AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 1828 notes)

Nationalité : Algérie
Né(e) le : 15/10/1949
Biographie :

Boualem Sansal vit à Boumerdès, près d'Alger. Il a fait des études d'ingénieur et un doctorat en économie.

Il était haut fonctionnaire au ministère de l'Industrie algérien jusqu'en 2003. Il a été limogé en raison de ses écrits et de ses prises de position.

Son premier roman,"Le serment des barbares", a reçu le prix du premier Roman et le prix Tropiques 1999.

Son livre Poste restante, une lettre ouverte à ses compatriotes, est resté censuré dans son pays. Après la sortie de ce pamphlet, il est menacé et insulté mais décide de rester en Algérie.

Un autre de ses ouvrages, Petit éloge de la mémoire est un récit épique de l'épopée berbère.

Boualem Sansal est lauréat du Grand Prix RTL-Lire 2008 pour son roman Le Village de l'Allemand sorti en janvier 2008.

En juin 2012, il reçoit le prix du Roman arabe pour son livre Rue Darwin, avec l'opposition des ambassadeurs arabes qui financent le prix. Le 13 juin 2013 l'Académie française lui décerne le grand prix de la Francophonie, doté de 20 000 euros.

En novembre 2015, il reçoit le Grand Prix du roman 2015 de l'Académie française pour son livre '2084'.


+ Voir plus
Source : amazon.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Reconnaissable au premier coup d??il grâce à son immense baobab coloré, le salon africain vous fait découvrir la richesse de la littérature du continent noir en mêlant des auteurs encore méconnus à des écrivains réputés. Et c?est également au salon africain qu?a lieu chaque année la remise du prix Ahmadou Kourouma. Autour du thème « Les chercheurs d?Afriques », les romanciers et essayistes invités reviennent sur les blessures du continent, mais aussi sur ses gloires, sa grandeur et ses aspirations. Outre les hôtes vedettes de cette édition 2019, Maryse Condé, Prix Nobel « alternatif » 2018 et le rappeur Abd al Malik qui présente son livre/album le jeune Noir à l?épée (Présence africaine/Musée d?Orsay/Flammarion) inspiré de l?exposition du Musée d?Orsay « le modèle noir de Géricault à Matisse », sont annoncés Abubakar Adam Ibrahim, Eugène Ebodé, Mia Couto, Françoise Vergès, Adame Ba Konaré, Elizabeth Tchoungui, Boualem Sansal, Beyrouk, Clemente Bicocchi, Jean Bofane, Tania de Montaigne, Armand Gauz, Ndèye Fatou Kane, Henri Lopes ou Bessora. Plus d'infos sur https://salondulivre.ch

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (609) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   14 septembre 2015
2084 - La fin du monde de Boualem Sansal
Si d'aucuns avaient pensé qu'avec le temps et le mûrissement des civilisations les langues s'allongeraient, gagneraient en signification et en syllabes, voilà tout le contraire : elles avaient raccourci, rapetissé, s'étaient réduites à des collections d'onomatopées et d'exclamations, au demeurant peu fournies, qui sonnaient comme cris et râles primitifs, ce qui ne permettait aucunement de développer des pensées complexes et d'accéder par ce chemin à des univers supérieurs. À la fin des fins régnera le silence et il pèsera lourd, il portera tout le poids des choses disparues depuis le début du monde et celui encore plus lourd des choses qui n'auront pas vu le jour faute de mots sensés pour les nommer.
Commenter  J’apprécie          721
Piatka   07 janvier 2016
Le village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller de Boualem Sansal
Quand je lui ai dit que j'étais allemand, français et algérien, et que ça ne me gênait nulle part, il a ouvert la bouche. De quelle couleur parle-t-on à un caméléon sans le vexer ?
Commenter  J’apprécie          460
asnico   02 janvier 2016
2084 - La fin du monde de Boualem Sansal
La religion fait peut-être aimer Dieu mais rien n'est plus fort qu'elle pour faire détester l'homme et haïr l'humanité.
Commenter  J’apprécie          451
Nastie92   18 mai 2015
Le village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller de Boualem Sansal
D'une manière générale, je fatigue avec ces peuples qui se veulent à la hauteur de leur réputation. L'Italien se montre exubérant et insiste alors qu'on ne lui demande rien, l'Espagnol s'oblige à monter sur ses ergots seulement parce qu'on lui demande des nouvelles de sa soeur, le Polonais s'en jette six de plus quand on lui crie stop, l'Arabe se cabre et tire le sabre alors qu'on le félicite pour sa sobriété légendaire, et que dire de l'Anglais qui se drape dans le flegme quand on lui signale que ses vêtements ont pris feu. Les Algériens dont je suis pour moitié me chagrinent avec leur façon de se poser en rois de l'hospitalité alors qu'ils ont fait de leur beau pays le plus inhospitalier du monde et de leur administration la plus repoussante qui soit sous le soleil de Satan. Quant à nous, les Français, n'en parlons pas, nous sommes tout à la fois. C'est notre côté universaliste, si je puis dire.
Commenter  J’apprécie          410
Piatka   11 septembre 2015
2084 - La fin du monde de Boualem Sansal
Le principe de la contagion n'a pas toujours été bien compris, on ne meurt pas parce que les autres sont malades mais parce qu'on l'est soi-même.
Commenter  J’apprécie          410
gouelan   09 octobre 2014
Le village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller de Boualem Sansal
Les enfants ne savent pas;

Ils vivent, ils jouent, ils aiment.

Et quand ce qui fut vient à eux;

les drames légués par les parents;

Ils sont devant des questions étranges,

Des silences glacés,

Et des ombres sans nom.

Ma maison s'est écroulée et la peine m'accable;

Et je ne sais pas pourquoi.

Mon père ne m'a rien dit.



Vers ajoutés, par Rachel, au poème de Primo Levi : "Si c'est un homme"
Commenter  J’apprécie          390
Fortuna   26 novembre 2015
2084 - La fin du monde de Boualem Sansal
Ils convinrent honnêtement que le grand malheur de l'Abistan était le Gkabul : il offrait à l'humanité la soumission à l'ignorance sanctifiée comme réponse à la violence intrinsèque du vide, et, poussant la servitude jusqu'à la négation de soi, l'autodestruction pure et simple, il lui refusait la révolte comme moyen de s'inventer un monde à sa mesure, qui à tout le moins viendrait la préserver de la folie ambiante.

La religion, c'est vraiment le remède qui tue.
Commenter  J’apprécie          343
Piatka   20 septembre 2018
Le train d'Erlingen ou La métamorphose de Dieu de Boualem Sansal
Avec le stress et la peur à dose forte sur une longue durée, plus l’enfermement dans un quotidien devenu misérable et honteux, les croyances changent, le physique aussi…ça paraît évident, non…Je crois que nous devrions organiser des meetings pour sensibiliser nos concitoyens…ils doivent veiller sur leurs convictions d’hommes libres comme sur la prunelle de leurs yeux…c’est ça qui assure notre intégrité et nous tient debout…sinon un matin, ils se réveilleront dans la peau de ces gens ou dans la carapace d’une blatte…
Commenter  J’apprécie          321
michemuche   15 janvier 2016
2084 - La fin du monde de Boualem Sansal
La patience est l'autre nom de la foi, elle est le chemin et le but, tel était l'enseignement premier, au même titre que l'obéissance et la soumission, qui faisaient le bon croyant.
Commenter  J’apprécie          330
Sachenka   17 septembre 2017
Gouverner au nom d'Allah. Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe de Boualem Sansal
Une des raisons du malaise qui traverse le monde musulman tient à cela, le refus des institutions religieuses de considérer les interpellations de l'époque présente et de leur apporter des réponses appropriées.
Commenter  J’apprécie          320

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

LNHI-45761

Quel est le nom de ce pays constitué de la grande île africaine séparée du continent par le canal de Mozambique?

Zanzibar
Madagascar
Sainte-Hélène

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : afrique , îles , géographieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..