AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.04 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Canisy , le 29/08/1903
Mort(e) à : Paris , le 10/03/1971
Biographie :

Jean Follain, né le 29 août 1903 à Canisy dans la Manche, décédé le 10 mars 1971 à Paris, fut un écrivain et poète français. Son œuvre est l'une de celles qui ont le plus contribué à l'avènement d'une poésie nouvelle, dégagée de l'empreinte du surréalisme.

Il passe son enfance à Canisy. Dès 1913, il fréquente le collège de Saint-Lô, où son père est professeur de sciences naturelles. En 1919, il séjourne à Leeds pour perfectionner, en vain, son anglais, et en 1921 entreprend des études de droit à la Faculté de Caen, effectuant en 1923 un premier voyage à Paris. Il est, pour raisons de santé, exempté de service militaire.

Jean Follain se fixe l'année suivante à Paris, effectue un stage chez un avoué, et découvre les milieux littéraires. En 1927 il s'inscrit au Barreau de Paris, participe aux réunions du groupe “Sagesse”, fait la connaissance d'André Salmon, Pierre Reverdy, Pierre Mac Orlan, Max Jacob et Armen Lubin. Il publie en 1933 son premier recueil, "Cinq poèmes", se lie avec Eugène Guillevic et Pierre Albert-Birot. Il se marie en 1934 avec la fille du peintre Maurice Denis, Madeleine, peintre elle-même sous le nom de Dinès. La même année, il rencontre Edmond-Marie Poullain. Il reçoit en 1939 le Prix Mallarmé. Malgré sa très mauvaise vue, il est mobilisé en 1940 comme canonnier dans la DCA de Châteaudun. Jean Follain, qui reçoit en 1941 le Prix Blumenthal, soutient ensuite les mouvements poétiques qui refusent l'ordre de Vichy.

En 1951 il abandonne sa carrière d'avocat, continuant de résider à Paris, pour un poste de magistrat au Tribunal de grande instance à Charleville. Membre du Comité du Pen-Club depuis 1949 il voyage à ce titre, en 1957, en Thaïlande et au Japon, et reçoit en 1958 le Prix international de Capri. Multipliant les voyages, au Brésil, au Pérou et en Bolivie (1960), plus tard aux États-Unis (1966), en Côte d'Ivoire et au Sénégal (1967), il abandonne en 1961 la magistrature, participant assidûment aux Décades culturelles de Cerisy-la-Salle, tout proche de Canisy. Il reçoit en 1970 le Grand Prix de poésie de l'Académie française. Il meurt à Paris le 10 mars 1971, alors qu'il rentre d'un banquet donné sur le bateau du Touring Club, renversé par une voiture peu après minuit, au débouché du tunnel sur le quai des Tuileries. Il est enterré le 16 mars à Canisy.


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion des 40 ans des éditions Phébus en 2016, trois auteurs de la rentrée littéraire lisent des extraits des livres qui les ont marqués au sein de la maison : - Gil Jouanard auteur du roman "Les Roses blanches" lit des extraits de "Paris" de Jean Follain (Phébus, 1978, Libretto, 2006), - David Boratav auteur du roman "Portrait du fugitif" lit des extraits de "Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja" (Phébus 1990, Libretto, 2002), - le slovène Drago Jan?ar auteur du roman "Six mois dans la vie de Ciril" parle de son compatriote et ami Boris Pahor auteur de "L?Appel du navire" (Phébus, 2008), "Jours obscurs" (Phébus, 2001) et "Printemps difficile" (Phébus, 1995, Libretto, 2013). Retrouvez nos livres et nos auteurs sur http://www.editionsphebus.fr

+ Lire la suite

Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation
lecassin   28 janvier 2014
Collège de Jean Follain
On est seul, on écoute, l'écolier entend bruire les feuilles d'un arbre, au fond du temps s'accomplit le merveilleux silence.
Commenter  J’apprécie          250
Jean Follain
Piatka   23 décembre 2015
Jean Follain
PAYSAGE DES SENTIERS DE LISIÈRE



À Jules Supervielle



Il arrive que l’on entende,

figé sur place dans le sentier aux violettes,

le heurt du soulier d’une femme

contre l’écuelle de bois d’un chien

par un très fin crépuscule,

alors le silence prend une ampleur d’orgues.

Ainsi lorsque l’adolescent,

venu des collèges crasseux,

perçoit sous les peupliers froids

la promeneuse au frémissement de sa narine

émue par le parfum des menthes.

Toutes les lueurs des villages

se retrouvent dans le diamant des villes.

Dans un univers mystérieux

ayant laissé sur ses genoux

l’étoffe où s’attachaient ses yeux,

une fille en proie aux rages amoureuses

pique de son aiguille le bout de ses doigts frêles

près d’un bouquet qui s’évapore.
Commenter  J’apprécie          230
lecassin   05 février 2014
Collège de Jean Follain
Le dissipé n’est pas toujours un bavard, il peut être éleveur de coccinelles ou burineur de bois des bureaux, y inscrivant son nom pour un futur archéologue.
Commenter  J’apprécie          240
Jean Follain
coco4649   31 mai 2020
Jean Follain
Il semble…





Il semble tout d’un coup

que le monde veuille basculer dans le vide

pour en terminer

avec les bavardages du présent

Commenter  J’apprécie          200
Jean Follain
coco4649   04 janvier 2020
Jean Follain
PAYSAGES HUMAINS





O paysages humains

une femme y entre puis en sort

et sourit vers l’horizon

alors on revoit les arbres

la plaine

et la route dure

la maison avec ses nids

la bête un peu alarmée

qui boit le lait sous la lune

avec un bruit si léger

puis revoilà le corsage

et le corps de la beauté.

Commenter  J’apprécie          190
Jean Follain
coco4649   12 mai 2020
Jean Follain
Sous les cieux





C’était la ferme au beau pressoir

aux cœurs les mieux placés

il en partait des voix chantantes

des lézards y venaient

toute une heure

qui durait comme un siècle d’homme.

Le bruit que fait

la chute d’une pomme

l’enfant l’entendait

en buvant le lait d’une femme

grave et marquée

sur sa peau hâlée

de grains et de lignes

d’une disposition unique

dans l’ordre des créatures.

Commenter  J’apprécie          180
Jean Follain
coco4649   15 avril 2020
Jean Follain
Epouses du vent…





Des gens de là-bas croient

à cette cité sous le Mékong

uniquement composée de femmes

ayant des filles avec un seul époux: le vent.

Elles apprennent pourtant

lettres et nombres.

De la surface

monte un refrain

de jeune apprentie

qui coud au fil noir sans un reste de jour

et mourra de vieillesse.

Commenter  J’apprécie          170
coco4649   13 octobre 2014
Usage du temps de Jean Follain
QUINCAILLERIE



Dans une quincaillerie de détail en province

des hommes vont choisir

des vis et des écrous

et leurs cheveux sont gris et leurs cheveux sont roux

ou roidis ou rebelles.

La large boutique s'emplit d'un air bleuté,

dans son odeur de fer

de jeunes femmes laissent fuir

leur parfum corporel.

Il suffit de toucher verrous et croix de grilles

qu'on vend là virginales

pour sentir le poids du monde inéluctable.



Ainsi la quincaillerie vogue vers l'éternel

et vend à satiété

les grands clous qui fulgurent.

Commenter  J’apprécie          112
coco4649   03 octobre 2014
Exister, suivi de, Territoires de Jean Follain
L'ŒUF



la vieille dame essuie un œuf

avec son tablier d’usage

œuf couleur d’ivoire et lourd

que nul ne lui revendique

puis elle regarde l’automne

par la petite lucarne

et c’est comme un tableau fin

aux dimensions d’une image

rien n’y est

hors de saison

et l’œuf fragile

que dans sa paume elle tient

reste le seul objet neuf.



p.139

Commenter  J’apprécie          110
coco4649   10 avril 2018
Des heures de Jean Follain
MARCHE





Des linges tachés

claquent au fond des terres

où se durcit le blé

le chien poursuit

une robuste vie

qui finira certes

avant celle du maître :

tous deux traînent leurs ombres

parfois se regardant

quand les routes se croisent

dans une étrange paix

où survit la durée

sous un rayon dernier.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur