AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.76/5 (sur 203 notes)

Nationalité : Suède
Né(e) à : Göteborg , le 28/03/1927
Mort(e) à : Österskär , le 11/02/2007
Biographie :

Marianne Fredriksson est une écrivaine suédoise.

La plupart de ses romans sont des best-sellers.

Journaliste durant de nombreuses années, elle avait publié un premier roman en 1980, "Hanna et ses filles", son roman le plus connu à l’extérieur de la Suède.

"Simon et les chênes" est le deuxième paru en France.

Ajouter des informations
Bibliographie de Marianne Fredriksson   (6)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Elle s'attarda devant l'étagère des poètes, en compagnie d'Ekelöf, Stagnelius, Martinson, Boye… Elle comprit tout à coup qu'elle cherchait une tonalité. Celle de maman. Elle songea que chaque personne possède une tonalité unique, qui n'appartient qu'à elle. Bien entendu, elle ne la trouvera pas tout de suite, pas de cette manière. Et elle n'a pas la prétention de croire qu'elle parviendra à la faire résonner comme autrefois.
Mais si elle prend patience, si elle attend, elle finira peut-être par la découvrir.
Commenter  J’apprécie          580
 Elle roulait vers le nord pour raconter à sa mère qu'elle allait donner naissance à un enfant, mais qu'elle n'avait pas l'intention de se marier. Si le vert de l'été dominait encore dans la capitale, au nord de Sala les premières stries rouges flamboyaient dans les érables et, lorsqu'elle s'approcha de Bollnäs, le vent projeta des bouquets entiers de feuilles dorées des bouleaux contre le pare-brise.
Commenter  J’apprécie          120
- La vague ne meurt pas. Elle ne peut pas disparaître, car elle ne succombe jamais à la tentation de la séparation.
Commenter  J’apprécie          130
Nous ne comprendrons jamais, pensa-t-elle. Mais les détails, les petites choses nous font signe. (p305)
Commenter  J’apprécie          90
Mais il ajouta que l'être humain ne supporte pas l'excès de réalité...du moins, pas d'un seul coup
Commenter  J’apprécie          91
Cette terre n'était pas faite pour les paysans, mais pour les bêtes sauvages et les chasseurs intrépides. Pourtant, un peuple obstiné s'était accroché à ces champs de misère. Ils avaient construit une église et une école, s'étaient mariés, avaient fait des enfants. Trop d'enfants.
Il se souvient des paroles d'August: "Ca a toujours été dur par ici, mais la misère est arrivée seulement quand les gens ont commencé à se reproduire comme des lapins."
Commenter  J’apprécie          50
En fait, il avait honte de sa mère. J’avais bien vu à son regard au cour du dîner de noces, qu’il était gêné et inquiet de ce que nous pourrions penser d’elle, de ses bavardages, de sa vanité. […] Et j’étais bien placée pour savoir que les hommes qui n’ont pas vaincu leur mère se vengent sur leurs femmes, leurs épouses et leurs filles.
Commenter  J’apprécie          30
Pourquoi les hommes font-ils en sorte qu'il soit si difficile de les aimer ?
Commenter  J’apprécie          40
Pour elle, la vie ne pouvait pas être expliquée, elle devait seulement être vécue. Supportée. (p.436)
Commenter  J’apprécie          30
Bientôt il passa maître en la matière. Les mensonges lui dégoulinaient de la bouche, le premier en entraînait un deuxième qui en engendrait un troisième et ainsi de suite.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Marianne Fredriksson (293)Voir plus

Quiz Voir plus

quiz des marvels

quel est le vrai nom d'électro ?

eddy brock
flint marko
max dillon
norman osnorn

11 questions
17 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}