AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 3384 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 02/04/1931
Mort(e) à : Saint-Laurent-du-Var , le 06/12/2018
Biographie :

Joseph Joffo est un écrivain, scénariste et acteur français.

Né d'un père coiffeur et d'une mère violoniste, immigrés russes, dernier d'une famille de sept enfants, il passe son enfance dans le 18e arrondissement de Paris, dans le quartier de Montmartre. Sous l’Occupation allemande, sa famille d'origine juive est persécutée. Il doit fuir Paris en 1942 avec son frère plus âgé, Maurice, pour se réfugier en zone libre. Il rentre à Paris à la fin de la guerre et retrouve le reste de sa famille, sauf son père qui a été déporté.

Il arrête ses études à 14 ans, au certificat d'études et reprend avec ses frères le salon familial.

Joseph Joffo se met à l'écriture en racontant ses souvenirs d'enfance durant l'occupation allemande dans son premier roman, "Un sac de billes", publié en 1973. Le roman est couronné par l'Académie française en 1974.

Son livre est devenu une référence dans de nombreuses écoles, pour illustrer l'Occupation et la Shoah auprès des enfants. Joseph Joffo avait lui-même donné de nombreuses conférences dans des établissements scolaires, pour sensibiliser les jeunes aux dangers de l'antisémitisme et du racisme.

D'autres romans témoignages suivent comme "Anna et son orchestre" (1975) pour lequel il reçoit le Prix RTL grand public. Son dernier roman, "Le Partage", était paru en 2005. Il avait également rédigé plusieurs livres pour enfants dont "Bashert", publié en 2009.

Ses romans auraient, selon certains sources, été remaniés par des nègres littéraires tels que Patrick Cauvin ou Guy Benhamou.

"Un sac de billes" a été adapté au cinéma par Jacques Doillon en 1975, puis par Christian Duguay en 2017 avec les acteurs Patrick Bruel, Elsa Zylberstein.

Le roman a été également adapté en bande dessinée en 3 tomes, par Kris et Vincent Bailly.

En 2015, il reçoit la Plume d'or 2016 de la Société des auteurs savoyards.

+ Voir plus
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Joffo
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lors de la neuvième éditions de Saint-Maur en Poche, es libraires Gérard Collard et Jean-Edgar Casel de la Griffe Noire ont remis un prix d'honneur à Joseph Joffo. C'est Véronique Cardi des éditions du Livre de Poche qui a représenté l'auteur. Un sac de billes de Joseph Joffo aux éditions Livre de Poche Paris, 1941. La France est occupée. Joseph et Maurice, deux frères juifs âgés de dix et douze ans, partent seuls sur les routes pour tenter de gagner la zone libre. Récit autobiographique publié en 1973, traduit en dix-huit langues, Un sac de billes est un des plus grands succès de librairie de ces dernières décennies. https://www.lagriffenoire.com/16184-poche-un-sac-de-billes.html Vous povez commander Un sac de billes sur le site de la librairie en poche www.lagriffenoire.com

+ Lire la suite

Citations et extraits (225) Voir plus Ajouter une citation
nanet   21 mai 2011
Un sac de billes de Joseph Joffo
Peut-être ai-je cru jusqu'à présent me sortir indemne de dcette guerren mais c'est peut-être cela l'erreur. Ils ne m'ont pas pris ma vie, ils ont peut-être fait pire, ils me volant mon enfance, ils ont tué en moi l'enfant que je pouvais être...
Commenter  J’apprécie          720
Analire   07 février 2017
Un sac de billes de Joseph Joffo
Un frère est quelqu'un à qui on rend la dernière bille qu'on vient de lui gagner.
Commenter  J’apprécie          470
Amindara   23 février 2012
Un sac de billes de Joseph Joffo
- Jo !

On court après moi. C'est Zérati.

Il est un peu essoufflé. Dans sa main, il a un sac de toile qui ferme avec un lacet. Il me le tend.

- Je te fais l'échange.

Je n'ai pas compris tout de suite.

- Contre quoi ?

D'un doigt éloquent, il désigne le revers de mon manteau.

- Contre ton étoile.

[...]

Je me décide brusquement.

- D'accord.

C'est cousu à gros points et le fil n'est pas très solide. Je passe un doigt, puis deux et d'un coup sec je l'arrache.

- Voilà.

Les yeux de Zérati brillent.

Mon étoile. Pour un sac de billes.

Ce fut ma première affaire.
Commenter  J’apprécie          400
Analire   13 février 2017
Un sac de billes de Joseph Joffo
Ils ne m'ont pas pris ma vie, ils ont peut-être fait pire, ils me volent mon enfance, ils ont tué en moi l'enfant que je pouvais être...
Commenter  J’apprécie          400
LydiaB   03 décembre 2010
Un sac de billes de Joseph Joffo
M. Boulier m'a regardé et puis son regard est devenu vide comme si toutes ses pensées s'étaient envolées d'un coup. Lentement il a pris la grande règle sur son bureau et il en a placé l'extrémité sur la carte de France suspendue au mur. Il a montré une ligne qui descendait de Lyon jusqu'en Avignon et il a dit :

- Le sillon rhodanien sépare les massifs anciens du Massif central des montagnes plus jeunes...

La leçon était commencée et j'ai compris que pour moi, l'école était finie.

Commenter  J’apprécie          320
Alixone   29 août 2015
Un sac de billes de Joseph Joffo
Je peux marcher longtemps à présent, je n'ai plus d'ampoules. La plante de mes pieds, la peau de mes talons a dû durcir. [...] Grandi, durci, changé... Peut-être le coeur aussi s'est habitué, il s'est rodé aux catastrophes, peut-être est-il devenu incapable d'éprouver un chagrin profond... L'enfant que j'étais il y a dix-huit mois, ce garçon perdu dans le métro, dans le train qui l'emmenait à Dax, je sais qu'il n'est plus le même que celui d'aujourd'hui, qu'il s'est perdu à jamais dans un hallier de campagne, sur une route provençale, dans des couloirs d'un hôtel niçois, il s'est effrité un peu plus chaque jour de notre fuite... [...] je me demande si je suis encore un enfant... Il me semble que les osselets ne me tenteraient plus à présent, les billes non plus d'ailleurs, une partie de ballon peut-être, et encore... Pourtant ce sont là des choses de mon âge, après tout je n'ai pas tout à fait douze ans, cela devrait me faire envie... eh bien non. Peut-être ai-je cru jusqu'à présent me sortir indemne de cette guerre, mais c'est peut-être cela l'erreur. Ils ne m'ont pas pris ma vie, ils ont peut-être fait pire, ils me volent mon enfance, ils ont tué en moi l'enfant que je pouvais être... Peut-être suis-je déjà trop dur, trop méchant, quand ils ont arrêté papa, je n'ai même pas pleuré. IL y a un an, je n'en aurais même pas supporté l'idée.

Demain je serai à Aix-les-Bains. Si cela ne va pas, si un obstacle quelconque surgit, nous irons ailleurs, plus loin, à l'est, à l'ouest, au sud, n'importe où. Cela m’indiffère. Je m'en fous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
gouelan   29 juin 2018
Un sac de billes de Joseph Joffo
"Monsieur Joffo, j'arrive de votre pays, c'est formidable!" Quoique ayant parfaitement compris ce qu'elle voulait dire, je joue les naïfs : "Ah, la Touraine , C'est vrai les Tourangeaux sont formidables." Tout le monde sait que j'ai depuis fort longtemps une propriété en Touraine. Alors elle : "Qu'avez-vous de commun avec les Tourangeaux ? Je voulais dire Israël !"



J'aurais dû et j'aurais pu alors me lancer dans une longue polémique, lui expliquer ce qu'elle savait parfaitement, que les juifs nés en France sont français et qu'être juif en France c'est tout simplement être de religion juive au même titre qu'un français de religion catholique, protestante, bouddhiste ou musulmane. Et que ce qu'elle venait d'exprimer était aussi offensant pour moi que lorsqu'un homme politique demande à un autre homme politique, juif, s'il a la double nationalité. Mais il y a des cas où les dictons populaires sont une source de sagesse :

"Le silence et le plus grand

de tous les mépris."



Dialogue avec mes lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Analire   09 février 2017
Un sac de billes de Joseph Joffo
Il y a des moments où il suffit de peu de chose pour que la vie continue ou qu'elle s'arrête.
Commenter  J’apprécie          290
tbeloeil   23 mai 2014
Un sac de billes de Joseph Joffo
Je voudrais te demander : qu'est ce que c'est qu'un Juif ? [...] - Eh bien, ça m'embête un peu de te le dire, Joseph, mais au fond, je ne sais pas bien.



Pour que les hommes puissent vivre tranquilles, c'est extrêmement simple, il faut tuer tout les Juifs et tous les cordonniers.

- Mais pourquoi les cordonniers ?

Je demandais : Mais pourquoi aussi les Juifs ?



J'ai l'impression que le rêve de sa vie aurait été de m'enfoncer dans le mur et je me pose la question : Pourquoi , Je suis donc son ennemi ? On ne s'est jamais vus, je ne lui ai rien fait et il veut me tuer.



Peut-être ai-je cru jusqu'à présent me sortir indemne de cette guerre, mais c'est peut-être cela l'erreur. Ils ne m'ont pas pris ma vie, ils ont peut-être fait pire, ils me volent mon enfance, ils ont tué l'enfant que je pouvais être ...



Je préfère raconter la suite au présent, cela rendra peut-être l'aventure plus anodine, lui retirera cette aura de sacré que confèrent les temps passés, de l'imparfait au passé simple. Le présent est le temps sans surprise, un temps ingénu, celui où l'on vit les choses comme elles arrivent, elles sont neuves encore vivantes, c'est le temps de l'enfance, celui qui me convenait.



J'ai vu que papa n'était plus là, j'ai compris qu'il n'y serait jamais plus ... C'en était fini des belles histoires contées le soir à la lueur verte de l'abat jour. Finalement Hitler aura été plus cruel que le Tsar. C'est vrai j'ai grandi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
LydiaB   03 décembre 2010
Un sac de billes de Joseph Joffo
J'ai traîné un peu, ce qui n'était pas mon genre et je me suis placé derrière, à la queue de la file.

On est entrés deux par deux devant le père Boulier et j'ai gagné ma place à côté de Zerati.

La première heure c'était la géo. Ça faisait longtemps qu'il m'avait plus interrogé et j'avais un peu la trouille, j'étais sûr d'y passer. Il a promené son regard sur nous comme tous les matins mais il ne s'est pas arrêté sur moi, ses yeux ont glissé et c'est Raffard finalement qui est allé au tableau pour se ramasser sa bulle.
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Petit quiz 14 Juillet

Qui a chanté en premier cette chanson ON N'EST PAS LÀ POUR SE FAIRE ENGUEULER dont voici un extrait: "On n'est pas là pour se faire engueuler on est là pour voir le défilé! On n'est pas là pour se faire assommer on est venu pour voir le défilé! Si tout le monde était resté chez soi, ça f'rait du tort à la République."

Coluche
Boris Vian
Bobby Lapointe

7 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : 14 juillet , fêtes traditionnelles , france , nation , français , defiles , littérature , cinema , chansonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..