AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.26/5 (sur 182 notes)

Nationalité : Brésil
Né(e) à : Rio de Janeiro , le 16/01/1938
Mort(e) à : São Paulo , le 05/08/2022
Biographie :

Jô Soares, de son vrai nom José Eugênio Soares, est un acteur, journaliste, écrivain, dramaturge et humoriste brésilien, auteur de roman policier.

Il étudie au Colégio São Bento dans sa ville natale, puis au Lycée Jaccard, à Lausanne, en Suisse, pour tenter de se consacrer à la carrière diplomatique.

Il voyage aussi aux États-Unis, avant de revenir vivre à Rio de Janeiro en 1958. C’est à cette époque qu’il amorce une carrière de journaliste et d’humoriste qui le fait connaître au Brésil.

Animateur à la télévision, il est l’une des personnalités les plus appréciées du public brésilien. Il multiplie avec brio les activités au cinéma, à la radio, au théâtre et dans la presse. Il est aussi peintre et auteur de chansons.

Sans oublier, bien sûr, son œuvre de romancier, débutée en 1995, avec "Élémentaire, ma chère Sarah !" ("O Xangô de Baker Street") et "L’homme qui tua Getúlio Vargas" ("O Homem que Matou Getúlio Vargas", 1998), best-sellers internationaux, publiés dans plus de douze pays.
+ Voir plus
Source : livredepoche.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Jô Soares   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Jô Soares - Les Yeux plus grands que le ventre


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Ce que personne ne sait, c'est que Motilah Bakash est l'ultime descendant de la secte Thug, une terrible confrérie d'assassins exterminés aux Indes par les Anglais en 1837-mais les aïeux de Motilah ont alors réussi à s'enfuir et à gagner Java. Le petit homme a été élevé conformément aux traditions de la secte, s'initiant au culte vamakara, aussi appelé tantrisme de la main gauche, dont les adeptes atteignent la plénitude intérieure au moyen de pratiques sexuelles. Souvent, les initiés du Vamakara parviennent à l'orgasme sans même faire un geste, par la seule force de la méditation. Motilah a aussi étudié le ramasi, ou dialecte thug, et les signaux qu'utilisent les membres de la secte pour se reconnaître entre eux. Aujourd'hui toutefois, ces signaux paraissent de peu d'utilité, attendu que Motilah Bakash est certainement le dernier des Thugs.
Commenter  J’apprécie          270
- Agnostique ? Qu'est-ce que ça veut dire, agnostique ? interroge Calisto.
- C'est un athée qui a la trouille", définit Mello Noronha à sa manière.
Commenter  J’apprécie          250
Le cadavre sans yeux se balance au bout d’une corde, comme le pendule grotesque s’une horloge invisible. Enfoncé sur la tête, il porte un casque à cornes, pareil au heaume des Walkyries ; un trait d’humour macabre de l’assassin. Les tresses blondes de la victime sont entrelacées avec des saucisses de Francfort. De sa bouche béante sortent des restes de tripes, ou, comme dit plus volontiers le poète, de gras-double à la mode de Porto.
Commenter  J’apprécie          210
- On ne sait jamais, commissaire, rétorque Esteves. Comme on dit au Portugal : "Si riche et charitable que tu aies été dans ta vie, l'assistance à tes funérailles dépendra du temps qu;il fera."
Une longue pause. Puis Calixto brise le silence, parlant d'un ton méditatif :
"Moi, j'aime mieux une veillée funèbre de riche qu'un mariage de pauvre."
Commenter  J’apprécie          200
Anarchiste depuis le berceau et ayant son propre père pour mentor, à douze ans il avait déjà lu Proudhon, Bakounine et Kropotkine. Il jugeait Proudhon théorique à l'excès, et à ses yeux Bakounine était presque un conservateur. Il leur préférait Kropotkine, qui avait renoncé à sa charge de secrétaire général de la Société géographique de Russie pour épouser la cause anarchiste, mais estimait cependant qu'il manquait d'audace. Malgré son âge tendre, sa faveur allait aux méthodes violentes. Au vrai, il rêvait d'éliminer physiquement tous les tyrans de la planète.
Commenter  J’apprécie          170
La grosse arrive à la praça de Março, serrant à deux mains son gigantesque éclair au chocolat comme si c'était un immense phallus noir. Avant de planter ses dents dans cette sucrerie si ardemment convoitée, elle est brusquement intriguée par la présence d'un fourgon peint d'un blanc terne, stationné presque au coin de la rue. Ce qui attire l'attention de la grosse, ce sont les gâteaux exposés sur un grand présentoir sur le côté du véhicule et l'écriteau que tient un homme debout à côté de ce séduisant étal, annonçant :

DÉGUSTATION GRATUITE !
GOÛTEZ LES SAVOUREUSES FRIANDISES DE LA PÂTISSERIE "DELICIAS DE RIO" ET AIDEZ-NOUS A CHOISIR !
AUCUNE EXPÉRIENCE NÉCESSAIRE.
Commenter  J’apprécie          150
Mello Noronha se gratte la tête, dérangeant les cheveux rares qu'il peigne soigneusement tous les matins à son lever, les disposant en cercle avec la précision d'un jardinier japonais.
Commenter  J’apprécie          120
"Il paraît qu'il vient accompagné d'un médecin, un certain docteur Watson, dit José do Patrocinio [...]
-Vraiment? Est-il malade ou seulement hypocondriaque? demanda Olavo Bilac.
-Ni l'un ni l'autre. Lui et ce Sherlock Holmes sont deux amis inséparables et ils habitent ensemble, répondit Patrocinio.
-Curieux. Ce M. Holmes serait-il...hmm...De la jaquette? risqua le marquis de Salles, toujours très intéressé par les choses qui se passaient au-dessous de la ceinture.
-Il ne manquait plus que ça. Deux tapettes anglaises!"
Commenter  J’apprécie          80
Esteves, alors, laisse jaillir de son cœur la phrase qu'il retient depuis qu'il a fait la connaissance de Diana :
« Dans ces conditions, vous me forcez à vous avouer que je suis passionnément amoureux de vous. »
Diana appuie sur la pédale du frein et la Lagonda zigzague jusqu'au moment où ses roues s'immobilisent au bord du trottoir. Puis elle se tourne, prend le visage du Lisboète entre ses deux mains et l'embrasse sur la bouche. Esteves réagit avec la ferveur sensuelle qu'il a longtemps réprimée.
« Mon baiser a deux raisons d’être. Premièrement, c'est pour vous dire que vous aussi, vous me plaisez beaucoup. Deuxièmement, c'est un au revoir. Dans ma vie, il n'y a pour le moment pas de place pour une histoire d'amour. Toute ma passion se concentre sur mon travail.
- Alors plus tard... qui sait ? dit le Portugais avec espoir.
- Qui sait, oui. »
Elle l'embrasse de nouveau, puis redémarre la lagonda et repart comme une flèche dans l'avenue. Satisfait d'avoir au moins avoué son amour, et surtout qu'elle ne l'ait pas repoussé, Tobias se rappelle, sans motif aucun, un proverbe de la région de Zambujal que sa grand-mère se plaisait à répéter : «Mieux vaut être célibataire à Sintra que lapidé à Téhéran.»
Commenter  J’apprécie          70
"Mademoiselle, il se trouve que vous avez été une des dernières personnes à avoir une conversation en tête à tête avec une des victimes, le sénateur Belizario Bezerra", expliqua-t-il en déployant sa connaissance du français.
Monique éclata de rire.
"Mon chéri, il était impossible d'avoir une conversation en tête à tête avec Bezerra. "Cuisse à cuisse", à la rigueur !
- Je vous serais reconnaissant si vous vouliez bien... "
La jeune française l'interrompit en se rapprochant de lui. (...)
"En effet. mais reprenons. Pourriez-vous... Pourrais-tu me dire de quoi vous avez parlé ? A ce que j'ai su, il s'agissait plus d'une discussion que d'une simple conversation.
- Balivernes. Une banale chamaillerie à propos d'amour et d'argent.
- Ce qui veut dire ?
- Il voulait plus d'amour, je voulais plus d'argent.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jô Soares (298)Voir plus

Quiz Voir plus

Contes

Le "Conte de Sinouhé" est l'une des plus anciennes œuvres littéraires jamais retrouvée. C'était dans quel pays ?

La Perse
L’Egypte
L’Inde
L’Arabie

10 questions
82 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..