AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.55/5 (sur 88 notes)

Nationalité : Haïti
Né(e) à : Port-au-Prince , le 03/09/1958
Biographie :

Kettly Pierre Mars est née le 3 septembre 1958. Après des études classiques, elle poursuit des études professionnelles dans l'administration. Toutefois, passionnée depuis son plus jeune âge par le monde littéraire, ce n'est qu'au début des années 1990, qu'elle commence à écrire.

Elle commence sa carrière d'écrivain avec la poésie. C'est à travers ce genre littéraire que l'auteur exprime sa créativité et va à la rencontre de l'Autre. La poésie mettra en valeur son écriture. Ensuite, l'auteur s'intéresse à l'écriture des Nouvelles et publie sa première Nouvelle Un parfum d'encens à Port-au-Prince en 1999. De plus, elle reçoit en 1996 le premier prix du Concours Jacques Stéphen Alexis de la Nouvelle. Cette distinction a été un point de départ pour Kettly Mars dans la voie de la littérature.

Pour écrire ses œuvres, Kettly Mars s'inspire d'éléments tels que la sensualité, l'amour, la beauté de la nature, les objets du quotidien. Sa littérature s'inscrit dans le réalisme, car à travers l'écriture, elle montre la détresse d'une société haïtienne profondément dévastée par des antagonismes économiques et politiques et toujours en quête d'identité. Elle interroge également à travers ses œuvres la problématique des droits des femmes.

Ainsi l'écriture de Kettly Mars se veut purement réaliste, car s'il s'agit d'une part de mettre en valeur la vérité et l'originalité de son héritage multiculturel, c'est aussi pour en dénoncer les travers que l'auteur répond à ce besoin d'écriture.
+ Voir plus
Source : http://www.lehman.cuny.edu/ile.en.ile/paroles/mars.html
Ajouter des informations
Bibliographie de Kettly Mars   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Kettly Mars - L’ange Du patriarche

Podcasts (1)


Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
"Elle n'est pas juste, cette chienne de vie... mais nous n'en avons qu'une et il faut la vivre avec ses douleurs"
Commenter  J’apprécie          350
Kettly Mars
La mer au seuil de la chambre…


La mer au seuil de la chambre
abandonne algues et conques.
Il n’est barque qui n’accoste
aux marches d’une alcôve,
ni bateau qui ne livre ses gréement
au havre d’une épaule.
La mer dans la chambre,
son soleil dans une main,
mouille aux sables de quatre murs
À l’heure où se meurt l’écume
commence l’odyssée d’un lit,
toutes voiles déployées
sur nos marées intérieures.
Commenter  J’apprécie          241
J'ai rejoint le club de maîtresses de macoutes, de celles qui jouissent de privilèges évidents mais qui connaissent aussi la précarité de leur position dans cette Haïti où le pouvoir joue sans cesse à une macabre chaise musicale. Après être passée par de douloureuses phases de détresse, jai arrêté d'avoir honte, de fuir le regard des autres, de me torturer, de me condamner.
Commenter  J’apprécie          140
Étrange, les choses qu'on ne dit pas par pudeur dans un couple, même les très vieux couples comme nous l'étions encore jusqu'à l'an passé.
Commenter  J’apprécie          110
L'électricité du bijou pénétra sous ma peau, comme un virus. Dans la rue je me suis sentie une autre femme, m'attendant à ce que chaque personne que je croise découvre sur mon visage l'empreinte du désir du secrétaire d'Etat. Un sentiment qui me troubla au plus profond de mon être.
Commenter  J’apprécie          90
« Tout le monde doit vivre, les choix étaient serrés, il fallait chacun inventer son pire. C’est la vie même qui est dure. » (p. 95)
Commenter  J’apprécie          80
Être nègre est un état d'humanité dangereux. Être nègre comporte le risque de se retrouver à tout moment pendant au bout de la corde d'une potence improvisée. Être nègre en cette fin de dix-neuvième siècle, c'est se savoir différent, dérangeant, marginal et en danger
Commenter  J’apprécie          70
Kettly Mars
Les femmes et les hommes partout dans le monde attendent tous quelque chose. La guérison pour les malades, la fin de semaine pour les travailleurs, du boulot pour les chômeurs, les grandes vacances pour les écoliers, le retour de Jésus pour les chrétiens, du pain pour les affamés, de la came pour les camés, l'inspiration pour les poètes, le pouvoir et toujours plus de pouvoir pour les politiques, encore plus de millions pour les millionnaires, du sang pour les vampires, l'amour tendre ou dévorant pour les esseulés. La liste est infiniment longue. Tout le monde espère toujours quelque chose au point d'en oublier que l'instant présent est celui qu'ils attendaient l'année passée, la semaine dernière ou même hier. Que chaque soleil est un cadeau qu'aucune fortune ne peut acheter. Que chaque soleil est un tourment sans nom pour ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur âme et appellent la délivrance de l'obscurité ultime. Ils en oublient d'être heureux, d'être juste dans ce moment présent, encore debout, encore lucides et désireux. Bien sûr, on peut se consoler en pensant à l'immortalité ou à l'éternité, mais elles commencent bien un jour, peut-être aujourd'hui, dans cet instant.
Commenter  J’apprécie          50
Et s'il écrivait Canaan ? Et s'il vomissait sur des pages blanches toutes ces douleurs, toutes ces émotions qui lui lacéraient la peau, cette immense misère humaine ? Ne serait-ce pas mieux que d'aller chez le psychologue ?
Commenter  J’apprécie          60
Comment une même terre pouvait-elle engendrer tant de frontières ?
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Kettly Mars (151)Voir plus

Quiz Voir plus

Jean Amila, portrait à la Proust

Si j'étais un outil, je serai un ...?... (Indice : Trini Lopez)

Burin
Marteau

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thème : Jean AmilaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}