AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.1 /5 (sur 1270 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Namur , le 24/05/1899
Mort(e) à : Paris , le 19/10/1984
Biographie :

Henri Michaux est un poète belge naturalisé français.

En 1919, il abandonne des études de médecine pour devenir matelot, et exerce par la suite divers métiers. Il découvre alors l’œuvre de Lautréamont qui l'incite à écrire.

Il s'installe en 1924 à Paris et publie "Qui je fus". Il fait alors de nombreux voyages: en Asie, en Amérique du Sud. Au cours d'un périple en Inde, il découvre les effets de la magie, qu'il assimile au processus de la création littéraire. La littérature n' est pas pour Michaux une représentation de ses fantasmes ou un simple divertissement, mais une véritable expérience vécue.

Il travaille aussi le dessin qui lui apparaît comme plus libérateur, sans l'obstacle des mots chargés de tout un contenu qui fausse la signification qu'ils devraient avoir. Mais pour parvenir à l'exploration intégrale de ses "propriétés" (les espaces du dedans) et tenter de se débarrasser, le plus possible, des contraintes du dehors, il utilise des drogues. Il s'aperçoit que ce procédé n'est qu'un misérable miracle et abandonne ses tentatives. Jusqu'au bout, Michaux poursuivra inlassablement la recherche d'un équilibre qui ne s'établisse pas au prix de la négation de soi.

L'une de ses citations les plus connues est : « Un jour j'arracherai l'ancre qui tient mon navire loin des mers ».
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (58) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Henri MICHAUX – Un siècle d'écrivains : 1899-1984 (DOCUMENTAIRE, 1995) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 95, diffusée sur France 3, le 31 mai 1995, et réalisée par Alain Jaubert.
Podcasts (21) Voir tous

Citations et extraits (1352) Voir plus Ajouter une citation
Henri Michaux
Piatka   17 juin 2016
Henri Michaux
La poésie est un cadeau de la nature, une grâce, pas un travail. La seule ambition de faire un poème suffit à le tuer.
Commenter  J’apprécie          980
Henri Michaux
milamirage   19 juin 2015
Henri Michaux
" L'homme est un enfant

qui a mis une vie à se restreindre,

à se limiter, à se voir limité, à s'accepter limité.

Adulte, il y est parvenu, presque parvenu..."
Commenter  J’apprécie          851
Henri Michaux
de   18 juin 2012
Henri Michaux
Toute une vie ne suffit pas pour désapprendre ce que naïf, soumis, tu t’es laissé mettre dans la tête - innocent ! - sans songer aux conséquences.
Commenter  J’apprécie          830
Piatka   18 juin 2014
Passages de Henri Michaux
J'écris pour me parcourir.
Commenter  J’apprécie          840
Henri Michaux
michfred   09 août 2015
Henri Michaux
MA VIE



Tu t'en vas sans moi, ma vie.

Tu roules.

Et moi j'attends encore de faire un pas.

Tu portes ailleurs la bataille.

Tu me désertes ainsi.

Je ne t'ai jamais suivie.

Je ne vois pas clair dans tes offres.

Le petit peu que je veux, jamais tu ne l'apportes.

A cause de ce manque, j'aspire à tant.

À tant de choses, à presque l'infini...

À cause de ce peu qui manque, que jamais n'apportes.



(Extrait de "La Nuit Remue" Poésie/Gallimard)
Commenter  J’apprécie          7510
Henri Michaux
Piatka   10 octobre 2019
Henri Michaux
On n’est peut-être pas fait pour un seul moi.
Commenter  J’apprécie          585
Henri Michaux
glennherbertgould   30 mars 2017
Henri Michaux
Si un contemplatif se jette à l'eau, il n'essaiera pas de nager, il essaiera d'abord de comprendre l'eau. Et il se noiera
Commenter  J’apprécie          564
Henri Michaux
Piatka   05 juin 2018
Henri Michaux
UN CAS DE SPONTANÉITÉ MAGIQUE



Sur une grande route,


il n’est pas rare de voir une vague,


une vague toute seule,


une vague à part de l’océan.


Elle n’a aucune utilité, ne constitue pas un jeu.


C’est un cas de spontanéité magique.
Commenter  J’apprécie          543
brigetoun   09 février 2009
Connaissance par les gouffres de Henri Michaux
Être vivant, c'est être prêt. Prêt à ce qui peut arriver, dans la jungle des villes et de la journée. D'une prévoyance incessamment et subsconciemment ajustée. L'état normal, bien loin d'être un repos, est une mise sous tension en vue d'efforts à fournir... Mise sous tension si habituelle et inaperçue qu'on ne sait comment la faire baisser. L'état normal est un état de préparation, de disposition vers

les gouffres

Commenter  J’apprécie          493
Henri Michaux
gavarneur   13 mai 2019
Henri Michaux
Semblablement, ceux qui sont des imbéciles notoires, je me garde bien de les juger tels. Les érudits, les savants, sont ceux qui ont accepté et les imbéciles et les ignorants, ceux qui n'ont pas accepté...J'ai souvent remarqué, dans les études secondaires, que les élèves « imbéciles » butaient avec une grande sûreté sur le hasardeux, le spéculatif et le nœud de la théorie proposée. Ils posaient des questions au professeur là-dessus, qui leur réexpliquait la chose. Eux cependant restaient songeurs, aux rires et ricanements de la populace des forts en thème. Dans la suite, j'ai remarqué que ces théories renversées par de successifs savants l'étaient justement par cet endroit où l'imbécile de 15 ans avait mis le doigt. (Ecuador, Gallimard, 1929, p.77-78)

Cité par Jean François Billeter dans Trois essais sur la traduction, page 85.
Commenter  J’apprécie          481
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



.. ..