AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.24 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Rumilly , 1971
Biographie :

Mélanie Edwards est éditrice et écrivaine.

Après de nombreux déménagements, elle est venue à Paris faire des études de communication et de lettres.

Elle a poursuivi sa passion de la littérature en tant que lectrice, rédactrice, éditrice (chez Nathan, Bayard), puis relancé le département fiction de Magnard Jeunesse.

Parallèlement, elle est l'auteure d'albums et de petits romans publiés chez Milan, Pastel et Bayard. Elle a notamment signé plusieurs tomes de la série "C'est la vie Lulu".

Mère de trois enfants, elle vit à Gentilly.


Source : Bayard
Ajouter des informations
Bibliographie de Mélanie Edwards   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'été, l'Ardèche, un mois de vacances sans les parents et les vertiges d'un premier amour : un roman ado délicat et sensuel qui célèbre les couleurs d'un été en liberté. Un premier roman de Mélanie Edwards. https://www.bayard-editions.com/jeunesse  ----------------------------------------- Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
milamirage   18 novembre 2012
C'est la vie Lulu ! Tome 27 : J'ai peur de la rentrée de Mélanie Edwards
Puis une nouvelle angoisse m'envahit. Je me rends compte que je n'ai pas fait une seule page de mon cahier de vacances. J'ai l'impression de ne plus rien savoir... J'essaie de me souvenir de ce qu'on a appris à la fin de l'année, mais c'est le trou noir. Le vide... Et là, je fonds en larmes :

- J'ai peur de ne pas y arriver, je ne veux pas retourner à l'école...
Commenter  J’apprécie          130
milamirage   19 novembre 2012
C'est la vie Lulu ! Tome 27 : J'ai peur de la rentrée de Mélanie Edwards
Comme les saisons qui changent, la rentrée marque le début d’une nouvelle période. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle sera mauvaise ! L’arrivée d’une maîtresse ou de nouveaux élèves, l’apparition d’un nouvel atelier dans l’école, un projet de classe différent sont autant de choses qui peuvent rendre la rentrée positive. [partie "conseils" en fin de roman]
Commenter  J’apprécie          110
Livheryn   02 juillet 2020
Un été en liberté de Mélanie Edwards
Les parfums qui traversaient la voiture m’enivraient, j’entendais aussi les cigales et les grillons… Et puis soudain on y était. La colline s’est fendue pour laisser la vue sur le hameau : à peine une dizaine de maisons, de fermes, plantées là au milieu des blés, des cyprès et des lavandes.
Commenter  J’apprécie          50
Anais511   10 juillet 2020
Un été en liberté de Mélanie Edwards
Alors je me suis glissée sous les draps, j'ai fermé les yeux et essayé de tout me remémorer : la lumière crue, la chaleur sèche, le vent, la couleur des champs autour de la maison, les visages connus, le parfum capiteux de la nuit, l'odeur entêtante des figuiers, le joli bruit des grillons, nos rires, nos engueulades, l'odeur des blés blanchis au soleil, celle des moutons et des chèvres passant sur le chemin, l'agacement des mouches partout. Et surtout le silence, le beau et inquiétant silence de la campagne. J'avais hâte d'être au soleil, d'être soûlée de mistral et de courir pieds nus. Hâte de voir si la maison et les environs auraient changé, hâte de retrouver les quelques jeunes du hameau, de nager dans la fraîcheur de Lez, de dormir le matin sans être réveillée par le camion poubelles, les coups de klaxon ou les cavalcades dans l'escalier. [...] Je voulais rigoler, redevenir une sauvageonne du maquis, je voulais être libre. Libre de me coucher tard après avoir lu pendant des heures en culotte, poitrine à l'air, libre de me lever après midi sans que personne y trouve à redire, de manger avec les doigts ou les pieds, de me laver ou pas chaque jour, libre de regarder les étoiles sans fin sur une chaise longue dans le jardin ou de fixer les branches du vieux mûrier, libre de ne pas parler, libre d'être moi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Anais511   10 juillet 2020
Un été en liberté de Mélanie Edwards
Les mots sincères d'Emile me touchaient, car moi, il m'arrivait souvent de vouloir vivre seule, hors de tout ce chaos. Et quand je voyais ces minuscules cabanes de pierres dans les vignes, je m'imaginais vieille et solitaire dans une de ces maisons de poupée, arrangée comme dans un conte, simple mais confortable, avec mes livres, ma petite cuisine, un gros lit avec plein d'édredons et une belle vue sur la campagne. Il m'arrivait de penser du haut de mes quatorze ans que je préférerais cette vie-là à une vie de Parisienne. J'étais persuadée que j'y serais heureuse, ou en tout cas que je pourrais très bien vivre à l'écart du monde, peut-être avec un chien, un mouton et une poule. Et quelques visites de temps en temps de gens que j'aimais. Evidemment, je n'en avais parlé à personne, qui y aurait cru ? Qui aurait pu imaginer que c'était mon rêve, à mon âge ?
Commenter  J’apprécie          10
kanarmor   19 décembre 2014
C'est la vie Lulu ! Tome 24 : Ma copine déménage de Mélanie Edwards
A la fin, dans un sanglot interminable, elle hoquette :

- Ils...ils...veu...veu...lent...dédé...mémé...

- C'est qui, Dédé Mémé ? je lui lance, déboussolée.

- Ils... veulent démé-déménager ! explose Alice, et des larmes grosses comme des rivières se mettent à couler sur ses joues.
Commenter  J’apprécie          20
Jangelis   22 mars 2017
C'est la vie Lulu ! Tome 35 : Je veux jouer sur Internet de Mélanie Edwards
Si ta mère t'a interdit de t'inscrire, c'est parce qu'elle trouve que tu as des choses plus intéressantes à faire que de jouer à la grande sur Internet.
Commenter  J’apprécie          20
Anais511   10 juillet 2020
Un été en liberté de Mélanie Edwards
Mon père avait été appelé pour un incendie, on ne savait pas à quelle heure il rentrerait ni s'il viendrait nous accompagner au train le lendemain matin à 8 heures. Mais honnêtement, on s'en fichait pas mal à ce moment-là. Et au fond, parfois, on se disait entre nous qu'il n'avait qu'à y rester, à ses incendies. Qu'il y crève, même.
Commenter  J’apprécie          10
Peacok   16 mars 2018
Mon arbre de Mélanie Edwards
Pour mes quarante ans, j’accroche une balançoire

et dépose une nouvelle pierre. Je pense à mon grand-père,

et je crois entendre le marronnier parler.

À côté de moi, mon fils joue avec des marrons.

Au bout d’un moment, il s’écrie :

– Hé, Papa, on se fait une bonne bagarre ?
Commenter  J’apprécie          00
Jangelis   12 novembre 2016
C'est la vie Lulu ! Tome 19 : J'ai piqué 4 euros de Mélanie Edwards
Et surtout, n'oublie pas : quand on chipe de l’argent ou un objet, c'est avant tout quelqu'un qu'on vole !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les couples célèbres

Qui étaient "les amants du Flore" ?

Anaïs Nin et Henri Miller
Elsa Triolet et Aragon
Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud

9 questions
7890 lecteurs ont répondu
Thèmes : couple , roman d'amourCréer un quiz sur cet auteur