AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.9 /5 (sur 2665 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Puteaux , le 04/09/1968
Biographie :

Jo Witek est une écrivaine française.

Elle a fait des études d'art dramatique à Paris. Au départ comédienne, conteuse et animatrice d’ateliers théâtre pour enfants, elle se dirige assez vite vers l’écriture. D'abord pour le cinéma, en tant que scénariste, lectrice et conseillère aux acquisitions de droits vidéo.
Elle a également été journaliste et rédactrice.

C'est en 2009 qu'elle commence à écrire des romans, des documentaires et des albums pour la jeunesse.

Certains la connaissent pour ses albums traduits aux USA et dans une dizaine de langues: "Dans mon petit cœur" (2013), "Le ventre de ma maman" (2011) (La Martinière jeunesse), d’autres pour ses thrillers décapants publiés chez Actes Sud Junior: "Peur Express" (2012), "Un hiver en enfer" (2014) ou pour ses héros à la langue libre et bien pendue: "Journal sentimental d'un garçon (presque) parfait" (2014).

Elle reçoit de nombreux prix dont le Prix Crédit Agricole de la Fête du livre de Brive La Gaillarde 2012 (catégorie 12-14) pour "Récit intégral (ou presque) d’une coupe de cheveux ratée" (2009), le Prix de la Ligue de l'Enseignement 2013 du Morbihan, le Prix Ado en Colère (Nord-Pas-de-Calais, Arras) 2014 et le Prix littéraire des collèges du Territoire de Belfort 2013 pour "Mauvaise connexion" (2012), le Prix Ados de la ville de Rennes 2015 pour "Rêves en noir" (2013), le Prix Sésame 2016 pour "Trop tôt" (2015), le Prix des Lecteurs du Mans et de la Sarthe 2019 pour "Une fille de..." (2017).

Avec à son actif une trentaine d'ouvrages pour enfants, elle est membre de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse.

Elle a quitté Paris en 2002 et réside près de Béziers, dans l'Hérault.

+ Voir plus
Source : http://www.autour-des-auteurs.net
Ajouter des informations

Entretien avec Jo Witek à propos de son ouvrage Mentine, Tome 1 : Privée de réseau !



Mentine, votre héroïne est précoce et souffre d’hypersensibilité. Pourquoi avoir choisi de mettre en scène une narratrice au caractère si particulier ?


Avec Mentine, c’est d’abord l’envie de parler de curiosité intellectuelle, de la joie d’apprendre, du plaisir de lire. Pour passer de nombreuses heures en collèges et lycées, en observant et discutant avec les jeunes, je sais combien l’intelligence n’a pas bonne presse. Pour certains, aller au CDI relève de courage et dire qu’on adore le latin… là c’est héroïque. Cela m’inquiète. En tant que femme, citoyenne, auteure, mère aussi. Il est temps de redonner une place privilégiée aux intellos ! Jamais on ne remettrait en cause le succès d’un sportif de haut niveau, alors pourquoi dévaloriser les grosses têtes, les bosseurs ? Mentine est née de ce constat. J’aime utiliser l’humour et la légèreté pour parler de sujets très sérieux. Quant à son hyper sensibilité, c’est presque autobiographique et c’est je le crois ce qui m’a fait écrire.



Comme tous les adolescents de son âge, Mentine est hyper connectée, à son téléphone autant qu’à son ordinateur. Votre récit semble trahir un regard négatif de votre part sur ce phénomène. Est-ce le cas ? Le livre est-il le résultat d’une envie de dénoncer les effets des réseaux sur les enfants ?


Mon héroïne est hyper connectée, car nous le sommes tous aujourd’hui. Et les adultes sont parfois plus accrochés à leur portable que les jeunes ! Je ne dénonce pas les réseaux sociaux, je m’interroge simplement sur la place que nous laissons à la rêverie, au doute, à la réflexion, à l’imagination qui ne peuvent se réaliser que dans la solitude. Savoir décrocher, cela s’apprend. Privée de réseau, est plus une invitation à la prise de conscience du temps que nous passons sur nos machines, qu’un jugement. Les outils existent, à nous de savoir garder le contrôle sur elles et de transmettre cette nécessité aux jeunes.



Punie, l’héroïne est envoyée passer l’été dans le Larzac chez un ami de sa grand-mère, sans téléphone ni connexion internet. Votre regard sur les parents semble sévère dans le roman et ils apparaissent comme la cible de votre critique tout autant que les enfants. Est-ce volontaire ? Quels sont les maux dont souffrent les parents d’aujourd’hui selon vous ?


Oui, Mentine est punie. C’est même la base de la série. Comment punir ? Le faut-il ? Qu’est-ce qu’une punition juste ? Et cette question dans le roman est posée des deux points de vue : parents et ados. C’est à la suite d’un débat avec des collégiens que j’ai eu cette envie de traiter ce sujet. Un jeune dénonçait le comportement laxiste de ses parents. Le monde à l’envers ! Je lui avais alors demandé : — tu voudrais que tes parents te punissent davantage ? Et le jeune m’avait répondu : — oui, quand je dépasse les bornes. Et quand ils me punissent, il faudrait qu’ils aillent au bout de leur punition, sinon, c’est nul. Privé d’ordi pour un mois, et je récupère mon ordi trois jours plus tard ! Ça ne sert à rien !
J’ai aimé son point de vue. En tant que mère, c’est compliqué d’être juste et surtout de tenir la privation, la punition. On a tendance à lâcher un peu vite. Ça embête tout le monde une punition, ça bouleverse nos rythmes de vie hyper organisée. Les parents de Mentine cherchent des solutions, leurs punitions sont parfois excessives, ils sont maladroits, ils expérimentent, bref, ils sont comme tous les parents... en perpétuel apprentissage !



Une fois installée dans le Larzac et passé quelques crises, l’adolescente finit par redécouvrir certains plaisirs de la vie qu’elle avait oublié. Selon-vous, les séjours au vert seraient bénéfiques à la jeune génération ?


Mentine atterrit en pleine nature. Cela m’amusait de plonger une petite urbaine hyper connectée face à un vieux berger bourru. N’y voyez aucun message curatif ! Plonger l’action dans le Larzac est un prétexte à une rencontre, pas une solution éducative, et c’est aussi un petit clin d’œil que je fais à l’ancienne Parisienne (un peu prétentieuse) que j’étais et qui vit désormais en région, et qui y vit très bien !



Par ailleurs, enfant précoce, Mentine n’assume pas son intelligence et joue à la mauvaise élève. A plusieurs reprises vous évoquez au cours du récit la gêne que peuvent ressentir les bons élèves à vouloir s’instruire. Pensez-vous que notre société prône l’amusement et la superficialité au détriment de la connaissance et de la réussite ?


Oui, il suffit d’allumer la télévision pour s’en rendre compte. Même la radio. Il faut rire, toujours et encore, de tout, sur tout avec n’importe qui ou au contraire s’effondrer collectivement. Le drame ou le rire et toujours la facilité. Nous sommes toujours dans l’affect, si peu dans la réflexion, la distance, l’élégance des rapports humains. On ne reçoit pas un prix Nobel de littérature ou de sciences comme un participant de télé-réalité. J’aimerai que le savoir soit valorisé au même titre que l’engagement, la pugnacité, ou la vraie fantaisie. Tout me semble tiède et tiré vers le bas, alors que des gamins sont hyper brillants, curieux, on les freine ! J’aimerais voir autant de salles de répétitions de théâtre, de musique, de lieux dédiés aux ateliers d’arts ou de sciences dans les villages que de stades de foots ou de terrain de pétanque ! Même si j’aime la pétanque !



Petite parisienne gâtée, votre héroïne découvre assez rapidement, au contact du monde paysan, que son système de valeurs est loin d’être universel. Finalement, nous serions tous “le plouc de quelqu’un” dans les yeux de Mentine. Pensez-vous effectivement que le mélange des genres est un remède aux préjugés et une aide pour mieux grandir ?


Oui, on est tous le « plouc », « le ringard », le non-initié de quelqu’un. Et pour répondre à votre question, oui, évidemment qu’il faut se mélanger. Hommes, femmes, enfants, ados, personnes âgées, personnes souffrant d’un handicap, malades, religieux, agnostiques, pauvres, riches… J’arrête là. Mais où ? Quand ? Comment ? Il ne faut pas attendre des décisions politiques, des créations de nouveaux lieux de vie, il faut juste refuser de se faire enfermer dans des boîtes (commerciales souvent, nous sommes des cibles). J’adore les rencontres en bibliothèque par exemple avec les adultes et les adolescents, voire les grands-parents. C’est rare, mais que c’est bon et pour tout le monde en général ! J’aime quand les adultes s’invitent en littérature jeunesse et qu’ils y prennent du plaisir. J’aime quand toute la famille a lu mon roman ! Et c’est d’ailleurs souvent le cas avec Mentine.



Pourquoi avez-vous choisi d’écrire pour la jeunesse et pas pour les adultes ? Dans quel état d’esprit êtes-vous lorsque vous choisissez vos mots, adressés à un public dont vous ne faites pas partie ?


Si, je fais partie de la jeunesse, même du haut de mes 47 ans ! Mes héros ont entre 10 et 17 ans, ce n’est pas une obligation, c’est ce qui m’anime, cette jeunesse en nous adulte, cet état excessif, à fleur de peau, cette envie de tout changer, ou de tout bousiller, cette incroyable envie de vivre en frissonnant. Je suis une adolescente de cœur, c’est pourquoi je suis publiée en jeunesse. Ce n’est pas un effort, ni une volonté, c’est mon souffle.



Pour finir, allons-nous bientôt retrouver Mentine dans de nouvelles aventures ?


Oui. Mentine, Tome 2 : Cette fois c`est l`internat ! et Mentine 3 se prépare pour mars. Accrochez-vous, car cette fois, elle ne dépassera pas les limites des parents, elle les fera éclater en morceaux ! J’en profite pour préciser que je suis ravie des couvertures et dessins de chapitres de Margaux Mottin. Elle a tout de suite très bien
adulte, cet état excessif, à fleur de peau, cette envie de tout changer, ou de tout bousiller, cette incroyable envie de vivre en frissonnant. Je suis une adolescente de cœur, c’est pourquoi je suis publiée en jeunesse. Ce n’est pas un effort, ni une volonté, c’est mon souffle.



Entretien réalisé par Marie-Delphine

Découvrez Mentine, tome 1 : Privée de réseau de Jo Witek aux éditions Flammarion :


étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La collection Areuh a été imaginée et créée par l'autrice Jo Witek, suite à sa rencontre en crèches avec des bébés et des professionnels de la petite enfance. Des histoires qui jouent avec la musique des mots et stimulent l'acuité auditive des petits. La collection AREUH s'ouvre avec les saisons. Printemps, été, automne et hiver qui se racontent, s'écoutent, se ressentent, les yeux dans les yeux. Prolongez ce moment de lecture en musique avec une véritable bande-originale du livre (par Flavia Perez, compositrice) et laissez-vous emporter par la voix de Jo Witek et les illustrations exceptionnelles d'Emmanuelle Halgand. Des albums pour que bébé écoute la musique des mots et des notes et commence, mine de rien, à apprendre le langage au travers des émotions et le visage de celui ou celle qui prend soin de lui. En savoir plus : https://www.flammarion-jeunesse.fr/Catalogue/petite-enfance/areuh

+ Lire la suite

Citations et extraits (577) Voir plus Ajouter une citation
milamirage   12 mai 2013
Mauv@ise connexion de Jo Witek
Je m'appelle Julie Nottini. J'ai dix-huit ans. Mon cas n'est pas unique.

Nous sommes des milliers de filles chaque année à nous sentir sales, honteuses, souillées. La plupart d'entre nous n'évoquent jamais ce qui leur est arrivé et préfèrent se taire. Elles font comme si ce n'était pas grave. Elles baissent la tête et poursuivent leur chemin.

C'est ce que j'ai fait, au début. J'avais honte. Difficile de raconter une humiliation sans se salir, salir sa famille, son avenir. Difficile de décrire ce qu'on voudrait fuir à jamais.

Trouver les mots justes, se replonger dans un passé qui blesse... Pas facile de raconter ce genre d'histoire. On craint toujours que les gens ne nous croient pas, nous accusent de mensonges, nous jugent.

On se sent si coupable d'avoir été abusée. Le vrai coupable le sait bien, lui. Il en use souvent pour dissimuler son crime et poursuivre ses méfaits en toute impunité.

Contrairement à ce que je pensais, la violence entre garçon et fille ne fait pas toujours de bruit. Parfois, elle s'immisce en douceur dans les chambres adolescentes. Elle peut même prendre le visage de l'amour. Tu te sens en confiance, aimée, adorée, alors tu ouvres grand ta porte... et la caresse se transforme en coup.

Si je raconte mon histoire, c'est pour briser d'autres silences que le mien.

J'écris aussi pour me reconnecter à ma vie.

Je m'appelle Julie Nottini, j'ai dix-huit ans, je suis une fille parmi tant d'autres.

Tout cela s'est passé il y a quatre ans.

[prologue]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
murielan   26 juillet 2013
Un jour j'irai chercher mon prince en skate de Jo Witek
Je n'en revenais pas. J'avais une marraine, comme dans les contes de fées. Une marraine super punk qui n'avait pas sa langue dans sa poche. Elle me plaisait.
Commenter  J’apprécie          310
AudreyT   21 août 2017
Y'a pas de héros dans ma famille ! de Jo Witek
Je sais que les vrais héros sont ceux que les gens aiment, mais aussi ceux qui savent aimer. Ceux qui rendent les gens plus forts, au lieu de se croire les plus forts.
Commenter  J’apprécie          280
Annette55   23 février 2018
Une fille de... de Jo Witek
"Moi, je ne suis pas une enfant de l'amour, je suis une fille de passe, ça calme et ça tue d'entrée de jeu les rêves romantiques en rose et bleu.

Une fille de passe, c'est presque joli à entendre.

Les mots meurent parfois, ils déguisent si bien la puanteur du monde......."
Commenter  J’apprécie          250
Ziliz   17 novembre 2015
Un hiver en enfer de Jo Witek
Il enviait les adolescents de son âge. Ceux que leur mère gonfle. Ceux qui n'en peuvent plus de l'ingérence de leur petite maman dans leur vie. Ceux qui se font une joie de traîner les pieds pour rendre leur mère folle de rage. Lui, il pouvait faire ce qu'il voulait, cela n'avait aucun impact. Qu'il soit heureux, malheureux, insupportable, malade ou en pleine santé, cela ne changeait rien. Toujours ce même regard triste qui barrait tout espoir de rentrer en contact avec elle. Alors, il jouait du piano [avec elle] pour profiter de cette petite goutte de complicité.

(p. 22-23)
Commenter  J’apprécie          230
Ziliz   20 septembre 2015
Mentine, Tome 1 : Privée de réseau ! de Jo Witek
J'ai senti l'enfer pointer. Je ne connaissais ni le Larzac ni Raoul, mais rien qu'à leur sonorité, ces deux mots avaient la tronche du désespoir. (p. 23)
Commenter  J’apprécie          240
Ziliz   18 novembre 2015
Un hiver en enfer de Jo Witek
Depuis la mort de son père, blesser les autres était à peu près la seule sensation vivante qu'il ressentait. Pas tout à fait du plaisir, mais quelque chose en lui qui se remettait à vibrer dans ces moments-là.

(p. 71)
Commenter  J’apprécie          230
Jumax   19 novembre 2014
Ma boîte à petits bonheurs de Jo Witek
Le soir, j'ouvre ma boîte et tous les sourires de la journée illuminent le plafond de ma chambre. Oh! Comme ça brille !
Commenter  J’apprécie          220
manU17   03 mars 2016
Trop tôt de Jo Witek
Je me suis sentie moche. Vieille, aussi. Lourde, avec ce ventre encore plat, mais qui prenait toute la place. Qui m’étouffait. Qui m’éloignait de mes parents.
Commenter  J’apprécie          200
Jumax   18 mai 2013
Dans mon petit coeur de Jo Witek
Aujourd'hui, j'ouvre grand les portes de mon coeur pour explorer, ce qui se cache à l'intérieur.

Quel bazar !

On y trouve des éclats de joie, des larmes de crocodile, des zestes de frissons et même quelques airs de chansons.

Mon cœur est un trésor qui change de couleur suivant mon humeur.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Récit Intégral

Quel est le prénom du personnage principale?

Martin
Léa
Marie
Xavier

15 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Récit intégral (ou presque) d'une coupe de cheveux ratée de Jo WitekCréer un quiz sur cet auteur

.. ..