AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070496082
320 pages
Éditeur : Gallimard (24/05/1996)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 382 notes)
Résumé :
Fabio Montale a démissionné de la police et son amie Lole l'a quitté. Seul, la quarantaine oisive, il se voit couler des jours paisibles dans son cabanon marseillais avec vue sur la mer. Mais Gélou, sa belle cousine, arrive en larmes: son fils Guitou a disparu. On retrouve bientôt son corps à côté du cadavre d'un historien algérien réfugié en France. À quelle histoire Guitou était-il mêlé? Qui a pu être assez ignoble pour tuer ce gosse? À la recherche de l'assassin,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Lorraine47
  10 mai 2013
La baraka ne doit pas être dans le dictionnaire de Fabio Montale: ce serait plutôt la "chourmo": en provençal, ça veut dire la chiourme, les rameurs de la galère!
Et pour galérer, ce n'est pas une galéjade, notre Fabio il s'y entend...
Sa Lole est partie pour une durée indéterminée, côté coeur, ce n'est pas la panacée.
Il a envoyé sa lettre de démission à la police: sur le plan professionnel ce serait plutôt Waterloo, morne plaine!
Heureusement, il a ses amis, la vieille Honorine, sa voisine qui veille sur lui comme si c'était la prunelle de ses yeux et qui lui mitonne des bons petits plats!
Et puis il y a l'inattendue, la cousine qui débarque après dix ans d'indifférence. Elle est gironde Gélou: le sosie de Claudia Cardinale. C'est pour elle que Fabio a ressenti les premiers émois adolescents.
Alors quand elle vient lui demander de retrouver son fils Guitou qui a fugué à Marseille, il ne sait rien lui refuser.
Guitou a semble-t-il fui pour retrouver Naïma, sa petite amie. le côté coeur d'artichaut semble sérieusement inscrit dans les gènes de la famille.
L'enquête menée par Fabio Montale le mène dans les milieux islamistes du mouvement tabligh à l'origine des attentats de Marrakech en 1994 et de Paris en 1995.
En fin limier, Montale va défaire l'écheveau bien entendu mais en y laissant une fois de plus quelques plumes.
Un bien drôle d'oiseau ce Montale, l'archétype du flic désabusé, solitaire porté sur la bouteille et les femmes!
Mais tout le talent d'Izzo est justement dans tous ces petits détails que nous apprenons au fil du récit sur le héros et qui en font un être attachant et charmant.
Bon je ne vais pas en remettre une couche après ma critique de Total Chéops, sinon certaines mauvaises langues diront que Lorraine 47 est en train d'onduler de la toiture!
Un excellent moment de lecture et dire que Solea m'attend sur ma table de chevet!
J'en connais une qui va prendre sur son temps de sommeil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Philippe67
  17 août 2012
C'est la suite de Total Khéops avec toujours Marseille en toile de fond et Fabio Montale un peu flic de seconde zone, un peu alcolo un peu sensible amateur de bonne chaire et de whisky Lagavulin (pour les connaisseurs).
La magie est toujours là
Commenter  J’apprécie          170
oblo
  30 juin 2015
Deuxième roman de la trilogie marseillaise, Chourmo commence par l'enlèvement et l'assassinat du fils de la cousine de Fabio Montale et de celui d'un historien algérien anti-FLN, le tout dans une villa marseillaise appartenant à un architecte qui blanchit l'argent de la mafia.
Pris à partie personnellement dans cette affaire, Fabio Montale mène son enquête entre deux verres de whisky et quelques poissons dégustés sur son balcon méditerranéen. Montale y démêle une affaire complexe qui mêle le Milieu, l'islamisme radical, les souvenirs douloureux du FLN et le trafic de drogue.
Comme dans Total Khéops, Chourmo est une plongée véritable dans Marseille, ville méditerranéenne par excellence, melting-pot de cultures où se donnent rendez-vous les Italiens, les Grecs, les Algériens, les Arméniens. On y voit une ville en crise, car le port déménage à Fos, on y voit une ville éclatée en anciens villages et en quartiers aux identités bien affirmées : les quartiers Nord, la Belle de Mai et Euroméditerranée qui sort de terre. Mais Marseille change, et le cosmopolitisme et les trafics en tout genre sont moins bien acceptés par une partie de plus en plus large de la population qui se tourne vers le FN.
Dans cet univers, Montale est un humaniste pessimiste : conscient des passions humaines, il ne parvient pas à s'habituer aux violences quotidiennes et aux luttes de pouvoir. Lui, comme les autres Marseillais, en est réduit à la chourme, c'est-à-dire la galère, ce qui signifie la débrouille, érigée au rang de mode de vie. Définitivement, Marseille y apparait comme une ville pleinement vivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cdifronton
  17 octobre 2016
Chourmo est un roman policier qui dès sa dédicace traite du réel: " A la mémoire d'Ibrahim Ali abattu le 24 février 1995 dans les quartiers nord de Marseille, par des colleurs d'affiches du Front National."
La misère sociale est particulièrement présente dans Chourmo, avec les banlieues de quartiers nord où les familles immigrées font face au chômage et où les jeunes s'en sortent comme ils le peuvent... Il y a aussi une vrai plongée dans la ville de Marseille. Cette ville est présente tout au long du roman et l'histoire ne pourrait exister sans. Avec ses qualitées et ses défauts, Marseille devient alors un sorte de personnage. Les nombreux conflits se font vite ressentir avec les tensions envers les magrehbins, l'intolérance de la police, les règlements comptes, la montée du FN et celle de l'intégrisme religieux qui dérive en terrorisme.
On se rend compte que 20 ans après l'écriture du roman, le contenu rappelle l'actualité. Dans cette univers, Montale, le personnage principal, est un enquêteur à la retraite qui n'arrive pas à s'habituer aux violences quotidiennes et aux luttes de pouvoir. Lui, comme les autres habitants en sont réduits à la Chourme; c'est-à-dire la galère. Ce polar nous permet de faire une immersion dans la ville Marseille. le racisme est aussi très présent et l'auteur met de nombreux stéréotypes et n'hésite jamais à identifier les gens par leur appartenance ethnique, ce qui peut être assez choquant.
J'ai commencé par le second polar de la trilogie, cependant je l'ai trouvé agréable à lire même si le genre policier n'est pas ce que préfère. La manière d'écrire est populaire ce qui met bien en valeur le fond humaniste.
Hanae.D.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
lonesloane
  09 août 2011
« L'essentiel [du chourmo], c'était que les gens se rencontrent. Se ‘mêlent', comme on dit à Marseille. Des affaires des autres, et vice versa. Il y avait un esprit chourmo. On n'était plus d'un quartier, d'une cité. On était chourmo. Dans la même galère, à ramer ! Pour s'en sortir. Ensemble. »
Quelques années on passé, Fabio n'est plus dans la police maintenant, il a jeté l'éponge, n'en pouvant plus de la saloperie du monde, de l'odeur de la mort et de cette haine à laquelle il était si souvent confronté. Il partage paisiblement sa vie entre son petit deux pièces en front de mer et son bateau amarré juste en dessous. Prendre le temps de faire le point, sur sa vie, ses échecs amoureux. Essayer de donner un sens à tout cela, de rattraper le temps qu'on imagine avoir perdu, reconstruire, même si il semble impossible de recoller les morceaux parfois…
Mais toutes les bonnes choses ont une fin, Gelou, la cousine, va resurgir dans la vie de Fabio, et pas forcément pour le meilleur. Son fils, Guitou, a disparu depuis deux jours, et c'est anormal, le retrouver est une priorité. Un prétexte comme un autre pour entrainer une nouvelle fois le lecteur au coeur de la cité phocéenne, dans tout ce qu'elle a de plus sordide, mais aussi de plus magique, riche et coloré.
Des meurtres à tour de bras, sur fond d'islamisation des banlieues, de front national rampant, de police corrompue et de mafia marseillaise. Une galerie de personnages hauts en couleur et attachants. Un lecteur englué dans un Marseille foisonnant et décadent à la fois. C'est une intrigue qui fait bien son boulot, comme dans le précédant opus, il est particulièrement compliqué de se détacher du roman un fois la première page tournée. Certain parleront d'un roman noir classique, comme il en existe déjà des milliers, moi je trouve qu'il a ce petit quelque chose en plus qui me fait le classer tout en haut de la pile de mes polars favoris.
« Chourmo » est le deuxième volet de « La trilogie Fabio Montale ».

Lien : http://testivore.com/chourmo/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Farinet7Farinet7   02 août 2020
Du ciel à la mer, ce n'était qu'une infinie variété de bleus. Pour le touriste, celui qui vient du Nord, de l'Est ou de l'Ouest, le bleu est toujours bleu. Ce n'est qu'après, pour peu qu'on prenne la peine de regarder le ciel, la mer, de caresser des yeux le paysage, que l'on découvre les bleus gris, les bleus noir, et les bleus outre-mer, les bleus poivre, les bleus lavande. Ou les bleus aubergine des soirs d'orage. Les bleus vert de houle. Les bleus cuivre de coucher de soleil, la veille de mistral. Ou ce bleu si pâle qu'il en devient blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Farinet7Farinet7   02 août 2020
Le pastis et la kémia - olives noires et vertes, cornichons et toutes sortes de légumes cuits au vinaigre - faisaient partie de l'art de vivre marseillais. Une époque où les gens savaient encore se parler, où ils avaient encore des choses à se dire. Bien sûr, ça donnait soif. Et ça prenait du temps. Mais le temps ne comptait pas. Rien ne pressait. Tout pouvait attendre cinq minutes de plus. Une époque ni pire ni meilleure que la nôtre. Mais, simplement, joies et chagrins se partageaient, sans fausse pudeur. La misère même se racontait. On n'était jamais seul. Il suffisait de venir jusque chez Félix. Ou Marius. Ou Lucien. Et les drames nés dans les sommeils agités venaient mourir dans les vapeurs d'anis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Farinet7Farinet7   02 août 2020
Mais, plus encore que sa beauté, le charme de cette femme opérait sur moi. Je le sentis dans mon corps. Comme un courant électrique qui se propage. Cela arrive parfois dans la rue. On croise le regard d'une femme et l'on se retourne avec l'espoir de recroiser ce regard une nouvelle fois. Sans même se demander si cette femme est belle, comment est son corps, quel est son âge. Juste pour ce qui se passe dans les yeux, à cet instant : un rêve, une attente, un désir. Toute une vie, possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Farinet7Farinet7   02 août 2020
Collectivement, la mort n'existe pas. Plus il y en a, moins ça compte. Trop de morts, c'est comme l'ailleurs. C'est trop loin. Ça n'a pas de réalité. N'a de réalité que la mort individuelle. Celle qui touche personnellement. Directement. Celle que l'on voit de nos yeux, ou dans les yeux d'un autre.
Commenter  J’apprécie          20
Farinet7Farinet7   02 août 2020
Cûc est aussi une femme qui veut entreprendre, construire, gagner, réussir. C'est le rêve de tous ceux qui, un jour, ont tout perdu. Juifs, Arméniens, Pieds-Noirs, ils sont tous comme ça. Ce ne sont pas des immigrés. Tu comprends ça ? Un immigré, c'est quelqu'un qui n'a rien perdu, parce que là où il vivait, il n'avait rien. Sa seule motivation, c'est de survivre, un peu mieux.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Claude Izzo (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Izzo
"Total Khéops" de Jean-Claude IZZO a été adapté au cinéma en 2002 par Alain Bévérini, avec Richard Bohringer et Marie Trintignant : extrait du film.
autres livres classés : marseilleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..