AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.81 /5 (sur 115 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Yokohoma (préfecture de Kanagawa) , le 8 mars 1967
Biographie :

Elle suit des études de littératures et de philologie à l'université de Waseda (Tokyo), de 1985 à 1989. C'est durant son cursus qu'elle publie son premier livre, Shojo shôsestsu (Roman de filles).
Après avoir écrit des romans jeunesse, elle se lance de l'écriture de romans à destination d'un public adulte.
Ses ouvrages furent, dès ses débuts, récompensés par divers prix.
Elle obtient ainsi en 2005 le prix Naoki pour son livre « Celle de l'autre rive », premier de ses romans traduits en français (Actes Sud, 2008).

Source : Editions Picquier, Wikipedia, Actes Sud
Ajouter des informations
Bibliographie de Mitsuyo Kakuta   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MP 2014-09-11-335-003048BDD2D9.mp4 Payot - Marque Page - Mitsuyo Kakuta - La Maison dans l'arbre.


Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   21 décembre 2015
Celle de l'autre rive de Mitsuyo Kakuta
Sur l'autre rive,on trouvait les vestiges d'une ligne de chemin de fer désaffectée enfouie dans les herbes, et plus que le bas du pont, plus que l'immense ciel,c'est cet endroit qu'Aoi aimait.Nanako disait que cette ligne désaffectée était sinistre, mais elle avait l'impression qu'en suivant la voie ferrée à travers les herbes ,elle pourrait aller là où elle voudrait.p.64
Commenter  J’apprécie          250
Palmyre   17 janvier 2014
Celle de l'autre rive de Mitsuyo Kakuta
Pourquoi prend-on de l'âge? Pas pour fuir dans le quotidien et fermer la porte mais pour se rencontrer à nouveau. Pour choisir de se rencontrer. Pour aller de son plein gré vers l'endroit choisi.
Commenter  J’apprécie          170
Bookycooky   25 décembre 2015
Celle de l'autre rive de Mitsuyo Kakuta
Cette façon qu'elle avait de s'appliquer comme si elle repassait soigneusement les plis d'un vêtement lui semblait constituer une carapace pour se protéger et repousser les gens.p.259
Commenter  J’apprécie          130
Mimeko   21 mars 2019
La cigale du huitième jour de Mitsuyo Kakuta
Il y avait des vêtements de créateurs à toutes les pages, et j'ai trouvé cela étrange. Deux ans auparavant, je lisais ce genre de magazine avec attention, notant les prix, réfléchissant aux façons de coordonner mes vêtements et j'attendais mon salaire avec impatience. J'étais quelqu'un d'autre.

Maintenant tout cet étalage de mode me faisait le même effet que les chansons de Cindy Lauper diffusées à fond dans le salon de coiffure, ce n'était rien d'autre qu'une pollution.
Commenter  J’apprécie          102
Nuageuse   27 août 2020
La maison dans l'arbre de Mitsuyo Kakuta
C’était le printemps. Les fleurs d’abricotier, d’acacia et de jasmin d’hiver avaient commencé à éclore toutes en même temps. Elle ressentit une gêne au ventre, de légers coups, pensa d’abord à des gargouillements dus à la faim mais réalisa que le bébé bougeait. Elle suivit la rue où les fleurs roses et jaunes fleurissaient à profusion en se caressant le ventre. Comme elle avait caressé le dos de Taizo un moment plus tôt.
Commenter  J’apprécie          102
Mimeko   31 mars 2019
La cigale du huitième jour de Mitsuyo Kakuta
Pour échapper à l'atmosphère lourde de cette maison pleine de tabous, semblable à un champ de mines, aux souvenirs amers, au silence de mon père et à l'instabilité de ma mère, la seule solution était que je m'extraie de moi-même de cet endroit.
Commenter  J’apprécie          100
Tetrizoustan   16 mai 2021
Lune de papier de Mitsuyo Kakuta
- C'est un modèle habillé, mais la simplicité de son style fait qu'il peut aussi convenir pour un dîner, lui dit une autre vendeuse.

- Oui... lâcha Aki en priant intérieurement qu'elle la laisse tranquille.

- Pas trop voyant, mais pas non plus décontracté. Ce n'est pas si fréquent. Une robe idéale pour les fêtes de fin et de début d'année, si nombreuses en cette saison. Et un châle suffit à la transformer, ajouta-t-elle en lui en tendant un dans les tons dorés pour illustrer son propos. Vous voulez l'essayer ?

- Non, je vous remercie, s'empressa de répondre Aki, certaine que si elle essayait cette robe, elle l'achèterait.

La vendeuse sourit et la remit à sa place. Aki eut l'impression que ce sourire montrait que l'employée ne la croyait pas assez riche pour acheter dans cette boutique. Elle tendit immédiatement la main vers une autre robe et se dirigea vers un miroir. Décolletée, avec des manches amples, elle était plus habillée que l'autre. Aki hésita.

- Celle-ci est plus éclatante. Ce qui ne veut pas dire voyante. Elle est près du corps et son décolleté permet de mettre en valeur un collier ou un foulard. Mais elle peut aussi se porter tous les jours, reprit la même vendeuse qui avait apporté les deux articles dont elle avait parlé.

Aki se sentit acculée.

- Eh bien, je vais la prendre. Ainsi que le collier.

Elle n'avait pas prévu d'aller à une soirée, mais avoir dans sa garde-robe une tenue de ce genre n'était sans doute pas inutile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
missmolko1   27 mars 2016
La maison dans l'arbre de Mitsuyo Kakuta
Ce jour-là s’étaient produits deux événements. l’un, même si ce n’était que pour un temps, avait ébranlé la société, l’autre s’était déroulé en silence dans la maison. Et chez les Fujishiro, yoshitsugu était le seul à avoir assisté aux deux faits en temps réel. Évidemment, bien d’autres incidents étaient sans doute arrivés dans le monde. Des fusillades et des accidents d’avion, des avalanches et des tornades, des carambolages et des incendies. Mais ce jour-là, Yoshitsugu avait été le témoin de ces deux événements.

C’était le jour de fermeture hebdomadaire de leur restaurant chinois jade.

Et comme tous les jours de fermeture, Shinnosuke, son père, était sorti depuis le matin. Sans doute était-il au pachinko près de la sortie est de la gare ou chez son ami du quartier d’Akebono. Fumie, sa mère, était partie faire des courses pour le déjeuner vers dix heures et, à midi passé, n’était pas encore rentrée. là aussi, comme d’habitude, elle avait sans doute rencontré quelqu’un en route et se trouvait dans un café ou chez cette

personne, en pleine conversation. Quant à Taijiro, frère cadet de son père, qui habitait avec eux depuis que Yoshitsugu était enfant, comme toujours, jour de fermeture ou pas, il avait pris le journal qu’il lisait au café le Cheval blanc. Sa grand-mère, Yae, s’était apparemment absentée, il ne l’avait pas vue.

Si Yoshitsugu se trouvait à la maison, c’est qu’il était resté captivé par la télévision. Comme son oncle Taijiro, jour de fermeture ou pas, il ne se levait pas avant neuf heures, allumait le poste de quatorze pouces dans sa chambre et, après avoir replié ses futons, s’asseyait dessus et fumait une cigarette en regardant distraitement la télévision ; il avait pris cette habitude depuis qu’il avait arrêté de travailler trois ans plus tôt. Ce jour-là, il écoutait le son de la télévision tout en pliant ses futons mais, intrigué par la voix surexcitée du reporter, il avait porté le regard sur l’écran et n’avait pu en détacher les yeux. Un individu avait détourné l’autocar faisant le trajet de Shinjuku à Iida. Le détournement avait vraisemblablement eu lieu plusieurs heures auparavant et les hélicoptères des médias et les camionnettes des chaînes de télévision étaient sur place. Quelques minutes après avoir passé l’aire d’autoroute de Futaba, l’un des passagers s’était soudain levé, un couteau à la main, et avait sommé le chauffeur de rouler sans s’arrêter. le reporter répétait la même chose en criant, le chauffeur avait prévenu par radio le centre de contrôle, c’est ainsi que l’on avait appris l’affaire, mais les exigences du pirate n’étaient pas encore claires. Peut-être parce que les congés d’Obon étaient terminés ou que les autres véhicules s’étaient réfugiés ailleurs, le car roulait seul sur l’autoroute, les quelques voitures se tenant à distance étant sans doute des véhicules de police. Tout en se disant qu’un imbécile faisait encore des siennes quelque part, Yoshitsugu fixait la télévision. Et plutôt qu’intéressé par ce détournement de car, il se sentait légèrement excité par le fait qu’un événement se déroulât “actuellement” sous ses yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PostTenebrasLire   08 décembre 2017
La maison dans l'arbre de Mitsuyo Kakuta
Fuir n’est pas une faute. Si l’on comprend que l’on a fui, ce n’est pas si grave. Le salut n’est pas que dans le combat.
Commenter  J’apprécie          80
Mimeko   28 mars 2019
La cigale du huitième jour de Mitsuyo Kakuta
A partir d’aujourd’hui, je vais tout te donner. Tout ce que te t'ai volé, je vais te le rendre. La mer et la montagne, les fleurs au printemps et la neige en hiver. Les éléphants gigantesques et le chien qui attend son maître indéfiniment. Les contes qui finissent mal et la musique si belle qui nous arrache des soupirs.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

harry potter (pour les nuls)

Quel est le nom de famille de l'oncle et de la tante de Harry ?

Weasley
Granger
Dursley
Potter

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : magie , aventure fantastique , sorciersCréer un quiz sur cet auteur

.. ..