AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.36 /5 (sur 54 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Biographe prolifique et originaire de Phalempin, Martial Debriffe vit depuis plus de quinze ans en Alsace.

Ce passionné d'histoire, soutenu par André Castelot, a publié son premier ouvrage sur la duchesse du Maine en 1995. Deux ans plus tard, sa deuxième biographie sur Madame Élisabeth a été sélectionnée pour le prix Hugues Capet.

Celui qui est diplômé en droit des assurances a ensuite travaillé sur la personnalité de Madame de Pompadour. Pour donner plus de chair à son héroïne, il avait même choisi le théâtre pour illustrer son propos. Il avait créé l'association Histoire et spectacles et sa pièce avait été jouée plus de 400 fois, permettant à son livre d'être réédité quatre fois.

Habitué des salons, l'auteur si prolifique en biographies a continué d'aller ainsi au-devant du public proposant, notamment, des adaptations des vies de Ninon de Lenclos ou de Charlotte Corday...

Son dernier livre, « Le secret de la villa Marianne », a été récompensé au salon du livre de Saint-Étienne et a obtenu le prix Terres de France. Il fait également partie du catalogue France Loisirs.
+ Voir plus
Source : www.lavoixdunord.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
brinvilliers   26 août 2015
Le cahier des blessures secrètes de Martial Debriffe
Devant tant de simplicité dans l'infortune, Gabrielle a quelques scrupules à se plaindre. Une silencieuse leçon de courage vient de ses parents démunis, désorientés et pourtant ouverts à la vie et silencieux. Ne doit-elle pas, comme eux, faire front ? Accepter l'avenir sans rien oublier du passé ?
Commenter  J’apprécie          50
MarinetteB   31 janvier 2015
La malédiction des Freudeneck de Martial Debriffe
Le jeune homme prête à peine attention à ce que dit sa femme. Il est lui aussi subjugué, ébloui par la forêt féerique qui entoure le hameau du Fuchsloch. Pour tout autre que lui, ces paysages ne pourraient n'être qu'un décor de verdure. Mais, après six ans d'absence, il est ému aux larmes de respirer à nouveau l'odeur des champignons, des sapins et des nombreux ruisseaux où viennent s'abreuver les sangliers et les biches. La splendeur de la nature éveille en lui des émotions dépassant de loin tous les discours. Un album de famille défile devant ses yeux, si bien qu'il en oublie sa femme, assise à son côté.
Commenter  J’apprécie          40
brinvilliers   15 novembre 2017
La malédiction des Freudeneck de Martial Debriffe
- Vous délirez, dit Viktoria pour tenter une esquive.

- Non point ! Vous avez bien travaillé pour un certain IgorCoudouchi ?

- C'est exact.

Viktoria se trouble. Il faut qu'elle tienne bon ; elle a juré de ne jamais rien dévoiler à personne.

- Il vient d'être confondu dans une histoire de vol de document ultrasecret; affirme Heinrich en mentant effrontément.

- Mon Dieu ! Je l'ignorais !

- Faisons simple, Viktoria. Ce papier de toute première importance doit être envoyé en Russie par l'intermédiaire d'Isabelle de Freudeneck et le seul lien qui existe entre la châtelaine et l'agent de Berlin, c'est vous !

Une bouffée de chaleur monte aux joues de Wolfang.

- Heinrich, je crois que tu fais erreur...

- S'il te plaît, Wolfang, ne me complique pas les chose. Je sais ce que je dis. Si tu as été nommé ici pour ton premier poste alors que tu as eu des notes exceptionnelles, ce n'est pas par hasard.
Commenter  J’apprécie          30
nanashi   02 mai 2018
Le secret de la Villa Marianne de Martial Debriffe
"Voici ce que j'ai découvert ce matin. Avoue maintenant que c'est bien toi le coupable. Tu es venu hier soir après la classe noter cette phrase avec la craie de ton ardoise pour que les écoliers la lisent vendredi.

-Non, c'est faux.

-J'ai pourtant reconnu ta façon de former les caractères. Et tu m'en as donné encore la preuve à l'instant.

-Je vous dis que ce n'est pas moi. Je vous le jure!

-Êtes-vous vraiment sûrs que Fretz soit l'auteur de cette mauvaise plaisanterie? Un camarade qui le déteste arrive parfaitement à imiter quelques lettres! argumente Michel. Nous élevons notre petit-fils correctement.

-Je n'ai pas dit le contraire.

-Il n'a jamais entendu le mot "Boche" à la maison. Il est sans doute victime d'une vengeance. Vous savez bien que cet enfant ne fait pas l'unanimité!

-N'accusez pas une autre personne pour le disculper, intime le Bauernführer. N'ayez crainte, je tirerai cette affaire au clair. Une chose encore ... Je n'ai jamais compris comment ce garçon avait réussi à obtenir des résultats corrects en si peu de temps.

-Sa grand-tante lui dispense deux heures de cours chaque jour.

-Yvonne, l'ancienne institutrice qui habite le Diebach?

-Oui.

-Elle a dit que les Allemands ne seront plus longtemps là, crie soudain Fretz, la figure rougie par la colère. Vous serez bientôt tous punis."

A cet instant, Michel lui inflige une violente gifle sous les yeux approbateurs des deux nazis, le tire par le bras jusque dans la cour. Le gamin a l'impression étrange de vivre un cauchemar, d'être transporté hors du temps. En remontant la rue principale, il éprouve un sentiment de solitude accrue. Il commence à comprendre son grand-père qui a réagi par peur de représailles. Le village qu'il traverse à grands pas lui paraît maintenant étranger. Hier encore, il était fier d'y habiter. Aujourd'hui, il se demande s'il a encore le droit de se sentir Alsacien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nanashi   05 août 2018
La malédiction des Freudeneck de Martial Debriffe
Le Berlinois serre la main de sa femme avec force. La beauté de l'édifice les laisse sans voix. On dirait que cet étrange nid d'aigle à la toiture rouge et or brillant au couchant a été construit sur un pain de sucre. Du haut de ce gigantesque rocher, on doit avoir une vue imprenable sur le village et ses alentours, pense Viktoria. Cela dit, passé la première impression, le Freudeneck n'a rien d'un château. Il s'agit plutôt d'une maison forte au style hétéroclite: deux tours carrées et massives flanquent la façade, qui semble avoir été largement restaurée. On dirait en fin de compte une bastide isolée, sur un roc dominant de deux cents mètres un village de montagne. La vaste demeure se dresse au centre d'une conque de dentelles rocheuses qui meurent à ses pieds. Ses hautaines tours suspendues au-dessus du vide sont cernées par la lumière du soir; elles ne tarderont pas à disparaître dans la nuit.

-On peut le visiter? demande Viktoria à Heinrich.

-Non,répond-il d'un ton sec. Il est habité.

Le policier regarde si obstinément la route qu'on pourrait croire qu'il cherche à éviter une vision fantasmagorique. La jeune mariée en éprouve un réel malaise.

-Il est habité, reprend plus doucement Heinrich, par la dernière descendante de la famille: Isabelle de Freudeneck.

-Isabelle de Freudeneck..., répète Viktoria. Un nom tout droit sorti d'un conte de fées! Vous la connaissez?

-Tout le monde la connaît, dans le pays!

Heinrich se tait, comme s'il craignait d'en avoir trop dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   27 novembre 2012
Les adieux à Carola de Martial Debriffe
Oui, j’ai pitié quand l’injustice prime. Oui, j’ai une conscience, et mieux vaut en avoir une dans ce monde.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   26 novembre 2012
Les adieux à Carola de Martial Debriffe
Est-il plus flatteur pour un homme d’être le premier à posséder une femme ou d’être préféré par elle ?
Commenter  J’apprécie          40
brinvilliers   23 juillet 2017
La Rivière du pardon de Martial Debriffe
Constantin était intelligent, primesautier, séducteur et vantard. Hippolyte ne pouvait pas rivaliser avec son jumeau sur le terrain des filles, mais il avait pour lui le courage, la droiture et la santé morale dont son frère semblait dépourvu. Constantin rappelait à Hippolyte un passé joyeux et facile, mais Hippolyte ne faisait pas l'effort de renoncer à sa condition de garçon solitaire, cultivant un esprit de frustration, de révolte et de tristesse. Constantin , lui savait que tant que son jumeau n'aurait pas disparu de son horizon, il lui serait impossible d'organiser sa propre existence.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   28 novembre 2012
Les adieux à Carola de Martial Debriffe
C’est du passé. On ne remue pas les vieilles cendres : on les jette.

Commenter  J’apprécie          40
FLAORI   23 août 2012
Madame de Pompadour - Marquise des Lumières de Martial Debriffe
De " la lie du peuple" jusqu'au sommet de la hiérarchie sociale, elle aura eu à affronter les sarcasmes, les humiliations, les menaces, en fait une sorte de refus viscéral de tout ce qu'elle incarne et dont ses ennemis ne perçoivent pas l'importance.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur