AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 145 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Göteborg , le 28/03/1927
Mort(e) à : Österskär , le 11/02/2007
Biographie :

Écrivain suédois de renommée mondiale, Marianne Fredriksson a publié quinze romans, dont la plupart sont des best-sellers.

Journaliste durant de nombreuses années, elle avait publié un premier roman en 1980: "Hanna et ses filles", son roman le plus connu à l’extérieur de la Suède.

Simon et les chênes est le deuxième paru en France, après Hanna et ses filles (Editions Ramsay, 1999).

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
mesrives   11 mars 2019
Hanna et ses filles de Marianne Fredriksson
Elle s'attarda devant l'étagère des poètes, en compagnie d'Ekelöf, Stagnelius, Martinson, Boye… Elle comprit tout à coup qu'elle cherchait une tonalité. Celle de maman. Elle songea que chaque personne possède une tonalité unique, qui n'appartient qu'à elle. Bien entendu, elle ne la trouvera pas tout de suite, pas de cette manière. Et elle n'a pas la prétention de croire qu'elle parviendra à la faire résonner comme autrefois.

Mais si elle prend patience, si elle attend, elle finira peut-être par la découvrir.
Commenter  J’apprécie          520
mesrives   03 mai 2016
Le pouvoir des mères de Marianne Fredriksson
 Elle roulait vers le nord pour raconter à sa mère qu'elle allait donner naissance à un enfant, mais qu'elle n'avait pas l'intention de se marier. Si le vert de l'été dominait encore dans la capitale, au nord de Sala les premières stries rouges flamboyaient dans les érables et, lorsqu'elle s'approcha de Bollnäs, le vent projeta des bouquets entiers de feuilles dorées des bouleaux contre le pare-brise.

Commenter  J’apprécie          110
mumuboc   31 mars 2018
Hanna et ses filles de Marianne Fredriksson
Nous ne comprendrons jamais, pensa-t-elle. Mais les détails, les petites choses nous font signe. (p305)
Commenter  J’apprécie          90
Windvaan   20 décembre 2012
Inge & Mira de Marianne Fredriksson
Mais il ajouta que l'être humain ne supporte pas l'excès de réalité...du moins, pas d'un seul coup
Commenter  J’apprécie          81
sibulle   15 septembre 2012
Hanna et ses filles de Marianne Fredriksson
Pourquoi les hommes font-ils en sorte qu'il soit si difficile de les aimer ?
Commenter  J’apprécie          30
myriampele   11 février 2012
Simon et les chênes de Marianne Fredriksson
Bientôt il passa maître en la matière. Les mensonges lui dégoulinaient de la bouche, le premier en entraînait un deuxième qui en engendrait un troisième et ainsi de suite.
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   15 janvier 2019
Le pouvoir des mères de Marianne Fredriksson
Elle roulait vers le nord pour raconter à sa mère qu'elle allait donner naissance à un enfant, mais qu'elle n'avait pas l'intention de se marier. Si le vert de l'été dominait encore dans la capitale, au nord de Sala les premières stries rouges flamboyaient dans les érables et, lorsqu'elle s'approcha de Bollnäs, le vent projeta des bouquets entiers de feuilles dorées des bouleaux contre le pare-brise.
Commenter  J’apprécie          10
Gine   26 juin 2011
Hanna et ses filles de Marianne Fredriksson
A présent, dans son bureau de Stockholm, alors qu'elle se souvient de la scène et prend des notes, elle sent monter la colère. Tu aurais dû m'ordonner de fuir loin de cet homme. Puis elle éclate de rire, malgré elle. L'instant d'après, il n'y a qu'un grand vide - d'étonnement ! Car elle vient d'avoir la pensée qu'aurait eue Hanna : c'était le destin.
Commenter  J’apprécie          10
mandarine43   27 septembre 2011
Le pouvoir des mères de Marianne Fredriksson
Mais les violettes ont quelque chose de magique. C'est comme si elles sentaient notre nostalgie et tentaient de nous réconforter.
Commenter  J’apprécie          20
mandarine43   27 septembre 2011
Le pouvoir des mères de Marianne Fredriksson
- J'ai un ami qui est veuf mais qui a vécu un mariage long et stable. Il dit que l'amour, c'est vivre comme des vases communicants. On sait où l'autre se trouve, on sent la douleur de l'autre, on pense parallèlement. En Suède, nous avons un poème célèbre qui l'exprime très bien : "J'ai froid à tes mains".
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Marianne Fredriksson (188)Voir plus