pays, et a signé un accord, la « Déclaration des 81 », au nom des communistes haïtiens.

En 1961, Jacques Stephen Alexis, alors fondateur et leader du Parti d'Entente Populaire, tente de rentrer de Cuba en Haïti pour organiser la lutte contre François Duvalier. Il est attendu à son débarquement, capturé, torturé, porté disparu et probablement assassiné sans qu'on n'ait jamais pu rassembler avec certitude les circonstances de sa mort à 39 ans.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jacques-Stephen Alexis   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Laure Leroy - Jacques-Stephen Alexis


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Duluoz   28 août 2016
L'espace d'un cillement de Jacques-Stephen Alexis
Si l'amour reste un simple accord sexuel et une communauté du souvenir, si l'inclination ne plonge pas ses racines dans la vie quotidienne, dans le cœur du quotidien, dans les personnalités en mouvement, s'il ne demeure que ce qu'il à été au moment de sa cristallisation, il porte en lui le germe d'un dépérissement inexorable et la certitude de sa propre autodestruction.
Commenter  J’apprécie          270
Tandarica   04 avril 2015
L'espace d'un cillement de Jacques-Stephen Alexis
Le rhum, naturellement, Haïti, dont le rhum est non pareil. Tout homme qui connaît vraiment bien la Caraïbe et en a pénétré l’esprit sait que qui n’a pas encore bu le rhum d’Haïti ne connaît pas tout le pétillement irisé, subtil, charnel, radiant, rêveur, tout l’art de vivre que peut receler le rhum… Les buveurs de rhum à l’eau ne peuvent que difficilement s’en rendre compte. Le « long drink » quel qu’il soit, dénature toujours le rhum… Le « Bacardi » de Cuba, bien sûr, le « Cidra » dominicain, les autres eaux-de-vie de canne à sucre, jamaïquaines, martiniquaises, porto-ricaines, etc., ce sont de bonnes choses, mais le rhum d’Haïti, c’est l’esprit du pays de la Fleur d’Or (Anacaona, reine indienne d’Haïti), de Toussaint Louverture et de Dessalines...

Commenter  J’apprécie          210
Chantalama   25 mai 2019
L'espace d'un cillement de Jacques-Stephen Alexis
Rien de ce qui est passionnément vivant ne meurt tout à fait mais se perpétue, se lègue, se transmet, se dépasse. Ainsi l'homme est immortel, comme la vie...
Commenter  J’apprécie          110
LabiblideVal   19 février 2017
L'étoile absinthe de Jacques-Stephen Alexis
Tout ça n'a aucun sens, aucune portée, l'existence ne peut être qu'une ineptie du hasard, et si un dieu personnel a engendré cette vie, il s'agit certainement d'un dieu carnassier, dément, insensé, imbécile, plus bêtifié que tout le bestiaire de sa création!
Commenter  J’apprécie          100
Nadael   23 mars 2017
L'étoile absinthe de Jacques-Stephen Alexis
« L’Églantine va dans l’escalier de la pension Colibri. Elle avance d’une démarche réflexe. Deux ruisseaux acides fusent le long de ses mâchoires. La pulsation rythmique du sang dans la tête – pic-vert picorant le sommet du crâne – exacerbe l’agacerie sans cause de tout l’arbre des nerfs… Oui, vivre d’abord. Accomplir des gestes, les organiser en actes, gouverner ses œuvres pour trouver un nouvel équilibre… L’Églantine descend les marches de l’escalier de béton, elle se porte à peine, elle va… tout reconsidérer. Par exemple, se débarrasser de ce balancement significatif des hanches qui est tout un programme, la dégaine provocante de La Nina Estrellita. »
Commenter  J’apprécie          90
Jacques-Stephen Alexis
DeuxYeux   18 janvier 2015
Jacques-Stephen Alexis
Rien n'avait fondamentalement changé dans le monde, seuls les mots, les formules, les formes de la domination avaient varié.
Commenter  J’apprécie          90
Jacques-Stephen Alexis
DeuxYeux   18 janvier 2015
Jacques-Stephen Alexis
C'est prodigieux, les gens nerveux ! Qu'ils soient estimables ou non, rien de ce qu'ils font n'est banal; extravagant peut-être, étonnant, admirable, fou, pyramidal ou simplement ébouriffant, ça oui !
Commenter  J’apprécie          80
ryogadeckard   10 septembre 2020
Compère général Soleil de Jacques-Stephen Alexis
Oui, sur une terre étrangère, l'amitié est infiniment précieuse. Une terre étrangère apparaît au début en dehors du monde, puis, quand un visage se rapproche, le pays se rapproche. Alors l'esprit compare, l'être se laisse émouvoir, une joie timide commence à palpiter le cœur. Les hommes sont tous à la recherche du bonheur, telle est la commune mesure de chacun.
Commenter  J’apprécie          70
Jacques-Stephen Alexis
DeuxYeux   18 janvier 2015
Jacques-Stephen Alexis
Les hommes se mesurent d'un seul regard, dans le feu de l'action; le reste n'est qu'une affaire de complexion.
Commenter  J’apprécie          80
Nadael   23 mars 2017
L'étoile absinthe de Jacques-Stephen Alexis
« Le soir tombe, les moustiques vrombissent, le soleil allume des derniers incendies dans les nuages. Tout l’occident flambe et les ombres elles-mêmes sont roses dans la crique où se balance le Dieu-Premier fin paré pour la poursuite du voyage. La marée montante danse la rumba, secoue ses jupons froufroutants de satin bleu dont les innombrables volants dentelés d’écume blanche se soulèvent et retombent découvrant la chair blond rosé de la grève. Plaqué de teintes plates et crues, l’horizon chatoient et au-dessus passe tout un train rapide de petits nuages frisettés, versicolores, dans le couchant flamboyant. »
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Jacques-Stephen Alexis (119)Voir plus


Quiz Voir plus

Quand les femmes mènent l'enquête ...

Dans "Poulets grillés" de Sophie Henaff, le premier tome d'une série française, la commissaire dirige une équipe de bras cassés. Son prénom est associé à "de Bretagne".

Anne Capestan
Carole Evans
Stephanie Plum
Hannah Swensen

12 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , femmesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..