AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.03/5 (sur 944 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : East Meadow, New York , le 20/03/1954
Biographie :

Louis Sachar est un écrivain américain.

À 9 ans, ses parents et lui déménagent à Tustin, dans l'état de Californie. Il y grandit avant de commencer ses études universitaires à Anitoch College, dans l'Ohio.

À la suite de la mort de son père, il retourne auprès de sa mère pour ensuite reprendre ses études en économie à l'Université de Californie à Berkeley. C'est à ce moment là qu'il commence à travailler en tant qu'assistant professeur à l'école primaire de Hillside.

C'est son expérience dans cette école qui le pousse à commencer à écrire, en 1976, "Histoires bizarres de l'école Zarbi" (Sideways Stories From Wayside School), son premier roman.

Louis Sachar a reçu la médaille Newbery pour son best-seller de 1998, "Le passage".


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Louis Sachar   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Louis Sachar - Des poissons dans la tête


Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Le serpent à sonnette serait infiniment plus dangereux s'il n'avait pas de sonnette...
Commenter  J’apprécie          251
- Tu ne vas pas me serrer la main ? demanda-t-elle.
- Non, vous êtes trop moche.
Il la contourna et alla s'asseoir à la table ronde. Elle s'assit en face de lui.
- ça me fait plaisir que tu sois venu.
- J'étais bien obligé. Mme Ebbel m'a forcé à venir.
- Quelle que soit la raison, je suis contente que tu sois venu.
- Je voulais aller à la bibliothèque, expliqua-t-il. Je suis arrivé ici mais c'est un accident.
-Oh, je ne crois pas aux accidents !
- Vous ne croyez pas aux accidents ?
C'était le truc le plus bizarre qu'il avait jamais entendu de sa vie.
Commenter  J’apprécie          130
L’école Woodridge, un établissement privé de Heath Cliff, en Pennsylvanie, avait été autrefois la résidence de William Heath qui avait donné son nom à la ville. Près de trois cents élèves fréquen- taient l’école installée dans un bâtiment de trois étages en pierres noires et rouges, où William Heath avait vécu de 1891 à 1917, en la seule compagnie de son épouse et de ses trois lles.
Tamaya Dhilwaddi était en CM2 dont la salle de classe, située au troisième étage, avait été la chambre à coucher de la plus jeune des trois lles. La mater- nelle occupait les anciennes écuries.
Commenter  J’apprécie          110
Il se concentrait sur chaque pas, levant et abaissant le pied avec précaution. Il ne se souciait que de faire un pas de plus à chaque fois, sans penser à l'impossible tâche qui lui faudrait accomplir pour parvenir au sommet.
Il grimpait de plus en plus haut. SA force lui venait de quelque part, tout au fond de lui, mais elle semblait aussi provenir de l'extérieur. Après s'être concentré pendant si longtemps sur le Grand Pouce, c'était comme si le roc avait absorbé son énergie et agissait à présent comme une sorte d'aimant gigantesque qui l'attirait vers lui.
Commenter  J’apprécie          110
Un choix de Hobson, c'est quand on doit choisir entre deux options qui sont aussi mauvaises l'une que l'autre.
Commenter  J’apprécie          120
"Si seulement, si seulement", soupire le pivert
"L'écorce des arbres était un peu plus tendre",
Tandis que le loup est là à attendre,
Affamé et solitaire,
En hurlant à la luu-uuuuu-uuuuune,
"Si seulement, si seulement."
[...]
Si seulement, si seulement, mais la lune se tait,
Reflétant le soleil, le monde et ses secrets.
Sois fort, mon pauvre loup fourbu, avance, héroïque.
Et toi, mon jeune oiseau,
Envole-toi très haut,
Mon ange, mon unique.
Commenter  J’apprécie          90
- Pourquoi tu fais la tête, Rondi ?
Allez, souris un peu. Laisse moi admirer tes belles dents de devant !
Rondi a poussé un glapissement terrible; Elle s'est précipitée contre Louis et lui a mordu le bras avec les deux dents de devant qu'elle n'avait pas .
Commenter  J’apprécie          91
Tandis qu'il regardait le ciel scintiller, Stanley pensa qu'il n'aurait pas eu envie d'être ailleurs en cet instant. Il était content que Zéro ait posé les chaussures sur le toit de la voiture. Et il était content qu'elles lui soient tombées sur la tête au moment où la voiture roulait sur la passerelle.
Lorsque les chaussures étaient tombées du ciel, il avait d'abord pensé que c'était un signe du destin. Il pensait la même chose à présent. C'était plus qu'une coïncidence. Ce ne pouvait être que le destin.


Commenter  J’apprécie          80
"Si tu penses que la vie est injuste avant d’aller en prison, dit-elle à Aisselle, tu la trouveras deux fois pire lorsque tu y retourneras. Les gens auront une très mauvaise opinion de toi et te traiteront en conséquence.

Elle lui expliqua que sa vie, à partir de là, allait consister à remonter le courant d’une rivière torrentielle. Le secret, c’était d’y aller pas à pas et de ne jamais s’arrêter."
Commenter  J’apprécie          70
Je suis là gémit-il. Et toi, tu es où ?
Un sentiment d'horreur, de dégoût, de pitié la submergea. Quand elle parla enfin, ce fut d'une voix douce.
- Tu as faim ?

2 x 1 048 576 = 2 097 152
2 x 2 097 152 = 4 194 304
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Louis Sachar (1411)Voir plus

Quiz Voir plus

Les Incorruptibles - Chemins toxiques

Comment l'école de Tamaya s'appelle-t-elle ?

Wimbledon
Beet
Woodridge
Bristol

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thème : Chemins toxiques de Louis SacharCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..