AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.75 /5 (sur 30 notes)

Nationalité : République tchèque
Né(e) à : Prague , le 30/10/1948
Biographie :

Michal Ajvaz est un romancier, poète et traducteur tchèque, représentant du style littéraire réalisme magique.

Né dans une famille de réfugiés russes en 1949 à Prague, il a suivi des études à la faculté de philosophie de l’Université Charles de Prague, puis exercé divers métiers – ouvrier, concierge, veilleur de nuit dans un garage, employé au service des eaux de la ville de Prague.

Depuis 1994, il se consacre à la recherche et l'écriture. Son abondante bibliographie comprend, outre d’importants essais philosophiques ou littéraires sur des auteurs comme Derrida ou Borges, des ouvrages de poésie et de fiction. Il a reçu les deux plus prestigieux prix littéraires pour son œuvre : le prix Magnesia Litera (en 2012), et le prix Jaroslav Seifert.

Ses ouvrages ont été publiés dans 13 pays : Etats-Unis, Russie, Japon, Pologne, Hongrie, Slovénie, Pays-Bas, Belgique, Suède, Croatie, Bulgarie, Norvège et Serbie. Il est considéré comme un écrivain majeur dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis où il fait l'objet d'un travail critique important.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
encoredunoir   05 mai 2015
L'autre ville de Michal Ajvaz
Les gestes grâce auxquels nous délimitons notre espace perdraient bien vite leur assurance si nous savions que les formes que nous touchons avec tant de certitude ne sont souvent qu’une enveloppe dissimulant les ténèbres qui emplissent le terrier d’animaux bizarres. Mais soyons certains que viendra l’heure où la mince surface des choses crèvera et, que par les trous, des yeux curieux de lémuriens nous observeront.
Commenter  J’apprécie          30
encoredunoir   05 mai 2015
L'autre ville de Michal Ajvaz
J’entendis le maître demander à la petite fille :

-Parle moi de la naissance des déclinaisons. Je t’écoute.

L’élève se mit à réciter d’une voix hésitante :

-Au départ, les terminaisons servaient à invoquer les démons. Chacune des manières dont les hommes désignaient les choses avait son démon protecteur. Et le nom des choses permettait d’invoquer le nom des démons.

-C’est exact. Et maintenant, dis-nous comment ces invocations démoniaques ont pu devenir de simples désinences.

-Des femmes étrangères sont arrivées, accompagnées de chacals aveugles et passant par les escaliers glacés…

-Tu confonds avec la naissance du plus-que-parfait, l’interrompit l’enseignant. As-tu oublié ?

Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcel   11 janvier 2018
L'autre ville de Michal Ajvaz
Vous verrez que, touchés par ce souffle, les contours de nos édifices se désagrègent en temples barbares qui rayonnent d’une splendeur immonde et reluisent d’un or vil et oublié. Ce venin ronge jusqu’aux mots dont nous usons et les transforme en antiques sons de forêt vierge chargés d’angoisse, en musique solitaire de statues. La vie se résume alors à un rôle incompréhensible dans la représentation sans fin d’un mythe obscène qui raconte l’agonie d’un jeune dieu dans la jungle.
Commenter  J’apprécie          20
MotsIndigo   08 juillet 2015
L'autre ville de Michal Ajvaz
Pourquoi n'emploie-t-il pas une autre machine à écrire ? Parce qu'elles ont toutes disparues : certaines ont été emportées par des nuées de sauterelles jusque dans le Caucase (il a été prouvé que la force conjointe de milliers de sauterelles peuvent soulever de terre un cheval et le transporter sur des kilomètres), d'autres sont utilisées lors de nouvelles pratiques perverses qui font fureur dans les villes, d'autres enfin sont changées en une lumière blanche qui illumine la statue d'un ange magnifique et bestial.
Commenter  J’apprécie          10
Pigmae   06 septembre 2016
L'autre ville de Michal Ajvaz
Très bien, j'admets que je ne trouverai le centre que quand j'aurai cessé de le chercher. Mais ça ne pourrait arriver que si, disons, j'essayais consciemment d'oublier ce centre, ou bien s'il quittait de lui-même le champ de mes préoccupations. Et dans le premier cas, l'effort que je déploierais pour ne pas penser au centre ne serait finalement qu'une nouvelle manifestation de cette recherche, qui serait donc vouée à l'échec; quant au second cas, il me parait tout à fait exclu que je cesse tout à coup de penser au centre : ma vie a perdu toute cohérence, elle est devenue un agrégat de fragments aléatoires, et ces éclats brisés aux bords coupants, qui pointent dans tous les sens, se plantent sans arrêt dans ma peau; chaque seconde est un nouveau début sans rien pour le soutenir et par lequel un monde inconnu, auquel je ne suis absolument pas préparé, se précipite sur moi de l'obscurité; bref, je ne vois pas comment je pourrais oublier le centre perdu alors que toutes mes plaies en appellent à une unité qui émane de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Yuyine   27 juin 2017
L'autre ville de Michal Ajvaz
Je me rendis compte que, en réalité, ce qui suscite l’angoisse et l’inquiétude les plus intenses n’est pas l’existence de signes figés, dépourvus de sens, mais plutôt l’expérience surprenante que rien ne peut être tout à fait dégagé d’une aura de signification ?
Commenter  J’apprécie          10
girafeneuf   18 juillet 2017
L'âge d'or de Michal Ajvaz
Il me paraissait plus plaisant, et plus loyal envers cette contrée de l'abandonner à son sort, comme toutes les contrées que j'avais traversées; de me souvenir avec une satisfaction modeste de ses contours disparaissant sous une brume de mémoire, d'oubli et de rêve, un heureux brouillard qui estompe les formes, en révèle les significations fantômes, les enveloppe d'un vent réconciliateur, trompeur mais sans conséquences depuis longtemps.
Commenter  J’apprécie          00
Nikoz   08 octobre 2018
L'âge d'or de Michal Ajvaz
Quand j'étais de retour dans mon île d'Europe centrale...
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcel   11 janvier 2018
L'autre ville de Michal Ajvaz
Finalement, la sévérité avec laquelle nous limitons les déplacements de notre œil prouve bien que nous sommes conscients que notre regard comprend obscurément les monstres des confins, et que nous craignons qu’il ne croise des créatures connues, n’engage la conversation avec elles, ne se souvienne d’amitiés anciennes et n’oublie au passage la langue commune.
Commenter  J’apprécie          00
nathalie_MarketMarcel   11 janvier 2018
L'autre ville de Michal Ajvaz
Personne n’est étranger, tout le monde finit par rentrer chez soi, même les huîtres qui forment de longues files indiennes pour entrer dans les villes, et dont les troupeaux silencieux traversent nos chambres à coucher en cliquetant. Comme je suis content, chaque fois que j’entends leurs doux petits glissements dans le noir !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Projet oXatan, quiz

Qui est le narrateur ? Celui qui écrit le journal de bord ?

Diana
Mademoiselle Grâce
Jester
Arthur
Armistad
Phyllis

19 questions
101 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur