AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.27 /5 (sur 301 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Édimbourg , le 08/03/1859
Mort(e) à : Pangbourne, Berkshire , le 06/07/1932
Biographie :

Kenneth Grahame est un romancier britannique.

Devenu orphelin, il part vivre avec sa grand-mère. Il fait ses études à Oxford mais ne peut entrer à l'université. Il travaille pour la Banque d'Angleterre dont il devient le secrétaire général en 1898 et prend sa retraite en 1907. Son poste lui laisse le temps de débuter dans le journalisme, puis d'écrire des nouvelles.

Il écrit pour The Yellow Book (anthologie de littérature anglaise de l'époque) et plusieurs de ses essais sont publiés dans Pagan Papers en 1893.

Six de ses essais décrivent la vie de famille de cinq orphelins. De ces essais, il tire deux romans: "The Golden Age" (1895) et "Dream Days" (1898).

Il épouse Elspeth Thomson, la fille de l'inventeur Robert William Thomson (1822-1873), en 1899. Son fils Alastair est né en 1900.

Kenneth Grahame est principalement connu pour son roman "Le Vent dans les saules" ("The Wind in the Willows", 1908), un classique de la littérature pour enfants, écrit à l'origine pour son fils qui partageait l'entêtement de Crapaud, Baron tétard (Toad of Toad Hall, un des personnages principaux). Son illustrateur le plus célèbre est Ernest Howard Shepard (1879-1976).

Après la parution du Vent des saules, Grahame cesse de publier. Son fils se suicide en 1920.

Une bande dessinée adapte son dernier roman, Le Vent dans les Saules : le scénariste et dessinateur Michel Plessix a signé les quatre tomes de cette fidèle retranscription, parue aux éditions Delcourt entre 1997 et 2001.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Kenneth Grahame   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

The Wind in the Willows by Kenneth Grahame


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation

C'est alors que les sifflements commencèrent.

C'était des sifflements très faibles, aigus et lointains, mais qui lui firent hâter le pas. Puis, tout en demeurant très faibles et aigus, ils venaient soudain de devant lui. Il s'arrêta, hésita à rebrousser chemin. Mais les sifflements reprirent de plus belle, tout autour de lui, et semblaient se répondre et se faire écho des quatre coins du bois, jusqu'en ses extrémités les plus reculées. Ils étaient là comme qui dirait sur un pied de guerre- quels qu'ils fussent - et lui, pauvre de lui, il errait seul sans défense, loin de tout secours, tandis que la nuit était presque tombée.

Alors il entendit un bruissement.

Commenter  J’apprécie          182

- Il ne reste plus qu'une chose à faire, reprit Mr Blaireau, pleinement content de lui. Crapaud, je vous demande en toute solennité de répéter devant nos amis ce que vous avez pleinement reconnu en ma présence dans le fumoir il y a un instant. En premier lieu que vous regrettez ce que vous avez fait, et que vous comprenez la folie de tout cela...

Il y eut un long silence. Mr Crapaud regardait désespérément de tous côtés, tandis que les autres attendaient, graves et silencieux. Enfin, il parla.

- Eh bien non ! lança-t-il d'un air buté et avec la dernière énergie, je ne regrette rien du tout. Et ce n’était pas de la folie, non plus. C'était du panache !

Commenter  J’apprécie          180

- Certains considéreraient, à raison, que le vol de l’auto est la plus grande offense. Mais faire l’insolent avec la police mérite assurément la sanction la plus lourde. Disons : douze mois pour le vol, ce qui est une peine légère ; et trois ans pour l’infraction au code de la route, ce qui est peu ; quinze ans pour l’insulte à l’agent de la force publique, laquelle dut être particulièrement grossière, à en juger par les dépositions des témoins, même si nous n’accordons foi qu’à la dixième partie de ce que nous avons entendu (et en ce qui me concerne, je m’en tiens toujours à ce pourcentage), cela nous donne un total de dix-neuf ans…

- Voilà qui est bien calculé, dit le président du tribunal.

- Nous pouvons arrondir à vingt ans, conclut le greffier.

- Excellente suggestion, approuva le président.

Commenter  J’apprécie          130

Il y a du poulet froid de la langue froide du bœuf froid des cornichons au vinaigre de la salade des petits pains du cresson des sandwichs du pâté de la boisson au gingembre de la limonade de l’eau gazeuse, etc.

- Arrêtez ! Arrêtez ! s’écria Mr Taupe au comble de l’extase. C’est trop, c’est trop !

- Le croyez-vous vraiment ? demanda Mr Rat d’un air sérieux. C’est ce que j’emporte habituellement pour ce genre d’excursion ; et tout le monde me dit que je suis pingre et que je ne prends pas plus qu’il ne faut.

Commenter  J’apprécie          132

Tout renaissait, tout respirait la joie et l'entrain Et au lieu d'être tourmenté par sa mauvaise conscience qui lui soufflerait "Badigeon", il ne pouvait s'empêcher de se dire combien il avait de la chance d'être le seul flâneur au milieu de tous ces êtres affairés. Après tout, ce qu'il y a de plus agréable quand on est en congé, ce n'est pas tant de se reposer soi-même que de regarder les autres travailler.

Commenter  J’apprécie          130

Lorsqu'ils arrivèrent dans l'allée du Manoir Crapaud, ils virent, comme Blaireau s'y attendait, une nouvelle auto toute brillante, de grande taille, rouge vif (la couleur favorite de Crapaud) qui attendait devant le perron. Au moment où ils se trouvèrent devant la porte, celle-ci s'ouvrit toute grande et M. Crapaud, affublé de grosses lunettes, d'une casquette, de guêtres, d'un énorme manteau, descendit les marches en se pavanant; il était en train d'enfiler d'énormes gants à crispin.

Commenter  J’apprécie          120

Nous autres, les humains, qui avons perdu depuis longtemps le plus subtil des sens, nous n'avons pas de terme adéquat pour traduire les liens qu'entretiennent les animaux avec le monde qui les entoure, qu'il soit animé ou non ; n'ayant que le mot "flair" pour désigner toute la gamme des frissons délicats qui excitent nuit et jour l'odorat des bêtes, soit pour les avertir, soit pour les stimuler, soit pour les éloigner.

Commenter  J’apprécie          120

« Le monde d’en haut exerçait sur lui, l’habitant des souterrains, une trop forte attirance pour qu’il renoncât à retrouver ce vaste théâtre. Mais comme c’était bon d’avoir un coin qui l’attendait, un coin rien qu’à lui, rempli de choses qui seraient toujours heureuses de le revoir et de lui faire bon accueil. » (p. 97)

Commenter  J’apprécie          90

Il déambulait dans les prés, le long des haies, à travers les bosquets, découvrait partout des oiseaux nichant, des fleurs à peine écloses.

Commenter  J’apprécie          90

Là, tout n'était que tremblements et frissonnements, lueurs et étincelles, bruissements et remous, chuchotements et bouillonnements. Mr Taupe en resta ensorcelé, transporté, fasciné. Il se mit à trotter le long de la rivière comme un petit enfant trottine au côté d'un adulte qui l'envoûte par des histoires passionnantes; et quand, enfin las, il s'assit sur la berge, la rivière continua à lui susurrer les plus belles histoires du monde, venues des entrailles mêmes de la terre et qu'elle irait ensuite répéter à la mer insatiable.

Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Comment se prénomme le jeune héros ?

Martin
Jacquou
Brichot
Guilhem

20 questions
696 lecteurs ont répondu
Thème : Le faucon déniché de Jean-Côme NoguèsCréer un quiz sur cet auteur