AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.26/5 (sur 343 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sainte-Foy-lès-Lyon , le 09/07/1944
Biographie :

Patrice Dard est un écrivain français.

Fils de l'écrivain Frédéric Dard (1921-2000) et d'Odette Damaisain (la première femme de Frédéric), il grandit tout d'abord en banlieue lyonnaise avant de suivre la famille aux Mureaux, en banlieue parisienne.

Écrivain sous les pseudonymes d'Alix Karol ou Patrice Damaisin, Patrice est également co-auteur, avec Gilles Morris-Dumoulin, de la série policière "Vic St Val" ou scénariste des bandes dessinées de San-Antonio.

Après un passage dans la restauration, la passion de l'écriture le reprend. Ce seront d'abord des dizaines de livres de cuisine, des centaines d'heures de scénarios pour la télé (téléfilms et dessins animés).

Depuis le décès de son père, il prolonge l'immortalité du commissaire San-Antonio en écrivant ses propres aventures.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Patrice Dard   (102)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le Cercle du Hérisson - Interview de Patrice Dard


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
En vérité, je me retranche derrière les remparts de cette société que je vilipende à la première occasion mais que je sers néanmoins avec zèle depuis si longtemps. Tu as déjà vu un haltérophile pétrifié devant un chihuahua ? Un Touareg venant de renverser sa gourde ? Un boxeur assis dans la résine ? Un charcutier la main coincée dans son hachoir ? Un zigue craquant une louise dans un ascenseur bondé ? Un comédien découvrant la salle vide ? Un palucheur baffé dans le métro ? Un cuistot apercevant une limace dans l'assiette de M. Michelin ? Un mari appelant Gisèle sa femme Madeleine ? Et bien, c'est à eux tous que je ressemble en cet instant, en proie à une totale désemparance.
Tiens, voilà un mot, "désemparance", qu'il faudra intégrer dans le dico le jour où on s'attellera vraiment à la sauvegarde du français, cet idiome en voie de disparition.
Commenter  J’apprécie          100
D'un trait de Lumière, on a inventé le cinoche, nous autres les Franchecailles, mais on a cru que la caméra était le prolongement du stylo, l'écran celui de la page blanche et le film celui de la littérature. Alors on a peaufiné les histoires, sophistiqué les héros et percuté les dialogues. En oubliant que le cinéma c'était de l'image.
Leurs scénars sont bateaux, aux z'Hollywoodiens, leurs vedettes stéréos et leurs répliques mélos. Mais les prises de vues, mon pote, les éclairages et le rythme te font oublier la platitude du reste. Tu vas me dire que "Jurassic Park" sur un scénario de Bunuel, avec les personnages de Fellini et des dialogues d'Audiard, ce serait l'apothéose. C'est peut-être le challenge du vingt et unième siècle !
Commenter  J’apprécie          90
On croise trois bagnoles de matuches, deux de pompiers, suivies d'une ambulance et d'un camion-grue. Ils ne font pas les choses à moitié, les Ibères, en matière de secours. C'est le signe qu'ils sont entrés de plein fouet dans la civilisation moderne où la technologie est au service de l'émotionnel. Dans les fins fonds de l'Afrique, un être qui disparait, c'est un trou à creuser dans la terre sèche et une bouche de moins à nourrir. Le monde est comme les V.T.T. : à multiples vitesses.
Commenter  J’apprécie          70
- En fait, Lourdes, c'est un genre d'bureau des plaintes ?
- Oui, mais contrairement à ce qui se passe dans les services administratifs, ici quelques vœux sont parfois exaucés.
Commenter  J’apprécie          80
Le spiqueur d'une station de radio péripatéphérique annonce qu'il est minuit cinq ouais ouais, que ça chauffe extra terrible et qu'il va nous passer un tube vachement super ouais ouais mes petits bouchons...
S'ensuit une intro à faire sauter les boules Quiès et les Tampax, puis un remarquable eunuque attaque sur un timbre de chèvre asthmatique la dernière débilité de l'été.
Commenter  J’apprécie          70
Il y a quantité de trucs pas faciles à réaliser en ce bas monde, admets ! Grimper au sommet de l'Annapurna à cloche-pied , traverser la Manche sur une cuisinière à gaz, avaler sa soupe avec une fourchette à escargots, croire aux promesses d'un député, aux serments d'une femme, aux prédictions de Paco Rabanne, évaluer le Q.I. d'un footballeur, le comparer avec celui d'un supporteur, se gargariser au sulfate de cuivre, souffler dans un trombone, pisser dans un violon, se torcher avec un chardon, bouffer la cuisine d'un Anglais, le fion de la reine-mère, calculer la CSG, adhérer à la CGT, se débarrasser du DDT, marcher sur les eaux, courir sans les os, trainer son fardeau, farder un traîneau, se fader une trainée, espérer le meilleur, craindre le pire, visiter le Pirée, détester Shakespeare, vaincre sans péril, triompher sans gloire, relire du Malraux, insulter l'abbé Pierre, retourner sur la Lune, arrêter le déluge, supprimer les Pyrénées, ouïr le son du cor, pleurer le sort du con, être maire du palais, être père d'un Malais, revenir en 732, se mettre Martel en tête, partir en tête à queue, n'avoir ni queue ni tête, péter plus haut que son cul, aimer plus haut que son cœur, souffrir sans appeler sa mère et digérer la soupe à l'oignon.
Pourtant, le treizième des travaux d'Hercule en ce vingt et unième siècle tout frais pondu, l'exploit le plus improbable qu'on puisse attendre d'un homme, c'est de réussir à joindre son fils de vingt-cinq ans un samedi soir à trois heures du matin !
En tout cas, moi, je viens d'échouer comme un orque sur une plage des Bahamas.
Commenter  J’apprécie          50
Souvent les gens me posent la question à trois balles : "Où est ce que vous allez chercher tout ça ?" Tu m'entends leur répondre : " Mon bulbe secrète l'imagination comme votre foie la bile, vos reins la pisse et vos aisselles la sueur."
C'est pourtant la stricte réalité ! Par excès certains deviennent atrabilaires ou souffrent d'incontinence, d'autres affichent des auréoles sous leurs bras. Moi, j'épanche mon trop-plein sur du papier, comme le premier anus venu.
Commenter  J’apprécie          60
- quand on a peur de la mort et qu'on a peur de la vie, on n'a plus peur de rien.
Commenter  J’apprécie          60
Louis Pasteur travaillant à Lille, ville de brasseries, avait découvert comment les micro-organismes provoquaient le processus de fermentation de la bière. Il ne tarda guère à appliquer ses théories aux fermentations du vin et du lait. Il démontre l'influence de la chaleur sur la destruction plus ou moins complète des bactéries. L'un de ses collaborateurs, Ilya Mentchikov, traite spécialement les bactéries acides du lait. Leur destruction sous température élevée devient un processus industriel : la pasteurisation. Mais attention : pasteuriser ne signifie pas tout détruire !
Commenter  J’apprécie          30
C’est la première fois que j’enchaîne d’une enquête à l’autre sans avoir le temps de souffler !

Pourtant, à la fin de l’histoire que je te narre dans Ma tête à couper, mon précédent chef-d’œuvre, j’aspirais à ce que Hergé, le maître étalon de tous les conteurs d’aventures, appelait un « repos bien mérité ». Moi, je dirais plutôt que j’avais besoin de me requinquer les éponges et de planquer ma barbaque dans les torchons. À chacun sa rhétorique.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Patrice Dard (340)Voir plus

Quiz Voir plus

Des titres auxquels il a mieux valu échapper

L'abbé t'y mène

Paul Claudel
Georges Bernanos
Emile Zola
François Mauriac

10 questions
53 lecteurs ont répondu
Thèmes : titres , jeux de langageCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..