AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.18/5 (sur 50 notes)

Nationalité : Égypte
Né(e) à : Bowden, Angleterre , le 25/07/1928
Mort(e) à : Paris , le 27/08/1986
Biographie :

Joyce Mansour, née Joyce Patricia Adès, est une poétesse égyptienne d'expression française.

Née dans une riche famille cosmopolite, les ascendants de Joyce Adès font partie de la colonie britannique installée au Caire, depuis plusieurs générations. Ses parents sont des juifs séfarades de nationalité britannique. Son père dirige une filature prospère, sa mère meurt d’un cancer foudroyant alors qu’elle a 15 ans. Après des études en Angleterre et en Suisse, elle retourne en Égypte où elle s'illustre dans la course à pied. En 1947, elle en a à peine 18 lorsque son jeune mari de 21 ans disparaît, 6 mois après leur mariage, d'une maladie incurable.
En 1949, elle épouse en secondes noces un égyptien de 12 ans son aîné, Samir Mansour, issu de la colonie française du Caire. Dès lors, ils partagent leur vie entre Le Caire et Paris. Joyce Mansour s'initie à la culture française et commence à écrire en français. En 1953, les éditions Seghers publient son premier recueil de poèmes "Cris" qui est remarqué par la revue surréaliste "Médium". Elle rencontre André Breton qui la compare à celle "que le conte oriental nomme la tubéreuse enfant".
Le couple Mansour s’établit à Paris en 1954, où vont naître ses deux fils, et très vite Joyce Mansour se plonge dans les activités du groupe surréaliste.
Sa grande affinité, sa plongée complète dans cet univers surréaliste, son amitié profonde et fidèle avec André Breton pendant les deux dernières décennies du poète, ont forgé ses mots, son comportement et sa poésie. Par son intermédiaire, elle fait la connaissance de Pierre Alechinsky, Wifredo Lam, Matta, Henri Michaux, André Pieyre de Mandiargues et participe aux activités des surréalistes.
Elle a écrit des torrents de poésie-seize recueils-, une pièce de théâtre, des nouvelles ou plutôt des contes. André Breton l’appelait "le poète-femme" et disait "La poésie surréaliste c’est vous" (1961).
Certains de ses recueils sont illustrés par les peintres Alechinsky, Enrico Baj, Hans Bellmer, Jorge Camacho, Lam, Matta, Pierre Molinier, Reinhoud et Max Walter Svanberg.
Le 7 novembre 1984, pour une soirée au profit d'Amnesty International, elle joue dans la pièce de Virginia Woolf "Freshwater" au Théâtre du Rond-Point à Paris. Les écrivains Eugène Ionesco, Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet et Jean-Paul Aron sont les autres interprètes de cette pièce.

En 1991, les éditions Actes Sud ont publié tous ses écrits, rassemblés avec l'aide de son mari, Samir Mansour.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Joyce Mansour   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Joyce MANSOUR – La femme surréaliste (France Culture, 2005) L’émission « Poésie sur parole », par André Velter, diffusée le 4 septembre 2005.

Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (234) Voir plus Ajouter une citation
Joyce Mansour
Le soleil dans le capricorne

Trois jours de repos
Pourquoi pas la tombe
J’étouffe sans ta bouche
L’attente déforme l’aube prochaine
Et les longues heures de l’escalier
Sentent le gaz
À plat ventre j’attends demain
Je vois luire ta peau
Dans la grande trouée de la nuit
Le balancement lent d’un beau clair de lune
Sur la mer intérieure de mon sexe
Poussière sur poussière
Marteau sur matelas
Soleil sur tambour de plomb
Toujours souriant ta main tonne l’indifférence
Cruellement vêtu incliné vers le vide
Tu dis non et le plus petit objet qu’abrite un corps de femme
Courbe l’échine
Nice artificielle
Parfum factice de l’heure sur le canapé
Pour quelles pâles girafes
Ai-je délaissé Byzance
La solitude pue
Une pierre de lune dans un cadre ovale
Encore un poignard palpitant sous la pluie
Diamants et délires du souvenir de demain
Sueurs de taffetas plages sans abri
Démence de ma chair égarée
Commenter  J’apprécie          290
Joyce Mansour
Je cherche collectionneur de rêves pour échange....
Commenter  J’apprécie          310
Joyce Mansour
La chouette bête des bois sombres
M'a appris
Que la vérité n'est plus la vérité
Sans ses voiles
Qu'il ne faut pas écouter la mélodie de la vie muette
Sans savoir l'entendre
Que la solitude modifie toutes les voix
Même celle de la haine
Que la lente douleur
Des paysans sans labeur
S'achète et se mange comme du pain
Que l'hostie souffre
Dans la féroce maladresse de l'appareil intestinal
Et surtout comment porter la fierté sur son dos
Sans avoir l'air
Bossu
Commenter  J’apprécie          262
Vous ne connaissez pas mon visage de nuit
Mes yeux tels des chevaux fous d'espace
Ma bouche bariolée de sang inconnu
Ma peau
Mes doigts poteaux indicateurs perlés de plaisir
Guideront vos cils vers mes oreilles mes omoplates
Vers la campagne ouverte de la chair
Les gradins de mes côtes se resserrent à l'idée
Que votre voix pourrait remplir ma gorge
Que vos yeux pourraient sourire
Vous ne connaissez pas la pâleur de mes épaules
La nuit
Quand les flammes hallucinantes des cauchemars réclament
 le silence
Et que les murs mous de la réalité s'étreignent
Vous ne savez pas que les parfums de mes journées meurent
 sur ma langue
Quand viennent les matins aux couteaux flottants
Que seul reste mon amour hautain
Quand je m'enfonce dans la boue de la nuit
Commenter  J’apprécie          130
Donnez-moi un crâne épars sur le parquet
J'en ferai une descente aux flambeaux
Dans la fosse des passions durables
Donnez-moi un château mammaire
Je plongerai tête-bêche riant au suicide
Donnez-moi un grain de poussière
J'en ferai une montagne de haine
Chancelante et grave un arcane
Pour vous enterrer
Donnez-moi une langue de haute laine
J'enseignerai aux seigneurs
Comment briser leurs dieux de craie
Leurs pénis édentés
Aux pieds du grand corbeau blanc
Pourcroâ ?
Commenter  J’apprécie          130
Une nuit de silence intact, elle rêva qu'elle se trouvait au fond d'un copieux désert.

Des lions à tête humaine rôdaient aux confins de la terreur, un vent sans bras ni jambes excitait les vaguelettes de sable.

L'air était clair, la lune brillait sur les montagnes de glace et cette lumière sans ombre enflammait les couleurs..

Dans chaque coquillage,sous chaque pierre, un scorpion dardait sa queue d'azur ; des animaux caoutchoutés de spleen et de mousse traînaient leurs
ventres d'arbuste à arbuste à !a recherche d'un trou d'eau ou d'un
poisson de terre qui pourrait connaître un trou d'eau.
Commenter  J’apprécie          121
UNE FEMME CRÉAIT LE SOLEIL…


Une femme créait le soleil
En elle
Et ses mains étaient belles
La terre plongeait sous ses pieds
L’assaillant de l’haleine fertile
Des volcans
Ses narines palpitaient ses paupières se baissaient
Empesées par le lourd limon de l’oreiller
C’est la nuit
Et l’égratignure tranquille où meurt le vide haletant
Se bat se débat s’ouvre et doucement se ferme
Sur la verge dodelinante de Noé l’explorateur
Commenter  J’apprécie          120
La cuirasse



Quand la guerre pleuvra sur la houle et sur les plages
J’irai à sa rencontre armée de mon visage
Coiffée d’un lourd sanglot
Je m’étendrai à plat ventre
Sur l’aile d’un bombardier
Et j’attendrai
Quand le ciment brûlera sur les trottoirs
Je suivrai l’itinéraire des bombes parmi les grimaces
  de la foule
Je me collerai aux décombres
Comme une touffe de poils sur un nu
Mon œil escortera les contours allongés de la
  désolation
Des morts brasillants de soleil et de sang
Se tairont à mes côtés
Des infirmières gantées de peau
Pataugeront dans le doux liquide de la vie humaine
Et les moribonds flamberont
Comme des châteaux de paille
Les colonnades s’enliseront
Les astres bêleront
Mme les pantalons de flanelle s’engloutiront
Dans l’espace géant de la peur
Et je ricanerai dents découvertes violette d’extase
  dithyrambique
Hystérique généreuse
Quand la guerre pleuvra sur la houle et sur les plages
J’irai à sa rencontre armée de mon visage
Coiffée d’un lourd sanglot
Commenter  J’apprécie          90
QUELQUES TYPES DE PYJAMAS RENCONTRÉS DANS L'ANTICHAMBRE

"Le rangeur" : Sexe mâle ou indéfini. Il se déplace par bonds. Ses griffes puissantes et non rétractiles lui permettent de ranger des meubles ou des objets, de vider des cendriers, etc. Mobile et fumigène, le rangeur est dangereux car sa manie est contagieuse. Son cri est très reconnaissable : "Fermez la porte s'il vous plaît." Souffrant de la colite ou bien de la constipation aiguë, le rangeur exerce habituellement des métiers de gardiennage (musées, librairies, banques, parkings, crèches, etc.).

"L'obèse" est un mammifère plantigrade omnivore. Ce pyjama, de sexe indifférent, est un jouisseur, un rabat-joie, un sauve-qui-peut : il creuserait des terriers dans sa propre tombe. L'obèse passe de longues heures pendu à un fil téléphonique. Facilement apprivoisé, malgré des tendances prédatrices à peine dissimulées : il dévaste les greniers, souillant les réserves alimentaires, les admirations littéraires de ses renvois hépatiques, l'obèse est toujours de bonne humeur. Il ne se sent pas coupable de souhaiter vidanger sa mère. Il dit :

"Ma tête est vide
Mon ventre est plein
Pas de douanier
Juste ma glotte."

Indésirable, il doit "prendre".
Commenter  J’apprécie          80
Connais-tu la vieille femme qui veille
A la porte de la mort

Elle arbore une perruque couleur de cafard
Dans sa bouche niche une dent de cheval

Fruit de la rancune
Cadeau du vent fou
Je ne sais

Elle troue sa langue de sa point acérée
Si elle mange elle renaît dans l'enfer des affamés
Prix à payer à la chance qui, elle, porte un râtelier

Inaccessible à la maladie

Esclave d'un esclave

Elle connaît le chemin du retour
Mais ne saurait s'y rendre
Car ses jambes coupées se fanent dans un vase
Et sa bouche pleine de boue
Rit le rire maniaque des fèves d'Istanbul

Elle glisse glisse d'un rêve à l'autre
Dans le sommeil granitique
De la tombe

Connais-tu l'odeur de la boue
Qui suinte entre ses dents pourries
Ces dents piliers de basalte
Érodées par des vagues de viande

Dents de la vieille femme qui veille
A la porte de la nuit

Elle couvre nos morts de sa langue sucrée
Malaxant ceux qui hier encore oui seulement hier
Parlaient haut marchaient droit
Dans la vase gluante de sa salive mortifère

Elle retient son souffle quand le vent solaire s'abat
Du haut de la montage

Dans sa bouche la boue devient poussière
Vite avalée avant la prochaine grande marée
De boue

Et l'homme dit à l'homme
Pourquoi coulez-vous si tranquille
Et l'homme répondit à l'homme
Vous coulez vite et moi lentement
Malgré cela nous nous enfonçons tous deux
Chacun dans son abysse assigné
Voilà tout
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Joyce Mansour (39)Voir plus

Quiz Voir plus

Lettres secrètes

Qui est le personnage principal ?

Nicolas
Mathilde
Marie
Magali

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Lettres secrètes de Marie-Hélène DelvalCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..