AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.98 /5 (sur 393 notes)

Nationalité : Algérie
Né(e) à : Ksar-el-Boukhari , 1950
Biographie :

De son vrai nom Samia Benameur, Maïssa Bey est née dans un petit village au sud d'Alger. Son père, combattant du FLN, a été tué durant la guerre.

Après des études au lycée Fromentin d’Alger, puis universitaires, Maïssa Bey a été professeur de français dans un lycée à Sidi-Bel-Abbès dans l'ouest algérien. Aujourd'hui, Maïssa Bey réside toujours à Sidi-Bel-Abbès où elle anime une association culturelle : Paroles et écritures.

Nourrie, imprégnée de culture française, elle écrit dans cette langue. Elle est mère de quatre enfants.

"Au commencement était la mer..." est son premier roman. Elle a publié chez Grasset "Nouvelles d'Algérie" (1998) (tiré de "Cinq romans algériens" Marsa, France, 1998)(Grand Prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres 1998).
Pierre, Sang, Papier ou Cendre (ed. l'Aube, 2008) (Grand Prix du roman francophone SILA 2008).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Maïssa Bey   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Que signifie écrire en français aujourd'hui : Maïssa BEY, Kamel DAOUD, Fawzia ZOUARI

Podcasts (1)


Citations et extraits (221) Voir plus Ajouter une citation
Orphea   04 mai 2010
Au commencement était la mer de Maïssa Bey
Délit d'aimer et surtout, de le dire, de le faire, de le chanter ou de l'écrire !

Délit de penser, de rêver, d'espérer un autre monde où les bonheurs les plus simples seraient possibles, où les hommes et les femmes, ensemble, rendraient grâce à Dieu de l'immense, de l'incroyable beauté d'une terre chaque jour un peu plus ravagée par la folie des hommes.

Délit enfin d'être une femme et d'éclabousser par sa seule présence, sa seule existence, la pureté terrifiante du monde qu'ils veulent bâtir sur des ruines fumantes.
Commenter  J’apprécie          530
maylibel   22 août 2012
Bleu blanc vert de Maïssa Bey
Heureusement que j’ai des livres. C’est ma seule consolation pour les jours trop sombres. Quand j’ouvre les pages, c’est comme si je m’embarquais sur un tapis volant. Très haut, très loin.



(p. 66)
Commenter  J’apprécie          491
Orphea   04 mai 2010
Au commencement était la mer de Maïssa Bey
La nuit, les yeux ouverts, Nadia écoute. Elle écoute la mer.

La mer monte en elle comme un lent désir. Un halètement. Battements réguliers des vagues contre son corps bercé comme aux premiers jours. Plus loin encore.

Et lorsque enfin elle s'endort, la mer encore berce ses rêves.
Commenter  J’apprécie          360
MicheleP   03 septembre 2015
Hizya de Maïssa Bey
Tu le savais, quand même, que des jeunes filles chômeuses diplômées, il y en a autant que de jeunes gens. Sauf qu'elles ne sont pas toute la journée dehors à tenir les murs. Donc, moins visibles. Moins remuantes, aussi. Et contrairement aux hommes, à la maison, elles, elles ne chôment pas. Tu en sais quelque chose.
Commenter  J’apprécie          351
yunap   28 mars 2008
Bleu blanc vert de Maïssa Bey
Bleu. Blanc. Vert. Dès qu'il a posé son cartable sur le bureau, il a dit : à partir d'aujourd' hui, je ne veux plus voir personne souligner les mots ou les phrases avec un stylo rouge !
Commenter  J’apprécie          350
mesrives   18 mars 2017
Sous le jasmin la nuit de Maïssa Bey
Penché sur elle, il la regarde dormir. Lèvres entrouvertes, souffle léger, paupières closes refermées sur des visions, des rêves qui l'excluent, il ne peut pas en douter. Dans la chambre à peine éclairée par la petite lampe qu'il laisse allumée tard dans la nuit, tout est silence. Penché sur elle, il regarde ce corps souple, détendu sur les draps froissés. Il vient de la posséder. De la prendre. De la pénétrer. Apparemment. De prendre ce qui lui est donné. Apparemment. A présent il épie ce corps à l'abandon, immergé dans un espace qu'il ne peut atteindre, qu'il ne peut étreindre. Penché sur elle, il cherche à franchir les frontières de ces lieux interdits. Elle est ailleurs, seule. Seule? Si seulement il pouvait en être sûr. Comment saisir cette part d'elle qui lui échappe?
Commenter  J’apprécie          250
Annette55   22 juin 2018
Hizya de Maïssa Bey
"Sa joue, rose épanouie du matin,

Ses yeux de gazelle,

Sa bouche étincelante,

Sa poitrine de marbre,

Ses seins pareils à deux belles pommes

Qu'on offre aux malades ..."





Extrait du poéme "Ô vous qui m'écoutez! "Achevé en 1295 de l'Hégire. *

* Fin de l'année 1878 aprés J. C.
Commenter  J’apprécie          240
aouatef79   30 mai 2021
Cette fille-là de Maïssa Bey
Libre à vous de découvrir ce que d'aucuns ici appellent des délires, ou de me réduire au silence en abandonnant ce livre .
Commenter  J’apprécie          244
Ulysse1990   12 mai 2012
Puisque mon coeur est mort de Maïssa Bey
" la solitude est mon seul horizon"

" je glane ça et là des fragments de détresse"
Commenter  J’apprécie          240
Maïssa Bey
aouatef79   31 janvier 2018
Maïssa Bey
Ce serait une histoire d' amour qui pourrait me donner l' illusion d 'exister ,ne serait-ce qu' aux yeux d' un seul homme . Loin de moi l' idée d' entrer dans la légende .Peut-être juste un film . Ou un livre .
Commenter  J’apprécie          230

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Flaubert sans peine

C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar

Salammbô
Madame Bovary
Bouvard & Pécuchet

13 questions
64 lecteurs ont répondu
Thème : Gustave FlaubertCréer un quiz sur cet auteur