AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 52 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1959
Biographie :

Jean Garrigues est un historien français, spécialiste d'histoire politique.


Ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud (Lyon), Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans (département du Loiret) et chargé de cours à l'institut d'études judiciaires de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Depuis 2002, il préside le Comité d'histoire parlementaire et politique (CHPP) et dirige la la revue Parlement(s), Revue d'histoire politique ainsi que la collection d'histoire politique « Cliopolis », publiées chez L'Harmattan. Il est par ailleurs vice-président de la Commission internationale d'histoire des assemblées d’État.

Il est membre du jury du prix de thèse de l'Assemblée nationale française, du prix du livre d'histoire du Sénat français et du prix Jean-Zay (prix littéraire français), du conseil scientifique des Rendez-vous de l'Histoire et du comité d'histoire de la ville de Paris, ainsi que du conseil d'administration de la Société d'histoire de 1848.

Ses recherches portent sur la vie politique en France du milieu du XIXe siècle à nos jours, les relations entre pouvoir économique et pouvoir politique, les centres, les libéraux, la vie parlementaire, les contre-pouvoirs et les groupes de pression.

Il est l'un des intervenants récurrents de l'émission de télévision française "C dans l'air" diffusée sur France 5
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Garrigues   (48)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Elle court, elle court, la rumeur, depuis la nuit des temps. Elle a forgé des mythes, fabriqué des héros, fait et défait des réputations. Comment naît une rumeur ? Comment se propage-t-elle ? Qui la fabrique ? Qui la récupère ? Comment la combattre ou l'anéantir ? Historiens, sociologues et politistes répondent à ces questions en parcourant les siècles de l'Antiquité jusqu'à nos jours. Modérateur : Jean GUARRIGUES, professeur à l'université d'Orléans Participant·e·s : Colette BEAUNE, historienne médiéviste Edith CRESSON, ancienne Premier ministre Jean-Pierre CHRETIEN, historien spécialiste de l'Afrique des Grands LacsPascal FROISSART, sociologue, auteur de la rumeur, histoire et fantasmes (Belin, 2002) Claire SOTINEL, historienne antiquisante, alors professeur à l'université de Tours 0:00 Générique 0:32 Présentation du thème 2:13 Présentation des intervenant·e·s 4:40 Qu'est-ce qui fait rumeur ? 28:14 Comment circule une rumeur ? 57:31 Une rumeur peut-elle être démentie ? 1:18:57 Conclusion Table-ronde issue de l'édition 2007 des Rendez-vous de l'histoire sur le thème "L'Opinion. Information, rumeur, propagande".  © Colette Beaune, Edith Cresson, Jean-Pierre Chrétien, Pascal Froissart, Jean Garrigues, Claire Sotinel, 2007.  Voix du générique : Michel Hagnerelle (2006), Michaelle Jean (2016), Michelle Perrot (2002)  https://rdv-histoire.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Jean Garrigues
Georges Clémenceau, né le 28 septembre 181, à Mouilleron-en-Pareds au cœur de la Vendée – entre bocage et pays chouan – fut attaché à un principe : l’amour de la liberté. Ce républicain dreyfusard et tombeur de ministères imposa une image : celle du Père La Victoire de 1918, qui sut galvaniser les poilus sur le front. Il est l’un des plus grands hommes d’Etat du XXe siècle, celui auquel le général de Gaulle rendit hommage à la Libération et dont Churchill disait qu’il était la France.
Commenter  J’apprécie          172
Jean Garrigues
http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_11739.xml
http://www.franceinter.fr/player
excellente émission sur le scandale de Panama, au micro de jean Lebrun, La marche de l'Histoire, France Inter, ce 3 juin 2014

(je ne vois pas comment ajouter ici un podcast)
Commenter  J’apprécie          40
En privé, Jacques Chirac est plus violent encore ; " Sarkozy, il faut lui marcher dessus pour deux raisons; d'une part il ne comprend que cela, et en plus, il paraît que ça porte bonheur..."
( p 171)
Commenter  J’apprécie          40
En 1988, au terme de deux années pénibles d'une cohabitation avec François Mitterrand qui a tourné à la torture, Jacques Chirac s'incline une seconde fois à la présidentielle. Certes, il a atteint le second tour, mais il est humilié par Mitterrand largement réélu avec plus de 54% des voix. " Les Français n'aiment pas mon mari", grince Bernadette.
( p 157)
Commenter  J’apprécie          10
« Nager, ramper, voler, courir, c’est du végétal perfectionné qu’on nomme l’animal, à ses degrés divers. L’ancêtre impassible des forêts regarde passer ces fils inquiets, affolés, tout à la fois déprédateurs et proies fuyantes. Pourquoi les envier ? Tandis que les troupes voyageuses de la terre, de l’air et de l’eau peinent à grands cris pour écraser le faible ou pour échapper au fort, la mousse et l’ormeau, sans manifestations bruyantes, suivent même loi, même destin. Non qu’ils soient immobiles, pourtant. Dans les orbites mouvants des champs toujours nouveaux de l’espace, la terre emporte tout son peuple, plante tranquille et bête agitée. Mais tout être organisé mû d’une impulsion personnelle de vie, complique ce chemin d’une course au bien-être qui, insensible ou échevelée, trace un équivalent sillon dans l’infini.
Commenter  J’apprécie          00
À ses neuf vies bien remplies, nous aurions pu ajouter celle du dandy mondain, courant les salons en vue de la Belle Époque, multipliant les maîtresses, telle Léonide Leblanc, l’ex du duc d’Aumale, l’actrice Suzanne Reichenberg, la comtesse d’Aunay ou la cantatrice Rose Caron, mais aussi celle de l’écrivain, ami d’Émile Zola, d’Alphonse Daudet, des frères Goncourt ou d’Anatole France, celle de l’amateur d’arts, familier de Rodin, de Manet, de Nadar, Besnard, Carrière et bien sûr de Claude Monet, celle du sportif, pratiquant avec bonheur l’escrime, l’équitation et la gymnastique tous les matins, ou enfin celle du gentleman-farmer, sillonnant le bocage ou les plages vendéennes pour s’imprégner de la nature qui le ramenait à l’essentiel, c’est-à-dire à la liberté.
Commenter  J’apprécie          00
La dernière de ses neuf vies est celle d’un vieux sage écrivant, et rattrapé sur le tard par la passion amoureuse. C’est en effet à l’occasion d’un projet littéraire, une biographie très personnelle de Démosthène, publiée en 1926, que Clemenceau rencontre à la fin de l’année 1923 celle qui sera le dernier grand amour de sa vie. À Marguerite Baldensperger de quarante ans sa cadette, il écrit presque chaque jour jusqu’à la fin des lettres passionnées qui lui tiennent lieu de journal intime. Elles révèlent un Clemenceau surprenant, attentif et plein de tendresse, mais toujours à l’écoute du monde et de ses grands enjeux.
Commenter  J’apprécie          00
C’est un combattant de la parole et de la plume pour la liberté, la justice, l’équité, la laïcité, anticolonialiste et patriote, farouche démocrate mais écœuré par la médiocrité des politiques. C’est un acteur des grandes batailles de son temps, y compris la plus grave, la plus décisive, celle de la Grande Guerre, et en même temps un observateur distancié de tout, retrouvant dans son cher bocage vendéen comme dans la lumière des toiles de Claude Monet l’essence de son individualisme.
Commenter  J’apprécie          00
Il faut agir. L’action est le principe, l’action est le moyen, l’action est le but. L’action obstinée de tout homme au profit de tous, l’action désintéressée, supérieure aux petites glorioles, aux rémunérations des rêves d’éternité, comme aux désespérances des batailles perdues ou de l’inéluctable mort, l’action en évolution d’idées, unique force et totale vertu.
Commenter  J’apprécie          00
L’émotion du monde est l’introduction à la connaissance. Pour s’enquérir du mystère, d’abord il faut l’avoir senti. Plongés dans la nature, la pénétrant des racines emmêlées de notre être, nous la sentons vivre en nous, et, de la commune impulsion ressentie, nous vient le désir d’une communion plus profonde.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jean Garrigues (168)Voir plus

¤¤

{* *}