AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.09 /5 (sur 183 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 06/07/1886
Mort(e) à : Saint-Didier-de-Formans, Ain , le 16/06/1944
Biographie :

Marc Léopold Benjamin Bloch est un historien.

Fils d'un professeur d'histoire d'ascendance juive, il intègre l'École normale supérieure en 1904 et devient agrégé d'histoire à 22 ans.

Après avoir été mobilisé en 1914, il enseigne dès 1919 l'histoire du Moyen Âge à l'Université de Strasbourg. La même année, il épouse Simone Vidal (1894-1944) dont il aura six enfants.

Avec son ami Lucien Febvre, il fonde en 1929 la revue des "Annales d'Histoire économique et sociale". Il exerce une influence décisive sur le renouvellement de la science historique en l'ouvrant aux méthodes des autres sciences sociales.

Ses nombreux ouvrages ont jeté une lumière inédite sur l'histoire médiévale. Les plus connus sont "Les Rois thaumaturges" (1924), "La société féodale" (1939-1940) et "L'étrange défaite" (1940).

Résistant de la première heure, Marc Bloch adhère au mouvement "Combat" puis devient en 1943 membre de la direction régionale des Mouvements Unis de la Résistance. Arrêté le 8 mars 1943 et torturé par la Gestapo, il est fusillé le 16 juin non loin de Lyon.
+ Voir plus
Source : Evene
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Marc Bloch. Documentaire sue Fr 3 en 2001.
Podcasts (1)

Citations et extraits (77) Voir plus Ajouter une citation
Marc Bloch
Piatka   17 mars 2019
Marc Bloch
L’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé.
Commenter  J’apprécie          1110
Marc Bloch
Austral   14 octobre 2014
Marc Bloch
C'est quand les hommes cessent d’être d’accord que leur histoire devient claire.
Commenter  J’apprécie          310
Marc Bloch
Austral   22 octobre 2014
Marc Bloch
Une invention ne se répand guère que si la nécessité sociale en est largement ressentie.
Commenter  J’apprécie          221
NMTB   19 juin 2017
L'étrange défaite - Témoignage écrit en 1940 de Marc Bloch
Je suis Juif, sinon par la religion, que je ne pratique point, non plus que nulle autre, du moins par la naissance. Je n’en tire ni orgueil ni honte, étant, je l’espère, assez bon historien pour n’ignorer point que les prédispositions raciales sont un mythe et la notion même de race pure une absurdité particulièrement flagrante, lorsqu’elle prétend s’appliquer, comme ici, à ce qui fut, en réalité, un groupe de croyants, recrutés, jadis, dans tout le monde méditerranéen, turco-khazar et slave. Je ne revendique jamais mon origine que dans un cas : en face d’un antisémite. Mais peut-être les personnes qui s’opposeront à mon témoignage chercheront-elles à le ruiner en me traitant de « métèque ». Je leur répondrai, sans plus, que mon arrière-grand père fut soldat, en 93 ; que mon père, en 1870, servit dans Strasbourg assiégé ; que mes deux oncles et lui quittèrent volontairement leur Alsace natale, après son annexion au IIe Reich ; que j’ai été élevé dans le culte de ces traditions patriotiques, dont les Israélites de l’exode alsacien furent toujours les plus fervents mainteneurs ; que la France, enfin, dont certains conspireraient volontiers à m’expulser aujourd’hui et peut-être (qui sait ?) y réussiront, demeurera, quoi qu’il arrive, la patrie dont je ne saurais déraciner mon cœur. J’y suis né, j’ai bu aux sources de sa culture, j’ai fait mien son passé, je ne respire bien que sous son ciel, et je me suis efforcé, à mon tour, de la défendre de mon mieux.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Marc Bloch
Austral   13 octobre 2014
Marc Bloch
La mission d’un livre n’est jamais mieux remplie que le jour où les conclusions en sont contestées.
Commenter  J’apprécie          190
Jcequejelis   03 octobre 2014
Apologie pour l'histoire ou métier d'historien de Marc Bloch
Or longtemps l'historien a passé pour une manière de juge des Enfers, chargé de distribuer aux héros morts l'éloge ou le blâme. Il faut croire que cette attitude répond à un instinct puissamment enraciné. Car tous les maîtres qui ont eu à corriger des travaux d'étudiants savent combien ces jeunes gens se laissent difficilement dissuader de jouer, du haut de leurs pupitres, les Minos ou les Osiris. C'est, plus que jamais, le mot de Pascal : « tout le monde fait le dieu en jugeant : cela est bon ou mauvais ». On oublie qu'un jugement de valeur n'a de raison d'être que comme la préparation d'un acte et de sens seulement par rapport à un système de références morales, délibérément acceptées. Dans la vie quotidienne, les besoins de la conduite nous imposent cet étiquetage, ordinairement assez sommaire. Là où nous ne pouvons plus rien, là où les idéaux communément reçus diffèrent profondément des nôtres, il n'est plus qu'un embarras. Pour séparer, dans la troupe de nos pères, les justes des damnés, sommes-nous donc si sûrs de nous et de notre temps ? Élevant à l'absolu les critères, tout relatifs, d'un individu, d'un parti ou d'une génération, quelle plaisanterie d'en infliger les normes à la façon dont Scylla gouverna Rome ou Richelieu les Etats du roi très chrétien ! Comme d'ailleurs rien n'est plus variable, par nature, que de pareils arrêts, soumis à toutes les fluctuations de la conscience collective ou du caprice personnel, l'histoire, en permettant trop souvent au palmarès de prendre le pas sur le carnet d'expériences, s'est gratuitement donné l'air de la plus incertaine des disciplines : aux creux réquisitoires succèdent autant de vaines réhabilitations. Robespierristes, anti-robespierristes, nous vous crions grâce : par pitié, dites-nous simplement quel fut Robespierre. Encore si le jugement ne faisait que suivre l'explication le lecteur en serait quitte pour sauter la page. Par malheur à force de juger, on finit presque fatalement par perdre jusqu'au goût d'expliquer.



2036 - [1952, p. 70]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Marc Bloch
Fifrildi   20 juillet 2018
Marc Bloch
Les hommes ressemblent plus à leur temps qu'à leurs pères.
Commenter  J’apprécie          172
Hulot   17 mai 2019
L'étrange défaite - Témoignage écrit en 1940 de Marc Bloch
Jusqu'au bout, notre guerre aura été une guerre de vieilles gens ou de forts en thèmes, engoncés dans les erreurs d'une histoire comprise à rebours : une guerre toute pénétrée par l'odeur de moisi qu'exhalent l'Ecole,le bureau d'état major du temps de paix ou la caserne.
Commenter  J’apprécie          150
Hulot   09 septembre 2019
L'Histoire, la Guerre, la Résistance de Marc Bloch
"Bachotage " Autrement dit : hantise de l'examen et du classement .

Pis encore : ce qui devrait etre simplement un réactif, destiné à éprouver la valeur de l'éducation, devient une fin en soi, vers laquelle s'oriente, dorénavant, l'éducation tout entière. On n'invite plus les enfants ou les étudiants à acquérir les connaissances dont l'examen permettra d'apprécier la solidité.

C'est à se préparer à l'examen qu'on les convie.

Ainsi un chien savant n'est pas un chien qui sait beaucoup de choses, mais qui a été dressé à donner, par quelques exercices choisis d'avance, l'illusion du savoir.



Marc Bloch Sur la réforme de l'enseignement . 1943
Commenter  J’apprécie          141
Jean-Daniel   11 janvier 2018
La société féodale de Marc Bloch
Voici, face à face, deux hommes : l’un qui veut servir l’autre qui accepte ou souhaite d’être chef. Le premier joint les mains et les place, ainsi unies, dans les mains du second : clair symbole de soumission, dont le sens, parfois, était encore accentué par un agenouillement. En même temps, le personnage aux mains offertes prononce quelques paroles, très brèves, par où il se reconnaît « l’homme » de son vis‑à‑vis. Puis chef et subordonné se baisent sur la bouche : symbole d’accord et d’amitié. Tels étaient — très simples et, par là même, éminemment propres à frapper des esprits si sensibles aux choses vues — les gestes qui servaient à nouer un des liens sociaux les plus forts qu’ait connus l’ère féodale. Cent fois décrite ou mentionnée dans les textes, reproduite sur des sceaux, des miniatures, des bas‑reliefs, la cérémonie s’appelait « hommage » (en allemand, Mannschaft). Pour désigner le supérieur, qu’elle créait, point d’autres termes que le nom, très général, de « seigneur ». Souvent le subordonné est dit de même, sans plus, « l’homme » de ce seigneur. Quelquefois, avec plus de précision, son « homme de bouche et de mains ». Mais on emploie aussi des mots mieux spécialisés : « vassal » ou, jusqu’au début du XIIe siècle au moins, « commendé ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..