AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.7 /5 (sur 215 notes)

Nationalité : Algérie
Né(e) à : Tlemcen , le 21/07/1920
Mort(e) à : Le Celle Saint-Cloud , le 02/05/2003
Biographie :

Mohammed Dib est un écrivain algérien de langue française, auteur de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de contes pour enfants, et de poésie.

Après la mort de son père en 1931, il commence autour de 1934 à écrire des poèmes mais également à peindre. De 1938 à 1940 il devient instituteur à Zoudj Bghel.

De retour à Tlemcen en 1945 il est jusqu'en 1947 dessinateur de maquettes de tapis, réalisés et vendus sous son contrôle. En 1951, il se marie à Colette Bellissant, fille d'un instituteur tlemcénien, dont il aura quatre enfants.

En 1952, il séjourne en France alors que paraît aux Éditions du Seuil La Grande Maison, premier volet de sa trilogie Algérie. Les deux autres volets de la trilogie, L'Incendie et Le Métier à tisser, paraissent en 1954, l'année même du déclenchement de la guerre de libération, et en 1957.

Tandis qu'il aborde plus explicitement la guerre d'indépendance dans Un été africain, Mohammed Dib est expulsé d'Algérie par la police coloniale en raison de ses activités militantes, en 1959. En 1964, il s'installe dans la région parisienne, à Meudon, puis en 1967 à La Celle-Saint-Cloud, près de Versailles.

En 1970, Mohammed Dib souhaite s'engager dans une nouvelle trilogie “sur l'Algérie d'aujourd'hui”, dont Dieu en Barbarie et Le Maître de chasse (1973) constituent les deux premiers volets.

Mohammed Dib enseigne de 1976 à 1977 à l'université d'UCLA, à Los Angeles, Californie. À partir de 1975 il se rend régulièrement en Finlande où il collabore, avec Guillevic, à des traductions d'écrivains finlandais. De ses séjours naîtront sa "trilogie nordique" publiée à partir de 1989 : Les Terrasses d'Orsol, Neiges de marbre, Le Sommeil d'Ève.

De 1983 à 1986, Mohammed Dib est professeur associé au Centre international d'études francophones de la Sorbonne.

Il n’était plus retourné en Algérie depuis 1983, date à laquelle il s’était rendu à l’enterrement de sa mère.

Mohammed Dib a reçu de nombreux prix, notamment le prix Fénéon en 1952 ; le prix de l'Union des écrivains algériens en 1966...Il a obtenu en 1998 le prix Mallarmé pour son recueil de poèmes L'Enfant-jazz.


+ Voir plus
Source : Wikipédia, Algériades, El Watan
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Mohammed DIB – Une Vie, une Œuvre : 1920-2003 (France Culture, 2004) L’émission "Une Vie, une Œuvre", par Catherine Pont-Humbert, diffusée le 13 juin 2004 sur France Culture. Invités : Naget Khadda, Habib Tangour et Noureddine Saadi.
Citations et extraits (299) Voir plus Ajouter une citation
araucaria   04 mai 2014
Un été africain de Mohammed Dib
(...) l'homme vit sur terre pour une tâche déterminée, chacun de nous a un devoir à remplir. En conséquence, un simple journalier est aussi utile dans sa place qu'un... roi à la tête d'une nation. Je dirai même plus utile. Il ne mange que du pain sec, mais il le gagne. Et si, de plus, il éprouve de l'intérêt pour son travail, c'est un homme sauvé. Disons plutôt pour éviter les grandes phrases : c'est un homme heureux... Enfin, à sa manière. Oui, heureux à sa manière, car il doit lui manquer beaucoup de choses. Cependant il a l'essentiel; s'il ne mange que du pain trempé dans de l'eau, il a son travail, et même davantage : l'attachement à son travail. Et ça, c'est une réalité.
Commenter  J’apprécie          580
Sachenka   24 octobre 2016
Le maître de chasse de Mohammed Dib
Nous avons conscience du silence. Nous ne l'avons pas entendu tout de suite, ne nous rendant compte d'abord que d'un faux silence, de quelque chose comme l'envers d'un grondement, mais déjà de si étranger à tout ce que nous connaissons, à tout ce que nous avons appris à écouter et à apprécier que nous restons longtemps, passons un moment avant d'y prêter attention. Puis il a dressé autour de nous sa présence péremptoire.

Nous pouvons l'entendre maintenant. Nous l'écoutons tous.
Commenter  J’apprécie          410
Asturias   29 août 2010
L'Incendie de Mohammed Dib
"Omar avait fini par confondre Dar-Sbitar avec une prison. Mais qu'avait-il besoin d'aller chercher si loin? La liberté n'est-elle pas dans chacun de ses actes? Il refusait de recevoir de la main des voisins l'aumône d'un morceau de pain, il était libre".
Commenter  J’apprécie          371
Sachenka   28 octobre 2016
Le maître de chasse de Mohammed Dib
- Où allons-nous?

- L'essentiel est que nous y allions ensemble.
Commenter  J’apprécie          370
Sachenka   15 septembre 2016
La Grande Maison de Mohammed Dib
À Dar-Sbitar s'élevaient encore les protestations véhémentes du vieux Ben Sari ; mais les forces de l'ordre étaient parties.

- ... Je ne veux pas me soumettre à la Justice, clamait-il. Ce qu'ils appellent la justice n'est que leur justice. Elle est faite uniquement pour les protéger, pour garantir leur pouvoir sur nous, pour nous réduire et nous mater. Aux yeux d'une telle justice, je suis toujours coupable. Elle m'a condamné avant même que je sois né. Elle nous condamne sans avoir besoin de notre culpabilité. Cette justice est faite contre nous, parce qu'elle n'est pas celle de tous les hommes. Je ne veux pas me soumettre à elle... Aïe, cette colère, on ne l'oubliera pas! Ni la prison où des ennemis enferment nos hommes. Des larmes, des larmes et la colère, crient contre votre justice... elles en auront bientôt raison, elles sauront bientôt en triompher. Je le proclame pour tous : qu'on en finisse! Ces larmes pèsent lourd et c'est notre droit de crier pour tous les sourds... s'il en reste dans le pays... s'il y en a qui n'ont pas encore compris. Vous avez compris, vous. Allons, qu'avez-vous à répondre? ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Sachenka   13 septembre 2016
La Grande Maison de Mohammed Dib
On pensait : c'en est fini du froid ; puis l'hiver faisait un brusque retour sur la ville et incisait l'air avec des millions d'arêtes tranchantes.
Commenter  J’apprécie          340
Sachenka   23 septembre 2016
Le métier à tisser de Mohammed Dib
- Je veux [que les hommes] apprennent à ne vouloir qu'un seul bonheur : la liberté.

- Il y a le bonheur de vivre... Revivre... Tout simplement.

- Tu divagues!

- Tous les hommes pourtant désirent ce bonheur.

- Il n'y a pas d'âme dans tout ça! Ce qu'il faut, c'est réapprendre à se sentir libre. Et la soif de vivre renaitra.

- Il faut ouvrir les yeux et voir...

Hamedouch éclata de rire.

- Le monde est dur, dit-il en frappant du poing contre le mur. Tous ceux qui aspirent à des idées élevées, généreuses, s'y briseront. Ne soyons pas surpris si l'épuisement avant de commencer la lutte se montre chez nous...

Ses paroles perçaient le coeur d'Omar.

- N'oublie pas que nos frères ont le don de s'accoutumer à tout, que leurs misères ne les touche même plus!
Commenter  J’apprécie          260
Sachenka   10 mai 2018
Neiges de marbre de Mohammed Dib
L'amour ne vous rapproche-t-il que d'une illusion quand il vous libère de vous-même [...].
Commenter  J’apprécie          270
Mohammed Dib
sabine59   22 octobre 2019
Mohammed Dib
Avez-vous constaté comme à certains moments nous mourons d'envie de marquer notre reconnaissance à autrui, à cause d'une joie qui nous fait le coeur léger comme une bulle?
Commenter  J’apprécie          260
Yggdrasila   19 avril 2014
La Grande Maison de Mohammed Dib
Ce n'est qu'une femelle. Hon! Et encore une fille vaut mieux que lui. Tout le temps fourré à la maison. Ma pauvre Aïni! Tu es la proie de ces enfants sans cœur qui te sucent les sangs. Avec eux, tu n'arriveras à rien.

- Je vais à l'école, moi, intervint Omar, sans considération pour les paroles de sa tante. Et j'apprends des choses. Je veux m'instruire. Quand je serai grand, je gagnerai beaucoup d'argent.

- Renonce à tes idées, dit Lalla avec humeur. Il te faudra travailler comme une bête si tu veux seulement vivre. Ceux qui n'ont pas mis les pieds dans une école meurent de faim? L'instruction, ce n'est pas pour toi, ver de terre. Qu'est ce que tu crois pour prétendre à l'instruction? Un pou qui veut s'élever au-dessus de sa condition. Tais-toi, graine d'ivrogne. Tu n'es que poussière, qu'ordure qui colle aux semelles des gens de bien. Et ton père, lui, a-t-il été à l'école? Et ton grand-père, et tes aïeux? Et toute ta famille, et tous ceux que nous connaissons? Tu auras à être un homme, ou tu seras écrasé. Il te faudra supporter la dureté des autres, être prêt à rendre dureté pour dureté. N'espère pas le bonheur. Qui es-tu, qui es-tu, pour espérer le bonheur? N'espère pas vivre tranquille, n'espère pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mohammed Dib et son oeuvre

Mohammed Dib est originaire de :

Kabylie
Tlemcen
Alger
Constantine

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Mohammed DibCréer un quiz sur cet auteur
.. ..