AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.09/5 (sur 3014 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 20/06/1945
Mort(e) à : Marseille , le 26/01/2000
Biographie :

Jean-Claude Izzo est un écrivain, journaliste et poète français.

Son père est né en Italie à Castel San Giorgo et émigre à Marseille en 1928. Sa mère est née à Marseille dans le quartier du Panier, de parents immigrés espagnols.

En 1964, il est appelé au service militaire d'abord à Toulon, où il fera une grève de la faim d'un mois qui lui vaudra les commandos disciplinaires à Djibouti. Il y passera un mois et demi en prison où il perdra quinze kilos durant cette période.

Il adhère au PSU en 1966. En juin 1968, il est candidat aux élections législatives à Marseille, puis il adhère au PCF. Il devient journaliste, puis rédacteur en chef du quotidien communiste La Marseillaise.

En 1970, il publie son premier recueil de poèmes, Poèmes à haute voix. En 1978, il rompt avec le PCF. Il quitte Marseille, et rédige des articles dans différentes revues (La vie mutualiste qui deviendra par la suite Viva...).

En 1995, poussé par Michel Le Bris et Patrick Raynal il publie dans la Série noire Total Khéops, lauréat du Trophée 813 du "meilleur roman francophone" qui sera un gros succès public. C'est le premier volet de la "Trilogie marseillaise", avec Fabio Montale (nom inspiré par le poète italien Eugenio Montale), policier déclassé et fils d'immigré appréciant la poésie, le jazz, la pêche et les femmes.

En 1996, il publie Chourmo, la suite de Total Khéops qui remporte le Prix Sang d'Encre. Il part s'installer à Saint-Malo.

En 1997, il publie un recueil de poésies Loin de tous rivages, et le roman Les Marins perdus, ainsi que de nombreuses nouvelles parues dans des anthologies. Il revient définitivement en Provence et s'installe à Ceyreste.

En 1998, il publie Solea, le dernier volet de la trilogie marseillaise, y consacrant une analyse poussée et documentée de la Mafia.

"Total Khéops" a été adapté au cinéma en 2002 par Alain Bévérini, avec Richard Bohringer et Marie Trintignant. "Les Marins perdus" a été adapté au cinéma en 2003 par Claire Devers, avec Bernard Giraudeau, Marie Trintignant et Audrey Tautou.

En 1999 paraît le Soleil des mourants.

Il meurt d'un cancer le 26 janvier 2000 à l'âge de 54 ans.
+ Voir plus
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Izzo
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Claude Izzo   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Total Khéops" de Jean-Claude IZZO a été adapté au cinéma en 2002 par Alain Bévérini, avec Richard Bohringer et Marie Trintignant : extrait du film.


Citations et extraits (348) Voir plus Ajouter une citation
Si on a du cœur, m'expliqua un jour mon père, on ne peut rien perdre où qu'on aille. On ne peut que trouver.
Commenter  J’apprécie          570
Comment une femme pouvait-elle s'introduire aussi simplement dans le cœur d'un homme, juste par des regards, des sourires?
Est-ce qu'il était possible de caresser le cœur sans même effleurer la peau?
C'était sans doute cela séduire. S'immiscer dans le cœur de l'autre, le faire vibrer pour se l'attacher.
Commenter  J’apprécie          513
Boxer ce n'est pas seulement cogner. C'est, d'abord, apprendre à recevoir des coups.
À encaisser. Et que ces coups fassent le moins mal possible.
La vie n'était rien d'autre qu'une succession de rounds. Encaisser, encaisser. Tenir, ne pas plier. Et taper au bon endroit, au bon moment.
Commenter  J’apprécie          510
Les belles journées n'existent qu'au petit matin. J'aurais dû m'en souvenir.
Les aubes ne sont que l'illusion de la beauté du monde.
Quand le monde ouvre les yeux, la réalité reprend ses droits.
Et l'on retrouve le merdier.
Commenter  J’apprécie          452
Marseille n'est pas une ville pour touristes. Il n'y a rien à voir.
Sa beauté ne se photographie pas. Elle se partage.
Ici, faut prendre partie. Se passionner. Être pour, être contre. Être violemment.
Alors seulement ce qui est à voir se donne à voir.
Et là trop tard, on est en plein drame. Un drame antique où le héros c'est la mort.
À Marseille, même pour perdre il faut savoir se battre.
Commenter  J’apprécie          431
Moi, je crois qu'on passe son temps à se perdre, et quand on se trouve, c'est trop tard.
Commenter  J’apprécie          430
A ta fenêtre il m'arrive de ne pas frapper
à ta voix de ne pas répondre
à ton geste de ne pas bouger
pour que nous n'ayons rien à faire
qu'à la mer qui s'est bloquée.
Commenter  J’apprécie          422
- Les arroser, c'était faire vivre l'esprit du lieu. C'est toi qui nous as appris ça. Là ou vit l'esprit, l'autre n'est pas loin. J'avais besoin que tu existes. Pour aller de l'avant. Ouvrir les portes autour de moi. Je vivais dans le renfermé. Par paresse. On se satisfait toujours de moins. Un jour, on se satisfait de tout. Et on croit que c'est le bonheur.
Commenter  J’apprécie          410
Les histoires d'amour. On voudrait que ça arrive à un autre moment, quand on est au mieux de sa forme, quand on se sent prêt pour l'autre.
Une autre. Un autre.
Commenter  J’apprécie          411
Un parfait "mia". Cheveux longs sur la nuque, brushing d'enfer, chemise fleurie ouverte sur une poitrine noire et velue, grosse chaîne en or où pendait un Jésus avec des diamants dans les yeux, deux bagouses à chaque main, des Ray Ban sur le nez. Cette expression, "mia", venait d'Italie. De chez Lancia. Ils avaient lancé une voiture, la Mia dont l'ouverture dans la fenêtre permet de sortir son coude sans avoir à baisser la vitre.
Commenter  J’apprécie          404

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean-Claude Izzo Voir plus

Quiz Voir plus

Avez vous lu Le petit prince

Quelle est la profession du narrateur qui rencontre le petit prince dans le désert?

Journaliste
Aviateur
Berger
Taxidermiste

9 questions
8736 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..