AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : Autriche
Né(e) : 1884
Mort(e) : 1939
Biographie :

Otto Rank (1884 - 1939) fut un psychologue et psychanalyste d'origine autrichienne. Il est un des premiers à avoir pratiqué ce que Freud appellerait l'analyse profane.

Otto Rank naît à Vienne, le 22 avril 1884, sous le nom de Otto Rosenfeld. Il change de nom à l'âge de 19 ans, de par sa relation conflictuelle avec son père.

Au moment de la création du comité secret, il en fait partie : c'est l'un des premiers psychanalystes. Il devient secrétaire de Freud, qui l'admire beaucoup, Rank étant brillant, particulièrement déterminé malgré sa naissance dans un milieu précaire.

En 1924, il publie Le traumatisme de la naissance, s'intéressant à ce qui se trouve avant le complexe d'Œdipe, et proposant une vision différente de celle de Sigmund Freud, ce qui amènera ce dernier à prendre de la distance envers lui.

En 1926, Rank s'installe à Paris. Il analyse Henry Miller et Anaïs Nin, dont il fut également l'amant. Il voyagea également en Amérique, où il rencontra un certain succès.

Il meurt en 1939, à New York.

Otto Rank étendit la psychanalyse à l'étude des mythes et légendes et de l'art.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
colimasson   03 décembre 2015
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
Le mépris que l’homme affecte pour la femme est un sentiment ayant sa source dans la conscience ; mais dans son inconscient l’homme craint la femme.
Commenter  J’apprécie          200
colimasson   22 mai 2017
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
Freud formule alors le concept de traumatisme « comme l’état où les efforts du principe de plaisir échouent », le danger n’étant plus la blessure mais la modification qu’elle est capable de provoquer dans la vie psychique.



[Postface de Claude Girard]
Commenter  J’apprécie          140
colimasson   24 janvier 2018
Le mythe de la naissance du héros de Otto Rank
Chaque génération successive de conteurs laisse des traces de son niveau culturel et de son stade de refoulement sur le corps du mythe.



[préface]
Commenter  J’apprécie          120
colimasson   12 mai 2017
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
Ferenczi compare la technique de Rank avec celle de « l’analyse sauvage qui néglige la superstructure historique de la personnalité du patient et aborde directement les traumatismes infantiles ». Cette technique orientée vers une expérience émotionnelle est à l’opposé de la maïeutique socratique dont se réclamait Freud.



L’évolution de ses conceptions amena Rank à délaisser la psychanalyse pour s’attacher aux problèmes d’éducation et de développement de l’enfant et à l’enseignement de travailleurs sociaux et de psychiatres.



[postface de Claude Girard]
Commenter  J’apprécie          100
colimasson   27 novembre 2015
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
La phase mélancolique, dont le terme dépression exprime d’une façon frappante la nature la plus profonde, est caractérisée par des symptômes somatiques qui rappellent tous la situation intra-utérine, tandis que le sentiment de tristesse correspond au post natum omne animal triste est. La phase maniaque qui succède à la phase mélancolique se distingue, au contraire, au point de vue somatique, par la vivacité et la mobilité post-natales, tandis que le sentiment du bonheur et de béatitude correspond à la satisfaction prénatale de la libido.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   11 avril 2017
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
Le médicament dont se sert la psychanalyse n’est autre que l’homme qui, tel l’homme-médecine avec ses pratiques magiques, exerce son action en faisant appel directement à l’inconscient du malade.
Commenter  J’apprécie          90
colimasson   07 décembre 2015
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
L’attitude des lèvres que [l’enfant] adopte en prenant le sein constitue l’attitude la plus favorable à la formation de la syllabe universellement humaine ma. Ici nous pouvons saisir in statu nascendi la formation du son à partir du symbole […].
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   09 décembre 2015
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
La mort, interprétée à la lumière de la tendance au retour, se révèle comme une réaction passionnément désirée au traumatisme de la naissance.
Commenter  J’apprécie          80
colimasson   25 novembre 2015
Le Traumatisme de la naissance de Otto Rank
Certaines analyses laissent l’impression très nette que le « choix » ultérieur de la forme de la névrose est déterminé d’une façon tout à fait décisive par l’acte de la naissance, par les points qui ont subi d’une façon toute particulière les atteintes du traumatisme et par la réaction de l’individu à ces atteintes.
Commenter  J’apprécie          70
enkidu_   17 mai 2015
La Volonté du bonheur de Otto Rank
La conscience nous apparaît comme un problème temporel en ce sens que le temps représente la forme de la conscience et que c'est ce facteur temps qui rend agréables ou désagréables ses divers contenus. La volonté, force active constante, cherche à prolonger par la conscience son affirmation éprouvée comme agréable, à la rendre durable, autrement dit à transformer le sentiment de bonheur en délivrance. Si cette prolongation réussit, elle devient pénible parce qu'imposée et l'individu cherche à se débarrasser des esprits qu'il avait évoqués. Ainsi le sentiment d'amour devrait rendre constant le plaisir sexuel qui supprime le conflit de la volonté par la jouissance de sa réalisation ; mais cette dépendance affective, l'individu l'éprouve comme une contrainte et cherche à s'en délivrer par un effort conscient de volonté ; le voilà donc ramené au sentiment de culpabilité auquel il cherchera à échapper par l'inconscient. C'est ici que se placent toutes les idées de rédemption dans l'éternité, depuis le nirvana bouddhique jusqu'à la croyance chrétienne à l'immortalité ; efforts qui ne visent, en somme, qu’à délivrer l'être de la torturante conscience de soi et ont aussi peu de rapport avec la véritable mort biologique que « l'instinct de mort » de Freud. Car la pénible réalité, dont l'individu veut se débarrasser, c'est la conscience personnelle sous forme de lancinante conscience de soi. La délivrance, on la cherche dans la domination de la forme temporelle de la conscience dans des symboles de durée et d'éternité ; parmi ceux-ci la procréation et la mort ont toujours eu la préférence parce qu'elles sont des phases du cycle biologique.



L'homme s'est senti immortel, tant qu'il n'a rien su du temps, tant qu'il n'en a pas eu conscience. Tel est le sens du péché originel, symbole qui fait de la fatalité accablant l'homme une conséquence du péché de connaissance, tandis que le mythe grec, en une formule psychologique, rattache à l’apparition de la conscience du temps la transition qui s'est faite du dieu immortel à l'homme mortel. Ouranos, l'éternel dieu céleste, est châtré par Kronos, symbole du temps et de la durée qui, depuis lors, domine le monde et l'homme. Si Freud avait désigné le complexe qui est au fond de ce mythe d'après le héros et non d'après le contenu, il aurait compris que le « complexe de Kronos » est peut-être, pour l'humanité actuelle, le plus important et le plus puissant. C'est avec lui que le problème du temps devient un problème psychologique et fait irruption dans la conscience humaine en développement ; c'est par lui que l'éternel principe biologique de la procréation, dont le mythe de l’union amoureuse du ciel avec la terre est la représentation cosmique, est brisé par la conscience humaine devenue consciente du temps. A partir de ce moment, les idées humaines de rédemption prennent le caractère d’éternité, qui atteint sa forme extrême dans la vie bienheureuse du royaume céleste des chrétiens. La connaissance psychologique du problème du temps, comme forme de la conscience humaine, conduit donc à la fois de l'éphémère satisfaction instinctive que donne le bonheur à la paix éternelle de la béatitude, au salut. (chapitre VI)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..