AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.12/5 (sur 306 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Normal, Illinois
Biographie :

Monica Hesse est journaliste au Washington Post.

En 2015, elle publie "Une fille au manteau bleu" (Girl in the Blue Coat).

Elle vit à Washington avec son mari.

son site : http://www.monicahesse.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/monica.hesse.7

Ajouter des informations
Bibliographie de Monica Hesse   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
Je reprends ma bicyclette et m'engage dans le dédale des rues étroites ; le temps est gris et couvert, comme tous les hivers à Amsterdam. Notre ville a été bâtie sur des canaux. La Hollande est un pays plat, situé bien en dessous du niveau de la mer, et les paysans qui l'ont débourbé, il y a des siècles, ont élaboré un système complexe de voies d'eau, simplement pour que les habitants ne se retrouvent pas engloutis par la mer du Nord. Un de mes anciens professeurs d'histoire illustrait toujours cet épisode de notre passé par un célèbre dicton : "Dieu a créé le monde et les Néerlandais ont créé les Pays-Bas."
Il le citait comme un motif de fierté, mais pour moi, il représentait aussi une mise en garde : "Ne comptons sur rien pour nous sauver. Nous sommes tout seuls ici."
Commenter  J’apprécie          260
- Il me l'a dit, qu'il ne voulait pas y aller, et je lui ai répondu qu'il le fallait. Je lui ai dit aussi que c'était son devoir.
Et il m'a donné une lettre au cas où il mourrait, mais je ne l'ai pas lue. Je l'ai rapportée à la maison et je l'ai jetée, car j'étais absolument sûre qu'il allait revenir, et je me suis complètement trompée, car il n'est pas revenu.
Tu comprends, Ollie? C'est moi qui l'ai poussé à partir.
Commenter  J’apprécie          251
«  Nous n’avons pas d’adresses à échanger. Nous n’avons rien du tout. Nous ne pesons plus rien, nous avons survécu de rien pendant des années .

Nos esprits ne sont plus rien .Et ça , c’est le pire des riens, la raison pour laquelle ils nous ont gardées enfermées.
Parce que nos cerveaux sont cotonneux , embrouillés » ...
Commenter  J’apprécie          170
«  Je suis encore sous le choc.
Peut - être n’ont - ils pas tous hébergé la Gestapo , mais certains ont pu nous dénoncer, révéler nos cachettes contre de l’argent ou des avantages .
Ou planter des svastikas dans leurs pots de fleurs . Certains ont pu être étonnés de notre retour parce qu’ils espéraient ne plus JAMAIS NOUS REVOIR » ...
Commenter  J’apprécie          160
Il s’avère qu'il existe bien des manières de tuer : les Allemands ont tués Bas à coups de canon, Elsbeth et moi avons tué notre amitié à coups de mots.
Commenter  J’apprécie          160
«  J’ai l’impression d’avoir une centaine d’années de plus qu’elles toutes. Ces quatre - là n’ont rien à voir avec nous, les Néantes.
Rien à voir avec cette façon si lasse, apathique, désabusée, que nous avions , de nous mouvoir, de nous asseoir et de parler..
C’est pour cela que nous étions encore hospitalisées , trois mois après la fin de la guerre.
Parce que nous avions du mal à garder le fil du temps...que nous riions et pleurions à des moments inopportuns ... » ...
Commenter  J’apprécie          130
«  Le découragement me saisit. Alors même que je me félicitais d’avoir réussi à atteindre ce camp, alors même que j’osais croire que j’étais en progrès , pourquoi mon cerveau est- il dans cet état lamentable ?
Pourquoi me trahit- il ? » .
Commenter  J’apprécie          120
L'absence de souffrance n'est pas la même chose que la présence de bonheur.
Commenter  J’apprécie          120
- Je ne sais pas comment répondre à ta question. Parce qu’en réalité je ne me souviens pas de la dernière fois que j’ai vu Abek. J’ai essayé pourtant. J’ai vraiment essayé. C’est comme si mon cerveau me l’interdisait. Je me souviens d’au revoir, mais je ne suis pas certaine que ce soient les bons. En rêve, je revois toutes sortes d’au revoir. Je n’arrête pas d’en inventer de nouveaux. Il y a un blocage, un grand mur derrière lequel ce souvenir doit se trouver.
- Qu’est-ce qui te fait croire qu’il existe un blocage ? Dans ta mémoire, qu’est-ce qui te fait croire que ça existe ?
Je déglutis. Mes mains se remettent à trembler.
- Lorsque nous sommes arrivés au camp, les cheminées étaient droit devant nous. La mort était là, devant nous. Tu comprends ? J’ai vu un soldat arracher un bébé des bras de sa mère et l’écraser contre un camion parce qu’il n’arrêtait pas de pleurer. Il est devenu tout mou et chiffonné tel un petit bout de dentelle. Je crois que je ne peux pas me rappeler avoir dit au revoir à Abek parce que je ne supporte pas de me rappeler ce jour. Je ne supporte pas de me rappeler la moindre seconde de ce jour.
Commenter  J’apprécie          90
Voici le problème avec mon chagrin : il ressemble à une pièce très en désordre dans une maison où il n'y a plus d'électricité.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Monica Hesse (408)Voir plus

Quiz Voir plus

Un polar, une capitale d'Europe

"Les nouveaux mystères de Paris" de Léo Malet, série avec Nestor Burma, l'enquêteur.

Allemagne
Autriche
Espagne
France
Royaume Uni
Suède

19 questions
500 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , europe , capitale , humourCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..